Jean-Louis Gaulin et Susanne Rau (dir.), Lyon vu/e d’ailleurs (1245-1800). Echanges, compétitions et perceptions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon (« Collection d’histoire et d’archéologie médiévales », n°22), 2009, 228 p. (Yann Lignereux).

Fruit des huit communications présentées lors d’une section du IXe Congrès de l’European Association of Urban History tenu à Lyon en août 2008, et enrichi de deux contributions supplémentaires, le recueil proposé par Jean-Louis Gaulin et Susanne Rau peut être lu comme un salutaire antidote à une historiographie lyonnaise par trop confondue quelques fois avec un campanilisme exacerbé et satisfait, lui-même nourri, comme le relève avec justesse Jacques Rossiaud dans la préface de l’ouvrage, par le caractère bavard des laudatives mises en scène urbaines dressant la cité en figure glorieuse d’excellence – ces mises en scène appelant naturellement, comme en contrepoint nécessaire, l’invention d’une image négative et virulente de la ville tout aussi dénuée de la moindre nuance. Aussi, « voir d’ailleurs » la ville, constitue-t-il le choix d’une position critique et épistémologique apte à dépasser les mythologisations antagonistes de la cité et leurs dérives essentialistes pour inscrire ses représentations, et les réalités métropolitaines, dans une perspective dynamique et relationnelle éclairant autrement ces modélisations contrastées par des jeux de concurrences, d’influences, de subordination et de complémentarité à différentes échelles. C’est notamment voir cet ailleurs de la ville que l’on peut saisir à l’intérieur même de la cité auxquels invitent les responsables de l’ouvrage en évoquant une « translocalité » saisie dans les foires, les auberges, la place du Change, les maisons de café et la bourse entendus moins comme des espaces urbains qu’en tant que « localités d’interactions translocales » (p.17). J.-L. Gaulin et S. Rau proposent dans cette perspective une nouvelle dynamique documentaire afin de traquer cette perception réticulaire urbaine en renouvelant le regard sur des sources anciennes comme la correspondance consulaire, les registres notariaux et la littérature viatique ou en en favorisant l’invention de nouvelles à partir de ressources étrangères comme la documentation fournie par des compagnies commerciales actives dans la région mais dont les fonds se trouvent à Burgos, Pise, Leipzig ou Brody par exemple. Dès lors, devant l’ampleur des recherches annoncées, l’introduction du recueil dépasse son caractère strictement liminaire et la nature contingente d’une présentation des travaux ici réunis pour annoncer tout un programme de recherche et mobiliser les énergies collectives que celui-ci requiert.

Placées sous l’image, à réévaluer probablement par ce prisme exotique, « d’une capitale éternellement éphémère » (p. 21), les dix contributions se répartissent très inégalement dans la chronologie annoncée, la période moderne rassemblant huit d’entre elles et parmi celles-ci la première modernité ne laissant au XVIIIe siècle que deux communications seulement dont l’une ne l’intègre d’ailleurs qu’en tant que terminus ad quem d’une évolution.

Lyon médiévale est prise en charge par Stéphane Bruneau-Amphoux et Fabrice Delivré qui singularisent la dimension ecclésiastique de cette image lyonnaise liée aux séjours de la cour pontificale et à l’affirmation de son identité primatiale la mettant, d’une part, momentanément au centre de la Chrétienté médiévale mais sans spécificité réelle, et, d’autre part, en situation concurrentielle plus pérenne avec les métropoles de l’ancienne Gaule. De l’écho des séjours pontificaux résulte l’image pour les étrangers d’une ville du Rhône quand pour ses habitants c’est la Saône qui est le « cœur » de la cité.

Entre les textes religieux sur lesquels s’appuie l’image de la métropole ecclésiastique et les sources poétiques mobilisées par Christoph Oliver Mayer le contraste pourrait paraître grand mais l’articulation entre les périodes médiévale et moderne se fait par la poursuite, à travers la représentation poétique de « l’ami Lyon », de cette question polémique de l’exemplarité et de la grandeur de la ville puisque son image d’excellence littéraire et sa dominance poétique au temps de Maurice Scève se trouvent profondément transformées quand il s’agit, quelques années seulement plus tard, d’illustrer et de défendre la langue française et quand se constitue une Pléiade qui l’ignore.

Agnès Pallini-Martin, Illaria Andreoli, Roberto Tolaini et Francesco Battistini étudient cet ailleurs lyonnais depuis le réseau des marchands-banquiers florentins autour des Salviati et des Gagliano pour la première, à travers le réseau éditorial européen où l’Italie occupe une place majeure pour la seconde tandis que les derniers travaillent sur ces questions d’influence et de rayonnement depuis l’analyse de l’organisation et des flux des marchés séricicoles qui consacrent au XVIIIe siècle la suprématie lyonnaise. A ce cœur de communications centrées sur les échanges et les réseaux transalpins vient s’ajouter un élargissement du cadre géographique de l’ailleurs lyonnais abordé, d’une part, à travers les foires et les marchés financiers castillans (Hilario Casado Alonso) mettant en évidence le rôle essentiel de Lyon – comparable seulement à celui d’Anvers – dans les flux d’argent entre la péninsule ibérique et le reste de l’Europe, et, d’autre part, les réseaux marchands de l’Allemagne du Sud (Mark Häberlein) et plus particulièrement l’apprentissage commercial à Lyon des fils des patriciens des villes impériales comme Augsbourg et Nuremberg.

Abandonnant ces ailleurs européens, René Favier se place dans une toute autre échelle : celle des relations entre Lyon et Grenoble au XVIIIe siècle et la tutelle que faisait peser la première sur les activités économiques de la seconde. Une tutelle dont il montre combien il est nécessaire d’en relativiser le poids en évoquant les ressources offertes par les autres places commerciales concurrentes de Lyon et la réalité des liens tissés entre le Dauphiné et celles-ci depuis la fin du XVIe siècle. C’est aussi l’étude d’un autre ailleurs lyonnais qui est proposée par Delphine Estier : celui des artistes forains et étrangers durant les XVIe-XVIIe siècles. Une réalité artistique de la ville dont les liens avec le site, le bâti et sa vérité topographique oscillent entre la fidélité et l’imaginaire. Un ailleurs imaginé de la ville qui culmine avec l’extraordinaire tableau du néerlandais Jan Abraham Beerstraten, peint en 1652, « transfigurant la cité rhodanienne en un port méditerranéen » (p.178).

Aussi, est-ce avec cette Vue d’un port imaginaire avec la cathédrale Saint-Jean que l’on peut conclure le compte-rendu de cet ouvrage qui, première pierre d’une recherche au long cours, est bien une invitation au voyage dans les ailleurs citadins.

 

Yann LIGNEREUX


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.