JE SFHU jeunes chercheur.se.s: Pierre Joffre, “Aménager le nord-ouest de la butte Montmartre (début du xxe siècle)”

 

Aménager le nord-ouest de la butte Montmartre. L’exemple de deux opérations d’aménagement privé au début du XXe siècle

 

Pierre Joffre*

*EHESS, Centre de recherches historiques / Université Paris 8, Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris, Culture et société urbaines, prépare une thèse intitulée « Vivre et construire la mixité sociale et le changement urbain sur le temps long : l’exemple d’un quartier du XVIIIe arrondissement et de ses marges ». Il résume ici sa communication lors de la troisième Journée des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire urbaine organisée par la SFHU le 1er avril 2022.

 

L’aménagement des territoires appartenant aux communes annexées à Paris en 1860 s’opère sur une longue période. Le nord-ouest de la butte Montmartre n’est concerné qu’à la fin du XIXe siècle, et surtout au début du XXe.

 

Figure 1 : Zone étudiée (en bleu) – zones d’aménagement évoquées dans l’article (en rouge)  Pierre Joffre (traitement QGis)

 

Quelques bâtiments existent dans les rues plus anciennes qui composent la commune de Montmartre, mais on assiste au début du XXe à une « fièvre » de la construction qui s’achève dans l’entre-deux-guerres. Elle est en grande partie due à des individus qui investissent dans l’immobilier, comme dans le reste de la capitale. À travers leur action, cet espace développe une relative cohérence architecturale, malgré des constructions différentes les unes des autres. Cette période d’aménagement n’est pas sans heurts et s’étale sur une durée d’une trentaine d’années. En effet, l’espace en question, bien que peu construit en dur, est déjà occupé de façon plus ou moins précaire.

 

L’aménagement de l’îlot Damrémont/Eugène-Carrière

En novembre 1899, une adjudication a lieu pour la vente d’un vaste terrain comprenant une vingtaine de parcelles, dans les rues Damrémont et Eugène Carrière1. Cette vente comporte essentiellement des terrains à bâtir, dont certains sont occupés par quelques bâtiments principalement à usage d’ateliers. En 1905, ces terrains sont mis à disposition des époux L. par les héritiers des acquéreurs de 1899, dans un bail avec promesse de vente2. Ils s’engagent dans ce bail, outre le versement de loyer, à faire aménager une voie dans les neuf mois qui suivent la signature. À la fin de la même année, l’obligation de créer une seconde voie est ajoutée dans un avenant. Le bail leur donne le droit de démolir les quelques constructions présentes et d’élever des immeubles, excluant ceux destinés aux « industries ou commerces classés comme incommodes ou insalubres »3 : on voit ici se dessiner un espace destiné à l’habitation plus qu’à l’activité.

Peu de temps après la signature du bail, les deux rues sont ouvertes et des immeubles de rapport sont construits. Sur un terrain d’environ 8000 m2, les L., qui se comportent comme des investisseurs-constructeurs, font édifier une trentaine d’immeubles, pour lesquels ils ont recours de façon quasiment exclusive à un seul architecte, Armand Gauthier, qui donne son nom à la deuxième voie ouverte. Ce dernier dessine également des plans pour d’autres immeubles appartenant aux L. dans le quartier. Une revue d’architecture, la Réforme du bâtiment, décrit précisément l’opération, ainsi que les nouveaux immeubles qui y sont construits, en faisant l’éloge de ces maisons ouvrières aux loyers modestes. Force est de constater qu’ils sont en réalité loin de correspondre aux bourses des ouvriers auxquels ils sont prétendument destinés d’après la revue.

Cet îlot passe donc progressivement d’un territoire peu dense, plutôt destiné à la fabrique et au petit artisanat, à une zone résidentielle densément peuplée, visant plutôt les classes moyennes. Alors que l’aménagement de cet îlot se produit sur des terrains qui sont assez peu habités, la seconde opération présente des caractéristiques de peuplement qui sont tout autres.

 

L’aménagement du « maquis de Montmartre », entre urbanisme, salubrité et hygiène morale

Le « maquis de Montmartre » est un espace d’habitat informel situé sur le haut de la butte Montmartre, à l’emplacement actuel de la rue Caulaincourt et de l’avenue Junot – sans toutefois que son étendue réelle soit connue précisément. Il est composé de parcelles de petite taille qui sont occupées par des constructions peu solides et, ponctuellement, de quelques immeubles faubouriens en dur. Il abrite des habitants dont les professions – garçon de magasin, mécanicienne, blanchisseuse, cuisinier4 … – les placent plutôt dans le bas de la hiérarchie sociale, mais aussi des artistes qui vivent la « bohème » tant commentée dans le Montmartre mythique. Dans cet espace sont donc présents à la fois les habitant.e.s du maquis – domestique, tailleur de pierres, ménagère, sculpteur sur marbre, coiffeur, couturière5… – et les locataires d’immeubles neufs construits à l’ouest de la rue Caulaincourt dès la fin du XIXe ou au début du XXe siècle – publiciste, rentière, propriétaire, sans profession6… D’autres indices comme les contrats de mariage ou les montants de loyers permettent de caractériser la position de ces habitant.e.s dans la hiérarchie sociale.

