Gauthier Aubert, Georges Provost (dir.), Rennes 1720 : l’incendie (2020)

Gauthier Aubert, Georges Provost (sous la direction de), Rennes 1720 : l’incendie, Rennes, PUR, 2020, 327 p.,

 

Compte-rendu réalisé par Jean-Yves Andrieux

 

Les anniversaires peuvent être prétextes à célébration convenue ou à renouvellement des connaissances. L’ouvrage sur l’incendie de Rennes, dirigé par Gauthier Aubert et Georges Provost, paru à la veille de Noël 2020, trois cents ans après le brasier qui ravagea son centre du 22 au 27 décembre 1720, appartient à la seconde catégorie. Il prend la suite de deux thèses consacrées à cette intense catastrophe urbaine (Michel Charil de Villanfray, 1923, et Claude Nières, 1972), davantage tournées vers l’effort de reconstruction qui s’ensuivit.

Ce feu fut l’élément « central » dans l’histoire de la ville, un stigmate ponctué par des résurgences tout aussi vives (le Parlement de Bretagne brûlé en 1994), dont elle émergea en capitale confirmée de la Bretagne, sous la conduite d’un magistrat bâtisseur (Toussaint-François Rallier du Baty), premier d’une lignée de maires au long cours (Edgard Le Bastard, Jean Janvier, Henri Fréville, Edmond Hervé). C’est assez dire le double objectif poursuivi : replacer l’incendie dans le temps long qui a modelé la ville jusqu’à nos jours et recentrer le récit – les auteurs disent le « roman municipal » – sur la catastrophe elle-même dans ses aspects les plus sensibles et vécus, auparavant moins étudiés, tout en la contextualisant avec soin.

Sur cette trame, l’ouvrage est partagé en cinq grandes séquences d’égale importance, à l’exception de la première, événementielle et brève puisque concentrée sur seulement quelques jours : 1. Au feu ! (relation du désastre, 30 p.) ; 2. Horizons (mise en perspective de celui-ci dans son temps et dans les représentations, env. 70 p.) ; 3. Autour du brasier (reconstitution du tissu urbain détruit, enquêtes et rumeurs sur les causes de l’embrasement, place de l’Église dans l’appréhension et les suites de la catastrophe, env. 70 p.) ; 4. Reconstruire (du déblaiement des décombres jusqu’à la longue renaissance de la ville sur plus d’un siècle, env. 70 p.) ; 5. Une ville nouvelle (conséquences morphologiques, sociales, patrimoniales et mémorielles jusqu’à nos jours du grand incendie et de la reconstruction, env. 60 p.).

La relation enlevée, quasi haletante, des cinq jours et cinq nuits de l’incendie illustre d’entrée ce parti pris du retour à l’expérience vécue par les contemporains. Une expérience douloureuse, car la fournaise de Rennes semble bien avoir été une des plus violentes dans l’Europe du xviiie siècle, seulement dépassée en intensité à Constantinople (1715, 1718) et Copenhague (1728, 1795). Un événement exceptionnel donc, mis en perspective dans un panorama des feux de ville sur le continent à l’Époque moderne, tels que vus par les peintres et documentés, à Rennes, par deux illustrations commémoratives réalisées par Jean-François Huguet en 1721, à la fois spectaculaires et descriptives. Les témoignages directs des sinistrés collationnés dans les déclarations de pertes introduisent le lecteur au cœur de l’événement, des malheurs, des rancœurs et des tensions qu’il suscita. Ce capharnaüm intégral survint au pire moment, quelques semaines à peine après que se fut effondré le système de Law. Alors que le royaume devait liquider la banqueroute dans l’urgence, il était aussi frappé par l’épidémie de peste introduite à Marseille en juin et qui commença à s’étendre en Provence et Languedoc, dès la fin de l’été. Loin des images d’Épinal de la cour sous la Régence, l’incendie de Rennes se produisit dans une France où pointait la corrosion des liens sociaux ancestraux.

