Compte-rendu: Catarina Wall Gago, Entre sauvegarde et confort domestique. Rénovation d’un héritage bâti (2021)

Catarina Wall Gago, Entre sauvegarde et confort domestique. Rénovation d’un héritage bâti, Genève, MétisPresses, vuesDensemble, 2021, 208 p., traduit de l’anglais par Martine Sgard, version numérique enrichie en ligne en anglais

Compte-rendu réalisé par Sylvain Schoonbaert

L’auteure est architecte, docteure de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (IST-EPFL), chargée de cours et collaboratrice au Laboratoire de construction et conservation de cette même institution. Cet ouvrage est en grande partie issu de sa thèse de doctorat en Architecture sur la rénovation contemporaine d’habitations du XIXe siècle à Lisbonne, Porto et Genève, sous la direction de Luca Ortelli et Ana Tostões (2015). Il s’organise en quatre parties dont les deux dernières sont les plus copieuses. Les deux premières remettent en contexte la question de la genèse et de l’héritage des habitations bourgeoises dans les villes européennes modernes et contemporaines. Il n’y a pas de découvertes sur le Paris haussmannien ou la Bath néoclassique dans la première partie, mais l’essentiel y est. La deuxième partie consacrée à la reconstruction de Lisbonne après 1755, aux maisons bourgeoises de Porto au XIXe siècle et enfin, à celles de la ceinture Fazyste de Genève à la même époque, est beaucoup plus convaincante. Et pour cause, l’analyse des typologies architecturales et urbaines est nourrie par le travail doctoral et largement illustrée de documents d’archives, de photographies et de plans redessinés comme savent en faire les architectes.

On peut s’interroger sur le manque d’explicitation du choix des sites étudiés ; au-delà des opportunités de la recherche doctorale entre le Portugal et la Suisse ; et au-delà du fait que les villes présentent des types architecturaux répétés mais aussi singuliers (immeubles de rapport et/ou maisons individuelles mitoyennes). Les prolégomènes de cet ouvrage auraient mérité une réflexion plus profonde sur le phénomène de diffusion voire de mondialisation des modèles d’habitat urbain bourgeois qui prennent leur racine dans l’Europe moderne et se généralisent dans les continents et les colonies au XIXe et au début du XXe siècle. Mais ce n’est pas le propos de l’autrice dont le principal mérite est d’étudier très finement la typologie et les usages des immeubles qu’elle a choisis minutieusement. Les références à César Daly ou encore aux travaux pionniers de Monique Eleb Vidal et Anne Debarre Blanchard, sont ici particulièrement bienvenues pour entreprendre une archéologie de l’habitat et de l’habiter et questionner de façon pratique et technique les manières de faire évoluer ce patrimoine bâti qui n’est pas qu’un héritage de façades. On ignore cependant dans la plupart des cas quels dispositifs réglementaires de protection patrimoniale sont mis en œuvre ou pas et quelles sont leurs incidences sur les transformations engendrées dans l’intérieur des immeubles et des maisons étudiées.

Je ne retiendrai ici que les qualités des troisième et quatrième parties qui constituent l’apport majeur de cet ouvrage. Dans la troisième partie sont mises en avant les principales problématiques qui occupent aujourd’hui tout maître d’ouvrage ou maître d’œuvre soucieux de transformer un immeuble pour l’adapter à nos besoins contemporains. La revalorisation des « alcôves », ces pièces secondaires attachées par la circulation, l’air et la lumière aux pièces principales, et que l’on a longtemps considérées insalubres et archaïques, s’avère une piste particulièrement féconde. On pense inévitablement aux « pièces noires » des échoppes bordelaises, qui servent toujours de chambre d’enfant, de bureau, de salle de bain, de dressing… et s’avèrent plus fraîches, abritées qu’elles sont de la lumière directe en été.

