Compte-rendu: Pauline Valade, Le goût de la joie. Réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIe siècle (Champ Vallon, 2021)

Pauline Valade, Le goût de la joie. Réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2021, 424 p.

Compte-rendu réalisé par Suzanne Rochefort

Le peuple et les élites d’Ancien Régime avaient-ils le sens de la fête ? Dans l’ouvrage tiré de sa thèse de doctorat, Pauline Valade déplace d’emblée la question en distinguant la notion de festivité de celle de réjouissance monarchique. Son prisme d’étude, bien spécifique, est celui des célébrations publiques organisées par le pouvoir royal pour chaque événement heureux concernant la Couronne (sacre, naissance, mariage, victoire). L’historienne dénombre 88 occasions de réjouissances à Paris entre 1715 et 1789. Ce sont autant de « rencontres décrétées » entre le peuple et la monarchie, avec pour principal marqueur l’émotion de la joie. En déjouant le double écueil d’un universalisme ou d’un individualisme des émotions, l’autrice parvient à faire de la joie un paramètre politique. Cette perspective lui permet de démontrer à quel point la construction du régime monarchique se produit aussi par le sensible. Les manifestations ritualisées d’allégresse engagent en effet des enjeux d’expression et de légitimation du pouvoir du côté de la royauté, mais également d’adhésion et de critique de la part des populations. Pauline Valade cherche ainsi à saisir toute « l’ambivalence de la joie publique, à la fois strictement officielle et purement authentique » (p. 19). L’ouvrage restitue très finement toute la palette de nuances avec lesquelles se déploient ces plaisirs urbains. En effet, loin d’assigner les manifestations de joie à de simples marques d’obéissance des sujets, l’autrice distingue à la fois l’attachement sincère et les marges de manœuvre du peuple, donnant à voir sa faculté de jugement dans un contexte d’émergence de l’opinion publique .

Ce sont les gestes des réjouissances monarchiques et de la joie publique plutôt que les discours portés sur celles-ci qui concentrent l’attention de l’historienne. Les archives de la Maison du roi, du Bureau de la Ville et du Châtelet constituent ainsi les matériaux principaux de l’étude, complétés par les chroniques et les journaux. L’ouvrage s’articule en trois temps : l’organisation des réjouissances, le déroulement de ces festivités et les manières qu’ont les populations d’y prendre part. Décréter la joie est d’abord une affaire de communication politique, qui nécessite une chaîne de collaboration allant de la Maison du roi aux officiers du Châtelet. Le premier chapitre présente la complexité de tout un processus (décider, informer, ordonner), processus fait d’intermédiaires et d’aléatoire. La préparation de ces manifestations nécessite une coûteuse mise en chantier de la ville, à laquelle participent de multiples corps de métiers (chapitre 2). Les festivités officielles sont ensuite encadrées par le pouvoir administratif et policier de Paris, qui norme les comportements et régule les pratiques de la joie, l’un nourrissant l’autre (chapitre 3).

Dans un second temps sont étudiées les stratégies pour obtenir l’assentiment de la population parisienne. Les gestes ritualisés de la joie publique (feux de joie, lâchers d’oiseaux, distributions de vivres) sont au cœur du chapitre 4. Des événements moins attendus comme la libération de prisonniers ou les mariages de bienfaisance font également partie intégrante des réjouissances (chapitre 5). En effet, celles-ci ne reposent pas sur une simple mise en spectacle de la monarchie mais s’ordonnent autour d’un système de don/contre-don, où les manifestations de joie répondent aux libéralités du pouvoir royal. Mais chercher l’approbation des Parisiens ne veut pas dire l’obtenir. Pauline Valade considère les réjouissances comme des moments clés où le pouvoir politique est « interrogé », c’est-à-dire potentiellement critiqué. La troisième partie de l’ouvrage analyse ainsi la gamme de réponses des populations aux exigences monarchiques. Pour les corps institutionnels, manifester sa joie de manière conformiste constitue le moyen de servir ses propres intérêts (chapitre  6). Il faut néanmoins dépasser les discours conventionnels afin de comprendre les appropriations du langage et des gestes de la joie publique, jusqu’au détournement de ceux-ci (chapitre 7). Le dernier chapitre se concentre sur les années charnières 1787-1789, durant lesquelles les manifestations d’allégresse deviennent sélectives, et les transgressions des normes de la joie publique de plus en plus nombreuses.

Tout en s’inscrivant dans une histoire culturelle du politique, l’ouvrage se distingue aussi par ses contributions à l’histoire urbaine. Les réjouissances monarchiques et la joie publique se révèlent être des prismes efficaces pour observer en action toute une chaîne de travailleurs de la capitale. Sous le signe de l’urgence et de l’éphémère, nombre d’artisans et d’artistes (plus de 180 métiers) s’impliquent dans la logistique des célébrations qui doivent animer le cœur de Paris et dynamiser l’économie urbaine. Pauline Valade met en lumière la création d’un vaste marché public contrôlé par le Bureau de la Ville, sous l’égide du maître général des Bâtiments qui était encore très mal connu. L’histoire des pratiques professionnelles est croisée avec celle des représentations, puisque l’état et le rang social déterminent la manière de dire officiellement sa joie. Les corporations les plus importantes se distinguent dans la cité en exprimant à force de coûteux Te Deum leur attachement à la monarchie. Elles participent ainsi à sa légitimation tout en réaffirmant leur place dans la hiérarchie socio-professionnelle de la capitale. Même les Dames des Halles envoient une députation pour complimenter le souverain à chaque événement dynastique, en apportant les meilleurs produits du marché ; elles utilisent le langage de la soumission consentie, et servent à manifester une joie populaire strictement encadrée.

Pauline Valade plaide également pour une histoire des émotions profondément connectée aux réalités matérielles de la ville. Au plus près des places et des rues où les habitants se pressent les uns contre les autres, l’historienne reconstitue l’expérience urbaine spécifique de la joie publique ; celle-ci est faite de visuels lumineux, d’effluves de salpêtre, des détonations de pétards se mêlant aux sons des violons, mais aussi de viande froide, de vin frais et de petits choux. Cette synesthésie sensorielle est le résultat d’un calcul politique. Le pouvoir monarchique œuvre pour une utilisation conjointe et de plus en plus intense des différents supports de plaisirs. Ces moments de partage sont en effet toujours reliés à des enjeux d’approbation, notamment en ce qui concerne les objets pyrotechniques, très appréciés. Mais si les artificiers font un usage fréquent des fusées, qui participent à la communication monarchique et rappellent « la présence dominante de l’État au cœur de la ville » (p. 178), les pétards et fusées sont interdits aux particuliers par crainte d’incendie. Certains viennent cependant nuancer le monopole de la poudre en les vendant ou les tirant tout de même, particulièrement dans les deux dernières décennies d’Ancien Régime. Sans désavouer directement le pouvoir monarchique, ces déploiements de l’allégresse hors du cadre autorisé ouvrent selon l’autrice « une brèche dans les manières de consentir » (p. 311). Se dessinent alors les contours d’une nouvelle culture de l’approbation, où de nombreuses catégories urbaines peuvent transgresser publiquement l’ordre établi avant même de pouvoir s’exprimer dans la vie politique du royaume. Traçant le chemin qui va du devoir au droit de se réjouir, Pauline Valade dévoile ainsi la mue de la joie publique, d’une émotion décrétée à une émotion citoyenne.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.