EVENEMENT: Unvollendete metropole (« Métropole inachevée ») Berlin, Kronprinzpalais (octobre 2020-mai 2021)

EVENEMENT :

(Laurent Coudroy de Lille)

Entrée du Kronprinzpalais au moment de l’exposition (photo Till Bude)

 

Unvollendete metropole (“métropole inachevée”)

Berlin, Kronzprinzpalais (octobre 2020-mai 2021)

 

Entretien avec Corinne Jaquand et Antoine Laporte, enseignants-chercheurs spécialistes de Berlin1

Laurent Coudroy de Lille : Cet événement célèbre le centenaire du Grand Berlin (1920-2020) en plusieurs volets : une exposition; un « concours international de planification intitulé Berlin-Brandebourg 2070 ; un site (https://unvollendete-metropole.de/) et un catalogue en deux volumes très illustré (AIBB : Unvollendete metropole, 2 volumes, Dom Publisher, 2020, 414 et 335 p). Comment comprendre cette opération ? Quelle est sa dimension institutionnelle ? 

Corinne Jaquand : L’opération a été portée par un collectif académique et intégrée au programme mis en place par les Länder de Berlin et du Brandebourg pour organiser divers événements culturels devant fêter ce centenaire. Le collectif à l’initiative s’est constitué autour du professeur Harald Bodenschatz de l’Université technique de Berlin (Center for metropolitan Studies), et avec le soutien de la fondation Hermann Henselmann. Cette fondation, du nom de l’architecte qui a œuvré à la Stalinallee et édifié la tour de télévision de l’Alexanderplatz (ancien Berlin-Est), a organisé chaque année depuis 2016 un colloque pour revisiter cette histoire et son écho aujourd’hui, à partir de thématiques (logement, transport, « vert » urbain, culture de l’aménagement). L’Association des architectes et des ingénieurs de Berlin-Brandebourg (AIV-zu Berlin und Brandenburg) s’est jointe aussi avec sa force symbolique : créée par les disciples de l’architecte Schinkel, elle a joué un rôle important dans l’Allemagne bismarckienne pour la formation des édiles en urbanisme, et a été à l’origine du Comité du Grand Berlin (1906) ainsi que du concours et de l’exposition internationale d’Urbanisme éponymes de 1910. Ils ont débouché sur la création d’un syndicat intercommunal en 1911-1912, préalable à la fusion communale de 1920.

La célébration du centenaire de la loi du Grand Berlin (27 avril 1920) a « rejoué » cette histoire en combinant de nouveau exposition et concours d’idées, avec plusieurs publications à la clé en plus du catalogue. Elle a bénéficié d’une certaine porosité entre l’Université, les organisations professionnelles et la sphère politique berlinoise qui n’est pas neuve. Le professeur Harald Bodenschatz, est intervenu dans les débats des premières années de la Réunification (1990) sur le sort réservé au centre-ville, Berlin-Mitte, entre Weimar et le IIIe Reich1.

Dans les années 1990-2000, cette génération d’universitaires a été partie prenante des débats sur la reconstruction du Berlin réunifié, et inversement la sphère des décideurs, autour du sénateur de l’Urbanisme, Hans Stimman, s’est aussi rapprochée de certains chercheurs pour légitimer sa doctrine du projet urbain de la « reconstruction critique ».

La présente exposition et son catalogue apportent des inédits sur la relation qu’entretenait le Grand-Berlin avec son hinterland du Brandebourg dans l’Entre-deux-Guerres, dans une situation géographique comparable à celle du département de la Seine entouré par l’anneau de la Seine-et-Oise.

Antoine Laporte : Ce qui m’a frappé dans les deux volumes du catalogue, c’est la persistance de Berlin comme lieu incontournable. On peut voir dans la réunification, le parachèvement de projets amorcés il y a très longtemps, comme si le IIIe Reich et la période du mur n’avaient été que des embûches dans l’histoire plus longue d’une grande ville d’Europe, capable de loger sa population, de la transporter. La création de la gare centrale et des nouveaux accès ferroviaires ont représenté des succès. Mais aussi les médias, le tourisme…

Le « manifeste Berlin-100 » qui termine cette publication appelle la ville à « prendre au sérieux son rôle de capitale ». A quoi cela correspond-il aujourd’hui ?

