EVENEMENT: Les expositions des Archives municipales de Lyon

EVENEMENT :

Laurent Coudroy de Lille.

 

“La rue de la République”, “Au service de la ville”, “Le Maire et l’architecte” …

Les expositions des Archives municipales de Lyon

Place des Archives. 69002 Lyon

 

LYON_1

Le bâtiment des archives municipales de Lyon (photo Laurent Coudroy de Lille)

 

 

 

Laurent Coudroy de Lille : Deux expositions sont visibles jusqu’en septembre 2021 aux archives municipales de Lyon (https://www.archives-lyon.fr) en lien avec l’histoire urbaine : l’une sur la rue de la République « vitrine de Lyon », l’autre sur l’Académie des sciences, arts et lettres « Au service de la ville » (1700-2020). Elles font suite à celle consacrée à l’architecte urbaniste Tony Garnier. Comment sont choisis les thèmes d’exposition ?

Louis Faivre d’Arcier : Pourquoi une exposition sur la rue de la République ? Car elle est centrale ! Elle concerne tout le monde; c’est la « rue de la Ré ». Il y avait eu une exposition, il y a 25 ans tournée vers le chantier de reconstruction du centre de Lyon sous le Second Empire, et les photos de ces travaux. Cette fois on a insisté sur l’usage de la rue, la piétonnisation, les transports, le commerce, la contestation… avec des sources variées, littéraires, publicitaires, et même de tous petits objets des « éphémères » qui rendent compte de l’ambiance. Certaines photos saisissantes des années 30 font penser à Chicago.

Nous avons travaillé avec la Société académique d’architecture de Lyon. Mais aussi des chercheurs : Louis Baldasseroni, spécialiste de la voirie lyonnaise, et l’École d’architecture de Lyon. Christian Marcot, commissaire de l’exposition, a utilisé ce cas comme support d’enseignement. Il a même demandé aux étudiants en architecture de réfléchir de manière prospective aux effets d’une catastrophe… nucléaire, climatique ou par météorite qui détruirait la rue de la République.

En fait, les partenariats sont très importants, car ils permettent de réunir des publics et enjeux différents. Pour l’autre exposition en cours, sur l’Académie des sciences, belles-lettres et arts, c’est l’académie elle-même qui en est à l’origine. Le sujet est plus difficile, malgré un patrimoine exceptionnel qui bénéficie de notre grande salle. On a voulu mettre en évidence son rôle aux XVIIIe et XIXe siècles auprès des administrations locales, bien avant la création des universités lyonnaises. Elle était tournée vers des sujets très pratiques qui aujourd’hui intéressent l’histoire urbaine : aménagement, questions sociales, industrie et commerce, autant de sujets qui intéressaient l’élite lyonnaise plus que nulle autre élite urbaine. Il y est donc question d’urbanisme, de cimetières, d’hygiène, d’approvisionnement en eau, de procédés techniques. Nos événements fonctionnent d’autant mieux qu’on les développe en partenariat, avec les institutions, notamment culturelles, de la ville, ou autres.

En 2019, l’exposition « Le Maire et l’Architecte » vous a permis de vous associer à la Fondation Renaud, fondation culturelle lyonnaise elle aussi assez peu connue ?

Il s’agissait de commémorer la figure de Tony Granier autour des 150 ans de sa naissance. Les ressorts de la fréquentation étaient différents : ses réalisations sur la rive gauche du Rhône, comme la Grande Halle, sont fameuses. Sont venus beaucoup d’architectes. Nous étions partenaires du laboratoire historique le LARHRA. Mais aussi du Musée urbain Tony Garnier dans le quartier des États-Unis, avec qui nos projets ont divergé. La fondation Renaud nous a permis de faire une opération en deux volets, grâce aux dessins conservés par cette fondation privée. Le catalogue publié rend compte de deux expositions : les dessins non techniques de Tony Garnier à la fondation Renaud, alors que symétriquement nous présentions ce que renferment les archives publiques (Tony Garnier, l’architecte-Tony Garnier, l’œuvre libre, Archives municipales de Lyon-Ville de Lyon, Fondation Renaud, 2019, 197 et 84 p).

Installé dans l’ancien tri postal de Perrache, le bâtiment des archives est à la fois très visible et accessible. Un atout sans doute pour ces expositions ?

