JE SFHU jeunes chercheur.se.s: Marina Bernardi : “Inscrire l’Etat dans le paysage urbain. Le patrimoine de Rome face à la création d’une capitale”

 

Inscrire l’État dans le paysage urbain : le patrimoine de Rome face à la création d’une capitale

 

 

Marina Bernardi*

*Université Paris Est Créteil, Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée / Università di Roma Tre, prépare une thèse intituléeQuel Moyen Âge voit-on à Rome aujourd’hui ? Entre savoirs ‘experts’ et politiques publiques : la question du patrimoine médiéval dans la construction d’une capitale moderne (1870-1960)” . Elle résume ici sa communication lors de la troisième Journée des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire urbaine organisée par la SFHU le 1er avril 2022.

 

Le 20 septembre 1870, l’armée italienne entre dans Rome, le pape se réfugie au palais du Vatican et, en février suivant, la ville est officiellement proclamée capitale du jeune État italien. L’idée de Rome capitale a traversé le Risorgimento, apparaissant commenécessaire pour parachever l’unification de la péninsule. Transférer la capitale à Rome permettrait non seulement d’affirmer le pouvoir du nouvel État libéral face à l’Église, mais servirait aussi à mettre fin au conflit entre les différentes villes « fortes » de la péninsule. Ainsi, face à la Turin des Savoie, au poids démographique de Naples ou à l’industrieuse Milan, Rome représente l’option d’une centralité géographique permettant d’éviter l’épineuse question de la division Nord/Sud et l’élection d’une ville « neutre », de faible tradition municipale. Le choix de Rome est donc purement politique et dénote une conscience limitée de la réalité urbanistique de la ville. La plupart des hommes qui soutiennent la nécessité de ce choix y ont d’ailleurs rarement séjourné, voire jamais, à l’image de Cavour qui voyait pourtant en Rome « l’étoile polaire » devant guider l’unification du pays.

L’Urbs est très peu adaptée à ses nouvelles fonctions : son urbanisme est dormant depuis l’époque moderne et sa viabilité reste insuffisante pour accueillir tout l’appareil administratif et humain qui accompagne le transfert de capitale. Dans ces conditions, l’inscription de l’État dans le paysage urbain revêt un double enjeu : à la fois un défi technique pour doter la ville d’infrastructures et de services, mais aussi un acte symbolique visant à affirmer le pouvoir de l’État dans une cité entièrement marquée par le religieux, de la topographie à la vie quotidienne des habitants qui sont encore nombreux à subsister grâce aux œuvres de charité de l’Église. Bien qu’encore peu peuplée et peu urbanisée, Rome est tout sauf un terrain vierge : « comme le sol de New York est de nature granitique, le sol de Rome est de nature archéologique »1. Cette formule d’Italo Insolera souligne parfaitement la réalité stratifiée du sol romain, une caractéristique intrinsèque à laquelle les projets du jeune État pour sa capitale durent se confronter, sur le mode du conflit, de la conservation, ou du réinvestissement symbolique de l’espace.

Des couvents aux ministères

Ce réinvestissement est la première forme de l’inscription de l’État à Rome. Les administrations centrales doivent déménager depuis Florence et face aux impératifs de temps, de budget et au manque de structures adaptées sur place, les couvents apparaissent comme des réceptacles privilégiés. Avec l’extension à Rome de la loi de suppression des congrégations religieuses de 1866, le clergé est exproprié de ces édifices et ceux-ci passent dans le domaine public. À Rome, cette solution qui avait déjà été mise en place dans les autres villes de la péninsule, prend une toute autre dimension. Comme le dit Catherine Brice, « en 4 ans on passe d’une topographie conventuelle à une topographie politico-administrative »2 : l’arrivée des ministères à Rome et des fonctionnaires qui y travaillent transforme la sociologie du centre de la ville, son rythme et sa topographie influencée par la scansion religieuse de l’espace. En mai 1871, dans ses Diari Romani, l’historien du Moyen Âge Ferdinand Gregorovius alors présent à Rome écrit : « quand je suis dans la bibliothèque du couvent des Augustiniens [où sera installé le ministère de la Marine] j’entends les maçons travailler et il me semble alors que ce sont autant de coups de marteaux sur le cercueil de la papauté »3. Le réinvestissement des couvents est motivé par des impératifs économiques, mais on ne peut en éluder la dimension symbolique dans un climat fortement anticlérical.

Depuis la loi de 1866, les couvents apparaissent bien davantage comme des contenants ou des réservoirs disponibles pour l’implantation des services que comme des objets patrimoniaux à part entière. La grande majorité d’entre eux ne bénéficie pas d’une inscription sur une liste de monuments à valeur historico-artistique qui pourrait garantir leur préservation et sont ainsi exposés à des travaux de réhabilitation, à des modifications qui altèrent leur physionomie, voire à une complète destruction. C’est le cas du couvent de l’Aracoeli, édifice très ancien sur la colline du Capitole, attesté dès le Xe siècle qui figurait pourtant sur la « liste des monuments nationaux médiévaux et modernes » (dressée en 1875, puis rééditée en incluant Rome en 1886), mais sous une mention particulière : « restes des cloîtres médiévaux de l’Aracoeli ». En 1886, le couvent de l’Aracoeli est en train d’être détruit pour permettre la construction du gigantesque monument dédié au roi Victor Emmanuel II. La mention du couvent sur la liste témoigne de la reconnaissance de la valeur monumentale de l’édifice, mais atteste au même moment sa destruction déjà actée.

