Compte-rendu: Élisabeth Malamut, Mohamed Ouerfelli (dir.), De la guerre à la paix en Méditerranée médiévale (2021)

Élisabeth Malamut, Mohamed Ouerfelli (dir.), De la guerre à la paix en Méditerranée médiévale. Acteurs, propagande, défense et diplomatie, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, collection Le temps de l’histoire, 2021, 278 p.

Compte-rendu réalisé par Gilles Grivaud

Fruit d’un séminaire pluriannuel organisé autour du thème « Guerre et paix » par le laboratoire LA3M d’Aix-Marseille, cet ouvrage rassemble onze contributions présentées entre 2012 et 2014 ; elles sont réparties en trois sections : préparer et conduire la guerre, défendre le littoral, de la guerre à la négociation.

Dans la première entité, Christine Gadrat-Ouerfelli observe les conditions d’organisation de la cinquième croisade à partir de la proclamation faire par Innocent III, en 1215 (« Comment préparer une croisade ? Renseignement, prédication et propagande avant la cinquième croisade », p. 19-32) ; l’autrice s‘attache plus spécifiquement aux aspects liés au renseignement et à la prédication, en mettant en lumière le réseau d’agents et de prédicateurs destinés à diffuser l’appel à la croisade. Pour sa part, Farid Bouchiba se penche sur l’analyse du traité de ğihād composé par Ibn Huḏayl, savant andalou du début du XVe siècle (« Le ğihād à l’époque nasride selon la Tuḥfat al-anfus d’Ibn Huḏayl [m. vers 812/1409] », p. 33-58) ; écrit dans un contexte de grande faiblesse militaire de l’Islam andalou, le traité met en avant les techniques de combat et de propagande destinées à remobiliser les forces d’un sultanat davantage porté à négocier la paix pour contrecarrer l’avance chrétienne. Enfin, dans un long article, Georges Sidéris retrace la carrière d’une catégorie spécifique de militaires dans l’Empire byzantin (« Eunuques de guerre à Byzance ? Les origines, du IVe siècle à Justinien », p. 59-102) ; on y expose l’ascension régulière des eunuques impériaux, les cubiculaires, au sein des armées byzantines, liée tant à leurs capacités militaires qu’à leur loyauté envers le pouvoir, qualités qui facilitent leur intégration dans d’autres services de la bureaucratie impériale, comme celle des finances.

La deuxième partie de l’ouvrage s’inscrit dans les nombreuses enquêtes portant sur les systèmes défensifs du littoral méditerranéen ; observant la situation au Maghreb, Salah Abidi examine le cas des établissements militaires et religieux disséminés en Tunisie (« Le rôle des ribāts dans la protection des ports et des mouillages en Ifrīqiya au Moyen Âge », p. 105-126) ; l’auteur démontre que ces ouvrages défensifs, concentrés sur la côte orientale, jouent un rôle déterminant de prévention et de défense des installations portuaires de l’émirat aghlabide, pendant sa période d’expansion territoriale ; avec la fin de la puissance ifrîqiyenne, les fonctions du ribāt évoluent dans le sens d’un affaiblissement des fonctions militaires, même si les édifices continuent de protéger les populations menacées par des attaques de pirates. De manière fort brève, David Ollivier ressuscite ensuite le sort de la tour du Grapeau reconstruite dans les années 1500 grâce à l’initiative concertée du seigneur provençal Fouquet de la Tour et du roi de France Charles VIII (« La tour du Grapeau et la défense de la rade d’Hyères à la fin du Moyen Âge », p. 127-137). Nettement plus approfondie et convaincante, la contribution de Véronique Rinalducci s’intéresse à une des structures défensives de la Crète moderne (« La maison-tour de Giannoudi à Réthymnon, Crète. Une expression architecturale éclectique en contexte de guerre de conquête », p. 139-191) ; il s’agit d’une des premières études architecturales consacrée aux maisons fortifiées de la grande île, édifices dont l’histoire n’est pas documentée ; la description du bâti assure que ce type de maison-tour appartient à une époque qui concerne tant la domination vénitienne que la domination ottomane, car le modèle architectural vénitien est longtemps reproduit, signe de son adaptation aux conditions politiques et militaires hésitantes de l’époque moderne en Méditerranée orientale.

La dernière partie du volume met l’accent sur les dimensions diplomatiques qui entourent les phases de conflits entre le IXe et le XVIe siècle. En rappelant la position généralement ambiguë qui inspire Venise dans ses relations avec la Porte, Bernard Doumerc examine plus particulièrement les fluctuations qui interviennent entre la guerre d’Eubée (1479) et le début du XVIe siècle (« Du combat à la négociation, le doge face au sultan. Venise, fin du Moyen Âge », p. 165-182) ; il y apparaît que Venise, en position d’infériorité militaire, est d’abord contrainte de verser tribut et de céder plusieurs territoires, se désengageant vis-à-vis des seigneurs chrétiens des Balkans occidentaux ; par l’intermédiaire de ses bailes et d’autres représentants, la Sérénissime obtient néanmoins la défense de ses intérêts commerciaux. Plus ambitieux, Nicolas Drocourt considère l’usage des négociations fait par les empereurs byzantins durant une période charnière de l’histoire de l’Empire grec médiéval (« La diplomatie byzantine (IXe-XIIe siècle). Instrument pour la paix ou arme de guerre ? », p. 183-206) ; l’auteur souligne que les réceptions de dignitaires étrangers, tout comme les ambassades byzantines envoyées hors des frontières, comprenaient fréquemment des officiers militaires parmi le personnel chargé de négocier des traités de paix ; de ce fait, la diplomatie des agents impériaux servait à la fois d’outil pour obtenir la paix ou d’instrument pour préparer la guerre.

Le but poursuivi par Mohamed Ouerfelli s’inscrit dans une ample reconsidération des conditions par lesquelles se développe le commerce contractuel entre les deux rives de la Méditerranée (« Les premiers contacts diplomatiques entre l’Ifrīqiya et la commune de Pise au XIIe siècle », p. 207-223) ; en s’attachant à la phase initiale de ce nouveau type de relations, l’auteur examine les procédures par lesquelles les négociateurs pisans engagent le mouvement, en établissant des accords verbaux, ensuite confirmés par des échanges de lettres ; la rédaction d’accords aboutit finalement à la mise par écrit de traités en bonne et due forme. C’est sur cette base que se développent les échanges réguliers d’ambassadeurs, qui stabilisent les relations diplomatiques et permettent l’essor des activités commerciales. Dans le même état d’esprit, Alessandro Rizzo observe les négociations menées par les Florentins pour pénétrer l’espace mamelouk (« L’ambassade florentine de 1422 et l’établissement des relations commerciales avec les Mamelouks », p. 225-237) ; comme dans l’étude précédente, l’analyse du corpus documentaire permet de suivre les procédures de l’administration mamelouke pour l’établissement de droits commerciaux, garantis par des copies transmises aux gouvernements européens. Le volume s’achève par la contribution d’Élisabeth Malamut (« Les cadeaux entre souverains byzantins et étrangers aux XIIe-XVe siècles », p. 239-265), où un dépouillement serré des sources textuelles permet de lister les donations de numéraire, soieries (vêtements impériaux et couronnes), icônes, reliques et livres ; d’autres cadeaux monumentaux marquent la transformation d’un bien matériel en acte politique, comme la mosquée de Constantinople accordée pour obtenir la protection des chrétiens en Terre sainte ; loin d’être le reflet de la seule civilisation byzantine, les cadeaux diplomatiques révèlent une culture partagée, commune aux différents États riverains de la Méditerranée.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search