AAC: “Archives fantômes, fantômes d’archives”, colloque aux Archives nationales, 17 & 18 novembre 2022

Archives fantômes, fantômes d’archives :  

L’histoire des villes entre disparitions, dispersions, reconstitutions et restitutions documentaires 

 

Colloque organisé par “Archival City” 
17-18 novembre 2022, Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine
Appel à communications
L’équipe d’Archival City (projet Tremplin de l’I-site « Future » de l’Université Gustave Eiffel) organise son colloque de l’automne 2022 sur le thème « Archives fantômes, fantômes d’archives ». Il se tiendra aux Archives nationales (site de Pierrefite-sur-Seine) les 17 et 18 novembre 2022.

Historien.ne.s, archivistes, historien.ne.s de l’architecture, de l’urbanisme et de la ville, sont invité.e.s à présenter des propositions de communications qui croisent ces thématiques des « archives fantômes » et des « fantômes d’archives » dans le cadre urbain, en accordant une attention spéciale à ses potentialités épistémologiques et comparatives. Les propositions de communication (3000 signes maximum) sont à envoyer avant le mercredi 15 juin 2022, aux adresses : paul.lecat@univ-eiffel.fr ; carole.lamoureux@univ.eiffel.fr. Les propositions en français ou en anglais sont acceptées.

 

Tout document d’archive est en lui-même le fantôme de quelque chose. Les archives évoquent des institutions, des événements et des personnes que l’on ne peut saisir que par les documents. Ce colloque international entend explorer toutes les significations possibles d’une expression paradoxale mais fertile, tant elle signale les liens entre disparition et conservation documentaire, lacune et complétude des sources potentielles d’une histoire en prise permanente avec les logiques d’oubli et les stratégies mémorielles. Cet appel à communication sollicite une réflexion sur les “fantômes d’archives”.

La ville se trouve être un terrain tout spécialement fertile. Depuis les origines, toute ville est un lieu où convergent et se frottent des pouvoirs divers et souvent concurrents. Non seulement la ville est une archive en elle-même (de bâtiments, de rues, de toponymes…), mais aussi, en ville, la mémoire archivistique est plus fréquente, plus dense et plus intense, elle se diffracte donc toujours en plusieurs lieux, ce qui crée des fantômes d’archives au sens plus restreint (inventaires, copies pour des destinataires multiples). Parfois dans la même ville et à une même époque, certaines institutions visent à conserver la documentation alors que d’autres mettent en place des pratiques contre-archivistiques d’oubli qui peuvent avoir des effets paradoxaux (c’est le cas bien connu de la Geniza du Caire). Plus souvent, les différentes institutions qui coexistent et se stratifient dans une ville produisent des documents marqués par des degrés différents d’organisation archivistique. Plus globalement, la richesse archivistique urbaine permet de retracer finement les phénomènes de dispersion, de disparition, de reconstitution et de restitution documentaire, autant de phénomènes que ce colloque cherchera à rendre plus intelligibles, grâce à la comparaison.

La perspective urbaine vise finalement à se positionner comme alternative à la vision traditionnelle selon laquelle les archives ont été considérées comme un miroir de l’État moderne européen, et invite donc à observer les fantômes d’archives sur une période longue et dans différentes configurations essentiellement locales.

 

Archivesfantômes_AAC

GhostArchives_CFP

 

Historiens, archivistes, historiens de l’architecture, de l’urbanisme et de la ville, sont invités à présenter des propositions de communications qui croisent ces thématiques des « archives fantômes » et des « fantômes d’archives » dans le cadre urbain, en accordant une attention spéciale à ses potentialités épistémologiques et comparatives, et en abordant des thématiques comme, par exemple :

  • La (re)découverte d’archives urbaines disparues, délocalisées, dispersées.
  • La visibilisation d’archives urbaines invisibilisées pour différentes raisons (linguistiques, politiques, archivistiques, technologiques)
  • L’étude de la perte ou de l’invisibilisation d’archives urbaines
  • La reconstitution de ces archives par leurs “fantômes”, ou par d’autres traces conservées
  • Les problèmes liés à l’intégration des “fantômes d’archives” au sein d’un corpus de sources d’une recherche en cours ou passée.

Pour proposer une communication, envoyer :

 

Le colloque fera l’objet d’une publication ultérieure au sein d’actes ou d’un numéro de revue spécialisé.

Comité scientifique :

Valérie Gouet-Brunet, Thierry Guillopé, Anne Lacourt, Carole Lamoureux, Nathalie Lancret, Paul Lecat, Vincent Lemire, Georges Lomné, Giuliano Milani, Frédéric Moret, Yann Potin, Pijika Pumketkao, Loïc Vadelorge

Plus d’information sur Archival-City: https://archivalcity.hypotheses.org


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search