Compte-rendu: Dominique Hervier, Eva Renzulli, André Chastel. Portrait d’un historien de l’art (1912-1990)

Dominique Hervier, Eva Renzulli, André Chastel. Portrait d’un historien de l’art (1912-1990). De sources en témoignages, Paris, Comité d’histoire du ministère de la culture, Travaux et documents n°42, La Documentation française, 2020.

 

Compte-rendu réalisé par François-René Martin

Nulle figure, plus qu’André Chastel, dans l’histoire de l’art française du XXᵉ siècle, n’aura marqué l’histoire de la discipline, dans sa relation avec la société et les pouvoirs publics. Nombreux sont les travaux qui sont déjà revenus sur le véritable magistère exercé par le professeur. Un numéro spécial de la Revue de l’art, paru en 1991, avait déjà livré de nombreux témoignages sur le legs intellectuel d’André Chastel. Une exposition et un colloque, en 2012 et 2013, conçus par Sabine Frommel, Michel Hochmann et Philippe Sénéchal, avaient permis, grâce à l’exploitation des archives Chastel déposées à l’Institut national d’histoire de l’art, de mieux saisir un homme à l’œuvre, dans sa double dimension, publique et intime. Que restait-il à faire ? L’ouvrage de Dominique Hervier, conservateur général honoraire du patrimoine et ancienne élève d’André Chastel et Eva Renzulli, chargée de conférences à l’École pratique des hautes études, revient sur les différents registres de ce magistère en les enrichissant au moyen de témoignages recueillis auprès d’une vingtaine de témoins, amis, élèves, collaborateurs, mais aussi les détracteurs, ceux qui, risquant de lui porter ombrage, furent volontairement tenus à distance. C’est donc un projet croisant archives écrites et archives orales, collectées de manière rigoureuse, qui aboutit ici dans cette biographie du personnage sous ses aspects institutionnel et intellectuel. Il existait déjà nombre d’entretiens écrits ou même enregistrés à l’occasion d’émissions de radios. Un film avait été réalisé par Edgardo Cozarinsky (1990), fondé lui aussi sur des entretiens.

Restait à donner à ce fondement de sources orales hétérogènes, un complément plus cohérent. Une campagne d’entretiens fut réalisée entre 2014 et 2017, selon un mode semi-directif, par quatre enquêteurs, Eva Renzulli se chargeant cependant de l’essentiel de ces entretiens. Une liste idéale de trente-six témoins avait été établie ; vingt-deux témoins furent en définitive entendus. Décès, maladies, refus expliquent cette relative contraction du corpus oral. Mais l’échantillon des témoins permet de représenter les rôles essentiels tenus par André Chastel : pairs français ou étrangers, élèves, collaborateurs, rivaux, associés à l’un ou l’autre des domaines académiques ou de l’action publique dans lesquels l’historien de l’art s’engagea. Ajoutons qu’au traitement de cette matière orale s’ajoute celui de la correspondance non seulement d’André Chastel (ici évoquée par Sébastien Chauffour et Sophie Derrot) ou de ces témoins, comme Henri Zerner, mais aussi d’autres grandes figures qui fréquentèrent André Chastel, comme Jean Ballard, l’influent rédacteur des Cahiers du Sud, André Malraux ou Louis Grodecki.

Plusieurs domaines sont alors traités, comme autant de registres permettant de brosser un portrait complet. Le professeur et directeur de recherche, élève de Focillon, formé auprès d’une figure aussi éminente que discrète, Augustin Renaudet, lequel l’orienta vers une histoire de l’art conçue comme une histoire des idées et de la culture, assez proche en cela de la Kulturgeschichte allemande. Du séminaire fermé de l’École pratique des hautes études, où la lecture des sources ou de la bibliographie avaient la plus grande importance, au cours à la Sorbonne, où la projection des images l’emporte, jusqu’au Collège de France, où André Chastel est élu en 1970 où les thématiques des cours ou séminaires annuels comme « l’art et l’argent » (1970-71) ou la « sémiologie du geste » (1977-79) témoignent d’un souci d’ouverture vers les sciences humaines : l’on perçoit bien comment d’un lieu à l’autre, selon les spécificités de l’enseignement, André Chastel parvint à « créer une petite école de pensée », comme le souligne Jean-Michel Leniaud. Une école appelée non seulement à diffuser les idées du maître, mais investir un large domaine de l’histoire de l’art : l’architecture.

