Compte-rendu: Laurent Fourchard, Trier, exclure et policer. Vies urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria (Presses de Sciences Po, 2018)

Laurent Fourchard, Trier, exclure et policer. Vies urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria, Paris, Les Presses de Sciences Po, col. « Gouvernances », 2018, 365 p., ISBN : 9782724623208

Compte-rendu réalisé par Marianne Morange

Trier, exclure et policer. Vies urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria s’intéresse au lien entre urbanisation et construction politique des marginalités sociales. Laurent Fourchard y explore les dispositifs d’exclusion et de contrôle social dans les quartiers populaires des villes du Nigeria et d’Afrique du Sud, de la période coloniale à nos jours. S’appuyant sur une lecture foucaldienne du pouvoir, revendiquée dans le titre de l’ouvrage, ainsi que dans le vocabulaire employé (dispositifs, conduites, instruments), il retrace la généalogie des pratiques de gouvernement des populations urbaines et de leur vie quotidienne et explore les figures sociales fondatrices de l’exclusion à Ibadan, Lagos, Cape Town et Johannesburg (le non-native, le migrant étranger, le jeune homme dit désœuvré, la jeune fille mineure prostituée…). Il montre comment se sont consolidées ces catégories de gouvernement, analyse leurs effets politiques sur la mise en ordre des sociétés urbaines et leurs prolongements dans le temps présent. Il s’agit de rechercher dans le passé des clés d’interprétation pour comprendre certaines formes de violences actuelles et dépasser l’état de sidération qu’elles ont provoqué. L’ouvrage s’ouvre ainsi sur une mise en regard des attaques contre les « migrants » en Afrique du Sud (2008 et 2015) et contre les « non-indigènes » au Nigeria (2001). Ce projet implique un positionnement complexe et ambitieux entre histoire sociale et politique, sociologie politique et études urbaines, que complète une forte attention géographique aux dynamiques scalaires. Il reflète la « conception unitaire » des sciences sociales qui caractérise les travaux de Laurent Fourchard et son intérêt pour le poids des continuités historiques dans la construction des processus politiques et sociaux.

L’hypothèse centrale est la suivante : la ville constitue le lieu par excellence d’invention et de déploiement de dispositifs de contrôle des populations, dispositifs qui ont historiquement convergé vers la fabrique de figures de l’altérité constitutives des dynamiques d’exclusion actuelles. Premièrement, dans les deux pays, les politiques du travail forgées au tournant du XXe siècle, au moment où l’urbanisation s’accélère, ont fondé la distinction entre étranger et natif. Au Nigeria, elles reposent sur la distinction entre natives et non natives. Ces derniers étaient assignés à demeurer dans des quartiers spécifiques (sabon gari) où le contrôle spatial venait suppléer l’absence de soumission de ces populations à l’autorité des chefs indigènes, pratiquée dans le régime colonial de l’indirect rule. Cette discrimination se perpétue dans le Nigeria indépendant et après la fin de la guerre civile, dans le cadre du fédéralisme ethnique, sous la forme du certificat d’indigénéité, un document administratif qui construit les contours d’une citoyenneté locale à deux vitesses. En Afrique du Sud, le système du travail migrant et du contrôle des mobilités (influx control) a organisé la division de la société urbaine entre citadins de plein droit, vivant dans les townships, et migrants temporaires, des hommes séparés de leurs familles et confinés dans des foyers de travailleurs (hostels). Cette distinction rejouerait dans les violences xénophobes actuelles contre ceux que l’on désigne comme des « migrants ».

