Compte-rendu: Agathe Roby, La Prostitution au Moyen Âge, Le commerce charnel en Midi toulousain du xiiie au xvie siècles (2021)

Agathe Roby, La Prostitution au Moyen Âge, Le commerce charnel en Midi toulousain du xiiie au xvie siècles, Villemur-sur-Tarn, Éditions Loubatières, 2021, 352 pages. 39 illustrations dont 16 en couleur

Compte-rendu réalisé par Lauriane Depond

L’ouvrage La Prostitution au Moyen Âge, Le commerce charnel en Midi toulousain xiiie au xvie siècles, paru en février 2021 et préfacé par Didier Lett, est issu du travail de thèse d’Agathe Roby, soutenu en 2016.

Dans cette étude mêlant histoire du genre, histoire sociale et urbaine, Agathe Roby s’attache à démontrer la pluralité du phénomène prostitutionnel. Elle y met en lumière ces « femmes de péché », devenues objet d’études historiques depuis la fin des années 1970, dans un contexte marqué par l’essor de l’histoire des femmes et de la sexualité, sous l’impulsion des écrits de Michel Foucault. Dans la continuité de Jacques Rossiaud, Agathe Roby présente les formes du commerce charnel, et en particulier la prostitution publique, et montre la place qu’occupent les prostituées dans les sociétés médiévales, loin de la figure de marginales qu’on leur avait attribuée.

Pour mener cette démarche, Agathe Roby a choisi d’axer ses recherches sur le Midi toulousain, marqué, aux xive et xve siècles, par le phénomène original de l’institutionnalisation de la prostitution, avec la création de bordels placés sous l’autorité des municipalités. Le cadre spatial régional retenu permet une approche comparative à partir de tissus urbains différents, depuis Toulouse aux villes plus modestes comme Albi, Montauban ou Rodez, sans oublier les villages dans un rayon d’une centaine de kilomètres autour de la capitale régionale. Par ailleurs, le choix de cet espace a été conforté par la variété et l’abondance des sources disponibles, telles que des sermons, ordonnances, coutumiers, documents judiciaires et lettres de rémission.

Afin de saisir les aspects de la prostitution au Moyen Âge, l’auteure propose une réflexion qui s’articule en trois parties. La première s’attache à montrer l’évolution de la réglementation du phénomène prostitutionnel sur trois siècles. Puis, elle analyse la spatialisation de la prostitution et, en particulier, des bordels publics dans les villes du Midi toulousain aux xive et xve siècles, avant de consacrer la dernière partie à la présentation des acteurs de la prostitution.

