Compte-rendu: Noël Coulet et Florian Mazel (dir.), Histoire d’Aix-en-Provence, Rennes, PUR, 2020

Noël Coulet et Florian Mazel (dir.), Histoire d’Aix-en-Provence, Rennes, PUR, 2020, 335 p. 

Compte-rendu réalisé par François Otchakovsky-Laurens

Dans son avant-propos, Florian Mazel pose la question de l’identité urbaine, refusant la définition classique fondée sur de stricts critères démographiques et économiques. Il met en doute toute affirmation d’un invariant aixois, par défiance envers des traditions souvent artificielles, mais dont la construction est elle-même un objet historique. Il remarque simplement deux traits importants, la « nature profondément politique » de la ville d’Aix et son caractère de ville d’arrière-pays, par opposition à Marseille la littorale.

Cette nouvelle histoire d’Aix est bienvenue, tant la ville et les connaissances à son sujet se sont renouvelées depuis la précédente (1977). L’orientation multidisciplinaire, très sensible au fil des chapitres, permet de suivre pas à pas l’évolution de la morphologie urbaine d’Aix, au moyen d’une cartographie très précise, calée sur le plan de ville actuel en toile de fond. On regrettera l’absence de restitutions visuelles de la ville ; les reconstitutions dessinées anciennes, utilement commentées, laissent un peu le lecteur sur sa faim. Un appétit dont il faut reconnaître qu’il est aiguisé par la grande qualité des nombreuses autres illustrations présentées – œuvres d’art, extraits de fouilles archéologiques, éléments d’architecture et d’urbanisme, documents originaux (références d’archives parfois lacunaires pour ces derniers).

Les premiers chapitres (Nuria Nin) renouvellent les connaissances sur la période antique, par une alternance de références aux auteurs anciens, à l’épigraphie et aux acquis de l’archéologie : ainsi l’abandon définitif de l’oppidum d’Entremont par les Salyens est attesté en 90 av. J.-C., soit bien après la victoire de Sextius (124). En réalité, le site d’Aquae Sextiae fut sans doute longtemps seulement un modeste avant-poste militaire. L’auteur restitue la configuration de la ville antique depuis ses débuts, son hydrologie, ainsi que le vaste territoire qu’elle contrôlait au Ier siècle de notre ère. Aix connaît une remarquable expansion sous les Flaviens – économie commerciale et productive aixoise jusque-là méconnues, autour de l’oléiculture et de la viticulture, assurée notamment par les affranchis.

Jean-Marie Guyon met en évidence la longue persistance d’une romanité chrétienne malgré le dépeuplement progressif des débuts du Moyen Âge : entretien continu de la voirie antique, des édifices cultuels chrétiens et des nécropoles d’Aix devenue métropole ecclésiastique. N’en apparaît que plus nettement le contraste avec la période carolingienne et les suivantes, qualifiées d’« obscures », une « noirceur » (p. 85) qui reflète surtout le manque de sources pour l’historien.

Les chapitres traitant de la période XIe-XVe siècle (Sandrine Claude, Noël Coulet) forment un ensemble remarquable de précision (cartes et plans, éléments architecturaux, artistiques et archéologique). On y lit d’utiles mises au point sur le récit local traditionnel, par exemple autour de la figure du « bon roi René » à l’influence souvent exagérée. La ville grandit et s’affirme à la faveur du choix des comtes de Provence d’en faire leur capitale. En ressort un tableau social et politique très vivant : odeurs d’une ville longtemps très rurale, malversations du patriciat urbain, visite des bibliothèques des juristes – véritable élite culturelle – dégradation brutale de la condition des Juifs aixois.

Le XVIe siècle est celui de l’intégration de la ville au royaume de France (Claire Dolan). Dans l’équilibre des pouvoirs locaux, le poids du palais comtal se trouve renforcé par l’installation du parlement de Provence (1502), générant une activité économique croissante. Mais la capitale régionale se trouve directement confrontée aux difficultés politiques du royaume de France lors des guerres de religion. Aix, qui opte pour le catholicisme, est durablement affaiblie par le long affrontement interne entre les partisans de la Ligue et ceux restés fidèles à Henri IV.

