Compte-rendu: Yankel Fijalkow, Récits de la ville malade. Essai de sociologie urbaine

Yankel Fijalkow, Récits de la ville malade. Essai de sociologie urbaine, Créaphis Éditions, coll. « Poche », 2021, 248 p.

 

compte-rendu réalisé par Gilles Montigny

 

Cet ouvrage a pour objet l’étude des discours tenus depuis le XIXe siècle, par ceux qui en sont les acteurs, sur des thèmes comme les taudis, les logements insalubres, la ghettoïsation des cités, la disparition du patrimoine, la gentrification des quartiers populaires, la dénaturation des villes. Tous se rapportent à ce qu’il convient d’appeler « la ville malade ». L’introduction fait état de trois moments importants : la délimitation des « îlots insalubres » à Paris au début du XXe siècle, la critique du progrès dans les années 1970, la peur de la perte d’authenticité liée à la gentrification des quartiers populaires au début du siècle présent. En réalité, loin de se limiter à ces seuls moments, le livre aborde de manière plus suivie dans le temps les manifestations des pathologies urbaines françaises, principalement à Paris.

Une idée générale traverse ce livre. Au-delà de toutes les transformations urbaines auxquelles on a assisté depuis près de deux siècles, des multiples expériences d’aménagement, de la diversité des actions publiques entreprises pour tenter d’en corriger les défauts, « les récits de la ville malade n’ont finalement guère changé » (p. 221). Surtout, le même constat peut être fait pour ce qui est de la manière dont les problèmes furent traités aux différentes époques.

S’inscrivant dans le droit fil des précédentes recherches de l’auteur1, le premier chapitre s’ouvre par le rappel des topographies médicales réalisées à la fin du XVIIIe siècle. Celles-ci insistèrent sur l’influence des facteurs naturels, des idées admises jusque dans les premières décennies du siècle suivant, avant que l’on ne se penche sur la question des conditions de logement et que l’on commence à se préoccuper des taudis. La notion de logement insalubre n’apparaît qu’avec la loi de 1850, considérée comme le point de départ de notre législation en matière d’urbanisme. Progressivement, la notion d’insalubrité du logement a été précisée, avec la formulation de critères objectifs (surpeuplement, manque d’aération, de ventilation, absence de lumière). Il en est résulté la constitution du Casier sanitaire des maisons de Paris (1894), destiné à repérer et à localiser, pour reprendre le vocabulaire de l’époque, les « maisons meurtrières ». De là, il a découlé la délimitation, en 1906, de 6 « îlots insalubres » à assainir, dont le nombre nombre fut porté à 17 en 1920. Cette histoire montre que jusqu’à l’Entre-deux-Guerres, plus que les conditions sociales des habitants, ce sont avant tout les constructions elles-mêmes qui sont considérées comme responsables des problèmes sanitaires, à commencer par la tuberculose, le principal fléau combattu par les hygiénistes : « Bien que l’hygiéniste traite de populations, il n’en voit guère que le cadre de vie. […] De la population et de ses conditions de vie, il ignore tout. » (p. 49)

On retrouve l’influence de telles conceptions à d’autres moments de notre histoire urbaine nationale. Le choc de la « modernité » subi dans les années 1970, qui vit à la fois la disparition de certains quartiers populaires, des démolitions de grande envergure (comme dans le 13e arrondissement de la capitale), la persistance de certains bidonvilles, la construction accélérée de grands ensembles, la poursuite de l’extension pavillonnaire, a entraîné chez les sociologues urbains une réaction qualifiable de « nostalgique » (p. 109). Face à ces réalités, de nombreux auteurs – sont cités Paul-Henry Chombart de Lauwe, Henri Coing, Michel Verret, Florence Weber, Olivier Schwartz, Colette Pétonnet, Henri Lefebvre – se sont attachés à décrire un monde perçu en voie de disparition ou en perte de sens collectif. Il en est résulté une critique du discours planificateur qui prévalait à l’époque, ainsi qu’une remise en cause de l’idée, démystifiée dans le célèbre article de Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire2, de mixité sociale induite par les nouvelles formes d’habitat collectif. Pour reprendre l’expression de Michel Amiot, les sociologues se prononcèrent « contre l’État » modernisateur. À la suite de Manuel Castells, l’urbanisation des années 1950-1960 a été analysée par le courant structuro-marxiste comme l’expression des contradictions et des crises du système capitaliste. Précédemment, d’autres sociologues avaient montré, enquêtes de terrain à l’appui, les limites du choix officiel fait durant les Trente Glorieuses de donner la priorité à l’habitat collectif3.

