EVENEMENT: Une exposition au Mémorial de la Shoah à Drancy (10 nov 2021 / 6 mars 2022)

EVENEMENT :

(Jean-Michel Bourillon)

 

 

Une exposition au Mémorial de la Shoah à Drancy :

Les gratte-ciel oubliés de la Muette (1931-1976), 5 tours symboles de la cité puis du camp de Drancy

(Drancy, Mémorial de la Shoah, 10 novembre 2021 – 6 mars 2022)

 

1_Affiche de l’exposition du 10 novembre 2021 au 6 mars 2022

 

Entretien avec Benoît Pouvreau, historien de l’architecture, chargé d’inventaire du patrimoine culturel au département de la Seine-Saint-Denis, co-commissaire de l’exposition

Jean-Michel Bourillon : La cité de la Muette à Drancy est désormais liée dans la mémoire collective à la déportation des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ; l’exposition évoque un autre aspect en montrant la place qu’elle occupe également dans l’histoire de l’architecture. Présentée au Mémorial de la Shoah, correspond-elle à la volonté de rappeler ces deux histoires ? et comment se situe-t-elle dans cette double filiation ?

Benoit Pouvreau : Cette exposition s’inscrit dans le cadre d’une convention de coopération culturelle conclue entre le département de la Seine-Saint-Denis et le Mémorial de la Shoah en 2016 mais cette coopération a débuté bien avant, autour de la découverte de graffiti d’internés en 2009 et pour l’ouverture du Mémorial de Drancy en 2012. Ce fut déjà l’occasion de travailler avec Karen Taïeb, responsable des archives au Mémorial et co-commissaire à mes côtés. Après une exposition commune autour de l’œuvre de Georges Horan-Koiransky* en 2017-2018, nous pouvions, cette fois, aborder ce volet plus architectural de l’histoire de la cité devenu camp, en montrant comment ces deux dimensions étaient, encore aujourd’hui, étroitement imbriquées. Construite par l’Office public d’habitations à bon marché (HBM) du département de la Seine entre 1931 et 1935, elle était initialement constituée de cinq tours de quinze étages, avec à leurs pieds une série de dix barres en « peigne », complétée de redents et d’un bâtiment en fer à cheval laissés volontairement inachevés en raison de la crise économique. Celui-ci fut transformé, d’abord en camp de prisonniers de guerre par l’Occupant, puis en camp d’internement pour les juifs de la région parisienne à partir d’août 1941, il est devenu ensuite le principal camp de transit des Juifs de France vers Auschwitz-Birkenau jusqu’en août 1944. De cet ensemble, il ne subsiste aujourd’hui que ce bâtiment de quatre étages formant un U puisque les autres immeubles, dont les cinq « gratte-ciel », ont été démolis en 1976. Le « U » a été classé au titre des Monuments historiques en 2001, à la fois comme Haut lieu de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale et comme édifice majeur de l’architecture et de l’urbanisme du vingtième siècle en France.

Jean-Michel Bourillon : En quoi ces immeubles, dus aux architectes Marcel Lods et Eugène Beaudouin, faisaient-ils preuve d’innovations lors de leur réalisation au début des années 1930 ?

Benoit Pouvreau : La cité de la Muette est remarquable à la fois dans l’œuvre de ces deux architectes mais aussi dans l’histoire de la construction. Beaudouin et Lods venaient d’engager la construction à la fin des années 1920 de la cité du Champ-des-Oiseaux à Bagneux, utilisant une structure métallique, avec parement de béton, avec des panneaux préfabriqués mis au point avec l’ingénieur Eugène Mopin. Henri Sellier « patron » de l’Office de la Seine leur demande pour Drancy un projet comparable mais il leur suggère de construire « en hauteur ». Outre Mopin, les architectes constituent pour cette nouvelle opération une équipe pluridisciplinaire avec également Vladimir Bodiansky et Jean Prouvé. La cité de la Muette est ainsi innovante en terme de préfabrication et d’industrialisation, avec un chantier « taylorisé » et des usines de production sur site, mais aussi en terme d’architecture et d’urbanisme en créant le premier « grand ensemble » associant tours et barres. Le soin apporté aux détails, ainsi les panneaux préfabriqués incorporent des galets de marbre de Carrare, se retrouve aussi dans le dessin des huisseries conçues par Jean Prouvé. C’est d’ailleurs lors du remplacement de celles-ci par de banales huisseries en PVC par l’Office départemental d’HLM en 1999, que le ministère de la Culture fut alerté et qu’il décida d’une instance de classement stoppant le chantier et engageant la procédure de classement Monument historique aboutissant en mai 2001.

2_Vue aérienne de la Cité de la Muette à Drancy. Publicité parue dans L’Architecture d’Aujourd’hui, 1933

Jean-Michel Bourillon : Quel écho eurent à l’époque ces recherches sur une industrialisation du bâtiment ?

