JE SFHU jeunes chercheur.se.s : Adrien Ferré, “Entre liesse et craintes : émotions et pratiques communautaires à Paris (1418)”

 

Entre liesse et crainte : émotions et pratiques communautaires à Paris en 1418 dans le Journal d’un bourgeois de Paris

 

Adrien Ferré*

*Université de Rouen, prépare une thèse intitulée « Faire communauté par les pratiques religieuses à Paris (XIIIe-XVIe s.) ». Il résume ici sa communication lors de la troisième Journée des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire urbaine organisée par la SFHU le 1er avril 2022.

 

C’est à partir du XIIIe siècle que semble se constituer la bourgeoisie parisienne, c’est-à-dire qu’elle prend conscience de son unité, plus tardivement que dans la plupart des villes de l’Occident médiéval. Comme dans toutes les communautés urbaines, entre confréries, corporations, paroisses ou encore familles, les habitants ont des appartenances multiples qui peuvent s’additionner ou s’exclure mais qui contribuent toutes, par leur diversité, à la définition de la communauté des Parisiens. Parmi les nombreux journaux et chroniques médiévaux, le Journal d’un bourgeois de Paris1 donne la possibilité de mieux comprendre cette sociogenèse. Son auteur, anonyme, n’est pas un bourgeois, mais un clerc de l’Université de Paris, membre du Chapitre de Notre-Dame. Il livre un précieux témoignage de la vie quotidienne à Paris entre 1405 et 1449 qui permet de prendre conscience des mouvements d’opinion, ainsi que des émotions et des réactions des Parisiens. Les pratiques collectives liées aux réjouissances et aux crises à Paris dans la première moitié du xve siècle sont des moments d’association, où les groupes différents se croisent et se rejoignent, participant ainsi à la formation communautaire. Nous étudierons ici l’année 1418, la plus longue dans le Journal. Elle est marquée par des débordements de violence qui s’inscrivent dans le contexte des rivalités entre Armagnacs et Bourguignons : le peuple de Paris, présenté par l’auteur du Journal comme essentiellement bourguignon, participe aux massacres de partisans armagnacs qui ensanglantent la capitale entre mai et août 1418. Cette violence extrême est contrebalancée par des moments de joie et de célébrations, qui contribuent aussi à l’affirmation du sentiment communautaire.

 

Les violences de l’année 1418

L’auteur du Journal d’un bourgeois de Paris commence par évoquer les rumeurs qui conduisent à ces excès2: « Ainsi était Paris gouverné faussement, et tant haïssaient ceux qui gouvernaient ceux qui n’étaient pas de leur bande, qu’ils proposèrent que par toutes les rues ils les prendraient et les tueraient sans merci, et les femmes ils noieraient […]. Avant que les Bourguignons vinssent à Paris, ni que la paix se fît, ils rendraient Paris au roi d’Angleterre, et [tous] ceux qui ne devaient pas mourir devaient avoir un écu noir à une croix rouge, et en firent faire plus de 16000, qui depuis furent trouvés en leurs maisons »3.

La rumeur est capitale dans l’exacerbation des émotions qui contribuent au dépassement des limites communautaires. Ici, cette rumeur bourguignonne vise à justifier les violences commises par la nécessité de sauver les Parisiens, qui auraient été trahis par les Armagnacs qui tenaient la capitale4. Cette rumeur est d’ailleurs reprise par le Bourgeois pour expliquer les massacres du 12 juin.

Les Bourguignons entrent dans Paris le 29 mai, vite rejoints par les milices communales qui participent au pillage. Dès le 1er juin, le peuple (présenté comme un tout) massacre les Armagnacs à travers toute la ville5. D’autres violences sont commises le 12 juin, causées par la peur suscitée par des rumeurs d’alarmes à différentes portes du sud et de l’ouest de la capitale. « Lors s’émut le peuple vers la place Maubert et environ, puis après ceux de deçà le mont, [comme] des Halles et de Grève et de tout Paris, et coururent vers les portes dessudites […]»6: ces trois places permettent le rassemblement de très nombreux Parisiens. Éloignées les unes des autres, elles révèlent que des gens venant de tous les quartiers de la capitale sont concernés par ces alertes. Cela permet aussi de s’interroger sur la vitesse de la diffusion des rumeurs dans la capitale, puisque toute la ville semble alertée.

