JE SFHU jeunes chercheur.se.s: Caitlin John, “Les espaces funéraires urbains au Caire et à Paris à la fin du Moyen Âge”

 

Les espaces funéraires urbains au Caire et à Paris à la fin du Moyen Âge1

 

Caitlin John*

*University College London, prépare une thèse intituléeCities of the Living and the Dead: Spaces, Communities and Practices of Burial in Late Medieval Cairo and Paris Compared”. Elle résume ici sa communication lors de la troisième Journée des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire urbaine organisée par la SFHU le 1er avril 2022.

 

Introduction : une approche microhistorique et comparative

Les cimetières sont souvent considérés comme des espaces des morts, déconnectés et en quelque sorte en marge des espaces urbains des vivants. Pourtant, les cimetières médiévaux considérés dans cette communication, le cimetière des Saints-Innocents à Paris et le Qarāfa au Caire, étaient des espaces urbains importants. En tant que tels, ils méritent une attention particulière et peuvent également apporter un éclairage microhistorique sur des dynamiques urbaines plus larges, surtout dans une perspective comparative. Les études comparatives entre les villes chrétiennes et islamiques sont peu nombreuses. Pourtant, le Caire et Paris à la fin du Moyen Âge invitent à la comparaison, car ce sont deux métropoles très peuplées, dotées d’un vaste territoire et qui possédaient toutes les deux de grands cimetières qui accueillaient des défunts des différentes communautés.

 

Les topographies du Qarāfa au Caire et du cimetière des Saints-Innocents à Paris

La première partie de cette communication a exploré les topographies comparatives de ces deux cimetières dans leur cadre urbain. Le Qarāfa était de loin le plus grand cimetière du Caire médiéval, avec une superficie d’environ 1 500 hectares. C’était la principale zone d’inhumation des Cairotes de la fin du Moyen Âge. Il était géographiquement périphérique, situé au-dehors des murs de la ville, au sud-est de celle-ci.

Fig. 1. Anonymous, View of Cairo and the Nile, Kitab-ı Bahriye de Piri Reis, milieu à la fin du XVIIe siècle. Le Qarāfa est à gauche, entre les collines de Muqaṭṭam à l’est et la ville à l’ouest. The Walters Art Museum, Baltimore, MS W 658, folio 305a.

 

En revanche, le cimetière des Saints-Innocents se situait à proximité des Halles sur la rive droite de Paris, dans un emplacement plutôt central. C’était un espace clos, entouré de charniers, et rattaché à l’église paroissiale des Saints-Innocents. S’il peut être rapproché du Qarāfa au Caire, c’est par son importance : c’était le plus grand cimetière de la ville, mesurant environ 120 x 60 m à la fin de la période médiévale. Il desservait six autres paroisses, deux hôpitaux et tous les corps non réclamés de la ville et de la Seine, ainsi que d’autres Parisiens qui y élurent sépulture.

Fig. 2. Détail d’Olivier Truschet et Germain Hoyau, La ville, cité et Université de Paris, c.1550. Le cimetière des Saints-Innocents est au centre de l’image. Basel University Library, Kartenslg AA 124.

 

Ces deux cimetières étaient donc les espaces funéraires les plus grands de leurs sphères urbaines respectives. Leurs topographies différaient considérablement par ailleurs : le Qarāfa était un espace non muré mais géographiquement périphérique, tandis que le cimetière des Saints-Innocents était muré mais situé au centre de la ville. Malgré ces différences topographiques, tous les deux étaient conceptuellement centraux dans leurs villes respectives.

 

La formation de ces espaces sur le long terme : le rôle des autorités royales et des traditions collectives locales

Les cimetières du monde islamique avaient tendance à être périphériques, tandis que les cimetières de l’Europe chrétienne avaient tendance à suivre un modèle d’enterrement paroissial. Cependant, au-delà de ces grands modèles, les particularités locales des cimetières nécessitent d’examiner d’autres raisons de leur évolution sur le long terme. Dans la deuxième partie de cette communication, l’accent a été mis sur l’interaction entre le rôle des autorités royales et les traditions collectives locales. Au Caire, différentes zones de la Qarāfa se développèrent avec les différentes dynasties. Le façonnage du cimetière des Saints-Innocents a été encore plus directement influencé par le rôle du roi Philippe Auguste (r. 1180-1223). L’enceinte urbaine qu’il fit construire en 1190 engloba le cimetière qui se retrouva ainsi intra muros. Déjà, en 1186, il avait ordonné que le cimetière lui-même soit muré, ce que deux chroniqueurs de son règne, Rigord et Guillaume Le Breton, attribuèrent au fait que la sainteté du site était menacée par les activités des vivants.2

