EVENEMENT: “Rouen retrouvée” associe deux expositions (mai-juillet 2021)

EVENEMENT:

(Boris Bove)

 

« Rouen retrouvée » associe deux expositions : « Une ville du Moyen Âge à la Révolution » au pôle culturel Grammont (18 mai-23 juillet 2021) et « Retour aux sources » à la bibliothèque patrimoniale Jacques Villon (18 mai-25 septembre 2021).

 

« Roan », gravure de Gerard Van der Keulen (1678-1726), cartographe hollandais, avec mise en couleur, début XVIIIe s., d’après une gravure de Matthäus Mérian (1593-1650). Arch. dép. Seine-Maritime, 1 Fi 803

 

Entretien avec Vincent Maroteaux, directeur des Archives départementales de Seine-Maritime (AD76), Virginie Jourdain, chef du service de la médiation culturelle (AD76) et Lucie Garcia, assistante de conservation à la Bibliothèque Jacques Villon de Rouen.

Boris Bove : Sous le titre « Rouen retrouvée » se trouvent rassemblées deux expositions : l’une est centrée sur le paysage urbain tel que les documents d’archives permettent de le reconstituer (portes et enceintes, vues cavalières, maisons de bois, ponts, équipement politique et religieux, eau), l’autre, sur un document exceptionnel, le Livre des fontaines commandé par l’échevin Jacques Le Lieur en 1525, et sa postérité iconographique. Qu’est-ce qui vous a donné l’idée d’organiser cet événement en 2021 ?

Vincent Maroteaux : L’idée était de valoriser le travail en cours pour doter le fonds ancien des archives municipales, actuellement déposé aux Archives de la Seine-Maritime sur le site de Grammont, d’un instrument de recherche définitif. Extrait anciennement du fonds et conservé à la réserve de la Bibliothèque municipale, le manuscrit du Livre des fontaines en était l’élément le plus emblématique, c’est pourquoi il nous a paru intéressant de coupler notre projet avec sa présentation au public. Nous avons souhaité y associer aussi avec une équipe d’universitaires et de chercheurs en lien avec l’histoire de la ville ; on pourra retrouver leurs contributions dans l’importante publication, très abondamment illustrée, qui accompagne et pourra prolonger ces expositions : Rouen retrouvée, une ville du Moyen Âge à la Révolution, Éditions des Méandres, 352 p.

Lucie Garcia : Concernant le Livre des fontaines, nous avions depuis déjà plusieurs années le projet de montrer aux Rouennais l’original de ce document exceptionnel. La Grande Vue de Rouen, extraite du Livre des fontaines, a fait l’objet d’une importante restauration en 2017. C’est l’occasion pour les deux institutions de proposer une valorisation conjointe de nos collections anciennes.

Pourquoi ce titre ? La ville de Rouen a certes changé, mais les traces matérielles de l’Ancien Régime sont très présentes dans le paysage, contrairement à d’autres villes de France ou de Normandie. Y a-t-il eu des expositions semblables pour Le Havre, par exemple ? Ce titre n’est-il pas paradoxal ? N’est-ce pas justement la forte présence du patrimoine ancien qui incite à une reconstitution complète à Rouen ?

Vincent Maroteaux : En l’occurrence, c’est la mémoire de la ville qu’il est proposé de retrouver, le fonds ancien de la ville étant jusqu’ici mal connu et peu accessible faute de disposer d’instruments de recherche autres que des répertoires manuscrits établis il y a près de deux siècles. L’exposition présentée à Grammont est aussi l’occasion pour les Rouennais d’aujourd’hui de mieux comprendre leur ville, à la fois dans ses éléments de permanence, mais aussi dans ses mutations. L’héritage de l’Ancien Régime apparaît certes très riche, la ville a pourtant connu des transformations profondes, parfois imposées comme ce fut le cas après les destructions de 1940 et 1944. Par ailleurs, au-delà du paysage urbain, ce sont aussi les conditions de vie qui sont évoquées : alimentation en eau potable, sécurité, ramassage des déchets, éclairage, autant de thématiques qui entrent en résonance avec des sujets qui restent d’actualité.

Lucie Garcia : Ce titre fait écho aux publications anciennes sur le patrimoine architectural de la ville. Ainsi, cela fait penser à Rouen qui s’en va, recueil d’eaux-fortes publiées par Jules Adeline en 1876 ou bien sûr à Rouen disparu, titre choisi à la fois par l’architecte illustrateur Jules Adeline et l’architecte historien Pierre Chirol pour mettre en perspective les mutilations qu’ont connu les monuments historiques de Rouen. Pour le titre de l’exposition « Retour aux sources », le choix s’est imposé de lui-même quand nous avons décidé de mettre en avant non seulement le manuscrit cartographiant les sources mais aussi quelle source d’information et d’inspiration a pu être ce document depuis le XIXe siècle.

