EVENEMENT: « Marseille en temps de peste 1720-1722 » : deux expositions

(Par Xavier Lafon, Aix-Marseille Université (Institut de recherche sur l’architecture antique – EAR 3155), Aix-en-Provence, France )

« Marseille en temps de peste 1720-1722 » : deux expositions

Musée d’histoire de Marseille, du 8 octobre 2021 au 30 janvier 2022

et au Musée des Beaux-Arts), spectacles et visites.

Entretien avec Fleur Beauvieux (post-doctorante à l’Institut Pasteur), Fabrice Denise (directeur du Musée d’histoire de Marseille ou MHM) et Karine Rodriguez (assistante de conservation et co-commissaire scientifique de l’exposition – Marseille en temps de Peste, 1720-1722 – avec Annick Riani, chargée d’études en histoire – MHM).

Xavier Lafon : Pourquoi commémorer un tel événement ?

Fabrice Denise : Les évènements qui ont marqué durablement la ville de Marseille ne sont pas très nombreux : entre la fondation plus ou moins mythique par Gyptis et Protis en 600 av. J.-C. et la promotion du Chant de guerre pour l’armée du Rhin de Rouget de L’Isle par le bataillon des volontaires marseillais qui lui donnent son nom avant qu’il ne soit choisi comme hymne national, la peste de 1720-1722 constitue une étape essentielle dans la mémoire de la ville. Il n’est donc pas étonnant de voir la commémoration de son troisième centenaire entrer dans les projets majeurs des acteurs culturels locaux sous la forme d’expositions mais également de manifestations les plus diverses, du spectacle vivant, y compris sous forme de création de chansons populaires dans la forme actuelle du rap, aux nombreuses visites guidées des sites et des monuments liés à cet évènement qui parsèment la ville. Les visites, organisées pendant la durée de l’exposition, ont rencontré un vif succès : îles du Frioul, emplacement du Lazaret hors la ville, restes de la « muraille de la peste » encerclant Marseille pour empêcher, espérait-on, la propagation de la maladie. Les Marseillais et les Provençaux ont très bien compris les liens entre ces évènements du passé et la pandémie actuelle.

Parmi les déclencheurs figurent aussi bien les multiples interventions de Michel Goury, chargé des campagnes de fouilles sur l’épave du Grand Saint-Antoine, le bateau par lequel la peste est arrivée, devenu un spécialiste reconnu de cet épisode tragique1, que les travaux universitaires de Fleur Beauvieux qui a soutenu en 2017 une thèse consacrée à ses conséquences sur la société marseillaise2. Celle-ci renouvelle par bien des points, les connaissances réunies en particulier dans l’ouvrage paru dans sa forme initiale en 1968, sous la plume de Charles Carrière, Marcel Courdurié et Ferréol Rebuffat3. Les réunions concernant ce projet ont débuté en 2018 pour une ouverture de l’exposition principale et l’organisation de différentes manifestations prévues précisément en 2020. Une autre pandémie en a décidé autrement, bousculant le calendrier et entrainant des contraintes fortes dans le déroulement des différentes manifestations destinées à accompagner l’exposition ! Ainsi, le colloque prévu en octobre 2020 dont les actes sont en préparation, s’est achevé de façon abrupte au moment du deuxième confinement. Le catalogue de l’exposition du Musée d’histoire de Marseille ne sera disponible qu’après la fin de la manifestation4. Au final, cette exposition5 na été ouverte que le 8 octobre 2021 (en lieu et place de la date du 25 mai 2020 initialement prévue soit exactement 300 ans après l’arrivée du Grand Saint-Antoine) et devra fermer ses portes le 31 janvier 2022, pour faire la place à une autre exposition co-organisée avec les musées de Strasbourg et consacrée à la Marseillaise.

Xavier Lafon : Le déclenchement de la crise du covid a-t-il eu d’autres conséquences que le décalage et la réduction de la durée d’ouverture ?