Les cimetières étaient des lieux de mémoire et étaient donc également façonnés de manière significative par les traditions collectives urbaines. La principale logique qui explique l’emplacement spécifique du cimetière de Qarāfa est sa position sous les collines de Muqaṭṭam. Celles-ci étaient réputées être bénies par Dieu, qui avait promis que la semence du paradis serait placée à leurs pieds. Il s’agissait d’une tradition spécifiquement cairote, comme le montrent des cartes produites par des non-Cairotes qui désignent de façon erronée ces collines. Le statut des Saints-Innocents en tant que lieu de mémoire est également indiqué par nos deux chroniqueurs du règne de Philippe Auguste : ils soulignent que des milliers de Parisiens y étaient enterrés, ainsi que de nombreux saints.

Dans les deux cimetières, le patronage des autorités royales rencontrent les traditions collectives dans la formation des espaces. Ainsi, les souverains continuent à accorder leur patronage aux sites saints de la Qarāfa, qui sont importants pour les Cairotes de différentes couches sociales qui tous pratiquent la ziyāra, la visite aux tombeaux. Le cimetière des Saints-Innocents devint un lieu saint sous le règne de Philippe Auguste, les reliques d’un enfant martyrisé, Richard, y étant transférées avant sa clôture. Si cela répondait au programme politique de Philippe Auguste à l’époque, cela a également donné à Paris un saint très local et récent. L’importance continue de Richard pour la population se reflète dans plusieurs récits de processions impliquant ses reliques, notamment en 1412, 1449 et 1475. Le rôle des autorités royales était toutefois plus marqué à Paris que dans la Qarāfa du Caire. Cela nous conduit à réviser les idées persistantes associées au concept de la ville islamique, dans lequel le dirigeant islamique était considéré comme l’agent principal de la formation de l’espace urbain.

 

Ces cimetières en tant qu’espaces publics importants

La troisième partie a exploré comment les deux espaces, malgré leurs topographies différentes, fonctionnaient comme des espaces publics importants dans la pratique. Une série de sources donne des aperçus de la façon dont ils constituaient des points de rassemblement pour les communautés, à la fois régulièrement et pour des occasions plus exceptionnelles, comme le prêche du frère Richard aux Saints-Innocents devant de grandes foules en 1429. Ces espaces fonctionnaient également comme des espaces de marché dans chaque ville, avec un éventail d’acheteurs et de vendeurs attirés par ces espaces relativement grands et ouverts. En tant que tels, il s’agissait d’espaces dans lesquels des activités criminelles se déroulaient. Plusieurs sources font état de vols aux Saints-Innocents à Paris, ainsi que de la vente, en ce lieu, d’objets volés. Les mentions de bandits itinérants ciblant les visiteurs de la Qarāfa ainsi que des complexes de tombes sont également fréquentes dans les sources cairotes. Les références à la criminalité dans ces espaces se lient à la dernière suggestion de cette communication : ces espaces publics pouvaient être aussi, à bien des égards, des espaces plus libres que leurs alentours urbains, à la fois parce qu’ils offraient l’occasion de se réunir en communauté et parce qu’ils étaient souvent moins surveillés.

 

Conclusion : des espaces centraux dans leurs ensembles urbains

Malgré leurs topographies différentes, la Qarāfa et les Saints-Innocents étaient des espaces urbains clés. Leur développement résulte non seulement des préceptes religieux, mais aussi des actions des autorités royales et des traditions collectives locales, qui s’exprimèrent elles-mêmes de diverses manières. Un bref aperçu des utilisations de ces espaces nous montre en outre comment les habitants de toutes les couches sociales y avaient des intérêts, des rois aux voleurs. Les deux cimetières, plutôt que marginaux, étaient centraux dans leurs ensembles urbains. Nous concentrer sur les cimetières au niveau microhistorique nous amène peut-être à nuancer nos perceptions des villes médiévales elles-mêmes.

 

1 La communication a été faite en anglais. Les organisateurs de la journée remercient Caitlin John pour ce résumé en français.

2 Rigord, ‘Gesta Philippi Augusti’, dans H. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord et de Guillaume Le Breton, historiens de Philippe-Auguste (Paris, 1882–1885), vol. 1, 71 ; Guillaume Le Breton, La Philippide: poème par Guillaume le Breton, éd. F. Guizot (Paris, 1825), 22–3.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 24 juin). JE SFHU jeunes chercheur.se.s: Caitlin John, “Les espaces funéraires urbains au Caire et à Paris à la fin du Moyen Âge” Histoire Urbaine. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4vt

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search