AAC: Les concours d’architecture en Europe (XVe-XXIe siècles) : un état des lieux / colloque international, nov 2022 Paris.

Les concours d’architecture en Europe (XVe-XXIe siècles) : un état des lieux

Colloque international / 17-18-19 novembre 2022 / Paris, Cité de l’Architecture et du Patrimoine

Cité de l’architecture et du patrimoine / École pratique des hautes études (HISTARA EA 7347) / École nationale supérieure d’architecture de Lyon (LAURe EVS 5600)

 

Sans être occultée, la question du concours d’architecture semble avoir été largement sous-estimée par l’historiographie contemporaine alors même que ce mode de consultation jalonne l’histoire de l’architecture occidentale, depuis pour ainsi dire le célèbre concours de 1418 organisé en vue de la construction de la coupole de Santa Maria del Fiore à Florence – pour s’en tenir à la seule époque moderne. Ces dernières décennies, l’histoire des concours d’architecture a fait l’objet de plusieurs études, qu’il s’agisse de l’ouvrage publié en 1988 par Hilde de Haan et Ids Haagsma (Architects in competition : international architectural competitions of the last 200 years) comme de la publication de Cees de Jong et d’Erik Mattie, parue en 1994 (Concours d’architecture 1792 à nos jours). Force est de reconnaître que les généalogies choisies de l’histoire de la modernité contemporaine demeurent extrêmement lacunaires et font délibérément l’impasse sur les formes règlementaires et les appels d’offre, sur les modalités de participation et d’organisation des concours sans parler des questions de communication et de publicité dont l’étude demeure entièrement à entreprendre. Là réside l’une des profondes originalités de ce projet de colloque. Si les principaux jalons de l’histoire des concours internationaux au XXe siècle est aujourd’hui établie, l’historiographie peine à produire des synthèses sur les consultations nationales à de rares exceptions, notamment sur le XIXe siècle, qui reste aujourd’hui encore largement à explorer. L’ambition de cette rencontre est de dresser à la fois un état des lieux sur l’histoire des grands concours nationaux et internationaux d’architecture à une échelle de temps long – du XVe au XXIe siècle – d’étudier les modalités d’organisation et de déroulement de ces consultations mais encore d’apprécier leur importance dans l’activité contemporaine des architectes et dans le débat autour de l’évolution des typologies et des formes architecturales, en s’intéressant aux spécificités nationales, qu’il s’agisse de la culture des acteurs – maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre – comme des aspects règlementaires.

 

À bien des égards, la procédure de concours s’apparente à une véritable course d’obstacles dont les difficultés et les ambiguïtés sont régulièrement soulignées dans la presse professionnelle : quelles exigences donner en phase de qualification en matière de références et de chiffre d’affaires des agences ? Comment définir les critères de choix ? comment fixer les montants d’indemnisation ? Comment assurer l’indépendance et l’objectivité des jurés ? Autant de questions qui reviennent périodiquement dans l’actualité. Dans le cadre de ce colloque, il conviendra d’étudier en particulier les conditions de mise en concurrence et de publicité autour de ces consultations – sur fond d’enjeux politiques et culturels –, mais encore de réévaluer cette question à l’échelle de l’histoire de l’architecture moderne et contemporaine ; à considérer combien les concours dessinent une autre histoire de la commande publique dont les spécificités mériteront d’être appréciées. À ce sujet, il conviendra de s’intéresser attentivement à la question des sources et des archives des concours, considérant que le plus souvent seuls les projets lauréats sont conservés par la maîtrise d’ouvrage publique. Or, la documentation des consultations reste entière pour l’historien et soulève de nombreux problèmes méthodologiques et d’investigations qu’il conviendra d’étudier ; cette dernière remarque s’appliquant aux périodes anciennes comme à l’époque contemporaine. Ce phénomène historique à la temporalité extrêmement étendue – les sources les plus anciennes remontent au XIVe siècle –, et communément adopté en Europe, revêt une dimension internationale dès l’époque moderne et s’impose d’emblée par son caractère pluridisciplinaire puisque son étude est à même de réunir des spécialistes appartenant à des champs d’études diversifiés : histoire de l’art et de l’architecture, histoire des techniques, histoire administrative et histoire politique mais encore sociologie de la culture et des pratiques artistiques. Un tel sujet se révèle particulièrement stimulant pour explorer les liens entre ces disciplines dans le dessein d’élaborer un projet de recherche à l’échelle internationale mobilisant de nombreux acteurs institutionnels et privés (universités, écoles d’architecture, ordre des architectes, musées d’architecture, centres d’archives…).