Le point de départ de l’action patrimoniale d’André Chastel se situe dans la création, en 1962, du Centre de recherches sur l’histoire de l’architecture moderne (CRHAM), une unité relevant de la faculté des lettres et du Cnrs, ayant pour domaines d’étude la relation entre d’une part la construction urbaine et la cité et d’autre part la relation entre la construction des demeures seigneuriales et l’espace rural. Exemplaires furent à ce titre les travaux sur l’architecture et le tissu urbain du quartier des Halles, à l’heure des démolitions (la « RCP n°10 », entre 1961 et 1971) et la recherche sur l’architecture « castellique » – selon le néologisme formé par André Chastel lui-même. Recherches qui armaient alors l’action de l’historien de l’art au sein de la Commission des monuments historiques ou encore dans la Commission nationale des secteurs sauvegardés, la méthodologie de la recherche étant convertie en méthodologie de la protection des bâtiments autant que des îlots urbains menacés, comme en Avignon, entre 1964 et 1967, où André Chastel va s’engager dans la sauvegarde du quartier de la Balance, menacé par des projets politico-urbanistiques.

Mais c’est l’Inventaire général qui fut le grand œuvre d’André Chastel, dont la première idée apparaît en 1961, avant qu’une méthodologie ne soit créée, et surtout qu’un grand dessein prêté à André Malraux ne vienne donner à ce programme toute son importance publique. Loin des récits héroïques, les entretiens des témoins de cette aventure laissent apparaître les alliances (avec la Société française d’archéologie), les antagonismes (avec les monuments historiques), les avancées et les reculs. L’importance d’un « réseau chastélien » à l’œuvre dans la mise en place de l’Inventaire ne fait ici que redoubler la politique d’influence menée ailleurs par l’historien de l’art, particulièrement sur le plan international, en Allemagne, en Italie ou encore aux États-Unis. Cette influence, dont l’horizon était toujours le développement de la discipline au sein de la société française et la présence de l’université française dans le concert académique international, ne pouvait que se doubler d’une mainmise sur (presque) tous les lieux de pouvoir et de reconnaissance par l’homme ou son réseau, ce que l’on perçoit bien en lisant les témoignages de savants « mis à l’écart », comme Bertrand Jestaz. S’il est un lieu où la capacité de mobilisation mais aussi le pouvoir d’André Chastel apparaît dans toute sa lumière, c’est bien les éditions, qu’il s’agisse des revues (Art de France, la Revue de l’art), de collections (« Miroirs de l’art » chez Hermann, « De Architectura » chez Picard), ou des chroniques dans Le Monde.

Dernier domaine, enfin : le développement et la reconnaissance de la discipline, menée au sein de toutes les instances représentatives (Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université, Comité français d’histoire de l’art, Comité international d’histoire de l’art…). La dernière bataille fut celle de la création d’un Institut national d’histoire de l’art (INHA), dont la première esquisse remonte à 1982 et qui devait voir le jour en 2001, dix ans après la disparition de son concepteur. Dans un très éclairant prologue, Pierre Vaisse esquisse un panorama de l’état de la discipline autour de 1950 : fragmentation institutionnelle, retard méthodologique, nationalisme culturel… C’est tout l’œuvre d’André Chastel, on le comprend, que d’avoir compris que la mise à niveau de la discipline, tant vis-à-vis des scènes étrangères que des sciences humaines, était la condition d’une véritable influence dans la société, de la révélation de la richesse de son patrimoine et du rayonnement du pays.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.