Les politiques publiques ne sont pas restées insensibles à ces critiques. Elles ont connu des infléchissements marqués par une plus grande attention portée au patrimoine ancien, un essai de mise en valeur des centres-villes (piétonisation de rues, opérations de réhabilitation), le lancement d’une politique de développement des villes moyennes, l’arrêt de la construction de barres d’immeubles et de tours (circulaire Guichard, 1973), l’engagement d’une « politique de la ville » (antérieure d’ailleurs à 1981). Par rapport à l’expérience des « îlots insalubres » du début du XXe siècle, du fait d’une attention qui a été de nouveau portée à des secteurs devant être traités en priorité, une sorte de boucle semble s’être refermée (p. 135).

Plus récemment, c’est du côté des petites villes, certaines s’apparentant plutôt à des centres-bourgs (p. 174), que l’on retrouve ce genre de permanence dans le traitement des problèmes urbains. Elles aussi sont confrontées à la présence de quartiers anciens dégradés. Quant au périurbain, il est souvent vu comme un lieu de relégation sociale ou comme le produit d’une centralité perdue. Le mouvement de protestation des Gilets jaunes (2018-2019) a souvent été rapproché des réalités de cette « France périphérique » que décrit Christophe Guilluy4. Pour autant, reposant sur des données hâtivement rassemblées et des oppositions parfois caricaturales, la thèse de ce dernier n’emporte pas l’adhésion (p. 189-190).

Les interventions publiques qui portent sur ces espaces présentent les mêmes caractéristiques que celles rencontrées précédemment. C’est-à-dire un traitement limité au cadre bâti, des actions qui portent sur des aspects essentiellement techniques et qui tendent à négliger les conditions de vie qui sont celles des populations (p. 186-187).

Les conséquences de la pandémie de Covid 19 conduisent une fois de plus aux mêmes constats. À travers les mesures imposées par les pouvoirs publics en 2020 et 2021 (confinement, distanciation sociale, fermeture de nombreux commerces, limitation des déplacements) on a assisté, porté par le corps médical, les agences régionales de santé (ARS), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et relayé par le gouvernement, à un retour en force de l’hygiénisme (p. 197). « La crise sanitaire récente nous a donné l’occasion de revisiter les territorialisations coupables évoquées dans ce livre depuis les “îlots insalubres” aux “grands ensembles” en passant par les “lotissements défectueux”. […] Cette période de confinement a permis de retrouver certaines constantes de nos sociétés en période de pandémie. La crainte de la ville et de ses territoires dangereux a conduit à la réapparition d’îlots insalubres et à des tentatives de neutralisation de l’espace public. »  (p. 207, 221) On pense bien évidemment ici aux « clusters » et autres zones coloriées sur les cartes qui étaient censées localiser les principaux foyers de l’épidémie. Plus largement, cette crise sanitaire conduit à s’interroger sur les conséquences d’une urbanisation planétaire qui, par la circulation et la concentration de marchandises, de richesses et d’hommes qu’elle induit, est de nature à faciliter la propagation de maladies à l’échelle mondiale. Le risque est alors réel d’assister à l’avenir à une tendance à la fermeture de l’espace public, laquelle est facilitée par le recours à de nouvelles pratiques professionnelles, comme le télétravail. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’expression, utilisée par l’auteur, de « ville interdite ».

Ce résumé est loin d’épuiser le contenu d’un ouvrage particulièrement dense et riche sur le plan de la réflexion. Par exemple, on lira aussi avec grand intérêt les passages qui relatent le combat de certaines populations parisiennes qui durent s’opposer aux transformations de leurs quartiers menacés par des projets d’opérations de rénovation. Ce fut notamment le cas de ceux de Charonne (p. 87-90) et de la Goutte-d’Or (p. 92-98). De même pour les passages qui s’interrogent sur la réalité et les conséquences du phénomène de gentrification (p. 149-153, 165).

En signant cet essai, Yankel Fijalkow apporte une contribution très originale qui vient fort utilement compléter certains travaux, comme ceux de Bernard Marchand5 ou ceux rassemblés par Arnaud Baubérot et Florence Bourillon6, qui avaient déjà montré la puissance, dans le passé, de certaines représentations relatives aux maux urbains, aux dangers de la ville, et démystifié les discours qui les sous-tendent. Assez curieusement, ces recherches ne sont pas citées dans l’abondante et suggestive bibliographie produite à la fin de l’ouvrage (p. 233-245). Une vingtaine d’illustrations bien choisies l’agrémentent.

1Yankel Fijalkow, La Construction des îlots insalubres. Paris 1850-1945, Paris, L’Harmattan, 1998.

2 Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de Sociologie, XI-1, 1970.

3 Nicole Haumont, Les Pavillonnaires. Étude psychosociologique d’un mode d’habitat, Paris, Centre de recherche d’urbanisme (CRU)/Institut de sociologie urbaine (ISU), 1966.

4 Christophe Guilluy, La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion, 2014.

5 Bernard Marchand, Les Ennemis de Paris. La haine de la grande ville des Lumières à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

6 Arnaud Baubérot et Florence Bourillon (sous la direction de), Urbaphobie ou la détestation de la ville aux XIXe et XXe siècles, Bordeaux, Éditions Bière, 2009.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.