Corinne Jaquand : Ce manifeste est un exercice de style qui fait écho à celui du Grand Berlin de 1906, puis à la Charte des 12 points de l’urbanisme de 1950, sorte d’anti-Charte d’Athènes établie au retour d’Union soviétique d’une délégation d’architectes d’Allemagne de l’Est, ou encore au 12 points de la Reconstruction critique de l’IBA (Internationale Bauausstellung) de 1987.

On peut s’interroger sur le point n°10 de cette nouvelle charte qui dénonce un déficit de Berlin en tant que capitale. Cela était vrai dans les années 1920 quand la ville manquait de monumentalité civique, le projet du Reichstag de Paul Wallot en 1884 paraissant perdu au milieu d’un grand parc, dominé par le coupole du château des Hohenzollern. Bien avant les projets surdimenssionnés d’Albert Speer sous le nazisme, il y eu des concours infructueux pour rassembler les ministères dans un forum gouvernemental dans la boucle de la Spree. La RDA a péniblement reconstitué le sien sur l’Unter den Linden. Mais si ce sentiment d’insatisfaction a été un aiguillon, ce n’est plus nécessaire aujourd’hui : il y a eu de belles réussites d’échelle, de transparence symbolique, mettant à juste distance le citoyen et ses institutions fédérales dans l’espace de la capitale depuis 1990.

Syndicat de planification régionale : carte de synthèse du plan économique-Berlin-Brandebourg-Mitte (Ville-centre) (« plan Gustav Langen »), 1935 (BLHA, Rep. 1,maps 128/1 A to 128/6 A). Les limites du Grand Berlin ne sont pas figurées, mais son développement en Brandebourg est à l’ordre du jour.

Antoine Laporte : Si ce complexe existe, c’est peut-être encore par rapport aux autres métropoles allemandes : Francfort a ses gratte-ciels ; Munich son rôle historique ; Hambourg son port… Mais l’écart, notamment démographique qui peut exister avec Paris ou Londres, n’est plus perçu comme une limitation, et Berlin l’a montré en se donnant les moyens de ses ambitions.

Corinne Jaquand : Dès les années 1910, Berlin jouait le jeu des comparaisons avec Paris, Londres, Vienne ou New York. Et cela a été réédité en 2020 : « Nous ne sommes pas tous seuls » nous disent les Berlinois en panneau introductif… même si Moscou a remplacé New-York dans la récente exposition qui se concentre sur des capitales européennes. C’est dans ce cadre que nous sommes intervenus, Laurent Coudroy de Lille et moi, pour fournir les documents et textes sur l’histoire du Grand Paris, traduits par Markus Tubbesing. Nous n’avons pas voulu nier les difficultés des processus à Paris, métropole pourtant mieux installée. Si le Grand Paris est présentée comme une « promesse insatisfaite », Berlin est une « métropole inachevée ». Le terme de Weltstadt était utilisé à Berlin dès les années 20, mais l’histoire sera différente, et aujourd’hui, Berlin n’est ni une « ville-monde », ni même une plaque tournante de flux économiques majeurs.

Berlin a donc finalement inversé son stigmate dans les trois dernières décennies… Le catalogue rappelle qu’en 1920, la création du Grand Berlin avait recontré la résistance du Brandebourg qui voyait se mettre en place un monstre administratif en son coeur. Aujourd’hui, on appelle à la coopération territoriale…

Corinne Jaquand : ll y avait en 1900 autour de Berlin un cercle de communes très industrielles et enrichies, comme Charlottenbourg, puis au-delà les cantons ruraux bien différents du Brandebourg. Depuis la Réunification, les transports métropolitains et régionaux ont été au cœur des politiques d’intégration territoriale, avec de grandes réussites rapprochant en temps et en confort les villes du Brandebourg, comme Oranienburg, Brandenburg ou même Cottbus au sud-est. Mais c’est un peu l’arbre qui cache la forêt, car il y a des problèmes de coordination majeure en terme de projets d’aménagement et de renouvellement urbain de toute taille, avec une nouvelle ceinture de pavillonnaire, des programmes opportunistes de centres commerciaux et de logistique autour de Berlin, l’installation prévue de l’usine d’automobiles électriques Tesla en zone totalement vierge. Le scandale du nouvel l’aéroport Willy-Brandt de Berlin-Brandebourg, ouvert douze ans plus tard que prévu, pointe par ailleurs un déficit en terme de maîtrise d’ouvrage coordonnée de grandes infrastructures. La hiérarchie territoriale assez stricte pour les compétences d’urbanisme, qui pouvait exister en RFA, a peut-être eu du mal à s’imposer sur un territoire est-allemand bien plus morcelé au niveau communal.

