EVENEMENT: « La vie HLM. Histoires d’habitant·e·s de logements populaires. Aubervilliers, 1950-2000 », jusqu’au 30 juin 2022

Entretien avec Muriel Cohen (Maîtresse de conférences l’université du Mans), Cédric David (chercheur associé au Centre d’Histore Sociale (CHS) et professeur dhistoire-géographie en collège à Saint-Denis), Sébastien Radouan (chargé de la coordination scientifique de l’AMuLoP et MCF associé à l’Ecole d’architecture de Paris-La Villette), 28 janvier 2022

« La vie HLM. Histoires dhabitant·e·s de logements populaires. Aubervilliers, 1950-2000 », 8 allée Charles Grosperrin, Aubervilliers.

Exposition du 16 octobre 2021 au 30 juin 2022 et ouverture d’un musée.

Laurent Coudroy de Lille et Charlotte Vorms : lexposition « La vie HLM » est ouverte depuis le mois doctobre 2020, proposant des visites de deux appartements familiaux. Pouvez-vous nous dire en quoi consiste-t-elle et comment ça se passe ?

Sébastien Radouan : L’exposition raconte lhistoire des quartiers populaires dans la seconde moitié du xxe siècle à travers la reconstitution des intérieurs domestiques et des trajectoires des habitants du bâtiment Grosperrin de la cité Emile-Dubois, à Aubervilliers. Les deux parcours, guidés par des médiateurs, racontent la vie de quatre familles qui ont habité sur place entre 1957 et 2005: « Histoire dune famille ouvrière » et « Trois familles, une histoire des quartiers populaires ».

Comment ça se passe ? C’est une expérimentation permanente ! A travers l’Association pour un musée du logement populaire (AMuLoP), c’est un demarche collective, et cest ainsi que nous relevons les défis. Nous avons été encouragés par le succès de linauguration.

Cédric David : La fréquentation de lexposition est en constante progression. Plusieurs dizaines de classes sont venues, beaucoup d’étudiants et duniversitaires, le public habituel des expositions, les curieux de la vie culturelle, mais aussi un public individuel local. Ce projet répond à la fois à la demande de ceux qui ont grandi en banlieue et qui s’intéressent au vécu de ces lieuxet de tous ceux que lhistoire urbaine ou larchitecture intéressent. L’AMuLoP a été fondée pour porter de tels projets. Pour nous, cest une manière de conduire une recherche engagée dans la société ; une façon aussi de continuer à faire de lhistoire sociale et urbaine, hors de l’Université.

Figure 1

La barre Grosperrin dans la Cité Emile Dubois où se trouvent les appartements visitables. La fresque Tout Monde provient d’une intervention artistique antérieure, l’affiche « La vie HLM » l’exposition en cours.

Le projet de lassociation est très original : non seulement il associe la recherche universitaire à une muséographie singulière, mais en outre linitiative est plutôt du côté des chercheurs et enseignants que des institutions publiques. Pouvez-vous nous dire comment vous travaillez avec ces institutions ? Quel public visiez-vous ? 

MC : Notre association est davantage composée d’enseignants du secondaire que de chercheurs, et nous visions dabord un public scolaire, celui de nos élèves, des enfants des quartiers populaires. A travers eux, lobjectif est aussi dinciter les parents à venir découvrir lhistoire des banlieues sous un autre jour que celui que leur proposent les médias.

CD : De belles expérimentations pédagogiques ont déjà eu lieu. Par exemple, une classe de 3e du collège Jean Lurçat à Saint-Denis travaille à reconstituer lambiance sonore dun des appartements donnés à visiter avec une « archéologue du paysage sonore », Mylène Pardoen. Ce projet est soutenu par le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis via son programme Culture et Arts au Collège”. D’autres projets de ce type sont menés avec le concours de la Région pour des classes de lycée d’Aubervilliers et avec lappui de la municipalité pour des écoles élémentaires.

MC : Cependant, notre position de chercheurs était essentielle, car cest ce qui nous a permis dobtenir les premiers financements. Le Centre dhistoire sociale des mondes contemporains (CHS, université Paris 1) a porté le projet de recherche Migrants dans le logement ordinaireauquel nous avons adossé l’exposition. Ce projet a été financé par lInstitut Convergences Migrations [institut de recherche associant le CNRS à divers établissements]. Cest ce soutien, et lancrage du projet au sein du Campus Condorcet, qui ont convaincu les collectivités locales de nous soutenir, et notamment l’Office public de l’habitat d’Aubervilliers qui a mis des logements à disposition. Lexposition sinscrivait ainsi dans la volonté des laboratoires du Campus de sancrer dans le territoire.

