Compte-rendu: Philippe Diest, Le poids des infrastructures militaires 1871-1914. Nord-Pas-de-Calais (Lille, Septentrion, 2019)

Philippe Diest, Le poids des infrastructures militaires 1871-1914. Nord-Pas-de-Calais, collection War studies, 3, Lille, Septentrion, 2019, 346 pages

Compte-rendu réalisé par Philippe Bragard

On s’intéresse depuis deux ou trois décennies seulement aux relations entre civils et militaires au sein même des villes, essentiellement par le biais d’études sur le casernement. Celui-ci a d’abord fait l’objet d’analyses architecturales puis urbanistiques. Et ce sont les villes sous l’Ancien Régime qui ont été privilégiées. Puis est venu le temps d’examiner, au-delà des bâtiments eux-mêmes, les interactions entre les bourgeois et les soldats. Philippe Diest se penche ici sur une période plus récente, soit les quatre décennies séparant la guerre franco-allemande de 1870 de la Première Guerre mondiale, et dans une région clé dans l’histoire militaire de l’Hexagone, tant ont été multiples les batailles et les sièges dans les actuels départements du Nord et du Pas-de-Calais.

La question de la protection de la frontière septentrionale après 1871 n’avait jusqu’ici pas été étudiée, nonobstant l’un ou l’autre ouvrage récent borné à des considérations techniques. Le retour aux archives se révèle précieux sur ce point, pour une région fortement peuplée et urbanisée, avec bon nombre de places fortes anciennes dont l’entretien se révèle coûteux et l’adaptation aux progrès de l’art militaire (en permanente et rapide évolution dans la seconde moitié du XIXe siècle) est quasi impossible. L’auteur s’est attaché à un travail par conséquent inédit et constituant un heureux pendant à la thèse de Philippe Destable sur les chantiers du Pré Carré de Vauban, thèse restée malheureusement non publiée1.

L’ouvrage est structuré en trois parties presque égales. La première fait l’état des lieux, soit la mise en défense de la frontière septentrionale du pays. Une deuxième concerne la vie des civils dans ces places fortes. La troisième envisage les déclassements et démantèlements des remparts jusqu’à la veille du premier conflit mondial. C’est a priori le volet le plus intéressant.

La région concernée se caractérise par une des plus grandes densités de villes d’Europe, avec le nord de l’Italie et la zone hanséatique. Ces villes, pour la plupart d’origine médiévale, sont fortifiées très tôt. Dès le XVIe siècle, elles forment un réseau de places fortes modernes, c’est-à-dire cernées d’un rempart bastionné, protégeant la frontière sur des Pays-Bas espagnols auxquels elles appartiennent. Les conquêtes progressives par Louis XIV, à partir du milieu du XVIIe siècle, permettront à Vauban de les retourner et d’en faire son Pré Carré, espace blindé retourné contre son ancien maître. Le Nord-Pas-de-Calais a été une région privilégiée en termes de chantiers, certes, mais d’après l’auteur, les places auraient peu fait l’objet d’actualisations et auraient connu « un lent déclin » : c’est oublier que pendant le long XVIIIe siècle, la fortification bastionnée n’est pas réellement remise en cause, et que les modifications suggérées par Marc-René de Montalembert à partir des années 1770 (e.a. casemates à canons, tracé tenaillé) connaîtront des mises en œuvres ponctuelles. Effectivement, le système bastionné devient peu à peu obsolète après 1850, face aux progrès de l’artillerie. Celle-ci met en œuvre des projectiles nouveaux, qui nécessitent un stockage adapté : comme l’indique Philippe Destable, la forme des magasins à poudre change. Et la fortification finit par se déporter hors des villes : après 1870, les campagnes voisines se verront concernées par la mise en défense de localités dont les fortifications ne concernent finalement pas les villageois supportant les nouveaux forts détachés. L’éclatement des corsets bastionnés des villes fait place à une « rurbanisation » avant la lettre, puisque les forts détachés portent dans les campagnes les contraintes jusque-là réservées aux citadins.