Deuxièmement, l’action administrative à caractère dit social en Afrique du Sud a façonné les catégories du délinquant urbain (« l’enfant en danger » qui rapidement devient « dangereux », les figures de la jeunesse dite désœuvrée et jugée menaçante). Elle a justifié les déportations massives vers les zones rurales, l’enfermement de jeunes Coloureds dans des institutions de soin répressives, ainsi que l’organisation d’une répression systématique du commerce de rue, une activité dans laquelle ces groupes sociaux étaient fortement engagés. La création de polices locales communautaires qui se sont vues confier par l’État, la lutte contre la délinquance à l’échelle des quartiers, a accru cette logique de différenciation sociale dans les deux pays. Ces polices communautaires privées, reconfigurées mais encore très actives aujourd’hui, redessinent au quotidien la limite entre insider et outside. Elles construisent un communauté morale fondée sur le sentiment d’une menace intérieure au quartier en Afrique du Sud (les jeunes hommes sans emploi, assimilés à des tsotsis ou skollies – voyous violents) et extérieure à lui au Nigeria, ce qui a conduit à pratiquer le couvre-feu. Loin de refléter une forme de privatisation de la sécurité liée à l’affaiblissement de l’État, comme cela a pu être dit, elles interagissent au quotidien avec celui-ci. En revers de ces dispositifs d’exclusion, se négocient au quotidien des formes d’inclusion sociale dans l’économie urbaine, un processus que l’ouvrage explore du côté du Nigeria uniquement. Des big men et grands patrons tiennent les lieux de constitution de la rente urbaine, les gares et les marchés, et la redistribuent dans le cadre d’un clientélisme politique et électoral multiscalaire qui façonne les destins contrastés d’Ibadan et de Lagos, des différents quartiers de ces villes, tandis que les citadins s’efforcent de naviguer dans le système du certificat d’indigénéité pour accéder aux ressources urbaines.

Ces trois processus, distincts dans leurs logiques et leurs natures, et qui se déploient à des échelles et dans des espaces variés (la rue, l’espace public, l’espace domestique, les lieux d’emploi, les institutions disciplinaires, les bureaux des administrations locales), convergent au sens où ils finissent par produire une certaine régularité dans les effets d’exclusion/inclusion. La grille de lecture foucaldienne permet ainsi de tenir ensemble les trois fils thématiques qui structurent l’ouvrage : (1) une réflexion sur les politiques d’appartenance et la production de catégories d’inclusion et d’exclusion dans le premier XXe siècle (« gouverner par le tri et par l’exclusion ») ; (2) une sociologie politique et historique du vigilantisme1, des années 1930 à nos jours, avec un accent sur sa dimension quotidienne concrète (« policer le quartier ») ; (3) une analyse de la régulation sociale par le clientélisme et le patronage et de la construction du rapport à l’État à travers ses guichets bureaucratiques au Nigeria, depuis l’indépendance, avec un captivant chapitre sur le certificat d’indigénéité (« de la rue au guichet : politiques d’exclusion, pratiques d’inclusion »). C’est le Michel Foucault du gouvernement des populations et des savoir-pouvoir qui est mobilisé, ainsi que celui de la surveillance et des institutions disciplinaires, non pas celui des subjectivités individuelles et des conduites de soi. Les dispositifs sont considérés dans leurs effets sur des groupes sociaux, non pas sur les individus, et l’analyse se donne pour objet la production d’une sociologie de l’État. Autrement, dit, l’État demeure une catégorie d’analyse structurante (un certain nombre « d’acteurs » sociaux et politiques interagissent avec lui, construisent un certain « rapport à l’État », le « contournent »), même s’il est saisi à travers les pratiques concrètes qui le constituent au quotidien et non pas comme un ensemble d’institutions extérieures au corps social. Laurent Fourchard explore ainsi différentes facettes de la gouvernementalisation2 de l’État, sauf peut-être dans le chapitre 5 qui s’en remet à une analyse de gouvernance plus classique de la gestion de la rente urbaine par les big men, dans le cadre de projets urbains contrastés à Ibadan et Lagos et des négociations politiques entourant ce que Ilda Lindell a appelé la gouvernance de l’informel.