Antoine Laporte : Le rapport avec le Brandebourg se complexifie aujourd’hui, car la ville s’est densifiée, et ses prix immobiliers se sont envolés. Le débordement vers un Brandebourg aujourd’hui entièrement polarisé et dont une bonne part fait maintenant partie de la zone périurbaine de Berlin, tend peut-être à mulitplier les conflits.

Comment s’articule ici une commémoration qui célèbre comme un âge d’or les années 1910 et la période de Weimar, au point de scander le catalogue avec les citations du maire Gustav Böss de 1928 reprises comme un autre manifeste, et les projets présentés à l’occasion du concours Berlin-Brandebourg 2070 ? Le rappel de l’histoire peut-il être suffisant pour déclencher de nouveaux projets et de nouvelles cohérences ?

Corinne Jaquand : En 2010, il y a eu déjà une première commémoration historiographique par la même équipe autour d’une exposition, « Berlin Stdatvisionen, 1910-2010 » et d’un colloque international qui ont fait l’objet de deux ouvrages… Celle de 2020 a été préparée avec plus d’ambition et a été inaugurée dans le Kronprinzpalais, bâtiment néoclassique prestigieux sur l’Unter den Linden, avec une garden party festive, mélant de façon paritaire à la tribune des représentant-es des Länder, des organisations professionnelles, du collectif d’historiens. Mais finalement, cette commémoration n’arrive-t-elle pas trop tard par rapport à la mutation de la ville, amorcée en 1990 ? C’est l’éternel décalage des temporalités entre la recherche et l’action…

Antoine Laporte : L’événement d’aujourd’hui semble coïncider avec l’aboutissement du processus amorcé en 1990 et le débordement en Brandebourg, longtemps impossible par la présence du Mur puis peu pertinent tant Berlin était peu dense. Mais notre temps n’a rien à voir avec 1920. Le Grand Berlin de 1920 était un système municipal qui aurait pu correspondre à une annexion par Paris du département de la Seine. Mais avec beaucoup de soubresauts politiques : la défaite de 1918, la fin fin de la guerre et de l’Empire, et la démocratie qui se met en place à Weimar. Aujoud’hui on est plutôt à la fin d’une longue phase de normalisation progressive et non dans une période de rupture. Pas de nouvelle fusion territoriale en perspective.

Un article amusant de Chrisina Gräwe, commissaire de l’exposition, raconte comment tout au long du siècle passé , les Berlinois avaient autre chose à faire que de commémorer 1920, que ce soit pour les 10 ans, 20, 50 ou 75 ans… L’histoire de Berlin serait trop forte pour regarder en arrière… Quel sens a donc le concours organisé en 2019 ?

Corinne Jaquand : Il s’agissait de renouveler les idées sur la métropole multipolaire et de proposer quelques modèles pour la densification des franges et des petites villes. Le schéma d’une agglomération en étoile le long de radiales combinant le rail et la route, avec des coulées vertes entre les deux, est restée prégnant. La modernisation récente par les transports l’a renforcé. En revanche quelle identification pour les centres secondaires ? Pour autant, ce concours de 2020 n’a pas de grande consistance institutionnelle… La démarche est très différente de la consultation du Grand Paris de 2008, qui avait une réelle consistance politique au niveau de l’État et en termes de maîtrise d’ouvrage avec la phase préalable d’un diagnostic inter-disciplinaire – mais en revanche sans aucun recours à l’histoire ! Le groupe de recherche « Inventer le Grand Paris » du labex Futurs urbains, auquel je participe a d’ailleurs essayé de pallier ce déficit, mais sans arriver à établir de véritables dialogues avec le politique, ni même de partenariat avec les agences d’urbanisme de Paris et de la Région.

Antoine Laporte : la réunification de 1990 apparaît ici comme un jalon parmi d’autres, avec des logiques de long terme. C’est peut-être parce que cette capitale se conçoit encore comme jeune qu’elle développe ce rapport à son histoire, et ceci dans l’effervescence intellectuelle dont témoigne aussi toute cette opération.

1 Harald Bodenschatz, Hans-Joachim Engstfeld, Carsten Seifert, Berli auf der Suche nach der verlorenen Zentrum, Hambourg, Transit, 1995.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search