Compte-rendu: Sabine Panzram, Laurent Callegarin, Entre civitas y Madīna (ESP), 2019.

Sabine Panzram, Laurent Callegarin, Entre civitas y Madīna. El mundi de las ciudades en la Península Ibérica y en el norte de África (siglos IV-IX), Collection de la Casa de Velázquez, 167, Madrid, 2019, 393 p.

Compte-rendu réalisé par Laurent Brassous

Ce livre, issu du sixième colloque du réseau Toletum, aborde le thème du monde des cités dans la péninsule Ibérique et le nord de l’Afrique entre l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge. L’idée de cet ouvrage est de questionner trente ans plus tard, à partir des récents progrès scientifiques et en particulier ceux de l’archéologie, la proposition émise en 1985 par Hugh N. Kennedy dans un article intitulé « From Polis to Medina », selon laquelle la dite ville islamique doit être considérée comme la conséquence de longues transformations sociales et économiques prenant racine dans l’Antiquité tardive, notamment le développement de la classe des commerçants, et pas seulement comme le résultat abrupt de l’islamisation de la société. Les régions considérées dans cet ouvrage, la péninsule Ibérique et l’Afrique du Nord, se prêtent particulièrement à cette analyse.

Sabine Panzram (p. 1-12) rappelle en introduction de l’ouvrage que, dans ces régions, l’impulsion de l’urbanisation a été donnée par Rome, et que cette urbanisation passait par la propagation de la culture urbaine et du Roman Way of Life. Elle souligne la manière dont ce phénomène a conduit dans les deux régions étudiées ici et malgré des différences initiales de climat, de géologie, de paysages et de peuplement, à une forte et similaire concentration urbaine. Elle rappelle également que la cité antique n’a pas été détruite, ni au cours de la « crise » du IIIe siècle, ni par les barbares qui au contraire se sont adaptés à celle-ci comme le soulignent les études récentes sur la Long Late Antiquity. À partir de ces postulats de départ, Sabine Panzram montre l’intérêt de comparer l’histoire de ces deux régions où les progrès de l’archéologie ont été nombreux, mais qui jusqu’à ce jour n’ont pas fait l’objet de cette approche comparatiste, seulement d’approches monographiques ponctuelles.

En Espagne, le renouveau historiographique sur cette question des études urbaines de l’Antiquité tardive est en partie lié aux progrès scientifiques marqués par le développement de l’archéologie urbaine et de l’interdisciplinarité. Sabine Panzram précise toutefois qu’en arrière-plan de ce renouveau, les changements politiques, marqués par la fin du franquisme, ont modifié la perception de l’Antiquité tardive en renouvelant le regard porté jusque-là sur les rôles du christianisme et du royaume wisigothique dans la prétendue unité de l’Espagne qui serait apparue alors. Désormais, la lecture historique qui attribuait aux dates charnières de 284, 409 ou 589, le rôle de ruptures radicales, s’est progressivement effacée pour laisser la place à une analyse placée sous le signe des transformations lentes sans discontinuité. Ce changement de perspective a affecté en premier lieu l’histoire urbaine.

Parallèlement, en Afrique du Nord, les questions politiques ont également influencé l’analyse historique. Les historiens et archéologues français se sont beaucoup intéressés aux vestiges monumentaux du Haut-Empire, oubliant l’après, négligeant souvent les vestiges de l’Antiquité tardive qui les couvraient. Au contraire, après l’indépendance des pays du Maghreb, pour lesquels la colonisation française pouvait aisément être identifiée à la colonisation romaine, il y eu peu d’appétence pour les vestiges romains et davantage d’intérêt pour les périodes antérieures ou postérieures à la civilisation romaine, punique ou islamique. Les fouilles archéologiques urbaines en Afrique du Nord semblent indiquer l’apogée des villes à l’époque des Sévères et une forme de continuité de la vie urbaine jusqu’aux IIIe/IVe siècles voire jusqu’à l’époque byzantine. L’intérêt des savants s’est aussi porté sur la christianisation des villes, pour laquelle il existait une documentation abondante, écrite et archéologique, qui montre que la christianisation a transformé la topographie des villes avec la construction d’Église et la disparition des fora.

À la suite de ces éléments rappelés par Sabine Panzram, Hugh N. Kennedy (p. 13-20) dont le postulat initial de 1985, servant de fil conducteur à cet ouvrage, s’appuyait sur un matériel archéologique ancien et ténu provenant essentiellement du Proche-Orient septentrional, propose de le revisiter à l’aune des récentes découvertes archéologiques réalisées au Proche-Orient méridional (Caesarea, Schythopolis, Tiberias, Geresa et Jérusalem) et en prolongeant la réflexion jusqu’au XIe et XIIe s. Cette approche à nouveaux frais montre d’une part, malgré la diversité des trajectoires étudiées, qu’il y eut un changement urbain graduel entre les VIe et XIe s., ce dernier siècle pouvant être considéré comme une période globale d’apogée des villes étudiées. Ces données suggèrent de plus l’existence d’un lien majeur entre l’importance politique d’une ville et son épanouissement. Hugh N. Kennedy suppose que le développement urbain pendant cette période est fortement lié à la demande économique, en partie entretenue par le pouvoir politique lui-même ou par ses serviteurs administratifs ou militaires.