Les sources mobilisées correspondent à ce projet d’une sociologie historique du politique qui s’intéresse à la gouvernementalisation de l’État en Afrique. L’analyse s’appuie sur les archives coloniales, nationales et locales (en Grande-Bretagne, en Afrique du Sud et au Nigeria), sur les archives municipales de plusieurs villes, ainsi que sur les archives des presses locales et nationales. Laurent Fourchard ne cherche pas à donner la parole aux citadins subalternes. Il est très explicite sur ce point. Ses sources historiques ne le lui permettent pas. Il a toutefois mené des entretiens auprès de petits fonctionnaires, commerçants, acteurs de la sécurité, ainsi que des séquences d’observation participante avec des patrouilles de volontaires dans les quartiers Coloured au Cap et dans les bureaux de l’administration locale à Ibadan et Lagos. Cette incursion dans le domaine des pratiques de l’enquête anthropologique a surtout une visée méthodologique. Il ne s’agit pas d’opérer un glissement conceptuel à partir de concepts anthropologiques, vers des questions de subjectivités individuelles et de gouvernement de soi. Du concept de gouvernementalité, Laurent Fourchard retient d’ailleurs très clairement la première définition qu’en a donné Michel Foucault en 1978, dans son cours au collège de France (publié sous le titre Sécurité, territoire, population), celle d’une raison gouvernementale et non pas celle des conduites de soi et de l’éthique du sujet qui émerge à partir de ses cours de 1979 et de sa réflexion sur le néolibéralisme. Il s’agit pour Laurent Fouchard de se doter des moyens, en triangulant méthodes historique et anthropologique, de jeter un pont entre le passé et le présent. Les résultats des observations de terrain et des entretiens sont ainsi mobilisés dans les derniers chapitres, l’ouvrage cheminant discrètement selon un principe chronologique vers le moment actuel.

L’analyse est d’une grande finesse. Laurent Fourchard démontre que la fabrique de la différenciation sociale s’appuie sur un ensemble de droits, acquis pour les uns, refusés aux autres et sur un processus de distinction sociale complexe, au-delà des lectures binaires de la ville coloniale ou d’apartheid opposant colonisateurs et colonisés, Blancs et Noirs. Il souligne la complexité des fractures sociales internes au sein des quartiers populaires. Il montre les limites de la capacité de contrôle de l’État, ni omniscient, ni omnipotent, moins au Nigeria qu’en Afrique du Sud. Il montre que la normation (la production de normes) est peut-être plus puissante que la normalisation (l’élagage des dissidences sociales par la répression) et insiste sur l’adhésion d’une partie des classes populaires urbaines (aînés, parents) à la mise en ordre sociale et spatiale. Il souligne l’importance des bricolages, des ajustements, des mécanismes de la petite réalité ordinaire qui président à la production de la subalternité, plus qu’il ne dénonce un état structurel de subalternité. Il insiste sur les configurations locales, les nuances entre les villes, entre les quartiers. Il balaie les raccourcis analytiques binaires (Etat/citoyen, dominant/dominé, gouvernants/gouvernés), réglant au passage son compte à la théorie de « l’Etat bifurqué » de Mahmood Mamdani3, ou aux analyses hors-sol de l’architecte Rem Koolhaas et de ses élèves sur Lagos. Sans en avoir l’air, il donne aussi une petite leçon de méthode scientifique fort bienvenue à une partie des études urbaines critiques qui, prises au piège de leur désir de dénoncer la domination, notamment en contexte postcolonial, en font souvent une lecture tautologique, binaire et simplificatrice, et échouent finalement à déchiffrer ses mécanismes profonds. Méfiant à l’égard des grands schémas théoriques, Laurent Fourchard s’en remet à une description épaisse et minutieusement documentée des pratiques quotidiennes, ancrée dans des épistémologies et des méthodologies disciplinaires robustes, un ancrage qui fait peut-être parfois défaut aux études urbaines. Il se démarque, sans récuser pleinement leur pertinence, des grilles d’analyse qui dominent la pensée critique en études urbaines : le grand récit développemental de l’Etat failli ; l’économie politique marxiste et l’étude des relations entre capitalisme, néolibéralisation et inégalités raciales et sociales ; les approches post-modernes de la ville affranchie de son carcan colonial, libre, créative, fragmentée et insaisissable. Il emprunte aux dernières leur attention aux pratiques ordinaires mais il repolitise celles-ci à la lumière d’une pensée critique attentive à l’agencéité autant qu’à l’exclusion et à la violence. Armé d’un scrupule scientifique et d’une honnêteté rares, il révise ainsi certaines de ses analyses antérieures quand de nouveaux éléments empiriques les invalident, démontrant par exemple que l’exclusion et le stigmate social de certains quartiers au Nigeria sont moins dus à des politiques discriminatoires d’appartenance ethnique qu’à des dynamiques électorales et clientélistes.

