Histoire Urbaine n°63. Repenser l’urbain depuis l’Afrique

Le numéro 63 d’Histoire urbaine est arrivé !

(avril 2022)

 

 

A retrouver dans ce numéro

  • un dossier sur “Repenser l’urbain par l’Afrique” coordonné par Laurent Fourchard et Odile Georg
  • événements
  • 2 notes critiques

Sommaire

Résumés

Table of contents

Abstracts

 


 

Au sommaire :

 

Dossier : “Repenser l’urbain par l’Afrique”

 

Laurent Fourchard, Odile Georg, “Par-delà le colonial : repenser l’urbain depuis l’Afrique”

 

1/ Les temps anciens

Gérard Chouin, “Sous les tropiques, la ville : repenser l’urbanisation dans le Golfe de Guinée avant le XVIe siècle”

Anaïs Wion, Camille Noûs, “Droit foncier urbain et structuration sociale à Aksum (Éthiopie, XVe -XXe siècles)”

 

2/ Nouveaux objets au temps colonial

Alexandre Audard, “Un Klondike aux colonies. Migrations d’aventure et affirmations cosmopolites à Diego-Suarez (Madagascar, 1898-1916)”

Daouda Gary-Tounkara, “Quand les anciens maîtres du pays conservent le pouvoir. Les chefs de quartier d’une ville sans municipalité: Sikasso (Mali), 1875-1959”

 

3/ Soubresauts postcoloniaux, agentivité et mémoires

Héloïse Kiriakou, “La ville est à nous ! Engagements des jeunes à Brazzaville pendant les premières années de la révolution congolaise (1963-1965) “

Sara Panata, “L’espace public d’Ibadan (Nigéria) a l’épreuve de la crise de l’Ouest (1962-1966) : le genre des violences politiques “

Aline Pighin, “Politiques de l’authenticité´, cité utopique. Bodys Isek Kingelez : origines”

Marta Montanini, “L’impossible musée. Controverses et protestations autour du projet du Red Location Museum, à Port Elizabeth (Afrique du Sud)”

 

Événements

Xavier Lafon, “entretien avec Fleur Beauvieux (post-doctorante à l’Institut Pasteur), Fabrice Denise (directeur du Musée d’histoire de Marseille) et Karine Rodriguez, co-commissaire de l’exposition « Marseille en temps de peste 1720-1722 » : deux expositions (Musée d’histoire de Marseille et Musée des Beaux-Arts), spectacles et visites.”

Jean-Michel Bourillon, “entretien avec Benoît Pouvreau, co-commissaire de l’exposition « Les gratte-ciel oubliés de la Muette (1931-1976), 5 tours symboles de la cité puis du camp de Drancy », Mémorial de la Shoah, Drancy

 

Notes critiques

Ousseynou Faye, Dakar et ses cultures. Un siècle de changements d’une ville coloniale, Paris et Dakar, L’Harmattan, 2017 (Martin Mourre)

Paul Mercier, Dakar dans les années 1950, Paris, Éditions du CTHS, 2021, 336 p., (Héloïse Kiriakou)

 

 

S’ABONNER A LA REVUE

 


Table of Contents

 

Special Issue : “Rethinking the City From an African Perspective”

 

Laurent Fourchard, Odile Georg, “Looking Beyond Colonialism: Rethinking the City from an African Perspective”

 

1/ Ancient Times

Gérard Chouin, “Under the Tropics, the City: Reconsidering Urbanisation in the Gulf of Guinea, pre-16th Century “

Anaïs Wion, Camille Noûs, “Urban Land Rights and Social Organisation in Aksum (Ethiopia, 15th-20th Centuries)”

 

2/ New Topics from the Colonial Period

Alexandre Audard, “A Colonial ‘Klondike’. Migration by Adventurers and Cosmopolitan Claims in Diego-Suarez (Madagascar, 1898-1916)”

Daouda Gary-Tounkara, “When the Country’s Former Rulers Remain in Power. Neighbourhood Chieftains in a Town with no Municipality: Sikasso, Mali (1875-1959)”

 

3/ Postcolonial Upheavals, Agency and Memory

Héloïse Kiriakou, “The City is Ours! Youth Engagement in Brazzaville during the Early Years of the Congolese Revolution (1963-1965)”

Sara Panata, “Ibadan’s Public Space during the Crisis in Nigeria’s Western Region (1962-1966): The Gender of Political Violence”

