Compte-rendu: Pere Ortí Gost, Pere Verdés Pijuan (coord.), El sistema financiero a finales de la Edad Media (2020)

Pere Ortí Gost, Pere Verdés Pijuan (coord.), El sistema financiero a finales de la Edad Media, Universitat de València, Valence, 2020

compte-rendu réalisé par Julia Conesa Soriano

Cet ouvrage résulte de la publication des actes d’un colloque tenu en septembre 2013 à Cardona (Espagne). Rassemblés en 2017, les seize articles qui le composent, comprennent plusieurs des communications issues de cette rencontre scientifique ainsi que certaines contributions extérieures, en espagnol, catalan, français, anglais et italien. Une introduction de Pere Ortí Gost et Pere Verdés Pijuan, tous deux spécialistes des questions fiscales en Catalogne tardo-médiévale, remet efficacement ces travaux en perspective.

Couvrant une période allant du bas Moyen Âge au début de l’Époque moderne, les articles réunis ici relèvent d’approches et d’échelles d’analyse variés. Si certains s’attachent au cas d’une ville déterminée, d’autres envisagent un ensemble de cités ou s’intéressent à des espaces plus larges. Bien que la Catalogne soit le point de départ de la recherche (cinq articles lui sont consacrés), le cadre géographique de l’ouvrage ne s’y limite pas et s’étend au reste de la Couronne d’Aragon (quatre articles) ainsi qu’à la Castille (deux articles), la France, l’Angleterre, l’Italie et les Pays-Bas. Les contributions s’inscrivent majoritairement en histoire urbaine, à travers des cas d’études de villes importantes comme Valence, Saragosse et Barcelone et plus petites comme comme Cardona, Manresa ou Peralada (en Catalogne), ou encore par des études transversales concernant plusieurs villes des Pays-Bas ou d’Italie. Une partie des articles, néanmoins, se rattache davantage à l’histoire rurale (notamment les contributions de Mathieu Arnoux sur les campagnes normandes et de Mercedes Borrero Fernández sur la paysannerie andalouse) ou s’intéresse aux cadres du crédit de manière plus générale, par exemple en étudiant les systèmes financiers et leurs acteurs ou encore les outils administratifs du crédit.

Ces contributions sont regroupées en trois parties thématiques, qui laissent entrevoir les lignes d’analyse principales développées dans l’ouvrage.

La première porte sur les caractéristiques et la diffusion des techniques de crédit. Seule partie de l’ouvrage qui n’envisage pas l’espace catalan, elle examine divers aspects techniques des formes de crédit et leurs implications sur les mécanismes financiers. En histoire urbaine, elle comprend notamment l’article de Jaco Zuijderduijn (« Foreign investment in public debt in the Northern Low Countries, fifteenth to sixteenth centuries ») qui, centré sur trois villes des Pays-Bas (Leyde, Groningue et Nimègue), met en lumière l’importance de la dette publique dans les villes du Nord des Pays-Bas et la place des investissements étrangers dans les opérations de crédit, en démontrant que, dans cet espace, le crédit dépassait l’échelle locale. Les trois autres contributions de cette première partie reviennent sur les usages du crédit en dehors du cadre strictement urbain : il s’agit des travaux de Mathieu Arnoux, (« Crédit et rentes en grain dans les campagnes normandes (XIIIe-XVe siècles) : à propos d’une enquête en cours »), de David Carvajal de la Vega (« Fianzas y fiadores en el sistema financiero castellano a fines del Medievo : instituciones generadoras de confianza ») qui se penche sur le recours aux systèmes de cautions et le rôle des liens sociaux dans ces opérations en Castille, et de Philipp R. Schofield, (« Credit agreements and litigation over debt in English manorial courts »), qui s’intéresse aux litiges financiers des procès pour dette dans l’espace anglais.