L’ouvrage tire parti des avancées réalisées depuis un demi-siècle dans l’histoire urbaine et appliquées à de nombreux terrains (Rouen, Lyon, Besançon, etc.) montrant l’intérêt de l’analyse typo-morphologique et parcellaire pour la compréhension du tissu urbain ancien. Le livre rentier de 1455, les registres de réformation (1646-1676) révèlent à Rennes une trame serrée de ruelles, que les auteurs comparent aux traboules de Lyon ou aux venelles de Saint-Antonin-Noble-Val, et un magma de logis en bois, comprimés les uns contre les autres, propres à devenir la proie des flammes. Il fallut plus d’un an pour venir à bout des tonnes de gravats laissés par l’incendie avant que ne débute le chantier d’une ville neuve, aux implications modernes : plan directeur, place des équipements publics, redistribution des propriétés privées, élaboration des premiers types de copropriété, gestion des matériaux, accès à l’eau potable. Une ville orthogonale, au schéma quadrillé, se raccorde alors aux restes de l’ancien réseau, illustrant la rigidité de la norme et son adaptation à la réalité locale. Dans ce nouveau paysage urbain, la société évolua peu. L’étude des registres de capitation de 1708 et 1778 montre la permanence des lieux nobiliaires et une certaine gentrification du centre, mais non exclusive des milieux modestes, conforme à l’évolution souple d’autres villes françaises modernisées au xviiie siècle.

La reconstruction souligne les origines du goût rennais pour une architecture publique de prestige et la volonté des notables locaux d’avoir barre sur leur cadre de vie. Les deux places royales et les façades de l’architecte Jacques V Gabriel, inspirées des places parisiennes (des Victoires et de Vendôme), faisaient plus que répondre à cette ambition. Les éléments d’une construction privée de qualité (décor sculpté, ferronneries, escaliers et boiseries), parfois fastueuse (hôtel de Blossac), y contribuèrent aussi. La pierre employée, enfin, ne pouvait se satisfaire des médiocres ressources proches. L’ingénieur Robelin, puis Gabriel eurent à cœur de recourir à des gisements éloignés dont le livre détecte l’usage dans les immeubles : schiste pourpré de Cahot dans les murs maçonnés, granite du Coglès et tuffeau du Val de Loire dans les façades à stéréotomie. Autre signe de modernité, dans ses nouveaux habits, la ville a adopté pour le nom de ses rues – une des premières fois en France – une nomenclature qui rompait avec l’usage médiéval des édifices religieux ou des métiers, et revendiquait un triple parrainage : royal (rue Dauphine), institutionnel (rue de Brilhac, président du Parlement) et breton (rue de Clisson, connétable de France).

Pour conclure, l’ouvrage réalise une ambition qui fait honneur à ses auteurs. Il fait plus que rassembler une série de chapitres commémorant un événement local et synthétisant les textes de ses prédécesseurs. Il repense son sujet de fond en comble à la lumière de l’historiographie actuelle, le renouvelle à l’aide de recherches inédites et, surtout, le replace dans l’histoire de l’Hexagone et de l’Europe modernes. Il démontre ainsi l’ampleur singulière de l’incendie de 1720 et le caractère structurant, sur le temps long, des mesures qui furent prises pour reconstruire, inscrivant Rennes parmi les villes modèles du xviiie siècle. Il s’approprie, enfin, toutes les manières d’écrire l’histoire d’un même fait, en exploitant le témoignage, la démographie, la sociologie, la topographie, la morphologie, l’économie, l’art, l’architecture, la géologie, l’odonymie, etc. Il s’agit, au total, d’une contribution éminente aux études françaises d’histoire urbaine.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 1 juillet). Gauthier Aubert, Georges Provost (dir.), Rennes 1720 : l’incendie (2020). Histoire Urbaine. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4w4

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search