Benoit Pouvreau : La cité de la Muette connait très vite un grand retentissement. Dès 1933, Chantiers, le supplément technique de la revue LArchitecture d’Aujourd’hui est entièrement consacré à la cité mais elle est aussi présente dans la presse populaire. Elle fait l’objet de nombreuses visites d’architectes et de professionnels de toute l’Europe, elle intéresse, également, beaucoup aux Etats-Unis où lidée d’associer gratte-ciel et logement social intéresse. Elle est ainsi présentée dans deux grandes expositions en 1939, l’une dédiée à l’« Architecture française », au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, qui devait être itinérante, et surtout elle est saluée dans « Houses and Housing : Industrial art » au MOMA à New-York.

Jean-Michel Bourillon : En même temps cette volumétrie nouvelle crée-t-elle un nouvel habitat ?

Benoit Pouvreau : Oui, comme le U d’ailleurs, les cinq tours sont composées essentiellement de studios et de 2 pièces, de surfaces voisines de celles des normes actuelles, chaque logement disposant d’une salle de bain avec baignoire, d’un WC indépendant, d’une cuisine « moderne », avec « évier-vidoir » et reliée à la salle à manger par un passe-plats. Des balcons et des séchoirs extérieurs prolongent chaque appartement. Les logements sont articulés autour d’un noyau central avec deux batteries d’ascenseurs ; élément surprenant, l’escalier principal est doublé d’escaliers extérieurs à vis en façade, commun à deux appartements et accessibles en cas d’urgence depuis les balcons. Les plus grands appartements et des ateliers d’artistes étaient, eux, concentrés dans les immeubles « peignes » et « redents ».

Jean-Michel Bourillon : En dehors de la période de la Seconde Guerre mondiale, les gratte-ciel ont été habités près d’une quarantaine d’années, comment y ont vécu leurs habitants ?

Benoit Pouvreau : A leur location en janvier 1936, Les premiers habitants des gratte-ciel et des peignes sont peu nombreux car les loyers sont relativement chers dans ce contexte de crise économique, en effet, à cause des ascenseurs, il s’agit d’HBM « améliorés ». Enfin, les gratte-ciel « font peur » : ils fascinent, de loin, mais les habiter « c’est une autre affaire ». En raison des difficultés liées à la crise de 1929, asséchant durablement le financement du logement social, l’OPHBM de la Seine est contraint de louer en 1938 ces HBM au ministère de la Défense et de la Guerre, qui cherche à loger notamment les gardes républicains mobiles et autres gendarmes, à Drancy c’est la 22e légion, soit 800 hommes et leurs familles qui s’installent, finalement, dans les gratte-ciel et peignes à lautomne 1938.

Dès la mi-juin 1940, l’armée allemande fait du U, et d’une partie des tours, le Frontstalag 111 pour y rassembler d’abord les prisonniers de guerre français et britanniques, avant leur transfert vers stalags et oflags du Reich. Il est ensuite utilisé comme annexe du camp d’internement des « ressortissants des puissances étrangères », Britanniques et membres de l’Empire, avant de le transformer en camp de d’internement puis de transit pour la déportation des juifs de France, un camp dont la surveillance est assurée par les gendarmes français habitant dans les tours.

Après-Guerre, Marcel Lods engage, seul, le réaménagement des logements du U, ou grande place, en 1946 et les logements sont loués début 1949. Ce n’est donc qu’à partir de cette date que la cité a réellement rempli sa vocation de logement social et dans le seul U, puisque les autres bâtiments restaient occupés par les gendarmes.

3_”423 Drancy – Les premiers Gratte-ciel de la Région Parisienne”, carte postale d’époque, AD 93

Jean-Michel Bourillon : Quelle situation a entrainé la démolition des 5 tours gratte-ciel en 1976, est-ce lié en partie tout du moins à une volonté pour la ville, et l’Office dHLM d’effacer les traces d’un sinistre passé ?

Benoit Pouvreau : La démolition des tours, du peigne et de ses redents trouve son origine dans une relation qui s’est rapidement dégradée entre le bailleur et le ministère de la Défense. En 1946, en pleine crise du logement, le maire et le président communistes du Conseil général de la Seine, ainsi que l’Office d’HBM se mobilisent pour obtenir le départ des gendarmes et de leurs familles, afin de restituer à ces logements leur vocation sociale et y loger une population ouvrière grandissante, mais en vain. L’OPHLM a peu de pouvoir face à son puissant locataire qui n’entretient plus les logements, de fait quasi réquisitionnés. Ce manque d’entretien pose problème au cours des années 1960, le ministère de la Défense envisage alors une acquisition en vue d’une démolition-reconstruction. Parallèlement, en 1963, la protection au titre des Monuments historiques est proposée par l’architecte Ionel Schein et Maurice Besset, tous deux missionnés par le ministre André Malraux, et qui placent la cité parmi les œuvres remarquables du XIXe et du XXe siècles, mais la Commission des Monuments historiques la refuse. Finalement, l’Office se résout à vendre en 1973 l’ensemble au ministère des Armées, à l’exception du U, pour y substituer une caserne de gendarmerie aujourd’hui toujours en place. Les tours sont finalement détruites au début de l’année 1976 sans susciter l’émotion des anciens internés et déportés qui inaugurent alors le monument mémorial aux victimes de Shelomo Selinger. Une tentative de protection Monument historique portée par le ministre Michel Guy, autre défenseur du patrimoine contemporain, est finalement abandonnée, tant les démolitions sont jugées trop avancées par Lods lui-même.