L’exposition mobilise un budget important (280 000 euros), car elle repose sur une médiation assurée par des guides salariés à temps plein. Nous avons également bénéficié du soutien de la Caisse des déts, à travers lappel à projet « Architecture et paysage », et de lUnion sociale pour lhabitat.

CD : Le plan financier sest établi progressivement. Lintercommunalité Plaine Commune (devenu Territoire de la Métropole du Grand Paris) nous soutient depuis 2014 à travers son label Ville et pays dart et dhistoire. Mais nous sommes aussi soutenus dans le cadre de la politique de la ville par plusieurs communes, dont Aubervilliers. Des techniciens et des administratifs des services municipaux, notamment les archivistes, nous ont rejoints. Les entreprises privées comme Saint-Gobain, présente à Aubervilliers, et Nexity apportent aussi leur contribution.

Figure 2 :

L’un des appartements ouverts à la visite.

L’ancrage de ce musée dans son quartier, sa commune mais aussi la banlieue nord est un élément important. Comment abordez-vous les aspects territoriaux ou urbains ?

MC : L’évolution du quartier est au cœur des visites, qui aident à comprendre pourquoi le quartier sest dévalorisé dans le contexte de la désindustrialisation, et montrent quil y a aussi plus largement une question de génération dans le regard des habitants sur un quartier et des logements qui nont pas été suffisamment adaptés aux évolutions de la société. La cité a fait lobjet dune première opération de rénovation dans les années 1980, mais les moyens nont sans doute pas été suffisants. Aujourdhui la cité est comprise dans un nouveau programme comportant des démolitions, et c’est dailleurs la raison pour laquelle les logements ont été mis à notre disposition. La Cité Emile-Dubois est au cœur d’un vaste projet qui englobe la Maladrerie et les fameux jardins ouvriers du Fort qui sont lobjet dune lutte urbaine importante liée aux Jeux Olympiques de 2024 et au Grand Paris Express. Pour autant, les mécontentements qui se sont manifestés tout autour nont pas la même intensité ici, à Emile-Dubois, où la mobilisation des habitants est difficile.

CD : Lexposition sest montée dans une période de temps suspendu : celui dune disparition certaine de la barre Grosperrinmais à une date progressivement différée. Les sociologues et urbanistes connaissent bien ce phénomène, particulièrement pesant pour les habitants.

N’avez-vous pas limpression dalimenter une nostalgie de ce que lon appelle parfois le « temps des HLM » ?

MC : Certains articles de presse ont insisté sur cette idée, parce que lune des visites met en scène le logement dune famille douvriers qualifiés en 1967, qui disposaient de meubles aujourdhui considérés comme « vintage » En réalité, nous avons plutôt cherché à interroger cette nostalgie, très présente chez les habitants. Ce fut même lobjet d’un atelier intitulé « C’était mieux avant ? », où nous proposions de découvrir des archives des années 1960-1970 pour mettre en perspective les rapports avec les jeunes, les dégradations, les nuisances sonores. La nostalgie peut renvoyer à un temps où le chômage était faible, le lien social assuré par le Parti Communiste, les syndicats, de nombreuses associations. Mais lexposition raconte aussi la condition ouvrière de l’époque, la condition des femmes, des jeunes, qui a de nombreux égards était plus défavorable quaujourdhui. La mort précoce des ouvriers reste une réalité aujourdhui, mais est particulièrement frappante parmi les premiers habitants masculins de la cité.

CD : Cette opposition schématique entre hier et aujourdhui peut renvoyer à l’appréhension de la question migratoire dans la société actuelle. Mais d’autres flux l’irriguent : âges de la vie, souvenirs denfance, population dont la trajectoire a accompagné la modernisation de la France. Une réflexion est à mener sur une certaine psychologie ou anthropologie du rapport au passé dans la France du XXIe siècle. Le succès de lexposition dans les médias et la presse peut en effet en renvoyer à une forme de passéisme. Mais cela enrichit finalement le caractère engagé de lentreprise.

SR : Nous remarquons que des visiteurs sinterrogent sur la démolition à venir de limmeuble. Il est probable que leurs représentations et peut-être aussi leurs appréhensions des grands ensembles et quartiers populaires soient reconsidérées après leur visite.