Les conflits entre militaires et civils demeurent une réalité constante, comme l’entreprise des travaux aux fortifications. Les aspects financiers sont certes prédominants, mais les usages des habitants, comme l’impact des servitudes entourant les espaces fortifiés posent problème. Soulignons que ces faits sont familiers à d’autres époques et en d’autres lieux, ainsi les expropriations effectuées par Vauban au XVIIe siècle comme les oppositions entre les chevaux des officiers et les premières automobiles qui utilisent des chemins identiques avant l’émergence du code de la route. De même, la présence de l’armée dans une ville induit une amélioration certaine de l’hygiène urbaine.

Après la guerre de 1870, l’opposition entre la modernité, représentée par l’industrialisation, et les impératifs de la défense, via l’amélioration des enceintes fortifiées, se pose de façon accrue. Et si pour une ville, le départ d’un régiment constitue une perte économique, sociétale voire culturelle – rappelons les pages du roman de Jean L’Hôte, La Communale (1965), relatant la disparition des chevaux de la garnison de Lunéville au profit de la motorisation militaire –, l’armée et ses infrastructures sont perçues paradoxalement comme un frein à l’expansion urbaine.

C’est dire que les démilitarisations successives, et les démantèlements consécutifs, à partir de 1889, sont perçus diversement. L’auteur démontre bien le temps long s’écoulant entre la décision politique de déclassement d’une place fort, la signature du décret et la mise en œuvre des démolitions : de quelques mois à plusieurs années. L’État n’intervient pas directement dans le démantèlement des ouvrages, contrairement à ce qui s’est passé en Belgique après 1860 ; les municipalités trouvent ou ne trouvent pas les ressources nécessaires à ces grands travaux. Les grandes villes s’endettent de plusieurs millions (Douai, Arras), les petites laissent l’essentiel des murailles et se contentent d’effacer les portes (Condé, Bergues). Se pose la question de l’intérêt patrimonial et de la conservation d’éléments jugés comme intéressants. Les sociétés savantes, si présentes dans le Nord-Pas-de-Calais, montent au créneau pour maintenir plusieurs témoins de l’architecture fortifiée ancienne, contre les élus qui ne s’y intéressent pas, et surtout contre l’ensemble de la population désireuse de désenclaver l’espace urbain. Lille, qui a les moyens de raser tout, en est un bon exemple : la porte de Paris, celles de Gand et de Roubaix, la Noble tour, peuvent disparaître ! C’est l’État, via la commission des monuments historiques, qui préserve ces témoins en les classant et introduit donc de nouvelles contraintes. Et les notables font réaliser de grands albums de photographies et de dessins pour garder mémoire des ouvrages détruits et aussi tenter de sensibiliser à leur valeur patrimoniale (Cambrai, Douai, Saint-Omer, Valenciennes).

Le paradoxe intervient peu avant 1914 : la région est loin d’être démilitarisée même si les réflexions stratégiques dont Philippe Diest se fait parfaitement l’écho, concernent plus l’est de la France ; et les villes se font concurrence pour récupérer qui un aérodrome – la jeune aviation militaire est en plein essor – qui un casernement et une garnison, sources de revenus directs ou indirects.

La conclusion est claire : l’abandon de la défense du nord va de pair avec les retombées économiques des démantèlements. L’auteur a mis en lumière, de façon pertinente et détaillée, ces décennies qui ont fait perdre à nombre de ces villes ce qui en constituait une caractéristique majeure, leurs remparts bastionnés. Il serait intéressant de transposer sa démarche à d’autres pays d’Europe qui ont connu une telle mutation urbaine, la Belgique, l’Allemagne, l’Italie et d’y susciter des études similaires.

Une copieuse bibliographie, sources et travaux, couvre vingt pages ; deux index des lieux et des personnes closent utilement ce livre qui fera date dans l’historiographie de la ville fortifiée.

1 Philippe Destable, Les chantiers du roi : les fortifications du “pré carré” sous le règne de Louis XIV, Université de Lille III, 2006.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search