L’ouvrage constitue une mine d’informations, nourries par une érudition jamais pesante. L’analyse est servie par un style enlevé, clair et précis. Les échelles d’analyse et les temporalités s’entremêlent avec virtuosité. Les lecteurs non familiers des terrains africains peuvent se référer à un très utile glossaire. Peut-être leur manquera-t-il quelques repères cartographiques ? La dissymétrie relative entre les deux terrains, favorable au Nigeria, pourra constituer une frustration pour les spécialistes de l’Afrique du Sud. Cependant, leur mise en regard, adroitement menée tout au fil de l’ouvrage, permet justement de les extraire d’une sorte d’état d’exceptionnalité dans lequel les renferment souvent des historiographies nationales fondées sur le grand récit de la libération nationale et des violences « inter-ethniques » au Nigeria et sur le grand récit de l’exclusion coloniale et d’apartheid en Afrique du Sud. La comparaison, l’attention à la complexité et à l’inachèvement, aux pratiques sociales banales, le rapport intransigeant aux sources historiques, permettent de nuancer ces récits. Les émeutes de Kano et la manifestation de Sharpeville sont ainsi revisitées grâce à la reconstitution minutieuse de la sociologie politique de ces mouvements. Il s’agit finalement de dire l’intérêt à partager un questionnement sur la fabrique de l’exclusion coloniale et d’apartheid en Afrique, à partir de ces terrains distincts, et souvent pensés comme irréductiblement spécifiques, non pas de faire converger le regard vers leur plus petit dénominateur commun. Cela est fait avec simplicité, en épargnant au lecteur une longue discussion sur la justification du choix des villes étudiées et de la démarche comparative, ce qui est somme toute très reposant. Ce comparatisme s’enracine donc résolument dans les études africaines (la bibliographie en témoigne). Il met en regard deux situations urbaines en Afrique, présentant de fortes analogies (pays urbanisés de longue date, marqués par la colonisation britannique) mais saisies dans leur singularité. Si l’on n’est pas spécialiste de l’Afrique, on s’interrogera peut-être sur la possibilité de déborder le cadre des études africaines pour parler aux études urbaines comparées internationales.