Aline Pighin, “Politics of Authenticity, Visionary City. Bodys Isek Kingelez: origins”

Marta Montanini, “The Impossible Museum. Controversies and Protests around the Red Location Museum Project in Port Elizabeth, South Africa”

 

Events

Xavier Lafon, “entretien avec Fleur Beauvieux (post-doctorante à l’Institut Pasteur), Fabrice Denise (directeur du Musée d’histoire de Marseille) et Karine Rodriguez, co-commissaire de l’exposition « Marseille en temps de peste 1720-1722 » : deux expositions (Musée d’histoire de Marseille et Musée des Beaux-Arts), spectacles et visites.”

Jean-Michel Bourillon, “entretien avec Benoît Pouvreau, co-commissaire de l’exposition « Les gratte-ciel oubliés de la Muette (1931-1976), 5 tours symboles de la cité puis du camp de Drancy », Mémorial de la Shoah, Drancy”

 

Critical Notes

Ousseynou Faye, Dakar et ses cultures. Un siècle de changements d’une ville coloniale, Paris et Dakar, L’Harmattan, 2017 (Martin Mourre)

Paul Mercier, Dakar dans les années 1950, Paris, Éditions du CTHS, 2021, 336 p., (Héloïse Kiriakou)

 

 

SUSCRIBE

 

 


 

RÉSUMÉS / ABSTRACTS

 

Gérard Chouin, “Sous les tropiques, la ville : repenser l’urbanisation dans le Golfe de Guinée avant le XVIe siècle”

L’histoire urbaine en Afrique tropicale humide demeure un champ de recherche à peine défriché, particulièrement pour les périodes précédant l’ouverture au commerce atlantique au XVe siècle. Pourtant, tout porte à croire que les villes qui furent au cœur des systèmes politiques tels qu’ils sont documentés entre le XVIe et le XIXe siècle ne poussèrent pas ex nihilo sur le terreau du monde atlantique, mais étaient enracinées dans des modèles sociétaux plus anciens. Le déficit d’études sur ces villes anciennes s’explique non par l’absence ou la rareté de sites archéologiques, mais plutôt par la faible visibilité de beaucoup d’entre eux qui contraste avec la forte visibilité d’un petit nombre d’autres tel Ifè, devenu à tort le prototype de la ville ancienne dans le Golfe de Guinée. Sur la base de la théorie des places centrales et de celle des flux centraux, nous proposons le terme d’hyper-ville pour ces sites à la visibilité archéologique hors du commun, dont la caractéristique principale était d’être au croisement entre constructions politiques régionales et réseaux d’échange à longue distance.

“Under the Tropics, the City: Reconsidering Urbanisation in the Gulf of Guinea, pre-16th Century “

Urban history in wet tropical Africa remains an under-researched field, especially for the periods preceding the opening of Atlantic trade in the 15th century. However, there is every reason to believe that the cities that were at the heart of the political systems as documented between the 16th and 19th centuries did not grow out of nowhere in the Atlantic world but were rooted in older societal models. The deficit in the number of studies on these ancient cities is explained not by the absence or rarity of archaeological sites relating to them, but rather by the low visibility of many of them, which contrasts with the high visibility of a few others such as Ifè, which abusively became the prototype of the ancient city in the Gulf of Guinea. Based on Central Place and Central Flow Theories, we propose the term ‘hyper-city’ for these sites with outstanding archaeological visibility, whose main characteristic was to be at the crossroads between regional political constructions and long-distance exchange networks..

 

Anaïs Wion, Camille Noûs, “Droit foncier urbain et structuration sociale à Aksum (Éthiopie, XVe-XXe siècles)”

Aksum fut la ville éponyme du royaume qui contrôla le nord des hauts-plateaux de la Corne de l’Afrique et la Mer Rouge entre le Ier et le VIIe siècle de notre ère. Les ruines de cette splendeur passée tout autant que le site propice par ses qualités aquifères firent en sorte que l’implantation humaine s’y perpétua de façon quasiment continue jusqu’à aujourd’hui. Le plus souvent associé à ses symboles politico-religieux, tel que l’Arche d’Alliance ou la cérémonie du sacre des rois chrétiens, Aksum abrite aussi une culture spécifique qui peut être qualifiée d’urbaine pour les raisons suivantes : un droit exclusif sur le foncier s’y est transmis au fil des générations, en lien avec une légitimité héréditaire et ancestrale. Aujourd’hui nommé qwelz, un terme rare qui désignait à l’origine l’entretien des murs et des sols dallés de l’église Maryam Seyon d’Aksum, ce droit foncier est le parangon d’une culture élitaire et citadine. Cette enquête située permet d’apporter un éclairage spécifique pour contribuer à enrichir une histoire urbaine de l’Éthiopie ancienne en quête de sources.

