Compte-rendu: Carbonnier et al. (dir.), Watteau, Gersaint et le pont de Notre-Dame à Paris au temps des Lumières (2021)

Youri Carbonnier, Sophie Raux, Christophe Renaud, François Rousselle (sous la direction de), Watteau, Gersaint et le pont de Notre-Dame à Paris au temps des Lumières : les enjeux d’une restitution numérique, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021, 206 p.

 

Compte-rendu réalisé par Maël Tauziède-Espariat

 

Les sciences informatiques permettent-elles de renouveler les approches historiques ? Cette question fait l’objet de réponses motivées dans un ouvrage portant à la fois sur l’étude historique et la restitution numérique (visuelle et sonore) du pont Notre-Dame à Paris au XVIIIe siècle. Ce travail suscite un intérêt particulier car il porte sur une époque où le pont fut un pôle majeur du commerce d’art, comme en témoigne l’accrochage en 1720 d’une célèbre œuvre de Watteau pour servir d’enseigne à la boutique du marchand de tableaux Gersaint.

Quoique les apports pour la recherche scientifique ne soient pas tous équivalents, l’association des méthodes historiques et de la technologie produit des résultats inédits qui pourront faire l’objet de comparaisons à une échelle plus étendue. Sur le plan épistémologique, la présentation des méthodes et des outils technologiques mobilisés, ainsi que des hypothèses de travail et des écueils rencontrés, confèrent à l’ouvrage les caractères d’un mode d’emploi à l’attention de ceux qui voudraient comprendre les atouts et les inconvénients des restitutions numériques dans une société de plus en plus digitalisée. Partant, l’ouvrage apparaît comme un plaidoyer convaincant – qui assume aussi ses limites – en faveur des humanités numériques, lesquelles sont encore trop peu mobilisées dans les travaux portant sur les périodes moderne et contemporaine.

La richesse des réflexions exposées tient à la composition de l’équipe pluridisciplinaire ayant travaillé sur le projet durant cinq années. Accompagnés par quatre laboratoires de recherche et une entreprise d’infographie, les chercheurs ont éprouvé collectivement des hypothèses au croisement de l’histoire urbaine, de l’histoire de l’architecture et du bâti, de l’histoire de l’art, du marché de l’art, du paysage sonore et des sciences informatiques.

L’ouvrage réunit 17 contributions signées de neuf auteurs. L’organisation des textes n’obéit pas à une logique disciplinaire, mais plutôt à la volonté d’alterner les études historiques et les présentations méthodologiques. Le livre s’adresse à des spécialistes (historiens, informaticiens, communicants du patrimoine), mais un style clair et des mises à jour synthétiques sur des aspects aussi variés que la pompe à eau municipale (p. 49-52), la simulation de l’éclairage (p. 73-76), Watteau (p. 149-151) ou Gersaint (p. 153-156) le rendent accessible à tous. Dans le même but, les 94 illustrations facilitent la lecture et confirment l’altruisme des auteurs (qui ne manquent pas de remercier leurs soutiens à deux reprises, p. 11-12 et p. 205).

Du côté des études à dominante historique, celle de Youri Carbonnier souligne l’importance architecturale, économique et sociale du pont Notre-Dame durant la période moderne (p. 25-48). On retiendra de cette analyse fondée sur de nombreuses images et archives que le pont constituait le premier ensemble immobilier moderne de Paris. Ce pont habité – l’un des trois de la capitale – réunissait une soixantaine de maisons uniformes de part et d’autre d’un important axe de circulation reliant l’île de la Cité à la rive droite. Ces maisons se singularisaient par leur étroitesse et une surface habitable inférieure à 28 m2 par niveau. Dans un autre essai, Nicolas Moucheront revient sur la perception du pont Notre-Dame par des savants du Siècle des Lumières (p. 87-106). Ce faisant, il retrace l’histoire du monument à l’aide des discours connus à l’époque et questionne la professionnalité d’architectes qui le dessinèrent ou intervinrent directement sur le chantier. Le texte de Sophie Reculin présente les problèmes relatifs à l’éclairage public de Paris au XVIIIe siècle (p. 77-86). Passionnante au regard de la nouveauté du sujet, cette enquête a permis une restitution immersive de l’éclairage artificiel du pont Notre-Dame et, de ce fait, une meilleure compréhension du rapport des noctambules à cet espace urbain.