L’auteur, choqué par l’extrême violence des tueries malgré ses sympathies bourguignonnes, choisit alors d’user d’allégories : il évoque la Discorde qui, à l’aide d’Ire, Convoitise, Enragerie, Vengeance, Trahison, Forcenerie, Meurtre et Occision, pousse les Parisiens à se livrer au massacre systématique des Armagnacs dans la capitale7. Cette grande place donnée aux émotions dans cette description confirme leur importance dans la fabrique communautaire. Les Armagnacs sont massacrés par les Parisiens dans la prison du Palais, puis dans les autres prisons publiques, « à Saint-Éloi, au Petit Châtelet, au Grand Châtelet, au For-l’Évêque, à Saint-Magloire, à Saint-Martin-des-Champs, au Temple, et partout firent comme devant est dit du Palais ».

Une dernière série de violences est mentionnée le 21 août. Ce sont les prix dans la capitale, liés à la présence des Armagnacs autour de Paris, qui provoquent des massacres au Châtelet, à la Bastille Saint-Antoine et à l’hôtel de Bourbon. Dès le lendemain, les Bourguignons reprennent la situation en main avec l’exécution du bourreau Capeluche8.

fig. 1. Carte des violences et massacres commis à Paris en juin 1418 (d’après le plan restitué de Paris en 1380, Projet ALPAGE, Cartes – Alpage (huma-num.fr), CC-BY-SA 2.0 FR)

 

Liesse et célébrations : les pratiques collectives des Parisiens en 1418

Ces violences sont suivies de moments plus joyeux ou festifs qui contribuent également à l’affirmation de la communauté des Parisiens, en permettant le dépassement des limites habituelles des groupes.

Dès l’entrée des Bourguignons à Paris le 29 mai, les Parisiens manifestent leur joie : il y avait « gens de tous états comme moines, ordres mendiants, femmes, hommes, portant la croix de Saint-André ou de croye ou d’autre matière, plus de deux cent mille, sans les enfants »9. L’insistance sur les « gens de tous états » permet de voir que les contemporains avaient conscience de ce dépassement. Le nombre même évoqué par l’auteur semble moins renvoyer à la réalité – la population est alors sans doute inférieure à 200 000 en ce début du xve siècle, plutôt de l’ordre de 100 000 et 150 000 habitants vers 144410 – qu’à une volonté de désigner l’ensemble des Parisiens comme une communauté unie, en en gommant les divergences.

Les moments de liesse et de célébrations collectives sont avant tout liés aux pratiques religieuses. Le 9 juin, la confrérie Saint-André, saint patron des ducs de Bourgogne, est créée en la paroisse Saint-Eustache, en réponse à la création de la confrérie Saint-Laurent-aux-Blancs-Manteaux en 1414 par des Armagnacs, ainsi qu’à l’imposition, toujours en 1414, de la bande blanche des Armagnacs sur la statue de Saint André à Saint-Eustache11. Ce 9 juin, le peuple de Paris est présenté comme l’acteur majeur, celui qui fait la confrérie et s’assemble en masse en portant « un chapeau de roses vermeilles »12, symbole d’unité populaire autour des couleurs bourguignonnes.

Une procession est également organisée le 3 juillet, à l’initiative des clercs de l’Université et des chanoines de Notre-Dame qui souhaitent le retour à l’ordre et au calme : « Item, le dimanche 3e jour de juillet, fut faite une des plus belles processions qu’on eût vues oncques. Toutes les églises de Paris s’assemblèrent à Notre-Dame de Paris et de là vinrent en grand luminaire [et châsses] à Saint-Merry, à Saint-Jean-en-Grève, et là moult bien dévotement prirent le corps Notre Seigneur que les faux juifs bouillirent et l’apportèrent moult revérentement, faisant grandes louanges à Dieu, à Saint-Martin-des-Champs […]»13. Cette procession spéciale, qui fait écho à la frénésie processionnelle de 141214, suit le trajet processionnel classique qui place les Parisiens sous la protection de Sainte Geneviève et de reliques vénérées, comme l’hostie miraculeuse des Billettes.

