EVENEMENT: Pionniers du Grand Paris. Sur les traces d’une urbanisation effacée, 1730-1860.

EVENEMENT :

(Laurent Coudroy de Lille)

 

Pionniers du Grand Paris. Sur les traces d’une urbanisation effacée, 1730-1860

Pont-Saint-Ange (Paris, 10e-18e arrondissements)

Jusqu’au 1er mai 2021

L’exposition sera ensuite présentée dans d’autres lieux à Paris

L’exposition côté 10ème arrondissement, photo d’Alexandre Frondizi.

Entretien avec Alexandre Frondizi**, commissaire de l’exposition

Laurent Coudroy de Lille : Comment s’est élaborée cette exposition, dont vous êtes commissaire scientifique ?

Alexandre Frondizi : Elle répond à une invitation du Comité d’histoire de la Ville de Paris qui, environ tous les deux ans, se voit confier par la Ville et les mairies du 10e et du 18e arrondissements l’animation culturelle de l’espace d’expositions du pont Saint-Ange. Cet espace est constitué d’une cinquantaine de cadres accrochés aux grilles du pont par lequel le boulevard de la Chapelle enjambe la tranchée ferroviaire de la gare du Nord. Ces panneaux, disposés des deux côtés du boulevard, invitent à passer sous le viaduc de la ligne 2 du métro aérien et donc à franchir la frontière entre les deux arrondissements.

Avec Marie Aynié, secrétaire générale du CHVP, nous avons très vite convenu d’un parcours chronologique qui propose de découvrir les cinq séquences de la formation de l’un des quartiers du Grand Paris que Napoléon III et Eugène Haussmann transforment en 1860 en un Paris agrandi. En remontant aux origines parfois illicites d’un espace social, urbain et politique situé à partir de 1790 hors des murs de la ville et, plus précisément, d’un quartier bâti à cheval sur les communes de La Chapelle et de Montmartre, l’exposition sort notamment de l’ombre les pionniers aujourd’hui oubliés des actuels quartiers Barbès, Château Rouge, Clignancourt et Goutte d’Or.

En cette année de commémorations de la Commune, la tentation était grande de pousser jusqu’en 1871 : après l’affaire des canons de la butte Montmartre, le 18e est l’arrondissement qui fournit le plus grand nombre d’inculpés à la justice expéditive qui s’abat sur la population parisienne à la suite de la Semaine sanglante. J’ai néanmoins résisté à cette tentation et suggéré – comme c’était déjà le cas dans ma thèse : Paris au-delà de Paris. Urbanisation et révolution dans l’outre-octroi populaire, 1789-1860, IEP de Paris, 2018 – que le 18e arrondissement hérite alors de la longue tradition révolutionnaire des quartiers populaires chapellois et montmartrois. Les élus l’ont très bien compris lors de la visite d’inauguration, et souhaitent maintenant que l’exposition soit installée ailleurs dans le quartier.

Mais, justement, comment passe-t-on d’une thèse à une exposition ?

Ce passage constitua un défi passionnant. Ma thèse, dirigée par Jean-François Chanet et Florence Bourillon, s’appuya effectivement sur des sources sérielles qui, hormis les cartes et quelques gravures, s’adaptaient mal aux exigences d’une exposition en plein air. Il a donc fallu trouver des images de toute nature : peintures, sculptures, cartes postales, caricatures, etc. Cela m’a par exemple amené à mettre en valeur la statuette où Dantan Jeune représente en sylphe éteignant une lanterne à l’huile, le promoteur de l’éclairage au gaz, Antoine Pauwels ou, pour rester chez les industriels, la chapelle sépulcrale qui rend hommage au mécanicien François Cavé et au chaudronnier Louis Lemaître. Cela m’a surtout permis de découvrir une grande quantité de photographies prises au moment de la démolition d’immeubles datant de la première moitié du XIXe siècle. C’est le cas de nombreuses maisons emportées par la percée de nouvelles voies, où les habitants délogés posent devant l’objectif, ou de celles du passage Fauvet dont, un siècle avant d’être avalé par le square Léon, la rédaction d’un écolier dit en 1888 qu’« il a été appelé le Ghetto parisien » à cause de son insalubrité. Ces clichés d’immeubles disparus non seulement alimentent plus spontanément que les cartes, l’imagination du grand public, mais évoquent aussi parfaitement l’idée d’une « urbanisation effacée ».

Installée en plein air, cette exposition est l’une des rares à avoir pu être vue dans des conditions normales quand les musées et espaces clos sont fermés. Quels échos en avez-vous eu ?

