JE SFHU jeunes chercheur.se.s : Nino Lima, “Conflits environnementaux dans l’arrière-pays madrilène”

 

Conflits environnementaux dans l’arrière-pays madrilène : la ville construite aux frais des campagnes (années 1870-années 1920) ?

 

Nino Lima*

*Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines / Universidad Complutense de Madrid, Grupo Sociedad, espacio y cultura en la edad contemporánea, prépare une thèse intitulée « Établir la capitale : une histoire environnementale de la centralité de Madrid ». Il résume ici sa communication lors de la troisième Journée des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire urbaine organisée par la SFHU le 1er avril 2022.

 

Profitant d’une vente massive des biens de l’Église espagnole en 1836, une entreprise belge, la Société civile belge, fait l’acquisition en 1841 de 2 000 hectares de forêt de pins, auparavant rattachée au Monastère du Paular, dans la chaîne de montagnes du Guadarrama, à cent kilomètres au nord de Madrid. Comme dans de nombreux autres endroits d’Espagne, le « désamortissement » des biens de l’Église suscite dans les montagnes du Guadarrama des conflits liés aux nouvelles formes de droit sur les ressources environnementales. La forêt exploitée par la compagnie belge est en effet au cœur de l’économie des villages de la vallée du Lozoya, fleuve qui longe la propriété. Depuis le XVIe siècle, ses habitants étaient autorisés par le Monastère à y prélever du bois de chauffe ou de construction, à y emmener paître du bétail ou à y circuler. Dès l’acquisition par l’entreprise étrangère du terrain, ces droits collectifs sont disputés et provoquent, jusqu’au XXe siècle, de nombreux conflits judiciaires avec les mairies des villages. Se succèdent ainsi devant les tribunaux des villageois accusés d’avoir emmené paître du bétail dans la forêt, d’y avoir pris du bois ou d’y avoir circulé, tandis que les mairies font usage de leurs pouvoirs de police pour entraver l’activité privée, en saisissant par exemple des marchandises en route vers Madrid. C’est dans ce contexte qu’en 1873, un conflit portant non pas directement sur le bois, mais sur l’eau du Lozoya cristallise ces tensions : le maire du village le plus proche de la forêt, Rascafría, dénonce auprès du gouvernement provincial de Madrid la pollution du fleuve par la Société civile belge, qui, en y rejetant des sciures de bois, empoisonnerait le bétail qui s’y abreuve en aval de la forêt.

 

Carte 1 : La vallée du Lozoya, un territoire relié à la capitale espagnole. Auteur : Nino Lima.

 

En réponse à l’appel du maire de Rascafría et de son homologue du village voisin d’Alameda del Valle, le problème est pris en charge par les autorités administratives, rattachées au gouvernement central et situées à Madrid. Celles-ci reformulent le risque : d’un danger situé dans la vallée, celui-ci est déplacé à l’échelle régionale de l’hinterland madrilène, c’est-à-dire des réseaux de transport de ressources convergeant vers le centre urbain de Madrid, en pleine expansion dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Dans les discours scientifiques qui se déploient alors, l’eau du Lozoya n’est plus saisie dans la seule portion des villages riverains et comme un facteur possible de contamination du bétail, mais comme une ressource nécessaire à l’approvisionnement de Madrid par l’intermédiaire des installations du Canal du Lozoya construit à partir des années 1850.

 

Après l’expertise des ingénieurs du Canal, la polémique dissoute dans le courant

Depuis 1841, plusieurs conflits entre des mairies de la vallée du Lozoya et l’entreprise belge sont portés devant les tribunaux, notamment au Tribunal de première instance de Torrelaguna qui, au début des années 1860, rend deux décisions défavorables aux habitants faisant valoir des droits à circuler ou relatifs à la prise de bois dans la forêt. On sait par ailleurs que dans les années 1870, la croissance de Madrid augmente la demande en bois pour la construction urbaine, ce qui a pu accroître la tension sur cette ressource dans le massif du Guadarrama. Conflits judiciaires et pression économique ont ainsi pu pousser trois maires de la vallée à se tourner vers le gouvernement provincial pour limiter le contrôle sur les ressources exercé par la Société civile belge, et à dénoncer en décembre 1873 la pollution du Lozoya par cette dernière par des rejets de sciures de bois.