Le Vittoriano et l’imposition visuelle de l’Italie libérale

L’importance historique du couvent est largement reconnue, mais il est sacrifié délibérément pour la construction du monument royal, véritable tour de force de l’État italien pour s’imposer visuellement sur la colline du Capitole. Ici, la confrontation avec le patrimoine romain existant ne se fait pas sur le mode de la réutilisation, mais sur celui de la destruction et de la substitution. La commission dédiée à la construction de ce monument est composée d’hommes politiques et d’hommes du monde culturel et érudit, d’artistes, architectes, ingénieurs, et archéologues. Dans les lieux présélectionnés pour construire le Vittoriano, le Capitole n’est absolument pas privilégié dans un premier temps. On préfère au contraire un emplacement dans de nouveaux quartiers autour de la gare de Termini, offrant un espace majeur et évitant ainsi les expropriations et les destructions. Le choix final intervient sous la pression du gouvernement et notamment d’Agostino Depretis alors Président du Conseil, qui convainc la commission, ou plutôt qui lui impose le Capitole. La colline est à la fois un des premiers lieux investis de la cité antique, un centre de son pouvoir religieux et le siège de la commune médiévale et contemporaine. Le choix est purement idéologique, au détriment des arguments avancés par la commission elle-même : l’aspect patrimonial, les contraintes géographiques, mais aussi les dépenses exorbitantes qu’entraîneront les destructions, les expropriations et l’aménagement de la colline (le monument finira par coûter plus cher que les guerres coloniales de l’Italie).

La commission gouvernementale n’est pas la seule à argumenter contre le choix de la colline. La commune de Rome, à travers sa commission archéologique, rend également un avis défavorable, listant toutes les destructions qui auront lieu si on choisit le Capitole : le couvent médiéval de l’Aracoeli, la tour de Paul III construite au XVIe siècle, mais également un nombre significatif de contextes archéologiques antiques, témoignant de la Rome impériale jusqu’aux tout premiers siècles de la cité, qui se trouvent certainement ou probablement dans le sol capitolin (présomptions qui se confirmeront lors des travaux, où des contextes très anciens vont émerger et être partiellement détruits). Les journaux parlent alors de « vandalisme » d’État ou de « destructions barbares », mais aucun argument ne suffit à arrêter Depretis, personnellement très peu sensible au volet patrimonial, et le gouvernement italien. À la Chambre des députés, des interventions comme celle de Francesco De Renzis viennent au contraire renverser l’argumentaire relatif à la défense du patrimoine, affirmant que toutes ces oppositions émanent en fait des pro-cléricaux ou des opposants à l’État, appuyant ainsi le caractère patriotique et italien du choix du Capitole. L’acharnement de Depretis peut s’expliquer par la volonté de placer le monument à côté de la mairie de Rome et d’affirmer la présence de l’État face à la municipalité, mais elle tient aussi à une obsession au long cours dans l’urbanisme romain : créer un pendant visuel à la coupole de Saint-Pierre. La colline du Capitole permet ainsi à la statue du roi de trôner en surplomb de la ville, face au pouvoir municipal et au pouvoir pontifical.

La « raison d’État » l’a emporté ici sur tous les autres arguments, inscrivant ainsi la présence de l’État de façon conflictuelle, voire proprement agressive dans le paysage urbain romain. Le réinvestissement symbolique de la colline du Capitole s’est fait par l’imposition d’une nouvelle monumentalité et non pas par une réappropriation ou une réutilisation de l’existant. La construction du monument à Victor Emmanuel est le point culminant de l’irruption visuelle de l’État libéral dans le paysage de Rome. C’en est l’exemple le plus caricatural, mais c’est aussi une des seules interventions urbanistiques à être clairement motivées par des raisons spécifiques au contexte politique italien et romain, à savoir l’anticléricalisme, le conflit avec la municipalité et la quête de légitimité du nouvel État à Rome. La majorité des interventions qui sont réalisées sur le tissu de l’Urbs et qui portent atteinte à son patrimoine, s’inscrivent dans des dynamiques plus générales, souvent de nature transnationale, liées à l’évolution de la pensée de l’aménagement urbain et de la conservation patrimoniale en Europe.

 

> Retour à la liste des interventions

 

1 Italo Insolera, Le città nella storia d’Italia : Roma, Rome-Bari, p. 387.

2 Catherine Brice, Histoire de Rome et des Romains : De Napoléon à nos jours, Paris, 2007, p. 192.

3 Ferdinand Gregorovius, Diari Romani. 1852-1874, nouvelle ed. Padoue, 2016, cit.p. 531.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 24 juin). JE SFHU jeunes chercheur.se.s: Marina Bernardi : “Inscrire l’Etat dans le paysage urbain. Le patrimoine de Rome face à la création d’une capitale” Histoire Urbaine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4w0

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search