“Urban Land Rights and Social Organisation in Aksum (Ethiopia, 15th-20th Centuries)”

Aksum was a city in the Kingdom of Aksum, which controlled the northern highlands of the Horn of Africa and the Red Sea between the 1st and 7th centuries CE. The ruins of this past splendour, as well as the site’s groundwater resources, have ensured that human settlement has continued almost uninterrupted to the present day. Most often associated with its political and religious symbols, such as the Ark of the Covenant or the ceremony of the coronation of the Christian kings, Aksum is also home to a specific culture that can be described as urban for the following reasons: an exclusive right to land ownership has been passed down through the generations, in connection with a hereditary and ancestral legitimacy. Now called qwelz, a rare term that originally referred to the maintenance of the walls and paved floors of the Church of Maryam Seyon in Aksum, this land right is the symbol of an elite, urban culture. Our in situ investigation allows us to shed specific light on the subject to contribute to an urban history of ancient Ethiopia that is still in search of sources..

 

Alexandre Audard, “Un Klondike aux colonies. Migrations d’aventure et affirmations cosmopolites à Diego-Suarez (Madagascar, 1898-1916)”

De 1898 à 1916, la base navale stratégique de Diego-Suarez (Extrême-Nord de Madagascar) est en chantier et manque de main d’œuvre. Le port, les casernes et une mine d’or attirent des migrations de travail et d’aventure de tout l’océan Indien, voire des empires. La ville de garnison attenante, créée ex nihilo quelques années auparavant, connaît une extension rapide et l’administration n’a pas les moyens de gérer cet afflux inédit de nouvelles populations, dont les statuts échappent aux formes de catégorisation coloniale. Face aux « désordres » de ce nouveau front pionnier, comparé à celui du Klondike, les autorités adoptent un certain nombre de mesures contradictoires (élargissement du quartier « indigène ») et originales (transfert de l’institution indochinoise des « congrégations »), aboutissant à de premières dynamiques cosmopolites en décalage avec la vocation militaire de la ville.

“A Colonial ‘Klondike’. Migration by Adventurers and Cosmopolitan Claims in Diego-Suarez (Madagascar, 1898-1916)”

From 1898 to 1916, the strategic naval base of Diego-Suarez (in the far north of Madagascar) was under construction and faced a labour shortage. The harbour, the barracks and a gold mine attracted migrants seeking work or adventure, coming from all parts of the Indian Ocean region, or even from the empires. The adjacent garrison town, built from scratch a few years earlier, experienced rapid growth. The administration was unable to handle the massive arrival of new populations that did not fit into the colonial categories. The disorders on this pioneer frontier – similar to the famous Klondike gold rush – prompted the French colonial authorities to adopt unusual urban policies, such as expanding the ‘indigenous’ neighbourhood or establishing an Indochinese control institution (congrégation), giving rise to cosmopolitan dynamics that broke with the town’s military purpose..

 

Daouda Gary-Toungara, “Quand les anciens maîtres du pays conservent le pouvoir. Les chefs de quartier d’une ville sans municipalité : Sikasso (Mali), 1875-1959”

Cet article met en lumière la place centrale de la chefferie dans la gestion coloniale de Sikasso, siège du pouvoir royal et militaire du royaume du Kènèdougou avant la conquête, autour de cette question : quels sont les effets sociaux et politiques lorsque l’autorité exercée par une ville sans municipalité s’étend sur un territoire bien plus vaste que celui de la ville ? Je montre que la chefferie, sise en ville et profitant de sa compétence territoriale étendue au reste de son canton, concurrençait l’administration dans le territoire urbain qu’elle continuait d’administrer comme à l’époque du Kènèdougou, une façon pour elle de reconstituer son pouvoir d’antan. Ce pouvoir reposait désormais sur une superposition partielle de deux autorités sur les quartiers de la ville et sur les cantons du cercle.

