JE SFHU jeunes chercheur.se.s: Antonin Gay-Dupuy, “Maintenir pour mieux exclure : Les bidonvilles de l’agglomération niçoise”

 

Maintenir pour mieux exclure : les bidonvilles de l’agglomération niçoise

 

Antonin Gay-Dupuy*

*Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Histoire Urbaine des Mondes Contemporains, prépare une thèse intitulée « Histoire sociale et urbaine des bidonvilles de France métropolitaine des années 1950 aux années 1980. Paris, Lyon, Marseille et Nice ». Il résume ici sa communication lors de la troisième Journée des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire urbaine organisée par la SFHU le 1er avril 2022.

 

Les bidonvilles niçois : une politique de laissez-faire

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, les communes de l’agglomération niçoise, comprise ici comme la continuité urbaine allant de Cannes à Nice, se lancent dans une politique de mise en tourisme entraînant une urbanisation intensive. Le secteur du bâtiment a besoin d’une main d’œuvre nombreuse et peu qualifiée, ce qui explique la forte augmentation des communautés algérienne et tunisienne dans l’agglomération à la fin de la décennie 1950.

Ces travailleurs venus seuls en métropole peinent à se loger sur un marché locatif déjà saturé. Des squats de Nord-Africains se forment, concentrés dans des chantiers arrêtés ou des villas abandonnées. Autour de ces squats, les occupants construisent habituellement des baraquements en bois, qualifiés de bidonvilles par les pouvoirs publics. Durant les décennies 1950 – 1960, la Préfecture des Alpes-Maritimes s’inquiète de cet état de fait et résorbe régulièrement les squats et bidonvilles devenus trop gênants pour des projets urbains en cours ou pour le voisinage, sans jamais proposer de relogement. Cette politique va à l’encontre de celle qui est officiellement appliquée dans le reste de la métropole. Les préfectures et les mairies cherchent en effet partout ailleurs sur le territoire métropolitain à empêcher une dispersion des travailleurs nord-africains et la constitution de nouveaux bidonvilles en cas de résorption. Dans les faits, les expulsions restent rares jusque dans les années 1960, État et pouvoirs locaux n’ayant pas les moyens d’assurer un relogement. Portant il apparaît bien un particularisme niçois s’opposant strictement à toute construction permettant d’assurer un logement aux travailleurs d’Afrique du Nord.

Cela s’explique par la volonté politique des mairies en place soumises à deux enjeux. Le premier est la mise en tourisme de la Côte d’Azur. Les communes craignent que la construction de foyers et la pérennisation de la présence des travailleurs d’Afrique du Nord sur le littoral nuisent au prestige touristique du territoire. Le second est l’importance politique prise par les rapatriés d’Algérie à partir de 1959-1962. Cette communauté, assez aisée et très soudée par de nombreuses associations, s’oppose à la présence et à la pérennisation des travailleurs nord-africains, perçus comme responsables de son départ d’Algérie. Les maires, et plus particulièrement ceux de Nice, Jean Médecin puis son fils Jacques, reprennent à leur compte ces positionnements expliquant qu’ils s’opposent à tout projet de relogement des occupants des bidonvilles.

Durant cette période, l’État, par le biais de la préfecture des Alpes-Maritimes et d’organismes spécialisés, comme la SONACOTRA, experte dans le relogement des travailleurs étrangers, incite les mairies à construire des foyers. Toutes refusent catégoriquement, faisant de l’agglomération niçoise la seule en métropole qui n’assure pas de solutions de relogement pour les habitants des bidonvilles durant les décennies 1950 et 1960. Seule la commune de Saint-André accepte la construction d’un foyer dans l’espoir de redynamiser son centre-ville, mais l’enclavement du foyer et son éloignement des bassins d’emploi font de cette expérience un échec.

Cette politique explique que la destruction d’un bidonville est rapidement suivie par l’expansion d’un autre déjà existant ou par la constitution d’un ou de plusieurs autres. Cette politique de destruction explique le maintien des bidonvilles sur les mêmes espaces, aux abords des centres-villes, dans des zones en cours d’urbanisation et à proximité des principaux chantiers.

Carte 1 : Emplacement des bidonvilles et des squats dans l’agglomération niçoise dans les années 1960.

 

La Digue des Français : une intervention imposée

La situation n’évolue pas dans l’agglomération niçoise durant les années 1960 malgré la construction tâtonnante de politiques nationales de résorption de l’habitat insalubre et des bidonvilles dans l’ensemble de la métropole. Cette politique, débutée avec la loi Debré en 1964 permet à l’État central d’imposer ses vues au niveau local dans l’ensemble de la France métropolitaine sur l’aménagement urbain et le contrôle des populations étrangères par le relogement. À partir de 1970 et l’incendie d’un squat à Aubervilliers entraînant la mort de 5 personnes, la résorption des bidonvilles devient un enjeu médiatique et politique majeur. Pourtant, dans l’agglomération niçoise, cette question n’est soulevée que par les communistes et largement oubliée par les élites politiques locales. Le nombre de bidonvilles et de résidents tend même à augmenter durant cette période. Apparue en 1970 dans le lit du Var à Nice, la Digue des Français, bidonville constitué à la suite de résorptions dans la ville, grossit rapidement pour atteindre les 1 400 occupants en 1972. Cette concentration s’explique par le nombre croissant d’opérations de résorptions et le nombre décroissant de terrains à occuper.