Le 14 juillet, le duc de Bourgogne rentre à Paris en compagnie de la reine Isabeau, se présentant comme son protecteur et la ramenant au roi au Louvre ; ils sont accueillis par une foule en liesse criant « Noël ! » et « pleurant de joie et de pitié »15. Très importantes, ces entrées royales se ritualisent de plus en plus à la fin du xive siècle, dans un contexte de concurrence entre les princes16. Cette entrée, outre les célébrations qu’elle engendre, est pour les Parisiens le symbole du retour à l’ordre et de la fin des troubles, ce qui suscite l’espoir de voir baisser les prix dans la capitale.

 

Finalement, que retenir de cette année 1418 sur le plan des émotions et des pratiques collectives ?

Les émotions fortes qui touchent les Parisiens provoquent des réactions collectives presque incontrôlables, qui soudent la communauté, ou tout au moins une partie d’entre elle. Les violences contre ceux à qui l’on dénie le droit d’être parisiens renforceraient ainsi le sentiment d’appartenance de ceux qui en sont les auteurs.

Les célébrations collectives sont liées à la liesse et à l’espoir que ressentent les Parisiens ; elles cherchent notamment à favoriser le retour au calme.

Ces pratiques collectives semblent concerner une très grande partie des Parisiens, bien au-delà des frontières communautaires habituelles. Cela semble permettre l’émergence d’un sentiment d’appartenance plus large, dont les limites précises restent à définir.

Les rassemblements étant disséminés dans la ville et même au-delà (Saint-Denis, sanctuaires mariaux proches de la ville…), on peut se demander si le sentiment communautaire se limite au finage ou s’il dépasse la muraille de Philippe Auguste.La spatialisation des données, notamment grâce aux SIG comme celui du projet ALPAGE, permettra de répondre à cette question17.

 

1 Toutes les citations sont issues de Colette Beaune (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris, Paris, Librairie générale française, coll. Lettres gothiques, 1989.

2 Sur l’importance de la rumeur dans le Journal d’un Bourgeois de Paris, C. Beaune, « La rumeur dans le Journal du bourgeois de Paris », dans Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public. 24e congrès. La circulation des nouvelles au Moyen Âge, 1993, p. 191-203.

3 C. Beaune (éd.), op. cit., item 189, p. 107-108.

4 La croix rouge, qui renvoie à la croix de Saint-Georges, évoque l’alliance supposée des Armagnacs avec les Anglais.

5 C. Beaune (éd.), op. cit., item 193, p. 111-112.

6 C. Beaune (éd.), op. cit., item 200, p. 115.

7 C. Beaune (éd.), op. cit., item 200, p. 115-116.

8 C. Beaune (éd.), op. cit., items 220 à 224, p. 125-129.

9 C. Beaune (éd.), op. cit., item 193, p. 110-111.

10 Jean Favier, Paris, deux mille ans d’histoire, Fayard, Paris, 1997, p. 61.

11 C. Beaune (éd.), op. cit, items 105 et 110, p. 79-81.

12 C. Beaune (éd.), op. cit., item 198, p. 114.

13 C. Beaune (éd.), op. cit., item 210, p. 121.

14 Jacques Chiffoleau, « Les processions parisiennes de 1412. Analyse d’un rituel flamboyant.», Revue Historique, 1990, p. 38-76.

15 C. Beaune (éd.), op. cit., item 214, p. 123-124.

16 Voir notamment les travaux de Bernard Guenée, L’Opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles VI » du Religieux de Saint-Denis, Paris, 2002, et Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans. 23 novembre 1407, Paris, 1992. Voir également Didier Lett, Nicolas Offenstadt, « Les pratiques du cri au Moyen Âge », Haro ! Noël ! Oyé ! : Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, 2003.

17 AnaLyse diachronique de l’espace urbain Parisien : approche Geomatique, https://alpage.huma-num.fr/.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 24 juin). JE SFHU jeunes chercheur.se.s : Adrien Ferré, “Entre liesse et craintes : émotions et pratiques communautaires à Paris (1418)” Histoire Urbaine. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4vu

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search