JE SFHU jeunes chercheur.se.s: Iris Pupella-Noguès, “Les lieux des graffitis de la résistance civile à Trieste, 1940-1943”

 

Les lieux des graffitis de la résistance civile à Trieste, 1940-1943

 

Iris Pupella-Noguès*

*Université Paris-Est Créteil, Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée / Università di Trieste, prépare une thèse intituléePratiques politiques quotidiennes des espaces publics urbains à Trieste pendant le fascisme (1920-1943)”. Elle résume ici sa communication lors de la troisième Journée des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire urbaine organisée par la SFHU le 1er avril 2022.

 

Carte 1. Trieste en 1945 © Archivio della Biblioteca dei Civici Musei di Storia ed Arte de Trieste.

 

Les graffitis s’inscrivent dans un dispositif d’écriture exposée1 ; publiquement visibles et historiquement situés, ils sont des « braconnages sur terres d’État »2 et sont saisis dans leur rapport dialectique au pouvoir politique dont l’appropriation parfois exclusive de l’espace public peut être ainsi contestée. Se situant au croisement de l’agir politique et du marquage territorial, ils peuvent être considérés non seulement comme des traces mais aussi comme des actions3. Les graffitis contestataires s’accomplissent de manière dissimulée tout en ayant vocation à laisser un signe visible. Souvent faits de nuit, ils sont un mode spatial d’inscription du politique et relèvent des pratiques populaires et anonymes de l’espace4 : ils appartiennent ainsi au répertoire d’actions de la résistance civile (sans armes).

Les graffitis analysés ici sont réalisés dans les espaces publics de Trieste, pendant la Seconde guerre mondiale jusqu’à la fin de l’État fasciste, entre 1940 et 1943. Les rues de Trieste, ville de frontière et cosmopolite, acquise par l’Italie après la Première guerre mondiale, sont des espaces de prédilection pour l’expression de gestes antifascistes. Leur surveillance pendant le fascisme est omniprésente. Les policiers peuvent compter sur un large réseau d’informateurs, ce qui permet un relevé de graffitis réalisés dans les endroits les moins fréquentés de la ville.

 

Développement des « savoirs policiers »

La connaissance des graffitis politiques faits à Trieste est possible grâce aux multiples informateurs qui produisent de nombreux documents, aujourd’hui conservés dans les fonds de la Préfecture de la Province de Trieste5 et dans ceux du Ministère de l’Intérieur6.

Depuis la fin du XVIIIème siècle, l’écrit se multiplie. « Cet ordre nouveau de l’écrit passe par l’invention de nouveaux objets pour la police. L’écriture devient au même titre que les autres, une composante de la société sur laquelle il faut veiller comme sur un corps vivant »7.

La surveillance des graffitis dans l’espace public favorise l’apparition de nouveaux « savoirs policiers », ce qui comprend la création d’un vocabulaire adapté pour les décrire. Les aspects techniques des inscriptions sont précisés : matériaux et couleurs utilisés (craie rouge, crayon graphite, peinture noire), emplacement (adresse exacte et support : porte, affiche etc.) ainsi que taille des lettres et distance par rapport au sol sont ainsi décrits.

 

Des « Abbasso Mussolini » et des faucilles et marteaux : le contenu politique des graffitis

Entre 1940 et 1943, plus d’une centaine de graffitis sont retrouvés chaque année dans les espaces publics de Trieste. Certains rapports envoyés au Ministère de l’Intérieur mentionnent précisément leur contenu tandis que d’autres indiquent simplement qu’il s’agit d’écritures séditieuses, subversives, antifascistes ou même anti-guerre. Quand le contenu est explicité, ces graffitis écrits en triestin, italien ou slovène sont l’écho de l’actualité locale, nationale et internationale. Si Mussolini en est le plus souvent la cible notamment avec les termes « Abbasso Mussolini » (« à bas Mussolini »), les termes « W Lenin » (« vive Lénine ») ou « W Stalin » (« vive Staline ») reviennent régulièrement.

Au-delà des messages récurrents, il est possible de constater une évolution des contenus politiques des graffitis entre 1940 et 1943. Ceux-ci, à partir de la deuxième moitié de 1940 (l’Italie entre en guerre le 10 juin) sont majoritairement contre la guerre. Entre 1941 et 1942 Mussolini est davantage visé notamment par ceux qui sont rédigés en slovène, à la suite de l’annexion de la province de Ljubljana par le régime au printemps 1941 et de la tenue du « second procès de Trieste » en décembre 1941, organisé par le Tribunal Spécial pour la Défense de l’État qui implique 60 accusés tous slovènes (sauf 2) pour actions antifascistes8. Entre la fin de 1942 jusqu’à la fin du régime en 1943, il est possible de noter une forte augmentation de l’inscription de la faucille et du marteau, faisant vraisemblablement écho à la victoire de l’URSS dans la bataille de Stalingrad (février 1943) et le développement de l’Osvobodilna fronta, front de libération slovène, lié au Parti communiste.