Le XVIIe siècle aixois, décrit par Régis Bertrand, remet en perspective l’idée d’un « âge d’or » aixois : concentrant les pouvoirs, les lettres et l’art, la ville s’aménage et s’embellit considérablement – édifices religieux, résidences bourgeoises –, en même temps qu’elle double pratiquement de superficie et de population. Mais la situation politique et sociale est parfois agitée par des élites locales contestataires, gagnant les couches plus populaires – révolte contre les « élus » de Richelieu en 1630, Fronde. Les splendeurs aixoises sont assurées par toute une population laborieuse – paysans du terroir, domestiques, artisans, porteurs de chaises tôt menacés par le déclassement et l’indigence. Malgré une relative stagnation économique et démographique au siècle suivant, le mouvement d’embellissement se poursuit, dégageant de nouveaux espaces dans Aix, dont les places et artères s’élargissent (Bernard Cousin et Inès Castaldo).

La période révolutionnaire donne lieu à un brillant chapitre, qui renouvelle la perspective sur le déclassement de la ville, longtemps attribué aux années 1789-1815. Cyril Belmonte expose le profond renouveau politique et culturel engendré par l’élan démocratique et l’enthousiasme de couches sociales populaires longtemps effacées. Le sentiment d’endormissement de la ville par la suite s’explique plutôt par le retour en force d’un conservatisme nostalgique de l’Ancien Régime – conjugué aux appétits bourgeois pour les biens nationaux, autrement plus destructeurs du patrimoine bâti que la supposée furie révolutionnaire.

Le discours décliniste récurrent s’alimente de la stagnation démographique au XIXe siècle et la perte de nombre des plus hautes fonctions étatiques (préfecture, tribunal de première instance, lycée) au profit de Marseille. Le dynamisme culturel et économique est pourtant réel et s’affirme durant l’Entre-deux-Guerres : la promotion du thermalisme, d’un tourisme élitiste et la place grandissante de l’université s’inscrivent dans un contexte national de naissance d’un urbanisme planifié (loi Cornudet, 1919), assurant l’embellissement des cours et places et ouvrant de nouvelles avenues selon un plan radial. Jean-Marie Guillon décrit la polarisation politique entre républicains radicaux et tenants d’un conservatisme clérical et royaliste, bientôt nationaliste et antidreyfusard. L’affrontement se poursuit jusqu’à la Seconde Guerre mondiale durant laquelle elle culmine, Aix devenant tout à la fois une place forte de la collaboration, à l’ombre du camp des Milles, et un pôle de résistance.

Entre les années 1950 et l’époque actuelle, la population d’Aix triple. Cette période est principalement abordée sur le plan géographique et urbanistique, détaillant l’aménagement et les évolutions sociologiques de la ville de façon aussi pointue que convaincante (Nicole Girard, Jean-Marie Guillon). Les aspects politiques aixois passent au second plan, signe de l’intégration désormais à l’œuvre dans un plus vaste territoire métropolitain rassemblant Aix et Marseille.

Le dernier chapitre traite de la vie culturelle et artistique, topos de l’identité aixoise. Alain Paire, lui-même galeriste dans la ville, présente la place des écrivains et artistes de la modernité et l’inconstante mise en valeur de leurs œuvres. Durant tout un premier et long XXe siècle, une orientation passéiste mit surtout en avant les félibres (poètes de langue provençale moderne), laissant dans l’ombre le foisonnement littéraire et artistique de ces temps, tel le peintre André Masson ou le poète Germain Nouveau – « mendiant étincelant » selon Breton. Cézanne fut lui-même longtemps peu reconnu, avant de devenir durant les années 1980 la figure de proue d’une promotion touristico-culturelle d’ampleur, autour de collections permanentes ou de manifestations ponctuelles – grandes expositions, festivals musicaux, etc.

Ce livre de référence fourmille d’exemples et de raisonnements exigeants, précieux pour l’histoire urbaine générale comme pour l’histoire locale. La haute tenue de la mise en perspective historique, au plus près de l’atelier des chercheurs, le destine sans doute davantage aux spécialistes qu’à un public élargi de simples amateurs.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search