De manière générale, les échos qui me sont parvenus expriment une gratitude liée au contexte de fermeture des musés. Sur le contenu même de l’exposition, ces échos renvoient avant tout aux attentes de leurs auteurs. D’une part, certains collègues ont salué la capacité à rendre si concrets des processus urbains extrêmement complexes et à proposer une histoire visuelle de la fabrique ordinaire de la ville qui donne les pioches non plus au seul Haussmann et autres édiles, mais également à des inconnus qui mènent souvent ensemble ce que nous pourrions appeler une infra-politique urbaine dont la cohérence et l’efficacité a été trop souvent négligée. D’autre part, des habitants impliqués dans la vie associative locale et parfois même dans la production d’un récit mémoriel sur leur quartier sont évidemment ravis des ressources mises à leur disposition et se sont montrés particulièrement intéressés par la démythification de l’origine du nom du prétendu Château Rouge – maison en brique trop récente pour héberger un quelconque rendez-vous entre Henri IV et Gabrielle d’Estrées – ou de la Goutte d’Or – ne renvoyant pas à la couleur dorée d’un inexistant vin local. Enfin, les passants occasionnels avec lesquels j’ai pu échanger m’ont souvent interrogé sur un panneau en particulier et, trouvant l’exposition très dense, m’ont souvent exprimé leur volonté d’y revenir avec plus de temps et parfois en famille ou entre amis.

Le contenu est aussi très savant : il est question de « terriers », d’« octroi », de « quartier intercommunal », d’« haussmanisation », et même de « lotissement en forme de croix décussée ». Comment cette connaissance peut-elle être perçue par les passants d’aujourd’hui ?

Ne pouvant répondre à la place des passants, je peux juste formuler trois petites remarques. La première, c’est que Marie Aynié et moi avons choisi de proposer des textes exigeants mais adaptés à plusieurs niveaux de lecture. La deuxième, c’est que ces termes techniques apparaissent soit après des notices, soit à côté d’images qui préparent à leur compréhension. La troisième, c’est que l’accès au web par les téléphones portables peut aider les plus curieux à décrypter ces termes rares, anciens ou spécialisés. J’espère, en tout cas, que l’on sort de l’exposition avec quelques nouvelles connaissances et, surtout, avec le désir d’aller plus loin.

Au-delà de l’avantage d’avoir pu être visitée quand beaucoup d’autres étaient fermées, votre exposition est installée dans le quartier même dont elle traite. De même que la photo qui a été diffusée sur le site de la SFHU montrait une Parisienne rentrant du marché avec son cabas et s’arrêtant devant l’un des panneaux, le visiteur peut facilement joindre à sa visite celle du quartier sur lequel il a une vue panoramique. Que dire de cet heureux recoupement, de cet enracinement dans le quartier ?

Vous pointez là l’aspect qui m’a le plus séduit dans la proposition du CHVP. L’une des forces du dispositif est effectivement d’offrir aux passants la possibilité, d’une part, de découvrir des représentations anciennes de l’espace qu’ils traversent ou qu’ils sont invités à traverser en faisant quelques pas supplémentaires et, d’autre part, d’inscrire ainsi dans son épaisseur historique, les éléments matériels de leur environnement immédiat. Nombreuses sont par exemple les photographies prises et les lithographies ou peintures dessinées depuis l’emplacement exact où elles sont exposées.

Laissez-moi à ce propos revenir sur le nom même du pont Saint-Ange qui, répétons-le, accueille l’exposition et permet au boulevard de la Chapelle d’enjamber les voies de la gare du Nord. Ce nom, qui est celui qu’Ange Trutat et Angélique Péan de Saint-Gilles s’arrogent en mixant les leurs, sert au départ à désigner leur lotissement, sa place centrale, l’actuel boulevard de la Chapelle et un hôtel garni situé à la pointe orientale d’un îlot coupé en deux par la tranchée ferroviaire des années 1840, puis carrément englouti par l’élargissement opéré dans les années 1970 pour accueillir le RER. Des photographies de cet hôtel disparu exhument la dernière trace matérielle renvoyant à ce couple de pionniers urbains dont seule la dénomination du pont conserve une mémoire d’autant plus secrète qu’aucune plaque n’indique son nom.

L’exposition côté 18ème arrondissement. Est visible la gravure de Daumier, Le petit Adolphe Prud’homme et son bourgeois de père, photo dAlexandre Frondizi.