Dans l’introduction de l’ouvrage, Sophie Raux expose les principaux enjeux de la restitution numérique dans le champ de l’histoire de l’art (p. 7-24). En citant des projets récents, son texte montre comment les différents niveaux de restitution en 3D (image de synthèse avec effet de réalisme), 4D (expérience du déplacement) et 5D (sonorité) sont désormais exploités pour améliorer notre connaissance du passé (recontextualisation, display ou modalités d’exposition des œuvres d’art, remise en question des hiérarchies historiographiques…). Ses deux autres contributions illustrent cette position à partir du cas du pont Notre-Dame. En s’appuyant sur l’historiographie récente, sur une modélisation numérique du pont et sur une base de données des marchands de tableaux résidant dessus entre 1603 et 1784, le premier essai rappelle que ses maisons étaient principalement occupées par des acteurs du luxe et du commerce d’art (p. 53-62). La visualisation de la localisation des nombreux marchands de tableaux permet ainsi de mieux saisir l’articulation entre les dynamiques de proximité géographique et les liens professionnels ou familiaux qu’entretenaient ces acteurs importants du marché de l’art. En raison de son objectivité, cette approche informatique a par ailleurs pour effet louable de rendre visibles des acteurs souvent négligés par l’historiographie (notamment des femmes). Le second essai est certainement le plaidoyer le plus convaincant en faveur des restitutions numériques (p. 131-147). Celle de la boutique de Gersaint permet de comprendre quel était l’emplacement initial de la célèbre Enseigne peinte par Watteau. Partant de ce coup publicitaire qui fit date, l’auteure livre quelques analyses stimulantes sur les enjeux de la visibilité dans les milieux artistiques du XVIIIe siècle.

Les autres textes portent sur les aspects méthodologiques et techniques de la restitution. Celui de Christophe Renaud présente les paramètres à prendre en compte (qualité de la modélisation, apparence des objets, éclairage) pour assurer le réalisme physique des images restituées (p. 63-71). Un premier texte de François Rousselle montre comment passer des données historiques à la 3D en temps réel et relève les enjeux inhérents à la création et à l’utilisation de telles applications (p. 107-121). Dans le champ de l’archéologie du paysage sonore, la contribution de Mylène Pardoen montre comment l’étude des sources du passé permet de proposer des modèles de restitution sonore pouvant rendre tangibles des réalités devenues impalpables (p. 123-130). L’exposé de Laura Louvrier, Rémi Synave et François Rousselle se concentre sur la restitution de la boutique de Gersaint et de son ameublement en présentant d’abord la disposition et la morphologie des objets d’après les archives, puis les outils utilisés pour les modéliser numériquement (p. 157-170). Enfin, un autre texte de François Rousselle recense les types d’application les plus adaptés selon les supports de restitution (p. 171-181).

En faisant le point sur les limites et les apports de ce travail, la conclusion de Youri Carbonnier appelle à le considérer comme une traduction de la réalité plutôt que sa restitution exacte (p. 183-191). Au-delà des limites épistémologiques ou technologiques, on regrettera finalement que la restitution du pont Notre-Dame ne soit pas accessible sur internet. Cette lacune, en contradiction avec l’ambition d’un projet qui voulait être utile aux chercheurs et au grand public, est sans doute à l’origine de la publication. De fait, elle trahit la difficulté qu’ont encore souvent les chercheurs en histoire à développer des outils de travail ouverts et collaboratifs.

 

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search