Comment sest fait le choix de ce bâtiment ? Comment son architecture ou la configuration du quartier sont-ils intégrés au musée ? Comment sest faite la recherche des habitants ?

MC : Nous navons pas choisi limmeuble ! Cest lOffice public de lhabitat qui a proposé ce lieu et ces appartements. Nous souhaitions travailler dans un quartier populaire, mais pas forcément dans un quartier de logement social. Cest pourtant cela qui sest imposé. Et nous étions partis pour enquêter sur 15 ou 20 logementsalors que cette barre en comportait 144 à l’origine.

SR : Quoiquil en soit, nous ne souhaitions pas travailler sur des architectures trop célèbres. La cité ÉmileDubois na pas la reconnaissance patrimoniale des Courtillières d’Émile Aillaud située à proximité. Si la barre Grosperrin a de réelles qualités, avec par exemple l’escalier hélicoïdal quempruntent les visiteurs pour accéder aux appartements, cest dabord par les habitants et leurs pratiques que nous l’appréhendons. Une architecture exceptionnelle aurait pu parasiter le type de récit historique que nous voulions transmettre.

MC : Et cela nous a permis de travailler avec les archives de lOffice. Dabord, il nous a fallu étudier la population dans son ensemble. Pour cela, nous disposions de quelques listes dhabitants, des listes électorales, et surtout des feuilles de ménages des recensements généraux de population. Cette étape était indispensable car il fallait bien comprendre cette population, pour ensuite chercher des familles représentatives. Ce sont ensuite les dossiers des anciens locataires qui ont permis de documenter de manière très incarnée lhistoire des familles dont nous avons choisi de retracer la vie dans lexposition. Nous les avons complétés avec les archives du centre dobservation dEducation surveillée de Savigny-sur-Orge (huit jeunes de la cité y sont passés entre 1957 et les années 1970). Pour retrouver les familles, nous avons eu recours aux sites généalogiques, et finalement fait feu de tout bois. Nous avons pu mener des entretiens approfondis avec trois des familles évoquées; elles nous ont confié des photographies. Il y a un biais assez évident : ces familles sont celles qui estiment avoir réussi”. D’où l’intérêt des Marie, famille pour laquelle nous navons retrouvé que des archives.

C’est finalement les informations du bailleur qui nous permettent de connaître les habitants. Et la visite montre comment familles et habitants se succèdent, avec en plus les modalités propres au logement social. Pourriez-vous en dire davantage sur limpact qua eu sur le projet le fait quil sagisse de logement social, et non dune copropriété ?

SR : Cette entrée par le logement social est devenue un enjeu de la visite, ne serait-ce qu’à travers l’intitulé « La vie HLM ». Mais cela ne se fait pas par les politiques du logement ; ce nest pas le cœur de la recherche. Ce sont les habitants, leur vie quotidienne, leur trajectoirequi restent essentiels.

MC: Lassociation sinterrogeait sur la façon de ne pas réduire le logement populaire et grands ensembles au logement social. Mais finalement, travailler sur une cité de logement social a beaucoup apporté à l’exposition. Face aux remises en cause actuelles du financement des logements sociaux, et à la vente du patrimoine social, lexposition permet de rappeler que derrière les représentations négatives, il y a des besoins toujours pressants dune part, et surtout que « La vie HLM » est aussi synonyme de solidarités et daccès au confort.

SR : En fait, dans cette exposition, on prend la mesure de limportance de lhabitat social dans lhistoire des familles. En transmettant cela, nous mettons à distance la nostalgie dont on parlait tout à l’heure. Lapport du logement social dans les trajectoires résidentielles est toujours dactualité.

Le modèle de ce musée est le Tenement Museum de New York, beaucoup plus que les appartements témoins ou patrimoniaux qui peuvent exister ailleurs en France. Les populations, leur histoire, leur mode de vie sont au cœur du projet. Mais le modèle new-yorkais est-il transposable en région parisienne ? La question des migrations et de leur muséographie est-elle un point de rapprochement ou de différenciation ?  

MC : Tout dabord, si notre modèle n’est en effet pas celui des appartements patrimoniaux comme la cité Radieuse de Marseille nous avons des contacts avec des institutions, qui cherchent également à valoriser lhistoire des habitants. C’est le cas du Rize de Villeurbanne, qui gère lappartement témoin de la cité des Gratte-Ciel, ou encore de certains membres du réseau des « 9 de Transilie », en Île-de-France dont font partie le Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes ou la maison de la banlieue dAthis-Mons.