Après ces importants et nécessaires rappels introductifs, l’ouvrage est partagé en deux grandes parties portant chacune sur l’une des deux régions étudiées. Ces deux parties sont elles-mêmes divisées en trois sections. La première donne un panorama général de l’urbanisation dans chacun des domaines géographiques considérés, la deuxième expose des études de cas de villes présentant des caractères juridique et/ou économiques différents et la troisième rassemble des points de vue thématiques portant sur des activités consubstantielles à la vie urbaine

Pour la péninsule Ibérique, Javier Arce (p. 23-31) montre d’abord que la christianisation, bien qu’ancienne dans cette région comme l’attestent les sources littéraires, ne s’affirme véritablement dans le paysage urbain qu’à partir de la seconde moitié du Ve s. quand l’urbanisme classique s’efface. Pour Sonia Gutierrez Lloret (p. 33-47), ces changements deviennent particulièrement significatifs entre les VIIIe et IXe s. Elle montre qu’ils sont marqués par une recomposition du réseau urbain caractérisé par la désurbanisation et la dé-monumentalisation de quelques villes importantes. Miguel Alba Calzado (p. 51-74) présente ensuite, comme première étude de cas, l’évolution de la ville de Mérida, grande capitale provinciale de l’Hispanie à l’époque tardive, qui profite de son nouveau statut de siège du vicaire du diocèse à partir du IVe s. La christianisation de la population modifie son paysage urbain jusqu’au VIe s. À partir du VIIIe s., les ruines et les friches se multiplient dans la ville, que l’auteur met en relation avec le siège mené par les troupes musulmanes de Muza en 713. Sur ces terrains apparaissent la nouvelle architecture dite émirale, les nouvelles mosquées ainsi que la forteresse de l’Alcazaba, siège du nouveau pouvoir, qui transforment radicalement l’image de la ville. Le constat est similaire avec Carthagène, évoquée par Jaime Vizcaino Sánchez (p. 75-103) dont l’intérêt est néanmoins centré sur l’éphémère renaissance urbaine du Ve siècle et qui suppose que la désignation de la ville comme capitale de la province lui assure son développement économique. Dario Bernal (p. 105-117) propose un panorama général des transformations urbaines dans les villes du détroit de Gibraltar, dont le développement fut à l’époque impériale étroitement lié aux activités de production du garum. Cependant, selon l’auteur il est difficile dans cette région de lier l’histoire contrastée des villes entre l’Antiquité tardive et la conquête arabe aux seuls changements socio-économiques. Maria Teresa Casal Garcia (p. 119-132) présente ensuite l’évolution du quartier périphérique singulier de Saqunda à Qurtuba (Cordoue), construit lors de la première époque islamique et qui a été l’objet d’une fouille extensive. Le premier des points de vue thématiques est traité par Ruth Pliego et Tawfiq Ibrahim (p. 135-152) qui montrent que le retour des frappes locales se produit sous le règne de Léovigild, les monnaies portant alors le nom de la ville ainsi que celui du souverain. Au contraire avec les Omeyyades, les frappes sont centralisées à Cordoue avec seulement la mention d’Al-Andalus. À côté de cela, des timbres en plomb conservés qui servaient à sceller les accords entre conquérants et conquis, permettent de comprendre les rapports de domination des uns sur les autres. Francesco Jose Moreno Martín (p. 153-172) étudie la topographie chrétienne de la ville de Tolède au VIIe s. en se démarquant du modèle classique romain ou constantinopolitain utilisé jusqu’à ce jour pour décrire la ville. Enfin Christoph Eger (p. 173-188) s’intéresse aux nécropoles des cités hispaniques et montre qu’après la conquête arabe elles sont toujours à l’extérieur des villes, mais les aires funéraires musulmanes et chrétiennes ou juives ne se superposent pas nécessairement. Quand c’est le cas, il s’agit peut-être de convertis.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, qui traite de l’Afrique, la présentation générale de François Baratte (p. 191-202) montre, en s’appuyant sur l’archéologie, la continuité du phénomène urbain après l’invasion des Vandales, qui n’ont pas fait disparaître les villes contrairement à une idée trop longtemps acceptée par l’historiographie. En revanche, il s’avère difficile de dégager un schéma général clair sur l’évolution urbaine aux VIIe et VIIIe s. car les chronologies sont complexes. Les changements significatifs apparaissent toutefois liés au pouvoir à partir de l’époque de la reconquête byzantine et la conquête arabe. Selon Corisande Fenwick (p. 203-220) les époques vandale ou byzantine auraient été fondamentales dans le passage à la ville médiévale. Avec la conquête arabe, il y aurait néanmoins eu un nouveau sursaut, dépendant intrinsèquement du rôle politico-militaire de chaque ville et de son caractère de fondation nouvelle ou pas, comme à Kairouan ou Tunis. La première étude de cas est présentée en suivant par Elsa Rocca et Fathi Béjaoui (p. 223-240) qui analysent et comparent l’évolution de deux colonies d’Afrique proconsulaire : Ammaedara (Haïdra) et Theveste (Tébessa). La comparaison de l’histoire de ces deux villes, aux destins différents, est riche d’enseignement sur les transformations de la ville classique dans l’Antiquité tardive au cours de laquelle la monumentalité reste bien présente, et dans lesquelles l’installation d’habitat dans les édifices publics est aussi le témoignage d’une vitalité démographique et d’une requalification de l’espace urbain. Le cas de Djerba est exposé ensuite par Elizabeth Fentress (p. 241-252), montrant que l’île présente une continuité de l’urbanisation jusqu’au Ve s. À partir du VIe s. et de la conquête byzantine, Djerba est marquée par un important phénomène de désurbanisation qui ne doit pas être attribué à la conquête arabe, mais à la baisse de l’activité économique, en particulier celle liée au commerce de la pourpre. Ridha Ghaddab (p. 253-272), en analysant l’installation des activités artisanales dans l’espace urbain à l’époque vandale et byzantine, suggère une rupture dans les villes de l’Afrique orientale, qui n’aurait pas toutefois, selon lui, affecté les villes exerçant une fonction importante dans la hiérarchie administrative. Dans une troisième sous-partie consacrée aux approches thématiques, Anna Leone (p. 275-284) étudie les transformations urbaines en analysant l’évolution du décor urbain entre les IVe et VIIIe s. Pour elle, il y a eu des changements importants à partir du IVe s. quand les fora ont perdu leur décor au profit des bains par exemple. Puis, en utilisant massivement les matériaux de remploi, les bâtisseurs des époques vandale et byzantine ont mis sur pied une nouvelle monumentalité. Lennart Gilhaus (p. 285-302) étudie les statues comme support épigraphique. Il montre que les dédicaces diminuent à partir du IIIe s., mais les lieux de représentations traditionnels, comme les fora, ne sont pas abandonnés avant le Ve s alors qu’Anna Leone voit le phénomène se produire plut tôt. La fin de l’usage des statues à partir du Ve s. marque le début de la ville paléochrétienne. Le renouveau monumental est initié par les Byzantins. Esther Sanchez Medina (p. 303-316) analyse les relations des évêques avec le nouveau pouvoir vandale, soulignant combien ces personnages sont devenus les nouveaux représentants des élites de la cité.