Les archives de Lyon ont en effet été installées en 2001 dans le quartier de la Confluence en pleine rénovation. Le choix a été fait d’un bâtiment très ouvert, avec une salle d‘exposition interne de 400 m2. Une autre a été ajoutée en 2005, plus petite (150 m2), mais vitrée et ouverte sur la place des archives.

Même si la tradition d’organiser des expositions est plus ancienne, elle doit beaucoup à ce bâtiment que nous faisons vivre. C’est aussi la relation qui nous unit à nos publics, composés de catégories différentes. Á côté des chercheurs, du public des conférences, et du public scolaire (nous accueillons 3 000 élèves par an), il y a un public qui vient grâce aux expositions, entrer en contact avec des choses qui le concernent directement. Cela avait été le cas en 2014 pour l’exposition « Lyon l’italienne », à l’époque de ma prédécesseure, Anne-Catherine Marin. Un grand succès, avec plus de 15 000 visiteurs, qui venaient chercher la mise en perspective d’histoires plus personnelles, familiales. Même l’exposition « Rayons X », très spécialisée sur la radiologie pendant la guerre de 14, a fonctionné en 2017-2018 par identification au personnel soignant, les expositions sur l’histoire de la santé à Lyon étant rares.

2_Un des panneaux de l’exposition “La rue de la République, vitrine de Lyon”

Quelle coopération avec les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon (ADRML), qui elles aussi ont été installées dans un bâtiment neuf en 2014 ?

Nous n’avons pas les mêmes fonctions, même si depuis que la métropole a récupéré les compétences du département sur son territoire (2015), nous devons nous organiser pour certaines collectes (celles d’institutions ayant une représentation de la ville et de la métropole, archives privées). Mais nous coopérons aussi comme institutions culturelles, pour éviter par exemple de présenter des expositions concurrentes. L’an dernier, nous avons travaillé ensemble sur la « Charte sapaudine », considérée comme la charte de fondation de la municipalité lyonnaise (1320). Les ADRML ont fait une exposition sur la Part-Dieu, où elles sont installées, en recourant à de nombreux prêts des AML.

Vos expositions sont-elles programmées en fonction des projets d’urbanisme ?

Nous avons fait trois expositions sur le grand projet de la Confluence : au moment de notre installation en 2003 « Pourquoi pas Perrache », puis en 2010 et 2018. C’est assez logique, dans la mesure où les AML interagissent avec le quartier dans lequel elles sont installées. Mais cette orientation reste secondaire, car les archives ne sont pas en premier lieu un espace de discussion autour d’un projet urbain, d’accompagnement du changement. Il faut trouver la juste distance, et la durée est à prendre compte. Pour le Grand Hôtel-Dieu, récemment reconverti, nous avons plutôt choisi une autre forme et avons donc contribué à l’élaboration d’un récit par un documentaire sur France 3. Les productions audiovisuelles peuvent toucher davantage de monde : dans le cadre du centenaire de la guerre de 14 nous avons participé à la réalisation d’un documentaire à partir du journal tenu par un certain Barthélemy Mermet, comptable aux usines Lumière dont les archives nous ont été données à l’occasion de la « grande collecte » des documents sur la guerre.

Quelle différence avec des expositions de musée ?

Notre cœur de métier est très différent. Nos collections se comptent en centaines de milliers de documents, alors que nos espaces d’exposition sont nettement plus petits. L’impossibilité de monter un « musée des archives » implique aussi que les documents et les expositions tournent. Reste que notre espace est important pour des archives, ce qui nous amène a travailler aussi en termes de scénographie.

D’autres archives municipales françaises mènent des politiques similaires ?

Cela dépend beaucoup des lieux dans lesquels les services sont installés, je crois. Marseille a un très bel espace consacré à ce type d’activités, avec des partenariats qui ressemblent aux nôtres. Un autre modèle est Toulouse dont le service d’archives est à l’écart du centre-ville et les locaux moins adaptés. Pour les expositions, comme celle qui s’était tenue sur les images de la Ville, ils travaillent avec d’autres établissements culturels, comme les Jacobins. A Paris, nos collègues n’en organisent pas in situ dans le bâtiment de la Porte des Lilas. D’une manière générale, nos collègues sont assez inventifs pour occuper l’espace public, notamment par des expositions sur panneaux présentées sur des grilles. Cela se fait aussi à Lyon (dans les 2e et 5e arrondissements pour prendre des exemples récents) mais pourrait encore être développé.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 4 février). EVENEMENT: Les expositions des Archives municipales de Lyon. Histoire Urbaine. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4ua

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search