 

Carte 2 : Le transport du bois de la Société civile belge jusqu’à ses magasins madrilènes. D’après Instituto Geográfico, Provincia de Madrid, 1922 (détail).

 

Cependant, lorsqu’il s’empare du problème, le gouvernement provincial n’adopte pas la perspective des maires : le 17 mars 1874, le service provincial des Travaux Publics (Fomento) suspend l’interdiction de rejeter de la sciure qu’avaient édictée les maires de Rascafría et Alameda del Valle, et communique à l’entreprise de nouvelles règles qui lui permettent de continuer à verser des sciures : elle ne doit pas dépasser des rejets de 150 ou 200 m3 de sciures par an, n’y est autorisée que de décembre à mars et seulement les jours de crue. Établies d’après un rapport du directeur du Canal du Lozoya, un ingénieur rattaché au Ministère des Travaux Publics, ces conditions doivent garantir l’innocuité des rejets du fait de la force du courant en hiver et des quantités limitées de sciures rejetées, l’eau et les sciures étant censées se mélanger. De ce fait, ces dernières seraient diluées et n’auraient aucune chance d’être ingérées par le bétail.

Dès que le problème est pris en charge par les autorités provinciales, on assiste donc à un transfert des compétences réglementaires depuis les mairies vers les services provinciaux, rattachés à l’administration centrale de l’État espagnol : les institutions municipales sont supplantées par l’administration provinciale, en accord avec la hiérarchie du pouvoir selon laquelle le Ministère de la Gobernación, le plus puissant du gouvernement central, dirige le gouvernement provincial qui dirige à son tour les mairies. On constate ainsi que les nouvelles règles administratives sont dictées par l’expertise technique d’un ingénieur. Enfin, on remarque dans la correspondance entre le maire de Rascafría et le gouvernement provincial une divergence dans les préoccupations de chacun des deux acteurs : tandis que le maire fait référence aux préjudices pour le bétail, le gouvernement provincial s’inquiète pour la « santé publique ». Les notions du gouvernement provincial et de l’ingénieur renvoient à des considérations assez générales sur l’eau du Lozoya, tandis que les maires la relient à l’économie du village par l’intermédiaire de la santé du bétail qui la boit.

 

La régulation de l’industrie du bois dans la vallée du Lozoya : un lien avec la salubrité de Madrid

Le 13 juin 1874, un nouveau service provincial, le Service Social et de Santé (Beneficencia y Sanidad), s’adresse au Ministre des Travaux Publics (Fomento). L’auteur de la lettre y introduit un nouveau problème, à savoir les maladies qui, bien que « saisonnières », sont particulièrement « intenses » dans la capitale au moment où il écrit, renforçant l’inquiétude quant à la « salubrité » de l’eau. À la suite de cela, le fonctionnaire provincial demande à ce que les services du Canal du Lozoya, qui dépend du Ministère des Travaux Publics, prennent en charge, via ses ingénieurs, la surveillance de la qualité des eaux qu’il transporte au niveau de ses dépôts, en les nettoyant si nécessaire dans les plus brefs délais.

