Compte-rendu: Charles Davoine, La ville défigurée. Gestion et perception des ruines dans le monde romain (Ier s. a.C. – IVe s. p.C.)

Charles Davoine, La ville défigurée. Gestion et perception des ruines dans le monde romain (Ier s. a.C. – IVe s. p.C.), Bordeaux, Ausonius, Scripta Antiqua 144, 2021, 433 p.

 

Compte-rendu réalisé par Hélène Ménard

 

Les ruines sont devenues pour les historiens un objet d’étude à la suite des travaux d’Alain Schnapp (notamment Ruines. Essai de perspective comparée, Dijon, 2015 et Une histoire universelle des ruines. Des origines aux Lumières, Seuil, 2020) et ont suscité différentes productions – dont le récent dossier de la revue Histoire Urbaine (n°58, août 2020 « Ruines et villes »). C’est donc dans un champ de recherche à la fois récent et fécond que s’inscrit l’étude proposée par Charles Davoine, issue de sa thèse soutenue en 2015 et lauréate du prix de la SFHU en 2016. L’auteur entend mettre en œuvre une approche différente en s’intéressant « non plus [aux] ruines romaines actuelles comme un document, mais [aux] ruines comme une réalité des villes antiques ». Il convoque pour cela toutes les sources disponibles sur le sujet : archéologiques, littéraires (aussi bien historiques que poétiques), épigraphiques mais aussi juridiques, qui prennent une place remarquable dans sa réflexion et son argumentation, qu’il s’agisse des sénatus-consultes hosidien (47 p.C.) ou volusien (56 p.C.), de constitutions impériales comme celle de Sévère Alexandre en 222 p.C., ou d’écrits de juristes conservés par le Digeste. Certains éléments concernant les sources juridiques sont d’ailleurs repris dans sa contribution « De la gestion de la ville aux pratiques sociales : L’apport des sources juridiques à l’histoire de l’espace urbain », dans Cyril Courrier et alii (sous la direction de), Rome, archéologie et histoire urbaine : trente ans après l’Urbs (1987), Rome, 2022, p. 349-360.

Cette présentation fine des sources et des limites de leur apport ouvre l’ouvrage. L’attention est ensuite portée sur le lexique des ruines, de ruina (l’effondrement total ou partiel d’un bâtiment)/ruinae (le résultat matériel d’une destruction) aux rudera (les décombres) et parietinae (vieux murs rongés par la végétation), en passant par les reliquiae et autres vestigia : ce qui subsiste et se voit. La dégradation qui touche les bâtiments tant publics que privés peut avoir des causes diverses, à commencer par la vetustas, un processus de désagrégation interne du bâti dû au temps, mais aussi à l’inaction ou à l’abandon. Cela peut aussi être la conséquence d’un événement violent – incendie ou tremblement de terre. Quelle que soit l’origine de sa dégradation, un édifice ne peut subsister dans cet état : le vocabulaire utilisé pour qualifier un bâtiment ruiné dépend de ce que l’on souhaite en faire : restauration ou entretien ponctuel, élimination des décombres.

La notion centrale de deformitas, qui marque la dissolution du lien entre l’édifice perdant ainsi son identité, et la cité, souligne à la fois la négligence des habitants et l’incurie des autorités municipales : laisser subsister des bâtiments à différents stades de dégradation dans une ville a une portée politique. Car l’architecture est perçue avant tout comme politique, par son lien avec la vie civique. Tout édifice, qu’il soit public ou privé, contribue au paysage urbain, au décor qu’il convient d’entretenir et de préserver, sous peine de porter atteinte à la parure (ornatus) et à la dignité (decus) de la cité. La forma, qui correspond à la fois à l’apparence extérieure initiale et à l’organisation interne de l’édifice, doit alors être restaurée. Le traitement des ruines prend en compte le remploi des éléments récupérés : c’est là un champ de recherche fructueux, qui a montré que le remploi, souvent considéré comme un signe de déclin, doit au contraire être appréhendé sur les plans pratique mais aussi idéologique, à travers le souci d’une réappropriation symbolique du passé.

L’étude de la législation sur le démantèlement des édifices permet de souligner des évolutions. Au Haut-Empire, elle développe l’interdiction de démolir un bâtiment privé à des fins spéculatives, notamment pour ne récupérer que des matériaux de valeur en laissant des décombres ; le souci du paysage urbain semble progressivement primer sur la préservation des patrimoines privés. Au IVe siècle, c’est la spoliation d’édifices publics qui est visée par les constitutions impériales, interdisant ainsi le remploi et privilégiant la restauration.

Si le pouvoir romain se préoccupe constamment de la pérennité matérielle de la cité à travers le bâti, il revient au premier chef à la cité elle-même d’y pourvoir. Les élites municipales sont garantes de la bonne gestion du paysage urbain et à ce titre, doivent veiller à ce que la deformitas de bâtis ruinés ne devienne pas le symptôme de leur défaillance et du manque de concorde au sein de la cité. La surveillance des opérations de restauration est confiée aux gouverneurs, dont le rôle en la matière s’accroit au IVe siècle. L’empereur intervient ponctuellement, lorsqu’il faut mobiliser des ressources extraordinaires, notamment après un événement brutal, occasionnant des « ruines traumatiques »1. L’empereur utilise le thème de la restauration des ruines après une période de crise, lorsqu’il cherche à légitimer son pouvoir, notamment aux époques augustéenne et tétrarchique, plus ponctuellement avec les jeux séculaires de Claude ou la restauration sévérienne.

Pour autant, les ruines n’ont pas de valeur mémorielle pour les Romains, même si certains exemples que l’auteur passe au crible auraient pu le laisser penser. Néanmoins, à la fin du IVe siècle, le discours sur la restauration des ruines met en valeur la nécessité de conserver et de préserver un patrimoine. Les ruines des temples peuvent également être présentées par des auteurs chrétiens comme des témoins de la défaite du polythéisme.

Cette étude nous invite à une réflexion non seulement sur le paysage urbain et ses dynamiques, sur la gestion de la ville et les discours qui légitime l’action des pouvoirs publics, mais aussi sur le temps. À travers les méthodes mises en œuvre, les thèmes développés, elle illustre excellemment les renouvellements actuels de l’histoire urbaine.

1 Expression reprise de A. Le Blanc, « La conservation des ruines traumatiques, un marqueur ambigu de l’histoire urbaine », L’espace géographique, 29, 2010, 253-266



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 12 septembre). Compte-rendu: Charles Davoine, La ville défigurée. Gestion et perception des ruines dans le monde romain (Ier s. a.C. – IVe s. p.C.). Histoire Urbaine. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4wg

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search