 

Quels lieux pour les graffitis politiques ?

Dans les années 1940, Trieste compte environ 250 000 habitants. Le centre-ville est majoritairement habité par des Italiens tandis que les périphéries sont habitées par des Slovènes, même si quelques quartiers du centre de Trieste sont aussi habités par des ouvriers slovènes comme les quartiers de San Giacomo ou San Giovanni ainsi que les nouveaux quartiers construits par le fascisme autour de la rue de l’Istrie, dans le sud-est. Pour analyser les lieux des graffitis, nous avons systématiquement reporté chaque lieu indiqué dans les rapports des autorités dans l’espace urbain, sur une carte de la ville datant de la Seconde guerre mondiale.

Ce que nous constatons dans un premier temps, c’est que les graffitis sont très souvent réalisés dans les usines et en particulier sur les portes des toilettes. Les trois usines qui reviennent le plus souvent sont les chantiers navals de San Marco, les aciéries Ilva et l’usine de construction de machines Sant’ Andrea.

Dans un second temps, on remarque que les graffitis sont surtout faits près des habitations et très peu dans les lieux marqués par le politique comme les édifices du pouvoir local situés majoritairement autour de la place de l’Unité. Plusieurs raisons peuvent justifier les choix de ces lieux : d’un côté ces lieux du pouvoir sont beaucoup plus surveillés, de jour comme de nuit, par les autorités ; d’un autre, le quartier central de la ville est celui qui connaît le plus de travaux publics, l’imposant édifice de la Casa del Fascio (QG du Pnf local) est par exemple en pleine construction.

Les quartiers dans lesquels se trouvent ces graffitis réalisés près des habitations sont aussi bien habités par des Italiens que par des Slovènes. Toutes les rues de Trieste étant constamment surveillées par les rondes des forces de l’ordre ou même par les miliciens, inscrire un graffiti dans un quartier, c’est montrer aux autorités qu’il est en lutte.

L’étude des graffitis politiques fait récemment l’objet d’une attention croissante dans les sciences sociales. Le graffiti est une source permettant l’étude de certains mouvements sociaux et/ou politiques. À Trieste, inscrits pendant tout le régime fasciste, ils permettent d’étudier les gestes de la résistance civile et de compléter un répertoire d’action de cette résistance. Ils permettent également d’étudier, en analysant les lieux choisis pour réaliser le graffiti, comment la ville fonctionne, comment elle est appréhendée par les acteurs de la résistance civile. Ils permettent d’évaluer, par le bas, la réception d’événement nationaux, comme la guerre, la constitution de l’axe Rome-Berlin et autres agissements du régime. Juillet 1943 marque la fin du régime fasciste et à partir du 8 septembre, toute la province de Trieste est occupée par l’Allemagne nazie et devient l’Operationszone Adriatisches Küstenland (la « Zone d’opération sur le littoral adriatique ») et ce jusqu’à la fin de la guerre. Après 1943, les graffitis tendent à se raréfier, d’une part parce que la Résistance est de plus en plus active et organisée, d’autre part parce qu’à partir de 1944 la ville subit de nombreux bombardements alliés qui touchent des habitations ainsi que les usines : un couvre-feu est ainsi imposé, ce qui tend à empêcher les actions de nuit effectuées dans le centre-ville.

 

1 Armando Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie XIe-XXe siècles, Paris, EHESS, 1993, p. 10.

2 Céline Braconnier, « Braconnages sur les terres d’État. Les inscriptions politiques séditieuses dans le Paris de l’après-Commune (1872-1885) », Genèses, 1999, n°35, p. 107-130.

3 Béatrice Fraenkel, « Actes d’écriture : quand écrire c’est faire », Langage et société, 2007, 121-122, p. 101-112.

4 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, vol. 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 60-63.

5 Archivio di Stato de Trieste.

6 Archivio Centrale dello Stato de Rome.

7 Philippe Artières, La police de l’écriture : l’invention de la délinquance graphique. 1852-1945, Paris, La Découverte, 2012, p. 15.

8 Marta Verginella, Il confine degli altri : la questione giuliana e la memoria slovena, Rome, Donzelli, 2008, p. 7.

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 24 juin). JE SFHU jeunes chercheur.se.s: Iris Pupella-Noguès, “Les lieux des graffitis de la résistance civile à Trieste, 1940-1943” Histoire Urbaine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4vv

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search