EVENEMENT: “C’est du propre ! L’hygiène et la ville depuis le XIXe siècle”, Suresnes

EVENEMENT :

(Laurent Coudroy de Lille)

 

C’est du propre ! L’hygiène et la ville depuis le XIXe siècle

Suresnes_1

Affiche de l’expositon « C’est du propre! » Prolongée jusqu’au 19 septembre.

Entretien avec Marie-Pierre Deguillaume**, directrice du Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes

Au Musée de Suresnes, du 16 octobre 2020 au 19 septembre 2021.

Laurent Coudroy de Lille : Pouvez-nous nous présenter le musée de Suresnes et les expositions qu’il organise ?

Marie-Pierre Deguillaume : Le Musée d’histoire urbaine et Sociale de Suresnes (MUS, https://webmuseo.com/ws/musee-suresnes/) a ouvert ses portes en 2013 dans l’ancienne gare de Suresnes-Longchamp (construite pour l’Exposition universelle de 1889). Il présente, à côté de son exposition permanente, consacrée à l’histoire de la ville de Suresnes et à l’urbanisme social dans l’Entre-deux-Guerres, des expositions thématiques temporaires. Le personnage d’Henri Sellier (1883-1940) est très important : maire de Suresnes, il inspira beaucoup de politiques d’urbanisme et a géré l’Office Public d’Habitations à Bon marché du Département de la Seine. Plusieurs de ces facettes furent abordées par nos expositions : les Cités-jardins, l’aménagement de la région parisienne, les bâtiments scolaires, ou à travers les architectes Marcel Lods et Eugène Beaudouin et l’Ecole de plein air, leur passionnant bâtiment du mouvement moderne destiné aux enfants pré-tuberculeux et rachitiques. Mais Sellier fut aussi ministre de la Santé du gouvernement de Léon Blum, et c’était un hygiéniste convaincu.

Or, l’hygiène était un sujet peu abordé de front, et même un peu oublié par notre société… On peut rappeler que le Musée de l’hygiène de Paris, qui avait aussi un rôle éducatif, a fermé en 1970 (un temps à La Villette, puis Boulevard de Sébastopol), ce qui montre bien une certaine désuétude de ces thèmes dans les dernières décennies.

Comment vous et votre équipe avez-vous monté cette exposition ambitieuse, qui, au-delà des thèmes propres à Suresnes et à la région parisienne, embrasse des questions beaucoup plus larges, évidemment essentielles pour l’histoire urbaine ?

Nous avons travaillé en équipe avec Noémie Maurin-Gaisne pour la mettre en place. Le thème, choisi deux ans avant l’ouverture, débouche sur un synopsis, plus d’un an avant. Ce temps est long mais nécessaire à l’approfondissement du sujet. Nous menons cette découverte à travers des lectures (Alain Corbin, Roger-Henri Guerrand…) et les travaux de chercheurs comme ceux de l’architecte Pascal Mory, de l’historien Stéphane Frioux (Les batailles de l’hygiène), de la sociologue Ginette Baty-Tornikian. C‘est un peu comme un gâteau qui se fabrique ! L’élaboration du synopsis est un moment important.

Mais il faut montrer des documents, des œuvres, car nous sommes un musée : leur recherche est un moment rempli de surprises, d’autant que le MUS a quelques collections sur ce thème. Pour cela, nous avons des partenaires habituels (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, Bibliothèque Poëte et Sellier de l’Ecole d’urbanisme de Paris, ou encore les ressources cinématographique Gaumont-Pathé). Il a fallu en trouver d’autres pour des recherches plus spécialisées : Musée Pasteur pour évoquer la quête des « microbes », SIAAP pour une affiche sur l’eau potable. Aux Archives de Paris, nous avons trouvé les casiers sanitaires. On nous a fait accéder à un fonds de dessins et modèles d’architecture et d’objets sanitaires qui était en cours d’inventaire. Au Musée de l’éducation de Rouen, nous avons trouvé un crachoir, des toilettes d’école. Il fallait simplement visiter leurs réserves. Le réseau des conservateurs est très efficace.