 

Figure 2 : « Le maquis de Montmartre ». Bibliothèque historique de la ville de Paris, CPA-5380

 

À la fin du XIXe siècle, de vastes terrains sont vendus à la Ville de Paris par Étienne V. et mis à disposition – à titre précaire – par l’administration en 1890 à Mme Prouha, veuve d’un sculpteur de l’Hôtel de ville, ce qui est précisé dans ses nombreuses correspondances avec la Préfecture de la Seine7. Elle sollicite régulièrement le Préfet pour diverses requêtes : ici, une autorisation de déposer de la terre sur les parcelles occupées, là, une demande de remise sur le montant de son loyer, ou bien encore des plaintes face à l’occupation d’Étienne V. qui l’empêche de jouir de sa concession. Ce dernier se justifie en expliquant que la Ville s’était engagée, dans le traité qui la liait à lui, à faire ouvrir une rue, et cela n’étant pas fait, il considère qu’il a le droit d’utiliser cet espace. Lui aussi est régulièrement en contact avec la Préfecture et joue de la communication lente entre les services de l’administration pour tirer profit des confusions qui en découlent. La veuve Prouha, quant à elle, sous-loue ses terrains à des occupants qui s’y installent et construisent des baraques, puis obtient la concession d’un autre terrain dans des conditions similaires, participant ainsi à la constitution de cet espace d’habitat informel.

Une dizaine d’années plus tard, le maquis fait l’objet d’un traitement administratif différent : l’administration accorde son attention à un espace qu’elle commence à qualifier d’insalubre, accusant la concessionnaire d’avoir participé à cette insalubrité. Il faut désormais, selon l’avis de l’administration, normaliser cet espace, et ce d’autant plus que les constructions du maquis représentent un danger pour les habitants des nouveaux immeubles de la rue Caulaincourt, qui semblent être la priorité des conseillers municipaux. Le décès de la veuve Prouha en 1903, ainsi que la mobilisation de plus en plus grande d’habitants du quartier et des conseillers municipaux, conduit l’administration à donner congé aux héritiers Prouha en 1904. Cette année représente une année de bascule, car outre le congé, les événements se précipitent au printemps et à l’été : des expulsions musclées ont lieu, ainsi qu’un incendie qui ravage une partie du maquis. Cependant, les habitant.e.s sont attaché.e.s à leur lieu de vie et ne comptent pas le quitter. La presse s’empare de l’affaire dénonçant à grand renfort d’approximations le rôle que joue l’administration. Fin juillet 1904, la zone est considérée comme évacuée et certains investisseurs lancent leurs constructions, notamment la famille d’Étienne V., ainsi que la famille G. Les complexités qui demeurent quant aux statuts d’occupation, au morcellement de la propriété et des difficultés techniques expliquent là encore des délais allongés. Les conflits et échanges entre l’administration, les propriétaires de terrains attenants ou de constructions et les investisseurs qui souhaitent élever des immeubles de rapport – qu’il s’agisse des V. et G. ou d’autres – sont légion. Des échanges de terrains sont par exemple réalisés fréquemment pour permettre une construction plus cohérente ou des aménagements urbains nécessaires. En 1911, l’avenue Junot est ouverte, mais la guerre marque un coup d’arrêt aux travaux, qui reprennent dans les années 1920, expliquant que des bâtiments d’allures différentes soient construits.

 

La montée en gamme du nord-ouest de la butte

 

Figure 3 : Exemple de nouveaux immeubles construits par la famille L. au 9, rue Félix Ziem. Cliché Pierre Joffre

 

Les promoteurs que sont L., V. et G., ainsi que d’autres investisseurs locaux jouent un rôle très actif dans l’aménagement de ces deux espaces, dans lesquels l’administration est aussi partie prenante. Ils contribuent ainsi à une revalorisation générale de la construction, modifiant ainsi leur peuplement comme le prouvent les montants des loyers des nouveaux immeubles. En effet, alors que le loyer ouvrier parisien se situe en dessous de 500 F annuels au début du XXe siècle, les immeubles évoqués ici proposent en moyenne des montants de loyers de 1400 F à la même période, soit presque trois fois plus. Les loyers des rues anciennes alentour se situent en dessous des 250 F annuels. La clientèle visée par ces nouvelles constructions diffère donc nettement de celle qui est attendue dans un arrondissement à réputation populaire, confirmant une inadéquation entre besoins de logements du peuple parisien et production immobilière8.

 

1 Archives nationales (AN) MC/ET/CXVII/1571

2 AN MC/ET/LVXIII/1755

3 AN MC/ET/LVXIII/1755

4 Données issues des actes de mariage pour l’année 1895, aux 40, 58 et 78, rue Caulaincourt, Archives de Paris (AP), AP V4E 10325, AP V4E 10326, AP V4E 10331.

5 Données issues des actes de mariage pour l’année 1900, au 70, rue Caulaincourt, AP V4E 10448, AP V4E 10449, AP V4E 10450.

6 Données issues des actes de mariage pour l’année 1900, aux 43 et 49, rue Caulaincourt, AP V4E 10448, AP V4E 10451, AP V4E 10452.

7 AP VN 45, Occupations précaires.

8 Michel Lescure, Les banques, l’État et le marché immobilier en France à l’époque contemporaine 1820-1940, Paris, Editions de l’EHESS, 1982 ; Idem, Les sociétés immobilières en France au XIXe siècle. Contribution à la mise en valeur du sol urbain en économie capitaliste, Paris, Publications de la Sorbonne, 1980 ; Christian Topalov, Le logement en France. Histoire d’une marchandise impossible, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1987.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 24 juin). JE SFHU jeunes chercheur.se.s: Pierre Joffre, “Aménager le nord-ouest de la butte Montmartre (début du xxe siècle)” Histoire Urbaine. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4vz

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search