 

De mai à juin 2021, s’est tenu un premier séminaire (Le Concours d’architecture en Europe : histoire et actualité. De la Renaissance jusqu’à nos jours) à l’initiative conjointe de Sabine Frommel (EPHE), de Marie-Hélène Contal (Cité de l’architecture et du Patrimoine), de Benjamin Chavardès et de Philippe Dufieux (ENSAL) qui a poursuivi l’ambition de dresser un premier état des connaissances en s’interrogeant notamment sur l’histoire et l’actualité de cette pratique, sur les échelles des concours et la récurrence de ce type de consultations notamment en matière de commande religieuse au cours des XIXe et XXe siècles ; ce cycle de rencontres ouvrant de fait un champ de recherche inédit en France en soulignant l’importance déterminante de l’étude du système d’acteurs – qu’elle que soit la période considérée. Or, cette dernière question a été complètement éludée dans les études contemporaines au profit d’une lecture relevant le plus souvent de la seule critique architecturale. L’une des ambitions de ce colloque est précisément de s’intéresser aux modalités d’organisation, de consultation et de déroulement des concours comme au jeu complexe des acteurs publics et privés, des personnels administratifs et des professionnels.

 

Le colloque privilégiera plusieurs axes de recherches parmi lesquels les acteurs et les modalités d’organisation comme de déroulement du concours, la constitution d’un corps règlementaire encadrant cette pratique – dans une perspective comparée à l’échelle européenne –, ainsi que les moyens de communication et de publicité. Il conviendra également d’apprécier le rôle des sociétés et des syndicats professionnels dans le développement et la professionnalisation croissante de ce type de consultations. Comment les jurys sont-ils constitués et selon quels critères ? Comment sont déterminées les modalités de rendu et les indemnisations qu’il s’agisse de concours ouverts comme de concours restreints ? Quel rôle joue la critique architecturale contemporaine et les académies notamment dans la réception des projets ? Quels types de contraintes sont imposés au lauréat quant au projet définitif ? Dans quelle mesure enfin les architectes étrangers se plient aux pratiques et aux modalités d’organisation des pays organisateurs ? Certains modèles d’organisation connaissent-ils des transpositions dans d’autres pays ? Il conviendra en outre de s’intéresser au rôle des concours dans le phénomène de globalisation des typologies et du langage architectural en raison des rendus numériques. Enfin, la dimension didactique et pédagogique des concours pourra également faire l’objet de communications ; il en va de même des questions d’étymologie comme de terminologie appliquées aux concours.

 

Suite au séminaire de 2021, ce premier colloque, programmé du 17 au 19 novembre 2022 à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris, est destiné à dresser un premier état des lieux de la recherche à l’échelle française et européenne. Il s’agit donc d’identifier des clés de lecture à la fois propres au contexte français et des problématiques transfrontalières.

 

Les chercheurs souhaitant proposer une contribution originale sont invités à envoyer leur proposition, comportant un titre, un résumé (environ 200 mots) et une courte biographie avant le 30 avril 2022 à benjamin.chavardes@lyon.archi.fr La langue officielle de la journée est le français, mais les propositions et communications peuvent également être présentées en anglais et en italien.

 

Comité d’organisation / Organizing Committee / Comitato organizzativo

Benjamin Chavardès (maître de conférences à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon / EVS-LAURe UMR 5600)

Marie-Hélène Contal (directrice du département du développement culturel, Cité de l’architecture et du Patrimoine)

Philippe Dufieux (professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon / EVS-LAURe UMR 5600)

Sabine Frommel (directrice d’études à l’École pratique des hautes études / HISTARA EA 7347)

 

Conseil scientifique / Scientific Council / Consiglio scientifico

Emmanuel Château-Dutier (Université de Montréal)

Claudia Conforti (Università degli studi di Roma Tor Vergata)

Thomas Coomans de Brachène (Katholieke Universiteit Leuven)

Emanuela Ferretti (Università degli Studi di Firenze)

Hans-Dieter Naegele (Architekturmuseum der Technischen Universität Berlin)

Winfried Nerdinger (Bayerische Akademie der Schönen Künste à Munich)

David Peyceré (Cité de l’architecture et du patrimoine)

Simon Texier (Université de Picardie Jules-Verne)

Simona Valeriani (Victoria and Albert Museum)


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search