Pour conclure, cet ouvrage soulève d’importantes questions, parfois dérangeantes pour l’Afrique du Sud, le terrain que je connais un peu et auquel je me tiendrai donc. En s’en remettant à une généalogie des pratiques et des catégories et à une approche constructiviste des problèmes de gouvernement qui relativise l’existence d’un projet politique colonial ou d’apartheid cohérent, Laurent Fourchard emboîte le pas de Deborah Posel ou de ceux qui ont insisté sur la complexité des déclinaisons locales de l’apartheid urbain (par exemple Alan Mabin, Paul Maylam, Susan Parnell). Il se démarque du grand récit de la rupture « post-apartheid », mettant en évidence le poids des héritages et des continuités. On suit bien l’analyse sur ce point. En revanche, en renvoyant les violences xénophobes actuelles à des logiques héritées, ne risque-t-on pas de rabattre les problèmes présents sur les politiques menées sous la colonisation et l’apartheid, un discours politique bien rôdé en Afrique du sud ? La thèse de la naturalisation progressive des normes sociales est très convaincante et les effets d’écho dans la formulation des contours de l’altérité des migrants/étrangers indésirables d’hier et d’aujourd’hui, frappants. Cependant, comment concilier cette lecture avec une analyse critique des responsabilités politiques actuelles, de l’ANC, des gouvernements qui se sont succédés depuis le début des années 2000 … ? Ces interprétations, en vogue dans les milieux académiques progressistes sud-africains, sont intéressantes mais il me semble qu’elles relèvent d’une intuition que seule des enquêtes empiriques approfondies, explorant le rapport à l’autre et les subjectivités politiques produites par ces décennies d’exclusion, permettraient de confirmer. Dans un tel projet, il importerait de substituer à la définition classique de la subjectivation en sciences politiques, comme processus de construction de sujets en résistance contre la gouvernementalité coloniale et d’apartheid, une définition foucaldienne de la subjectivation, comme rapport à soi et au monde. Dans un tel projet, la question de la langue (langue de travail du chercheur, langues des enquêtés dans ces contextes de multilinguisme marqué), assez peu présente dans l’ouvrage, se poserait nécessairement et donc la capacité des sciences sociales à dialoguer avec des linguistes. L’ouvrage de Laurent Fourchard esquisse de stimulantes perspectives de recherche en ce sens, à propos du sens du certificat d’indigénéité par exemple. Il nous invite, au-delà de l’examen des pratiques de contournement de ce dispositif, à questionner le sens politique de son absence de contestation par tous les citadins indifféremment, ainsi que leur rapport à ces normes. N’est-ce pas sur cette piste que nous met Michel Foucault dans ses derniers travaux, quand il fait évoluer son concept de gouvernementalité pour désigner le gouvernement de soi ? N’est-ce pas la meilleure manière de dépasser le débat sur la responsabilité politique et de reformuler la question de la domination, en recentrant l’attention sur les contre-conduites qui ne peuvent émaner que d’un travail réflexif de l’individu sur ses propres raisons d’agir ?

Lindell Ilda, “The Multiple Sites of Urban Governance: Insights from an African City”, Urban Studies, 45, n°9, 2008, p. 1879-1901

Mabin Alan, “Comprehensive Segregation: The Origins of the Group Areas Act and Its Planning Apparatuses”, Journal of Southern African Studies, vol. 18, n° 2, 1992, p. 405-429

Mamdani Mahmood (1996), Citizen and subject: Contemporary Africa and the legacy of late colonialism, Princeton University Press, 1996

Maylam Paul, “Explaining the apartheid city: 20 years of South African urban historiography”, Journal of Southern African Studies, Volume 21, n°1, 1995, p. 19-38

Parnell Susan, “Winning the battles but losing the war: the racial segregation of Johannesburg under the Natives (Urban Areas) Act of 1923”, Journal of Historical Geography, Volume 28, n° 2, 2002, p. 258-281

Posel Deborah, The Making of Apartheid, 1948–1961: Conflict and Compromise, Oxford Studies in African Affairs, Oxford: Clarendon Press, 1991.

1 Les vigilantes sont des patrouilles de volontaires qui sécurisent les quartiers populaires. Elles sont présentes dans de nombreux pays d’Afrique, ce qui a suscité un courant de recherche à part entière qui s’est structuré autour de ce néologisme passé de l’anglais au français.

2 Au sens foucaldien, le processus par lequel l’action de l’Etat se transforme et tend, à travers l’élaboration de procédures, techniques et outils d’analyse, vers un objectif de gouvernement des populations.

3 Mahmood Mamdani a proposé le concept de « bifurcated state » pour désigner l’institutionnalisation par les autorités coloniales de ce qu’il considère être un système de gouvernement dual : le premier garantissant des droits aux Européens en ville ; le second reposant sur l’exercice d’un pouvoir despotique par des chefs coutumiers en milieu rural. Cette thèse est fortement contestée par Laurent Fourchard dont tout le travail consiste à déchiffrer la complexité des régimes de contrôle des populations africaines urbaines : la redéfinition constante des modalités de l’accès à la ville pour les Africains, les modalités d’exercice de la loi coutumière en ville…


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.