Karine Rodriguez : Pour le contenu de l’exposition proprement dite présentée dans les salles consacrées aux expositions temporaires, les conséquences ont été très réduites. De fait le public établit sans difficulté des liens avec la situation sanitaire actuelle sans qu’il soit nécessaire d’insister sur cette dimension. En revanche il n’a pas été possible d’exposer au public dans le grand hall du centre commercial construit au-dessus du musée, l’ancre du Grand-Saint-Antoine. Elle est présentée à lentrée du musée dans la section consacrée aux découvertes archéologiques du XXe siècle. Celle-ci constitue la pièce majeure et la plus spectaculaire des fouilles conduites par Michel Goury, celle qui a participé à l’identification du navire brulé sur ordre du Régent devant l’île de Jarre, lieu de haute quarantaine pour les vaisseaux avec des « patentes brutes » c’est-à-dire des attestations signalant la présence de malades à bord. Cette présentation aurait pu intéresser un public plus large que celui qui visite l’exposition. En contrepartie, compte tenu de l’annulation pour cause de confinement d’une exposition-dossier consacrée aux « Chercheurs de peste », le hall d’entrée du musée accueille et présente les données acquises au XXe siècle. Il s’agit d’écrans interactifs (consultables par ailleurs sur https://www.youtube.com/watch?v=3hF5-3mVKHA) où les scientifiques qui travaillent aujourd’hui dans le cadre de l’UMR dirigée par Michel Signoli6 sur la nature de la maladie montrent leurs découvertes, liées notamment aux fouilles archéologiques menées ces dernières années sur différents charniers ouverts au moment du paroxysme de la peste en 1720 (La Major) ou lors de sa reprise en 1722 (L’Observance). On a ainsi pu séparer physiquement la documentation actuelle des données (documents, gravures, objets, etc.) créées au moment de l’épidémie ou peu après qui constituent l’exposition proprement dite.

Xavier Lafon : Quels objectifs ont-ils été poursuivis dans la présentation de l’exposition ?

Karine Rodriguez: La muséographie de l’exposition a été confiée à Marion Golmard, l’objectif étant autant que faire se peut d’immerger le visiteur dans le milieu des années 1720-1722 à Marseille. Celui-ci est caractérisé par l’omniprésence de la maladie que rappellent entre autres, les vitrines en forme de « lits à baldaquins », plus ou moins directement inspirés de ceux disposés dans la grande salle des hôpitaux de Beaune et le travail des médecins puisqu’un certain nombre de malades ont pu guérir (fig. 2).

Figure 1 : Scénographie adoptée dans la grande salle : vitrines en forme de lits à baldaquin et documents accrochés au mur sur une reproduction agrandie d’un tableau de Michel Serre (cliché MHM).

L’exposition proprement dite est organisée en six « chapitres » : le premier est consacré à l’histoire de la peste en Méditerranée ; le second aux moyens mis en œuvre pour contenir la peste au moyen de lazarets et de mises en quarantaine ainsi qu’à larrivée du Grand Saint-Antoine à Marseille ; le troisième à la gestion de la crise par les autorités municipales, bientôt relayées par décision royale par un représentant du roi, le Chevalier de Langeron, jusqu’alors commandant des galères, par les médecins et enfin par les religieux. Les quatre récits contemporains des faits – auquel fut ajouté le récit de Jean-Baptiste Bourguet, commis de l’Amirauté – ont été l’objet d’un intérêt particulier dans le chapitre quatre consacré aux témoins de l’épidémie. Grâce à la relecture opérée par Fleur Beauvieux, le texte le plus complet, celui du Père Giraud, une version plus proche de l’original, est désormais disponible7. Ces documents font l’objet d’une lecture accessible au visiteur dans une série de box disposés dans une des salles sous le titre « Les témoins de l’épidémie » et inspirés des « Chroniques de la peste » et sont également accessibles via le site du musée8. Ils ont servi de base pour différents spectacles montés parallèlement, notamment au théâtre de la Criée et à d’autres, d’inspiration plus libre dans différents quartiers de la ville. Le chapitre cinq traite de la diffusion en Provence et en Languedoc oriental de la maladie, venant compléter plusieurs expositions régionales sur ce thème dont celle de Cavaillon ouverte en 2020-2021, fondée principalement sur les archives pontificales. Le dernier chapitre envisage les conséquences immédiates sur la vie du port et de la population : la reprise tant démographique qu’économique est rapide et explique que la deuxième moitié du siècle puisse être considérée comme une des périodes les plus florissantes de la ville alors que la réforme monétaire de Law, très sensible au début de 1720, avait peut-être déjà fragilisé l’économie portuaire. Un épilogue insiste sur le souvenir toujours présent de ces événements dans la population. Á ce propos une carte rassemble toutes les informations sur les traces qu’ils ont laissées dans la ville, des dépôts où sont conservées les archives aux noms des protagonistes donnés à des rues ou places, en passant par les monuments et plaques commémoratifs, sans oublier les sites des fouilles contemporaines qui documentent de plus en plus et de mieux en mieux cet épisode.