Suresnes_2

Modèle d’une maison montrant toutes les installations les plus perfectionnées : eau, gaz, électricité, aération, évacuation des eaux ménagères …avant 1889 (Geneste, Herscher et compagnie, ingénieur, constructeur, Regnard Frères, constructeurs, plans en relief, modèles en réduction). © Musée des Arts et Métiers-Cnam, Paris / Photo Franck Botté

Votre équipe s’est transformée en équipe de recherche en quelque sorte… De quelles œuvres auriez vous envie de nous parler ?

Il y a eu des trouvailles étonnantes. Au Musée d’Histoire de la Vie quotidienne de Saint-Martin-en-Campagne (Seine Maritime) : une brosse à dent et du dentifrice. Mais nous avons aussi osé, nous, musée de banlieue, nous adresser à Orsay pour une peinture de toilette féminine, un peu à la Degas. C’est finalement un collectionneur privé (Jean-Marie Martin Hattemberg qu’il faut ici remercier) qui nous a prêté une très belle huile sur toile de Pierre Dubreuil, représentant un nu dans un tub, cuvette en zinc dont nous présentons dans la même vitrine le modèle, emprunté à la Communauté d’agglomération Paris-Sud.

Au Musée des Arts et Métiers, nous cherchions des toilettes sanitaires, car il en fallait absolument. Ils nous ont orientés vers un collecteur d’égout, et c’est alors qu’ils ont découvert, et nous ont prêté, la maquette oubliée d’une maison, modélisée en coupe, montrant toutes les améliorations possibles en matière d’hygiène. Notre recherche a été l’occasion de l’identifier comme provenant de l’Exposition universelle de 1889, mais aussi de la restaurer. C’est sans doute la découverte dont nous sommes les plus fières, avec l’équipe du musée.

Mais une exposition n’est pas un livre et doit aussi intéresser un public large, de non spécialistes. Nous avons fait intervenir, comme chaque fois, une scénographe. C’est un marché public à part, de grande importance pour une exposition, dirigée vers des non-initiés. C’est pendant le premier confinement que nous avons travaillé avec la scénographe, presque un an avant l’inauguration qui a eu lieu le 16 octobre 2020. Mais c’était pour fermer quelques jours plus tard

On n’ose pas vous demander quelle fut votre déception de devoir fermer quelques jours après l’inauguration, déception sans doute à la mesure du travail fourni. Malgré cela, quelle en fut la réception ? Et ceci d’autant plus que la raison de cette fermeture…. rencontre précisément le sujet de l’exposition. L’hygiène et les politiques sanitaires sont revenues en pleine actualité depuis plus d’un an.

Cette histoire est incroyable. Et jamais nous n’aurions pensé cela en préparant de longue date ce projet. Notre frustration fut d’autant plus grande. Durant le premier confinement, nous avons travaillé sur l’histoire des « gestes barrières », des « quarantaines », des « masques » et autres virus dans l’espace public, scolaire ou domestique.

Mais dire que l’exposition n’a pas vécu depuis novembre 2020 serait très faux : l’exposition est visible sur le net, puisque nous la faisons visiter sous forme de petites vidéos (https://webmuseo.com/ws/musee-suresnes/app/report/actualites.html). Nous l’avons aussi déplacée hors les murs en quelque sorte, puisque nos médiateurs sont allés la présenter dans les écoles de Suresnes ou Puteaux et nous avons conduit des balades urbaines à 10 ou 6 personnes. Le musée, c’est aussi la ville ! Plusieurs articles de presse (Revue du département, Télérama) en ont rendu compte, et des documentaires pour Ile-de-France TV, et bientôt le magazine de santé de France 5, ont accompagné notre communication. Elle est donc visible en ligne et le restera.

Quelle que soit la date de réouverture, en mai 2021 nous l’espérons, elle sera prolongée jusqu’au 19 septembre 2021, journées du patrimoine. Bienvenue donc à Suresnes cet été ! Et nous savons aussi que les deux prochaines expositions porteront sur la Seine et sur les parcs et jardins.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 4 février). EVENEMENT: “C’est du propre ! L’hygiène et la ville depuis le XIXe siècle”, Suresnes. Histoire Urbaine. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4ue

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search