Les changements de distribution intérieure sont aussi significatifs de l’évolution de nos modes de vie : abandon progressif des enfilades de pièces de réception sur la rue au profit de couloirs et de passages de service qui donnent leur autonomie, notamment aux chambres qui autrefois pouvaient être installées un peu partout. En fonction de l’ampleur et de l’aisance des logements, on apprécie encore aujourd’hui la multiplication des espaces servants et intermédiaires que constituent les circulations horizontales et verticales.

La prise en compte du rôle de la cuisine dans la vie sociale domestique apparaît aussi comme un thème remarquable de changement. Autrefois reléguée, isolée et éloignée du reste du logement, éclairée et ventilée sur une cour, la cuisine se rapproche aujourd’hui des espaces de réception, quand elle n’en devient pas elle-même un.

La division des grands logements en petits est un autre thème bien connu des pratiquants de la loi Malraux : division des maisons individuelles en appartements à chaque étage – où comment l’escalier d’une maison unifamiliale peut devenir public – ; transformations des entrées et couloirs multiples en nouvelles entrées d’appartements, les solutions sont multiples qui montrent, à travers les exemples analysés, que ces projets en apparence regrettables, peuvent être réalisés intelligemment et offrir de nouveaux logements de qualité.

La reconversion des combles est encore un thème transversal. Attribués hier au logement des domestiques ou laissés libres et servant de remises, les combles faisaient office d’étage isolant les logements situés au-dessous. Habiter sous les toits pose aujourd’hui des difficultés majeures en terme de confort thermique : l’autrice y revient dans la quatrième partie de son ouvrage. Les exemples analysés montrent des solutions astucieuses de création de logements supplémentaires ou d’extension en duplex des appartements situés au niveau inférieur des combles.

Enfin, l’accessibilité verticale au logement est traitée par l’apparition de l’ascenseur qui ne se généralise guère qu’au début du XXe siècle dans les immeubles étudiés. Si ce dernier fait disparaître progressivement la hiérarchie sociale des étages, il n’en reste pas moins très délicat d’insérer encore aujourd’hui ce type d’élévateur dans le jour central et le noyau d’un escalier à forte valeur patrimoniale. On peut regretter que l’installation d’ascenseur dans des cours de service ne soit pas traitée.

La quatrième et dernière partie de l’ouvrage entre très prosaïquement dans l’étude du confort et des techniques de rénovation : « De plus en plus, les citadins disent apprécier le cachet et les détails historiques des bâtiments tout en souhaitant bénéficier du confort qu’offrent des infrastructures et une isolation d’aujourd’hui. » (p. 155) L’objectif est d’examiner les techniques de rénovation qui ont su « trouver un compromis entre les critères de conservation d’éléments historiques et les exigences de confort actuelles, tout en identifiant les éventuels conflits. » (ibidem) Trois points sont étudiés. Le premier concerne l’isolation thermique des murs et des toitures. Le deuxième point concerne l’isolation thermique et acoustique des fenêtres. Le troisième point concerne l’isolation acoustique des planchers bois. Sans entrer dans le détail de toutes les options techniques développées, on notera qu’elles obéissent parfaitement à l’objectif de compromis mentionné plus haut et qu’elles sont illustrées de dessins parfaitement clairs même pour les néophytes, qui reprennent l’état d’origine des éléments étudiés pour le comparer à celui des projets. Il manque cependant, ne serait-ce que des indicateurs de coût de ces travaux, généralement élevés car ils demandent des études sur-mesure et souvent des matériaux et une mise en œuvre spécialisés.

Mais on a là, en somme, un bel ouvrage d’architecture qui traite d’un patrimoine « ordinaire » (encore que réservé aux classes sociales supérieures aujourd’hui), et qui concilie les exigences de préservation avec celle de l’habitat contemporain. On ne saurait que trop en recommander la lecture à de nombreux architectes et étudiants ainsi qu’au programme des cours de plusieurs écoles d’architecture qui malheureusement n’abordent pas ces questions essentielles dans leur formation. Il s’agit d’un livre dont le propos est tellement nécessaire qu’il mériterait d’être poursuivi, étendu et complété à de nombreuses autres villes qui possèdent des patrimoines comparables.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search