 

Carte 3 : L’eau du Lozoya intégrée au réseau d’approvisionnement de Madrid. D’après Biblioteca Nacional de España, Plano general del Canal de Isabel II, 1911 (détail)

 

Quelques mois après l’alerte du maire de Rascafría et la réglementation provinciale qui définit les conditions selon lesquelles la Société civile belge peut continuer d’émettre des sciures dans le Lozoya, le gouvernement provincial mobilise les services du Canal du Lozoya suite à la perception d’un nouveau risque : remplaçant la « santé publique », c’est désormais la notion de « salubrité » qui résume les dangers liés à l’eau du fleuve. Ce terme ne concerne toujours pas les animaux ni les humains vivant sur les rives du Lozoya, mais les conditions de vie à Madrid, touchée par des épidémies que les eaux polluées pourraient favoriser. Les préoccupations initiales formulées par les maires sont donc déplacées par les services du gouverneur, depuis l’atteinte à des « eaux publiques » et aux animaux qui en dépendent, et par là à l’économie agricole des villages, vers la « santé publique » et désormais la « salubrité » de l’eau qui arrive à Madrid, renvoyant, par extension, aux dangers pour la salubrité de la ville dans son ensemble. L’introduction de cette nouvelle notion de « salubrité » permet d’effacer plus encore la référence au danger sanitaire localisé dans les villages, par la disparition du terme de « santé ». Ce faisant, les autorités centrales affichent un objectif auquel participent les dispositifs à la fois techniques, juridiques et industriels qui accompagnent la croissance de Madrid. On constate que ces mécanismes de « mise en salubrité » ne s’appliquent qu’à la capitale : la référence à la « santé » des humains et non-humains de la vallée du Lozoya disparaît derrière cette notion floue par laquelle l’État cherche à organiser les transformations environnementales de la région.

Comme nous l’avons vu, au fil des régulations déployées par les pouvoirs provinciaux, les inquiétudes des maires sont occultées pour concentrer l’action régulatrice de l’État sur la « salubrité » de la capitale, notion conjuguant hygiénisme et activité industrielle ­­– à laquelle participe la Société civile belge. En suivant Thomas Le Roux, on remarquera que le déplacement de la notion de « santé publique » vers celle de « salubrité » permet d’intégrer ce conflit dans les régulations de l’économie qui, prise dans son ensemble, est considérée comme participant à la prospérité et partant, à la « salubrité » malgré les éventuels risques sanitaires. Dès lors, les opérations d’assainissement du Canal et une réglementation qui fait explicitement appel à un discours scientifique suffisent à effacer la contradiction éventuelle entre l’industrie du bois qui sert à construire la ville et les conditions d’hygiène de Madrid. D’ailleurs, il semble que le principal résultat de l’intervention des services du gouvernement central ne se situe pas tant dans la réduction d’un risque de pollution à la sciure de bois qui semble, en réalité, assez peu les inquiéter : résolvant le conflit par la technique, les services du gouvernement central font surtout primer des inquiétudes sanitaires portant sur Madrid sur celles vécues dans des villages de la région. C’est lorsque le terme de « santé », qui portait sur les humains et le bétail de la vallée du Lozoya, est remplacé par celui de « salubrité », que la force des arguments techniques s’exerce à fond pour déplacer le problème là où il est résolu d’avance, soit dans la capitale, protégée par la distance, les savoirs et les infrastructures. Au service de l’expansion territoriale et de l’enrichissement économique de sa capitale, l’État affirme ainsi son action à des échelles qui négligent les conséquences de cette croissance sur les environnements de l’hinterland madrilène.

 

Indications bibliographiques

Le Roux, Thomas. Le laboratoire des pollutions industrielles: Paris, 1770-1830. Paris, Albin Michel, 2011.

Fressoz, Jean-Baptiste. L’apocalypse joyeuse: une histoire du risque technologique. Paris, Éditions du Seuil, 2012.

Ingold, Alice. « Penser à l’épreuve des conflits : Georges Sorel ingénieur hydraulique à Perpignan ». Mil neuf cent 32, 2014, p. 11-52.

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 24 juin). JE SFHU jeunes chercheur.se.s : Nino Lima, “Conflits environnementaux dans l’arrière-pays madrilène” Histoire Urbaine. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4vy

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search