Dans un premier temps, la commune de Nice maintient sa politique de laissez-faire, mais se trouve obligée d’envisager une résorption en 1974 du fait des projets d’agrandissement de l’aéroport situé plus au sud. La mairie s’inquiète dès lors d’un déplacement de ces travailleurs dans le centre-ville de Nice en cas de destruction sans plan de relogement.

Contraint, le maire de Nice rompt alors avec sa position intransigeante et finit par accepter la construction de foyers dédiés aux habitants de la Digue des Français. Le Ministère de l’Intérieur et la SONACOTRA dépêchent du personnel spécialisé pour l’élaboration du projet, la Préfecture des Alpes-Maritimes et la Mairie de Nice n’ayant personne dédié à ces questions. Les élus de la mairie de Nice et de les représentants de la SONACOTRA s’accordent sur la construction de deux foyers de 270 places à l’ouest et à l’est de la ville, à proximité des principaux bassins d’emploi et d’une cité modulaire provisoire de relogement de 1 000 places. Cette dernière est en contradiction avec les directives étatiques qui privilégient les foyers de moins de 300 places permettant un meilleur contrôle et une meilleure intégration des résidents dans la ville. Le maire de Nice cherchant à éviter une pérennisation des travailleurs d’Afrique du Nord impose alors que cette cité modulaire soit détruite au plus tard huit années après son ouverture.

La résorption de la Digue des Français le 16 mars 1976 est une réussite pour la mairie et la SONACOTRA puisqu’elle permet de reloger 1 400 Nord-Africains sur les 1 700 attendus et de détruire complètement le bidonville. Ce succès s’explique par l’importance du personnel administratif de la SONACOTRA mobilisé depuis plusieurs mois et l’engagement continu de l’État. Pourtant, la résorption de la Digue des Français ne signifie pas la fin des bidonvilles dans l’agglomération puisque Nice et les communes alentours en comptent encore de nombreux jusqu’à la fin des années 1970.

Carte 2 : Emplacement des bidonvilles et des squats dans l’agglomération niçoise dans les années 1970.

 

Après la Digue : permettre la fin des bidonvilles

Fort de ce succès à Nice, l’État, par le biais de la Préfecture et de la SONACOTRA, cherche à prolonger cette politique dans les autres communes de l’agglomération niçoise. La SONACOTRA leur propose la construction de foyers, qu’elles ne peuvent plus refuser, l’unité à ce sujet s’étant brisé avec le projet de la Digue des Français. L’organisme d’État reprend le même modèle avec un programme de relogement propre à chaque ville sans parvenir à constituer un plan d’ensemble pour l’agglomération. Alors que les préfectures des autres agglomérations métropolitaines réussissent à négocier le relogement d’occupants de plusieurs bidonvilles de communes différentes dans un même foyer, cette solidarité est absente dans les Alpes-Maritimes, preuve d’un rejet particulièrement fort de la présence nord-africaine.

D’ailleurs, le succès de la Digue des Français ne met pas fin aux protestations des mairies et la contestation du relogement des travailleurs d’Afrique du Nord reste un enjeu politique et électoral porté par la bourgeoisie locale notamment au Cannet. La commune comprend deux bidonvilles depuis le milieu des années 1960 dans sa périphérie est et une forte présence nord-africaine dans son centre-ville. La municipalité de centre-droit négocie en 1976 un programme de relogement avec la SONACOTRA. L’équipe municipale perd les élections de 1977 et est remplacée par une majorité de droite dont une des premières décisions est de mettre fin au projet de relogement. Ce retournement s’explique par la très forte opposition du voisinage du bidonville de Font-Marie situé au nord-est de la commune, à la frontière avec Mougins. Ce quartier continu sur les deux communes est quasi-exclusivement constitué de villas bourgeoises et refuse une pérennisation de la présence des travailleurs d’Afrique du Nord.

Ce revirement donne lieu à un bras de fer pour l’aboutissement du projet de relogement entre la préfecture et la SONACOTRA d’un côté et les habitants de Font-Marie soutenus par les mairies du Cannet et de Mougins de l’autre. Ce projet aboutit en 1981 et marque une reprise en main de la part de l’État, incapable la décennie précédente d’imposer une politique générale de lutte contre l’habitat insalubre et surtout les bidonvilles. La préfecture et la SONACOTRA parviennent progressivement à résorber les bidonvilles de l’agglomération, faisant disparaître les baraquements au milieu des années 1980, dix ans après la région parisienne et vingt ans après l’agglomération lyonnaise.

Ainsi, la présence aussi importante de bidonvilles nord-africains dans l’agglomération niçoise jusque dans les années 1980 s’explique par des enjeux politiques et économiques locaux. Dans l’ensemble de la France métropolitaine, la politique affichée est d’assurer un relogement des travailleurs d’Afrique du Nord pour faciliter leur contrôle et éviter une dispersion des bidonvilles. Sur la Côte d’Azur, les mairies, portées par les rapatriés d’Algérie, refusent toute construction de foyer dans la crainte d’une pérennisation de la présence de ces populations indésirables à leurs yeux, préférant le maintien des bidonvilles perçus comme illégitimes et en dehors de la ville plutôt que d’entériner une intégration à l’espace communal.

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 24 juin). JE SFHU jeunes chercheur.se.s: Antonin Gay-Dupuy, “Maintenir pour mieux exclure : Les bidonvilles de l’agglomération niçoise” Histoire Urbaine. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4vw

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search