Compte-rendu: J. Chiron, Natalie Grande, R. Herz-Gazeau, J. Pirorget et J. Piron (ed.), Les Parisiennes : des Femmes dans la ville (Moyen Age – XVIIIe siecle)

Jeanne Chiron, Natalie Grande, Ramona Herz-Gazeau, Julie Pirorget et Julie Piron (textes réunis par), Les Parisiennes : des Femmes dans la ville (Moyen Age – XVIIIe siècle), Artois-Presses-Université, Études Littéraires, 2020, 249 pages

 

Compte-rendu réalisé par Marie-Thérèse Lorcin.

 

Faut-il s’étonner qu’il y ait des femmes en ville puisqu’il y a des hommes ? Les 250 pages de cet ouvrage se présentent comme une nouveauté : des femmes dans la ville… Comme le remarque Arlette Fabre en sa préface, il souhaite apporter « une neuve clarté à la présence, l’activité, la résistance et l’inventivité des Parisiennes, cela dans tous les domaines et pendant un temps long », en distinguant des rôles précis. Pour aider le lecteur à travers des sources multiples, les maîtresses de l’ouvrage ont ajouté à l’introduction d’Arlette Farge, très éclairante, une table des matières fort détaillée, et à la fin, plusieurs index. Les femmes décrites sont tirées de sources variées, si bien que cohabitent dans l’ouvrage des femmes qui ont réellement vécu entre le Moyen Âge et le XVIIIe siècle et d’autres femmes « inventées », autrement dit des personnages de romans, de pièces de théâtre ou d’autres œuvres littéraires qui furent familières en ce « temps long ». C’est ce qui correspond au titre général de la collection : « Études littéraires ».

Une vingtaine d’auteurs (15 femmes et deux hommes) se partagent les deux parties annoncées : Présence et action des femmes dans la ville ; Représentation littéraire des Parisiennes.

Appliqué sur le temps long, le sujet est d’une grande ampleur car les activités des Parisiennes, comme on pouvait s’y attendre, sont des plus variées. La base commune est celle de la maîtresse de maison, ce qui implique déjà différents niveaux de responsabilité et de fortune. Certaines femmes exercent en même temps un métier, parfois malaisé à identifier. Les plus connus sont ceux qui ont un statut, telle « damoiselle Johanne l’Escrivaine » qui rédige lettres et actes administratifs. Il existe aussi de enlumineuses et des brodeuses, des « pintresses » et des « escrivaines », qui toutes écrivent pour vivre dans les rues de Paris (Frédérique Le Nan). Ces femmes ne sont pas enfermées et se meuvent dans l’espace urbain. Le lecteur découvre, non sans contentement, que toutes ces Parisiennes, dominées certes puisque le droit l’exige, ont en commun leur envie d’exister et sont mobiles dans leur espace urbain.

Est-ce là une découverte ? Ces femmes ont une place spécifique dans la ville. Dirait-on « des hommes dans la ville » comme si on les découvrait eux aussi ?

L’introduction d’Arlette Farge montre les professions multiples des femmes qui travaillent pour vivre. Les unes jouent sur une scène de théâtre, d’autres vendent des marchandises (les tripières sont au premier rang), sont trésorières des prisons ou religieuses hospitalières. Quelle que soit la tâche accomplie, les relations avec les hommes sont nécessaires et inévitables. Un index des noms de métiers exercés par des femmes s’avère fort utile. Il est aussi moult représentations littéraires des Parisiennes qui montrent des Parisiennes littéraires sous la plume de Furetière, de Marivaux et d’autres.

L’Europe se « Geoffrinise », déclare l’abbé Ferdinando Galiani pour caractériser le pouvoir d’attraction et de séduction qu’exercent plusieurs femmes lettrées parisiennes du XVIIe siècle sur les écrivains et amateurs de France et d’Europe (Bénédicte Péralez-Peslier). C’est esquisser un sujet d’ampleur considérable, car il rassemble des personnages et des personnes qui ont vécu pendant cette longue période.  Les Parisiennes, écrit Arlette Farge, « existent fortement ». On peine à distinguer les Parisiennes vivantes et les personnages, distinguer le rêve et la réalité.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.