Le Tenement Museum de New York a effectivement été un modèle du point de vue de la démarche muséographique. Reconstituer in situ des logements pour favoriser limmersion, utiliser une médiation interactive pour sadresser à tous, donner à voir les méthodes de recherche des historiens est ce qui nous a demblée convaincu. En revanche, le Tenement cherche à proposer un récit de la construction de la nation états-unienne à travers la valorisation des parcours des migrants pauvres des migrations de masse, avec un enjeu politique évident. Il nous a semblé quil était plus pertinent en France d’élargir notre prisme à l’histoire du logement populaire et de la construction des banlieues, qui intègre la question migratoire mais ouvre aussi sur dautres thématiques. Le Tenement museum est aussi un symptôme de la gentrification du Lower East Side où il se trouve, et illustre une mémoire populaire en partie disparue.

CD : Le quartier où nous sommes demeure très populaire. Nous ne voulions pas être à Belleville, car nous nous adressons à un public populaire. Cela fait partie de limmersion in situ qui cherche à susciter chez les visiteurs une confrontation entre passé et présent. Par ailleurs, nous ne considérons pas principalement les migrations par le prisme de leur provenance, mais plutôt comme une dimension permanente et normale de la formation des classes populaires en banlieue parisienne… même si les formes de minorisation ethno-raciale qui pèsent sur les immigrants post-coloniaux restent à interroger.

SR : Nous sommes en première couronne de Paris, desservis par le métro et, dans les prochaines années, par le Grand Paris Express. Le quartier est inscrit dans le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) qui entend réduire les grandes unités de logements locatifs sociaux. Paradoxalement, nous mettons à l’honneur dans lexposition des cultures et pratiques populaires qui, à l’instar de ce qui sest passé lors de la rénovation des îlots insalubres dans les années 1970, sont amenées à disparaître, tout au moins à se reconfigurer.

Comment avez-vous envisagé l’inclusion des habitants d’aujourd’hui dans la muséographie ? Et que va-t-il se passer pour ce musée en devenir ?

MC : Une famille de lexposition a vécu sur place jusquen 2005. Pour des historiens cest quasiment aujourdhuiMais inclure les habitants daujourdhui dans la muséographie est difficile, malgré nos intentions initiales. Des ateliers ont été mis en place dès juillet 2020, en amont de la préparation de lexposition, pour présenter notre démarche. Au quotidien, beaucoup dhabitants nont pas vraiment le temps de s’intéresser à ce quon fait, ou pensent que cela ne les intéressera pas puisquils connaissent déjà la vie en HLMLa question de la participation des habitants est toujours une gageure pour les institutions.

CD : L’inclusion se fait par exemple par le fait que certaines familles ont amené leurs enfants voir lexposition, ou à l’inverse, les visites des parents ont été induites par les visites scolaires. On a aussi mis en place des ateliers artistiques (les enfants y participent pendant que les parents visitent). Surtout les guides médiateurs jouent un rôle essentiel pour assurer le lien avec les habitants, et peuvent réutiliser les échanges quils ont avec eux dans leurs visites.

SR : Ces guides habitent les territoires populaires de banlieue ; ils ont une expérience du logement social. Le texte que lassociation avait produit pour les visites au départ a été transformé à partir de leurs propositions, de leur regard. Cette dimension humaine fut un investissement prioritaire pour lassociation. L’essentiel est que le discours transmis soit juste. Les guides transmettent aussi leur expérience personnelle.

MC : Les trois guides que nous avons recrutés n’avaient aucune expérience dans ce domaine. Ils étaient charismatiques et avaient un regard intéressant et même acéré sur les quartiers populaires.

CD : Lexposition La vie HLMest un succès par le nombre de visiteurs, la couverture médiatique est très positive, et nous recevons beaucoup dinstitutions qui sont très intéressées par notre démarche. De notre côté, nous avons encore jusquau mois de juin 2022 pour continuer à tester et faire évoluer les visites, les ateliers, les publics en vue de la création du futur Musée.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 29 avril). EVENEMENT: « La vie HLM. Histoires d’habitant·e·s de logements populaires. Aubervilliers, 1950-2000 », jusqu’au 30 juin 2022. Histoire Urbaine. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4v3

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search