“When the Country’s Former Rulers Remain in Power. Neighbourhood Chieftains in a Town with no Municipality: Sikasso, Mali (1875-1959)”

This paper highlights the central place of the chieftaincy in the colonial management of Sikasso, the seat of royal and military power of the kingdom of Kènèdougou before the colonial conquest, focusing on one question: What are the social and political effects when the authority exercised by a city without a municipality spans a much larger area than the city proper? I suggest that the chiefdom, located in town and taking advantage of its territorial jurisdiction, extended to the rest of its canton, competed with the administration in the urban territory that it continued to administer as during the Kènèdougou period, as a way for it to restore its former precolonial power. This power was now based on an overlapping authority based on rural districts and on neighbourhoods within the city.

 

Héloïse Kiriakou, “La ville est à nous ! Engagements des jeunes à Brazzaville pendant les premières années de la révolution congolaise (1963-1965)”

Brazzaville a toujours eu une place à part dans la vie politique du Congo. En tant que capitale fédérale de l’Afrique Équatoriale Française (AEF), de la France libre (entre 1940 et 1942), de la colonie du Moyen-Congo et du Congo indépendant, Brazzaville rassemblait les principaux lieux d’exercice du pouvoir, ce qui en a fait l’épicentre des luttes politiques pendant la colonisation et après l’indépendance, notamment au moment de l’insurrection d’août 1963 qui a conduit au renversement du président Fulbert Youlou et pendant le processus révolutionnaire qui a suivi. Si les Brazzavillois ont toujours été les témoins privilégiés des mobilisations politiques dans l’espace urbain, ils ont été particulièrement actifs à partir de 1963 jusqu’à devenir des acteurs incontournables de la vie politique de leur pays. Dans cet article, il s’agira ainsi, à la croisée d’une histoire sociale et politique, de s’intéresser aux usages de l’espace dans un contexte révolutionnaire, pour comprendre la dimension spatiale de la révolution congolaise.

The City is Ours! Youth Engagement in Brazzaville during the Early Years of the Congolese Revolution (1963-1965)”

Brazzaville has always had a special place in the political life of Congo. As the federal capital of French Equatorial Africa (AEF), of Free France (between 1940 and 1942), of the colony of Middle Congo, and of independent Congo, Brazzaville was the main locus of power, making it the epicentre of political struggles during colonisation and after independence, particularly during the August 1963 uprising that led to the overthrow of President Fulbert Youlou and during the revolutionary process that followed. While Brazzavillians have always been privileged witnesses of political mobilisations in the urban space, they have been particularly active since 1963, becoming key actors in the political life of their country. In this paper, which combines social and political history, we will look at the use of space in a revolutionary context in order to understand the spatial dimension of the Congolese revolution..

 

Sara Panata, “L’espace public d’Ibadan à l’épreuve de la crise de l’Ouest au Nigéria (1962-1966) : le genre des violences politiques”

Cet article propose une analyse croisée des mobilisations féminines et masculines lors de la crise politique de la Région occidentale du Nigéria (1962/1965) telle qu’elle est vécue à Ibadan. Dans un espace urbain militarisé, l’activité des militants se déroule dans les bâtiments publics ou dans la clandestinité alors que les militantes adoptent des formes variées d’action politique. La radicalisation de la situation politique va de pair avec une radicalisation de moyens de contestation employés par les militantes : elles transforment leurs espaces ordinaires en espaces politiques à travers de chants de dérision ; elles marchent en semi-nudité et avec des signes des combats dans des lieux du pouvoir dont elles sont normalement exclues ; elles participent à des tueries dans un espace extra-urbain qui échappe au contrôle policier. Naviguant entre des formes d’action multiples, cet article a pour objectif de rendre compte de nouvelles divisons genrées du travail militant et de restructurations genrées de l’espace urbain par et pour le conflit politique.

“Ibadan’s Public Space during the Crisis in Nigeria’s Western Region (1962-1966): The Gender of Political Violence”

This paper offers a cross-cutting analysis of female and male mobilisation during the political crisis in the Western Region of Nigeria (1962-1965), as experienced in Ibadan. In a militarised urban space, men’s militant activities took place in public buildings or underground, while female activists adopted various forms of political action. The radicalisation of the political situation coincided with women activists adopting more radical methods of protest: they transformed their ordinary spaces into political ones by singing humorous protest songs; they marched, partially nude and carrying signs of combat, in places of power where they were usually not permitted; they took part in killings in extra-urban spaces that were outside police control. Navigating between multiple forms of action, this paper endeavours to describe new gendered divisions of activism and gendered reshaping of the urban space by and for political conflict.