Le choix de deux expositions jumelles sur deux sites s’explique certainement par des raisons pratiques (espace d’exposition élargi et protection des documents), mais est-ce habituel ? L’un des sites est rive droite dans la zone touristique, l’autre rive gauche dans la zone populaire et industrielle : l’environnement urbain influe-t-il sur la fréquentation, la visibilité et la nature du public qui vient les voir ?

Vincent Maroteaux : La complémentarité entre les deux expositions a été vue en fonction de leurs contenus, plus qu’en fonction des publics potentiels. Mais il est vrai que la situation du site Grammont sur la rive gauche de la Seine est l’occasion d’ouvrir ces thématiques patrimoniales vers des publics nouveaux, ce que facilite la présence sur place d’une importante bibliothèque de quartier. Il ne faut pas se cacher cependant que l’accès plus difficile du site peut être un obstacle à la fréquentation – ce qui avait amené d’ailleurs la ville à renoncer à y placer sa bibliothèque patrimoniale – ; mais nous travaillons pour permettre son appropriation comme lieu culturel, et le fait que le bâtiment soit dû à un architecte connu, Rudy Ricciotti, est de nature à y aider.

Le Livre des fontaines (au premier plan) dans son contexte muséal à la Bibliothèque municipale (cliché : BM de Rouen)

Le Livre des fontaines est en réalité un document composite : c’est un coffre en forme de livre renfermant un codex, une vue cavalière de Rouen et trois plans des adductions d’eau captant les sources qui alimentent les fontaines au XVIe siècle, plans qui font chacun plusieurs mètres de long, avec parfois une forme en T. Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour mettre en valeur ce curieux document ? J’ai noté que la lumière dans la salle était particulièrement faible, est-ce pour protéger l’éclat des couleurs ?

Lucie Garcia : Nous avons la chance de travailler en partenariat avec les menuisiers des services techniques de la ville pour chacune de nos expositions. Cette fois, nous leur avons lancé le défi de nous fabriquer des vitrines sur-mesure pouvant recevoir les trois longues bandes de parchemin. Le résultat est très réussi. Nous limitons l’éclairage de certains documents à 50 lux maximum pour des questions de conservation préventive. Nous surveillons également étroitement le climat dans les salles d’exposition où la température et l’hygrométrie doivent être le plus stable possible. Nous sommes attachés à ces notions de conservation pour que le patrimoine visible aujourd’hui le soit encore dans 500 ans.

Quelle est la nature du Livre des fontaines ? Est-ce un document technique ou un objet d’apparat ? Sait-on combien a coûté sa réalisation et qui l’a payée ?

Lucie Garcia : Le Livre des fontaines est à la fois un document technique à destination principalement du fontainier de la ville et un objet d’art. Cette double fonction est due à son commanditaire, Jacques Le Lieur, qui voyait tout autant dans ce document un outil pratique et un objet d’art qu’il léguerait à la postérité. Si nous ne savons pas combien a coûté la réalisation du livre, nous savons qu’il a été entièrement financé par Jacques Le Lieur qui l’a offert aux échevins de Rouen en janvier 1526.

Les AD76 présentent une restitution virtuelle immersive en 3D du document : d’où vous est venue cette idée ? Quel est l’apport de ce changement de support ?

L’idée de départ est de faire réaliser au visiteur une expérience immersive dans le Rouen ancien, à l’aide d’archives. La réalité virtuelle permet de se sentir tel est un passant plongé dans le Livre des fontaines, document dont les détails autorisent une reconstitution. Nous avons travaillé avec la société Timescope à un scénario, avec un souci d’interactivité. Des informations sur l’histoire urbaine et architecturale de la ville sont en effet activées en rapport avec le parcours. L’expérience est accessible aux visiteurs jusqu’aux journées du patrimoine 2021.

Les AD76 concluent leur exposition par une frise très intéressante montrant l’évolution de l’occupation de la rive gauche du Moyen Âge aux années 1950, époque où il y avait encore des abattoirs. Cette frise est un remploi astucieux de l’exposition « Grammont espace-temps » et pose la question de la prolongation des expositions après leur fermeture. Que restera-t-il de ces expositions après leur fermeture ?

Virginie Jourdain : L’exposition se prolonge grâce à un catalogue et à des podcasts gratuits (www.archivesdepartementales.fr ou www.anchor.fm) sur la gestion d’un territoire urbain d’hier à aujourd’hui, avec des historiens et archéologues, réunis autour d’Emmanuel Gouache, animateur radio. Trois thématiques sont proposées sur l’histoire de Rouen du Moyen Âge à nos jours : la gestion des épidémies ; les déchets et la pollution ; l’habitat rouennais.

 

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 4 février). EVENEMENT: “Rouen retrouvée” associe deux expositions (mai-juillet 2021). Histoire Urbaine. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4ud

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search