Jean-Michel Bourillon : La cité de la Muette a été bâtie dans une ville à forte dominante pavillonnaire, présentait-elle dès son origine un exemple de développement urbain planifié ?

Benoit Pouvreau : L’architecture de la cité de la Muette marque une étape dans l’histoire du logement social en France comme à Drancy. En effet, une première cité-jardin « à langlaise » faite de maisons individuelles jumelées y a été réalisée en 1919 /1921 par le même maître d’ouvrage. Elle fut complétée à la fin de la décennie par de petits collectifs en briques avec des toits-terrasses, inspirés du mouvement moderne. Dès 1925, les coûts de construction ont fortement augmenté, Henri Sellier se convertit donc à la modernité, à la fois par goût et par pragmatisme : c’est la promesse de construire plus, mieux et moins cher. Le projet de la cité de la Muette, lancé dès 1930, prévoit la construction de 1250 logements et rompt, progressivement, avec tout ce qui s’est fait précédemment. Les seuls autres gratte-ciel qui s’édifient alors en France le sont à Villeurbanne mais l’ensemble dessiné par Môrice Leroux crée un centre-ville autour d’une nouvelle mairie, alors qu’ici nous sommes en périphérie d’une ville de banlieue elle-même relativement loin de Paris. C’est notamment en cela que la Muette préfigure les « grands ensembles » qui s’imposeront après-guerre. Cette dénomination fut d’ailleurs utilisée dès 1935 par l’architecte-urbaniste Maurice Rotival justement à propos de la Muette. Le projet qui se développait sur un terrain de 11 ha prévoyait initialement des équipements divers, des commerces, une église et une école, mais les difficultés économiques ont tout remis en cause. C’est donc bien un vrai morceau de ville qui était prévu à lorigine.

Jean-Michel Bourillon : On voit dans l’exposition beaucoup de témoignages d’habitants, de déportés, cette exposition entre-t-elle dans une démarche de réhabilitation accompagnant la rénovation du grand U menée à partir de 2016 ? La réhabilitation commence cette année, une première tranche a eu lieu en 2009 / 2011…

Benoit Pouvreau : La précédente tranche de travaux de réhabilitation a notamment permis la mise au jour des graffiti sur des carreaux de plâtre formant des contre-cloisons pour une partie des huisseries de Jean Prouvé, alors remplacées à l’identique en 2009. Par ailleurs, la création du Mémorial de la Shoah de Drancy en 2012 a été une opportunité de recueillir de nombreux témoignages d’anciens internés et déportés, aujourd’hui souvent disparus, un travail très important mené par Karen Taïeb pour nourrir l’exposition permanente située au 3ème et dernier étage, offrant d’ailleurs une vue très intéressante sur la cité. Par ailleurs, l’exposition consacrée aux gratte-ciel a été l’occasion de nous plonger dans des archives encore non-valorisées du Mémorial mais aussi de mettre en valeur des fonds méconnus comme celui de Seine-Saint-Denis Habitat, propriétaire actuel de la cité, celui des archives communales ou de la médiathèque de l’architecture et du patrimoine, en plus de l’incontournable fonds des architectes Beaudouin et Lods, conservé à la Cité de l’architecture et du patrimoine, par ailleurs partenaire de l’exposition. Cette dernière se tient jusqu’au 6 mars et fera ensuite l’objet d’un petit catalogue dans la collection du Mémorial de la Shoah en septembre prochain, pour les dix ans du Mémorial de Drancy.

4_Le mémorial de la Shoah à Drancy

* Horan-Koiransky Georges, Le camp de Drancy, seuil de l’enfer juif, Grâne, Créaphis, 2017 et Horan-Koiransky Georges, Drancy, Journal d’un interné 1942-1943, Grâne, Créaphis, 2017 et Collectif, Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs, Courtrai, Snoeck, 2014.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 4 février). EVENEMENT: Une exposition au Mémorial de la Shoah à Drancy (10 nov 2021 / 6 mars 2022). Histoire Urbaine. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4uf

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search