 

Aline Pighin, “Politiques de l’authenticité, cité utopique. Bodys Isek Kingelez : origines”

Dans la nuit du 13 octobre 1979, Bodys Isek Kingelez fait un rêve programmatique : celui d’un ambitieux « projet sur maquette » qu’il intitule La cité du 24 Novembre de l’Authenticité Africaine pour Les Musés (sic) Zaïrois. La maquette qui en résulte puise dans le riche répertoire de formes architecturales et de géométries disponibles à Kinshasa. Méconnue, aux airs de fantôme, elle est aujourd’hui conservée dans les bureaux de l’Institut des musées nationaux du Congo. Cet essai visuel propose une réflexion sur quelques couches de narration politique portées par l’espace urbain kinois et sur ses perceptions, au moment du rêve, à la fin des années 1970, en serrant la focale sur les premières années de pratique de l’artiste. Il met en lumière une lecture personnelle et sensible de la politique de recours à l’authenticité promue par Mobutu et des grands travaux qui remodèlent la silhouette de la ville dans le Zaïre d’alors, autant qu’un geste pour faire de l’utopie architecturale un commun.

“Politics of Authenticity, Visionary City. Bodys Isek Kingelez: origins”

On the night of 13 October 1979, Bodys Isek Kingelez had a prophetic dream: an ambitious ‘project on a scale model’, which he named La cité du 24 Novembre de l’Authenticité Africaine pour Les Musés (sic) Zaïrois [roughly, ‘The November 24th Estate of African Authenticité for Zairian Museums’]. The resulting model, drawing from the abundance of architectural forms and geometries available in Kinshasa, is not very well known. It is on display today, ghostlike, in the offices of the National Institute of Museums of Congo. This visual essay reflects upon some layers of political narrative, rooted in the Kinois cityscape, when the dream happened, in the late 1970s. Focused on the early years of the artist’s career, the paper highlights a sensitive and personal interpretation of the recourse to authenticity politics and major public work projects promoted by Mobutu in then Zaire – both reshaping the cityscape. It also reveals an endeavour to produce a commons out of architectural utopia.

 

Marta Montanini, “L’impossible musée. Controverses et protestations autour du projet du Red Location Museum, à Port Elizabeth (Afrique du Sud)”

Le Red Location Museum et Cultural Precinct est un projet de patrimonialisation de la mémoire de la lutte antiapartheid et de création d’un centre culturel à Red Location, l’un des townships les plus anciens et un quartier défavorisé de Port Elizabeth, Nelson Mandela Bay, en Afrique du Sud. Vingt-cinq ans après sa création, le projet demeure inachevé. Loin de représenter une entreprise consensuelle et partagée entre résidents et municipalité, depuis sa création, le RLMCP est traversé par de nombreux conflits et revendications portant sur le travail, le logement et les services de base, mais aussi sur la représentation et la mise en scène de la mémoire individuelle et collective du quartier. Dans ce projet, la mise en valeur de celle-ci est présentée comme le prélude à la régénération urbaine et au développement socio-économique du quartier ; la contestation et la réappropriation de la part des habitants s’accompagnent de l’émergence de pratiques mémorielles alternatives.

“The Impossible Museum. Controversies and Protests around the Red Location Museum Project in Port Elizabeth, South Africa”

The Red Location Museum and Cultural Precinct (RLMCP) is a project to institutionalise the memory of the anti-apartheid struggle and to found a cultural centre in Red Location, one of the oldest townships and an underprivileged district of Port Elizabeth, Nelson Mandela Bay, South Africa. Twenty-five years after its creation, the project remains unfinished. Far from representing a consensual and shared undertaking between residents and the municipality, since its creation, the RLMCP has been plagued by numerous conflicts and demands concerning work, housing and basic services, but also the representation and staging of the individual and collective memory of the neighbourhood. In this project, the promotion of collective memory is presented as a prelude to the urban regeneration and socio-economic development of the neighbourhood. The residents’ protests and reappropriation have come hand in hand with the emergence of alternative memorial practices.

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.