Xavier Lafon : Comment replacer aujourd’hui cet épisode dramatique dans l’histoire des épidémies et dans l’histoire tout simplement ? 

Fleur Beauvieux : La peste de Marseille constitue un épisode spécifique dans l’histoire des épidémies. Elle coïncide avec deux phénomènes nouveaux. Le premier s’inscrit dans les transformations profondes qui caractérisent le XVIIIe siècle, en particulier dans l’administration publique avec la mise en place de processus de contrôles et de polices territorialisés ainsi que des formes plus efficaces de recensement. Cela se traduit dans le cas de cette épidémie, pour les aspects juridiques, par une documentation exceptionnelle en quantité et en qualité, ce qui lui confère paradoxalement une place que l’on pourrait juger excessive ou du moins disproportionnée dans nos connaissances sur les épidémies de l’Époque moderne, sans parler de celles des périodes antérieures. Cela se retrouve également dans le domaine des images puisqu’avant même la fin de l’épisode, les autorités municipales et sanitaires vont passer commande à de grands peintres du moment, de tableaux « historiques » qui vont fixer et pour longtemps la représentation de ce qu’a été et plus encore de ce que doit être une épidémie.

Figure 2 : Jean-François de Troy, Le chevalier Roze faisant procéder à lenlèvement des cadavres près de la Tourette.

Figure 3 : Gravure reprenant un thème traité par le peintre Michel Serre (« Lhôtel de ville et une partie du port de Marseille de Marseille pendant la peste » ) (Cliché XL).

Ces tableaux sont en effet immédiatement reproduits sous forme de gravures et donc largement diffusés au-delà des espaces officiels pour lesquels ils ont été conçus. Cette diffusion concerne de fait toute l’Europe où l’on a suivi de très près les malheurs de Marseille pour les craindre ou au contraire se réjouir de la perte d’activités de cette rivale. L’exposition parallèle qui se tient au même moment au Musée des Beaux-Arts9 permet de voir ses grands tableaux, en particulier ceux de Michel Serre et de Jean-François de Troy, dans leur intégralité et leur monumentalité, certains après une restauration minutieuse, ainsi que la tradition qu’il contribuent à créer dans ce domaine, au moins jusqu’à la fin du XIXe siècle. Mais la scénographie de l’exposition du Musée d’histoire fait également largement appel à eux, d’une part sous formes de reproductions, d’autre part parce que les informations qu’ils véhiculent ont été largement reprises pour la réalisation des « fresques » qui occupent les deux murs principaux de la grande salle dont l’objectif est de plonger le visiteur dans l’atmosphère de l’époque.

Cette documentation à la fois purement livresque et iconographique est peut-être responsable d’un phénomène d’assimilation rapide de ces données mais également d’enrichissements successifs, dans et par la population marseillaise. L’image très forte qui demeure ancrée dans la mémoire collective est donc composite, mêlant expression et souci de la réalité et considérations plus fantaisistes. L’héroïsation des figures de Belsunce et de Roze doit beaucoup aux décennies et même au siècle qui suivent.

Une autre nouveauté apportée par cette épidémie, en lien également avec le siècle des Lumières « en préparation », est l’absence de recherche d’un bouc émissaire sous forme d’un groupe considéré comme marginal ou déviant, à l’image des sorcières ou des juifs au Moyen Âge. On désigne certes comme cela se voit à travers les chansons populaires des « responsables » comme le premier échevin Estelle, co-propriétaire de la cargaison, ou le capitaine Chataud (emprisonné trois ans avant d’être relâché), mais l’on note l’absence de révoltes de grande ampleur à Marseille, contrairement à d’autres villes touchées par l’épidémie comme Arles. On se moque également de Monseigneur Belsunce, considéré traditionnellement comme un héros mais l’expression marseillaise, encore entendue de nos jours, « arriver comme Belsunce » signifie « arriver les mains vides » car la religion dans ce contexte n’est pas jugée en état d’apporter de véritables solutions.

