Charlotte Vorms, Bâtisseurs de banlieue. Madrid: la Prosperidad (1860-1936), Grâne, Créaphis, 2012

Berceau du socialisme madrilène dans les années 1920, bastion républicain pendant la guerre civile et centre d’ébullition culturelle et politique dans les dernières années du Franquisme et la Transition, la Prosperidad – « la Prospe » comme l’appellent ses habitants – est un quartier de Madrid à forte identité.

Son histoire commence dans les années 1860. Dans la périphérie nord-est de Madrid, des propriétés agricoles à faible rendement sont loties et revendues en petites parcelles sans viabilisation, à des personnes modestes, majoritairement des ouvriers en bâtiment. Ceux-ci y construisent leur maison et s’y s’installent avec leur famille, fondant ainsi ce qu’on appelle alors le faubourg de la Prosperidad.

Ce livre, à travers une micro-histoire de ce nouveau quartier, de sa naissance en 1860 à la guerre civile en 1936, apporte des éléments de réflexion sur les processus de construction de la ville, au croisement d’une analyse du bâti, d’une histoire du marché immobilier et d’une sociologie d’une société urbaine en formation. L’auteur montre comment l’évolution d’un quartier s’intègre à celle de la ville dans son ensemble, comment ses caractéristiques locales s’expliquent par son imbrication dans une réalité qui le dépasse, articulant ainsi son histoire à l’histoire nationale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.