La deuxième partie porte sur les structures du système financier en elles-mêmes et se concentre cette fois sur la Couronne d’Aragon et en particulier sur la Catalogne. Mario Lafuente Gómez (« La hacienda municipal de Zaragoza en la segunda mitad del siglo XIV : operaciones financieras y relaciones crediticias ») éclaire les évolutions de la fiscalité municipale de Saragosse au XIVe siècle et Pere Verdés Pijuan (« Los libros del racional de Manresa (1408-1412) : la clave de un sistema financiero municipal »), le fonctionnement de la comptabilité municipale de Manresa (Catalogne) et le rôle prépondérant du crédit en son sein. À travers une étude plus transversale, Jordi Morelló Baget et Esther Tello Hernández (« Los cambistas Dusai-Gualbes como gestores de la décima de 1371 : estudio del modus operandi y de la red clientelar en la Corona de Aragón ») reviennent sur le rôle de deux puissants banquiers barcelonais, Eimeric Dusai et Jaume de Gualbes. En fournissant des prêts à la monarchie, ces derniers se positionnent comme des interlocuteurs de première importance pour l’administration royale, administrent la dîme pontificale et déploient tout un réseau de collaborateurs à travers la Couronne d’Aragon. Albert Reixach Sala (« Tècniques bancàries a la Catalunya baixmedieval en el mirall de la documentació notarial »), Antoni Furió Diego (« Paying with debts : the use of credit as a means of payment in the late middle ages ») et Xavier Marcó i Masferrer et Lluís Sales i Favà (« Crèdit i estratègies comercials a les corts juridiccionals d’abast local (segles XIV-XV) ») examinent pour leur part différents aspects des instruments de crédit en usage à la fin du Moyen Âge.

La troisième partie de l’ouvrage revient sur le rôle des agents individuels et des compagnies, sociétés, monts de piété et autres structures financières. La contribution de Claire Billen (« Diversité et interactions des acteurs du crédit urbain : réseaux, outils, implications socio-politiques dans les Pays-Bas méridionaux au XIVe siècle ») déploie une réflexion à l’échelle de plusieurs villes des Pays-Bas (notamment Malines et Bruges) en observant le rôle des négociants lombards dans leurs systèmes financiers. Celle de Maria Giuseppina Muzzarelli (« La prima sperimentazione di banca pubblica cittadina : i monti di pietà tra medio evo ed età moderna ») décrypte les rouages du fonctionnement des monts de piété des villes italiennes et montre leur rôle précurseur comme institutions bancaires, notamment à travers les prêts qu’elles octroient aux gouvernements locaux de grandes villes, telles Bologne et Milan. L’étude de Vicent Baydal Sala (« El paper dels canvistes valencians en l’incipient negoci fiscal del segle XIV ») se concentre pour sa part sur les prêteurs du royaume de Valence, en particulier ceux de la ville éponyme, en mettant en lumière leur rôle auprès de la monarchie. À l’échelle de localités plus petites, Víctor Farías Zurita (« El crédito judío en la economía de las pequeñas ciudades : el caso de la villa de Peralada, circa 1300 »), revient sur le rôle des prêteurs juifs dans le crédit à partir du cas de la petite ville catalane de Peralada et Andrés Galera Pedrosa (« La Iglesia como institución acreedora : el proceso de constitución de la caja de las Cotidianas Distribuciones de Cardona (1407-1447) »), sur le rôle de l’Église dans les opérations de prêt à Cardona (Catalogne), en mettant en lumière l’existence de structures similaires aux monts de piété détaillés par Maria Giuseppina Muzzarelli pour l’Italie : les Distributions Quotidiennes de l’église paroissiale de San Miquel de Cardona. Enfin, l’article de Mercedes Borrero Fernández (« El papel del crédito en la vida del campesinado andaluz en la baja Edad Media ») s’inscrit pour sa part plus clairement en histoire rurale, en montrant l’omniprésence du crédit dans la société rurale andalouse et son poids prépondérant dans la paysannerie.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search