Au-delà de la raison secrète du nom de ce pont inconnu, c’est la profondeur d’une histoire oubliée que l’on découvre donc à travers les traces matérielles comme immatérielles. Ce quartier a été aussi effacé par les grandes infrastructures et bâtiments massifs… disons par la logique du Paris annexionniste de 1860. En refaisant vivre cette urbanité révolue, l’exposition contribue-t-elle à « recoudre » la ville d’aujourd’hui pour prendre une métaphore chère aux urbanistes ?

Vous avez complètement raison. Si elles n’effacent pas totalement le quartier projeté par les promoteurs et construit par leurs premiers acquéreurs, les infrastructures ferroviaires et hospitalières contrarient dès le milieu du XIXe siècle son développement. Les premières, qui coupent en deux le quartier Saint-Ange et ensevelissent nombre de ses immeubles, interdisent également les extensions orientale et septentrionale prévues par d’autres lotisseurs et illustrées par les cartes de leurs projets urbains avortés. Les secondes empêchent la liaison directe avec l’actuel 10e arrondissement par une jonction viaire rendue impossible par l’hôpital Lariboisière. Cet enclavement du quartier de la Goutte d’Or, depuis renforcé par le viaduc aérien du métro et par l’élargissement de la tranchée ferroviaire, ne résulte donc pas des choix plutôt harmonieux des pionniers urbains, mais des initiatives d’acteurs avec des logiques scalaires alternatives. En le rappelant, l’exposition invite en effet à traverser les murs hérités du Grand Paris du XIXe siècle et à renouer avec les ambitions urbaines de certains de ses pionniers oubliés.

Justement, le panneau de présentation de l’exposition explique qu’elle prend place « dans le cadre du projet d’aménagement de la promenade urbaine Barbès-Stalingrad », c’est-à-dire dans un ensemble de quartiers qui « accueillent depuis le XIXe siècle des populations du monde entier, leur culture, leurs espoirs, leur énergie ». Il s’agit de les requalifier par cette intervention culturelle. Comment un jeune historien vit-il cet usage public de la connaissance ?

Je tiens d’abord à signaler que je ne suis évidemment pas l’auteur de ce panneau qui accompagne toutes les expositions du pont Saint-Ange. Je veux également préciser que je n’ai souffert d’aucune forme de censure de la part des autorités municipales qui, bien au contraire, m’ont laissé la complète liberté d’évoquer l’autoritarisme de leurs prédécesseurs et les espoirs brisés des révolutionnaires de 1848. En outre, comme je le suggérais précédemment, je serais enchanté que cette exposition, en rappelant de tels espoirs et ceux de quelques pionniers urbains du Grand Paris préhaussmannien, contribue à ouvrir le quartier à des visiteurs extérieurs, à fournir des ressources pour modifier sa mauvaise réputation médiatique ou à le désenclaver en défendant, par exemple, l’idée d’un accès aux jardins de l’hôpital Lariboisière depuis le boulevard de la Chapelle. Mais prêter un tel pouvoir à une simple exposition serait à mes yeux complètement déraisonnable.

De quelles œuvres ou éléments de contenu avez-vous encore envie de nous parler ?

Me viennent spontanément à l’esprit deux images qui, vers la fin de l’exposition, discutent à chaud des effets de l’annexion parisienne de sa petite banlieue en 1860. La première est une caricature où, à travers la question du petit Adolphe Prudhomme à son bourgeois de père qui, lors d’une visite des ruines du murs des Fermiers généraux, lui donne le conseil hautement libéral de se souvenir « de ce jour mémorable où [il a] vu démolir le mur d’octroi » et du fait « que la philosophie, produit de la raison, renversera de même les barrières des préjugés sociaux ». Honoré Daumier signale par la bouche d’Adolphe que ces barrières ne sont alors pas renversées, mais simplement « reconstruit[es] un peu plus loin ».

La seconde est une magnifique gravure dans laquelle Jules Férat illustre les craintes du petit Adolphe : des agents de l’octroi tirent un char qui avance vers les fortifications l’allégorie du vieux Paris et de ses huit jeunes arrondissements et, ce faisant, repoussent le peuple des barrières. Si ces dessins réduisent la complexité des mobilités résidentielles, ils ont le mérite de poser la question de la persistance de la ségrégation socio-spatiale. L’un des effets de cette exposition est aussi, vous l’aurez compris, de rendre cet art populaire du dessin de presse à son public de rue.

*EUP-UPEC-Lab’URBA, EA7374

** Université de Neuchâtel

 

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 4 février). EVENEMENT: Pionniers du Grand Paris. Sur les traces d’une urbanisation effacée, 1730-1860. Histoire Urbaine. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4uc

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search