Les trois premiers chapitres de l’ouvrage questionnent les réponses apportées à la prostitution par l’Église, la monarchie et les autorités urbaines. Dans le premier chapitre, Agathe Roby décrit l’apparition d’un nouveau discours plus tolérant sur la prostitution au xiiie siècle. Depuis les écrits de Saint Augustin, l’Église la considère comme un mal nécessaire. Cette position est renforcée par sa catégorisation comme péché de fornication simple par les canonistes. Les villes partagent cette indulgence, tandis que la royauté tente d’imposer une réglementation discriminante sous Louis ix avec les ordonnances royales de 1254 et 1256, sans avoir toutefois pleinement les capacités de la faire appliquer. Au cours des deux siècles suivants, la transformation majeure réside dans la prise en charge de la vénalité par les autorités urbaines, devenues des consulats, qui décident de la création de bordels publics. Ce phénomène, apparu en Italie et caractéristique du sud du royaume de France et de la péninsule ibérique, fait l’objet d’un deuxième chapitre. Si Leah Otis avait présenté le bordel public comme un moyen de s’émanciper du pouvoir royal ou seigneurial, Agathe Roby constate plutôt le soutien du roi à l’égard de ces initiatives urbaines. L’autrice se concentre sur le sytème prostitutionnel à Toulouse dont la première maison publique serait apparue entre 1363 et 1372, avant d’évoquer d’autres villes comme Castres, Foix ou encore Pamiers. Cependant, au début du xvie siècle, un changement des mentalités sonne le glas de cette période de tolérance et se traduit par le rejet du commerce charnel, désormais perçu comme une menace pour l’ordre social. Les bordels publics dans les villes du Midi toulousain ferment leurs portes durant les années 1550. Ce durcissement est ensuite entériné à l’échelle du royaume, par l’officialisation de la fin de l’institutionnalisation de la prostitution en 1561 avec l’édit d’Orléans.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Agathe Roby mène une réflexion sur la spatialisation urbaine de la prostitution publique. Aux xiiie et xive siècles, les bordels sont souvent exclus de l’intérieur des villes du Midi toulousain et se trouvent à proximité des portes ou dans leur périphérie, la muraille tenant lieu de frontière. En 1201, la plainte d’un habitant de la rue du Comminges, à Toulouse, illustre cette volonté d’exclure la prostitution des « bonnes rues » intra-muros. Le plaignant demande l’application de l’ancienne coutume interdisant la présence de prostituées dans cette rue, et plus largement à l’intérieur de la Cité et du Bourg, sous peine de bannissement. Agathe Roby rappelle toutefois que d’autres activités sont repoussées extramuros, comme les léproseries. De nombreux lieux sont défendus aux prostituées, tels les tavernes, auberges et hôtels, comme à Castelnaudary en 1333. Á partir du milieu du xive siècle, la création des bordels municipaux dans les villes du Midi toulousain traduit la volonté de fixer et circonscrire la prostitution. Qu’ils soient à l’intérieur de la ville, comme à Foix, ou en dehors comme à Toulouse, leur localisation révèle le souci ambivalent de les séparer des activités « honnêtes », tout en restant accessibles à la clientèle. En raison de conflits avec les habitants, certains bordels sont transférés, comme à Albi où le déplacement, décidé en 1366, donne lieu à d’âpres débats jusqu’en 1390. De même, à Toulouse, dans les années 1520, lors du déplacement de la maison publique appelée la Grande Abbaye, des consuls refusent sa relocalisation à proximité de lieux sacrés. En identifiant des lieux « honnêtes » et « immoraux », se dessine une géographie morale de la ville du xve siècle. Dans ces chapitres, plusieurs cartes matérialisent l’évolution de la prostitution publique à l’échelle de la ville ou de quartiers, à Albi ou à Toulouse. Ce travail cartographique judicieux pourrait cependant être prolongé par des cartes plus détaillées, croisant davantage les données étudiées. Dans le chapitre suivant, l’autrice évoque brièvement les lieux de la prostitution secrète, dans des espaces ouverts comme la rue et les marchés ou des espaces fermés tels que les auberges, chambres privées et étuves.

Enfin, la dernière partie présente les différents acteurs de la prostitution. Malgré l’état lacunaire des sources, Agathe Roby s’interroge sur l’origine des prostituées, leur situation conjugale et souligne la place de l’errance dans leur parcours. L’autrice dresse les portraits de Catherine du Mas Dieu, près de Rodez, ou de Guillemette de Castanet de Toulouse qui illustrent la diversité des formes de prostitution pratiquées au cours d’une même vie. Pour saisir le quotidien de ces femmes amoureuses, elle analyse les plafonds peints du presbytère de Lagrasse, reproduits en couleur et montrant notamment des scènes d’étuves et d’un rasage pubien assez énigmatique. Les chapitres suivants sont consacrés à la structure du bordel comme bâtiment. L’étude du Castel Blanc à Albi, ou de la Grande Abbaye à Toulouse révèle la nature carcérale de ces lieux, attestée par la présence de nombreux verrous et murs. Agathe Roby examine ensuite le profil des clients, composés de nombreux clercs, ainsi que celui des proxénètes, dont Guilhot del Cung, célèbre à Toulouse entre 1448 et 1460. Enfin, Agathe Roby analyse la prostituée repentie et les différentes possibilités qui s’offrent à celles qui abandonnent la prostitution.

Par cet ouvrage, Agathe Roby contribue à enrichir l’histoire des femmes au Moyen Âge et redonne aux prostituées leur agency. Son analyse de la municipalisation des bordels du Midi toulousain permet de nourrir une réflexion plus large sur l’ensemble des espaces touchés par ce phénomène, comme le sud du royaume de France, l’Italie ou encore la péninsule ibérique. Elle dessine également à grands traits d’autres formes de prostitution privées, dont l’étude pourra être poursuivie. Loin de se limiter à une réflexion sur le genre, cet ouvrage permet de mieux saisir les mentalités des sociétés médiévales et révèle les rapports que celles-ci entretiennent avec la sexualité extraconjugale. En outre, ce travail analyse les relations de pouvoirs entre l’Église, le roi ou les autorités municipales, tout en permettant une compréhension fine du fait urbain au Moyen Âge.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2021, 25 novembre). Compte-rendu: Agathe Roby, La Prostitution au Moyen Âge, Le commerce charnel en Midi toulousain du xiiie au xvie siècles (2021). Histoire Urbaine. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4tp

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search