Enfin, dans la tradition éditoriale des ouvrages publiés dans la Collection de la Casa de Velázquez, Patrice Cressier (p. 317-330) offre un contrepoint géographique aux contributions réunies dans ce livre, en étudiant le cas périphérique du Maroc – Maġrib Al-Aqsā – où l’urbanisation se caractérise par un faible degré de romanisation et de christianisation par rapport à celles de l’Ifrīqya. Dans cette région, alors que les activités économiques restent les mêmes qu’aux époques antérieures, les transformations observées au Moyen Âge semblent davantage liées à l’influence des ethnies locales.

Pour conclure, il faut saluer à plus d’un titre la publication de cet ouvrage. D’abord, c’est un beau livre qui réunit des contributions de qualité, très bien écrites et richement illustrées, et il s’accompagne d’une imposante bibliographie générale (p. 331-393) dans laquelle il manque peu de références. Ensuite, l’ouvrage aborde une période et une thématique certes en vogue depuis quelques décennies, mais pour lesquelles les synthèses sont encore rares pour les régions traitées par ce livre. Il faut enfin souligner l’effort des éditeurs scientifiques pour que ce livre ne soit pas seulement, comme souvent pour des actes de colloques, la juxtaposition de contributions éparses, mais bien une réflexion collective écrite à plusieurs mains. Dans cette optique, certains lecteurs pourront peut-être regretter l’absence de contribution, à l’exception de l’introduction de Sabine Panzram, qui intègre dans une même analyse les deux régions. Il faut toutefois reconnaître que si les régions considérées dans cet ouvrage, la péninsule Ibérique et l’Afrique du Nord, se prêtent particulièrement à l’analyse proposée, il existe malheureusement peu de spécialistes capables de maîtriser aussi bien les deux espaces en raison des traditions académiques distinctes. Retenons dans l’ensemble que les différentes contributions soulignent la continuité du phénomène urbain dans l’Antiquité tardive. Ni les Vandales, ni les Visigoths, ni les Byzantins, ni les Arabes n’ont voulu détruire les villes de ces régions prospères. Il ressort que les villes ont subi avec des rythmes régionaux et locaux différents des changements longs entre les IVe et IXe s. pour lesquels les transformations sociales et économiques semblent plus importantes que les changements politiques et que, in fine, le déclin de la cité classique ne serait qu’une adaptation aux nouvelles conditions politiques, économiques et sociales. Dans tous les cas, avec les Omeyyades, il n’y a pas eu de destructions ou d’incendies et donc pas de rupture catastrophique avec la conquête arabe. Cette publication permet ainsi de dessiner les contours d’une nouvelle interprétation de l’histoire des villes de l’Antiquité tardive qui fait de cet ouvrage, pour toutes les nouvelles études à venir sur cette question, une lecture nécessaire.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search