Un autre centre d’intérêt réside dans l’analyse des solutions adoptées pour faire face à cette crise. La panoplie était bien connue et s’était montrée efficace depuis leur adoption, au plus tard au XVIIe siècle. Ce répit d’assez longue durée (au moins 70 ans entre la peste de 1720 et la précédente peste qui a touché Marseille) entre deux crises épidémiques avait conduit à un relâchement certain des contraintes, notamment pour ce qui concernaient les conditions de la quarantaine imposée aux équipages comme aux marchandises. De fait, on avait tendance à sous-estimer le danger et, le moment venu, ne plus savoir comment traiter la question faute d’une mémoire suffisamment entretenue. Les solutions alors adoptées au moment de crise, relèvent de concepts similaires à ceux que l’on a mis en œuvre à propos du covid : isolement draconien des malades, confinement de l’ensemble de la population dans ses maisons et ses quartiers, enregistrement des malades et des non-malades, créations d’hôpitaux provisoires (« hôpitaux de peste »), recours à larmée, etc.

Xavier Lafon : Quelles suites donner à cette commémoration ?

Fabrice Denise et Karine Rodriguez : La place importante occupée par ces évènements dans la mémoire collective mérite d’être maintenue. Le nombre d’articles scientifiques (plus de trente actuellement recensés) déjà publiés auxquels s’ajouteront les communications au colloque, mentionné précédemment, confirme un intérêt soutenu pour ce moment de l’histoire de Marseille. L’exposition a été l’occasion de faire sortir des réserves et de restaurer un nombre important d’objets et de documents puisque l’essentiel de ce qui est montré provient directement des collections municipales. Celles-ci se trouvent ainsi valorisées et pourront être utilisées en d’autres occasions. Les recherches pour connaître les caractéristiques de la ou des formes de peste qui ont frappé Marseille ne sont pas encore totalement concluantes et il existe encore bien des domaines où la recherche sur la peste de 1720 doit être approfondie.

Mais le projet le plus important, déjà en voie de réalisation, consiste à réunir dans un « site » unique interactif,  https://www.ever.li/ visible en passant par l’adresse URL du musée, toute la documentation rassemblée pour cette exposition et autour d’elle, en particulier dans le cadre des différents spectacles créés à ce sujet, l’ensemble des enregistrements réalisés, à commencer par les « Chroniques de la peste », déjà mentionnées, qui se trouvent en ligne.

1Michel Goury, avec les aquarelles de J.-M. Gassend, Un homme, un navire, la peste de 1720, Marseille, Éditions Jeanne Laffitte, 2013.

2 Fleur Beauvieux, Expériences ordinaires de la peste. La société marseillaise en temps d’épidémie (1720-1724), thèse EHESS campus Marseille, sous la direction de Jean Boutier.

3 Charles Carrière, Marcel Courdurié, Ferréol Rebuffat, Marseille ville morte. La peste de 1720, Marseille, Maurice Garçon éditeur, 1968. Cet ouvrage a fait l’objet de plusieurs rééditions à l’identique, la dernière en 2020.

4 Musée d’histoire de Marseille, Marseille en temps de peste 1720-1722, Heule – Gand, Snoeck gent éditeur, 250 p., disponible à partir du 24 février 2022, en particulier à la Librairie des Suds.

5 Ouverte du 8 octobre 2021 au 31-1-2022. Commissaires scientifiques : Karine Rodriguez et Annick Riani ; commissaire exécutif : Laurence Amsalem ; scénographie : Marion Golmard.

6 UMR 7268 ADES (Anthropologie bio culturelle, droit, éthique, santé).

7 Sa transcription, en accord avec la source originale, constitue la deuxième partie de sa thèse. Louis-François Jauffret, ancien conservateur de la bibliothèque de Marseille, en avait édité une partie au XIXe siècle mais en effectuant des corrections à même le texte, et en censurant et actualisant certaines expressions de Paul Giraud. Une édition critique est en cours de publication.

9 La peste de 1720 dans les collections du musée des Beaux-arts de Marseille, ouverte du 29 octobre 2021 au 27 février 2022.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 12 avril). EVENEMENT: « Marseille en temps de peste 1720-1722 » : deux expositions. Histoire Urbaine. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4v0

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search