Compte-rendu: Corinne Péneau, Histoire de Stockholm, Paris, Fayard, 2022

Corinne Péneau, Histoire de Stockholm, Paris, Fayard, 2022, 779 p.

Compte-rendu réalisé par Eric Schnakenbourg

Celles et ceux qui ont déjà séjourné à Stockholm ne manqueront pas d’apprécier le néologisme « vîle » que Corinne Péneau emploie, tant en effet la capitale suédoise s’est élevée sur un site fait d’eau et d’îles. Stockholm se trouve au débouché de la riche région du lac Mälaren, à l’ouest, alors qu’à l’est son archipel fait figure d’interface entre la mer Baltique et les terres. Cette situation lui conféra, dès l’origine, une fonction défensive pour interdire les raids vers l’intérieur et une fonction commerciale importante. Le début du livre est basé sur des recherches archéologiques récentes, grâce auxquelles l’autrice rend compte des interrogations actuelles sur les premiers temps de la ville lors de la première moitié du XIIIe siècle, puisque la mention la plus ancienne de « Stockholm » se trouve dans une charte de 1252. Très rapidement, elle devint un centre de rencontre politique entre le roi et l’aristocratie laïque et ecclésiastique. Tout au long du Moyen Âge, le rôle politique de Stockholm ne cessa de se renforcer et l’autrice montre bien la manière dont la fréquentation des élites stimula l’économie locale. La ville prospéra notamment grâce à la minorité allemande, 10 à 20% de la population, qui tenait une place centrale dans la cité grâce à son rôle dans le grand commerce. À l’échelle locale, plusieurs passages fort intéressants donnent une bonne idée de ce que devait être la vie au quotidien à Stockholm au XIVe siècle.

Théâtre des rivalités politiques du temps de l’union de Kalmar, la principale ville de Suède commença à émerger dans l’horizon européen à partir du XVe siècle grâce à la croissance de ses échanges commerciaux. Ils lui permirent de devenir, malgré sa taille modeste (5 000 à 7 000 habitants), un creuset de populations venues d’horizons variés et de cultures différentes. Après avoir surmonté les malheurs des derniers siècles médiévaux, entre épidémies, luttes armées et autres drames à la fin de l’union de Kalmar, Stockholm apparaît bien comme la principale ville de Suède. Elle devint un centre politique actif et moderne pendant les règnes de Gustave Vasa et de ses fils. Les constructions fastueuses et les embellissements successifs en firent l’écrin d’une monarchie en quête d’affirmation et qui voulait que son principal lieu de résidence soit à son image.

Le XVIIe siècle, période de la Grandeur suédoise, fut celle d’une forte croissance de Stockholm. Sa population passa de 8 000 à 55 000 habitants, à la faveur de son développement économique et de l’essor des emplois dans le commerce, l’administration, le domaine militaire ou les services. Corinne Péneau insiste sur le rôle d’impulsion joué par le pouvoir royal dans cette évolution. D’abord avec la décision de faire de la ville un arsenal militaire, ce dont le célèbre navire Vasa porte encore témoignage ; ensuite, en développant l’administration centrale qui attira dans la ville l’aristocratie enrichie. Les nobles les plus en vue se firent construire des palais pour pouvoir résider à proximité du pouvoir. Capitale d’une puissance ambitieuse, la croissance de Stockholm se devait d’être raisonnée et planifiée. Elle était le théâtre de la monarchie et servait de décor aux grands événements, comme les couronnements ou les enterrements de souverains. Dans une société stockholmoise en mouvement, l’autrice porte une attention particulière à la place des femmes laborieuses pour lesquelles on perçoit bien le poids des assignations sociales. Le XVIIIe siècle, période de déclin de la puissance suédoise, fut marqué par la stagnation démographique et économique de Stockholm à partir de 1750. Les promesses de prospérité des décennies de paix à partir des années 1720, notamment grâce au développement manufacturier, firent long feu. Corinne Péneau souligne, comme un symbole, la saleté des rues de la capitale suédoise et les épidémies qui, inévitablement, s’en suivaient. Dans les années 1770, sous l’impulsion de Gustave III, désireux de relever l’étoile de sa capitale comme de son pays, Stockholm connut de nouveaux aménagements. Comme centre du pouvoir, elle demeurait le lieu essentiel des grandes évolutions politiques du royaume et des contestations sociales.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Stockholm connut des évolutions décisives dont la complexité est parfaitement exposée. La ville passa de 93 000 habitants en 1850 à 300 000 en 1900. Cette forte croissance s’accompagna d’un début de rééquilibrage dans la gouvernance de la municipalité stockholmoise et du développement d’infrastructures permettant d’améliorer la qualité de vie des habitants. La ville attirait les ruraux venus travailler dans ses nombreuses industries, tout particulièrement dans le domaine textile. Stockholm devenait aussi une ville de culture et d’innovation technique. La croissance démographique, le développement industriel, l’essor des transports et l’étalement urbain favorisèrent la ségrégation spatiale avec des quartiers ouvriers et des quartiers bourgeois. C’est à cette époque que Stockholm prend le visage que l’on lui voit encore aujourd’hui avec ses grandes façades en briques et ses bâtiments emblématiques comme le Grand Hôtel ou le parlement (Riksdag). Au début du XXe siècle, la capitale suédoise commençait à compter à l’échelle internationale, comme en atteste l’organisation des Jeux olympiques en 1912 qui furent l’occasion pour le pays et pour la ville de se mettre en scène aux yeux du monde. Mais comme dans toutes les villes de cette époque, le flamboyant côtoyait une autre réalité. Le cœur battant de la capitale était populeux avec ses quais, ses halles et son habitat ouvrier surpeuplé et insalubre. L’autrice montre bien à quel point la question du logement, comme enjeu politique, économique et social, était le principal défi à relever tant pour la municipalité de Stockholm que pour le gouvernement suédois.

La Suède d’après 1945 connut une amélioration sensible de son paysage urbain grâce à la vive croissance économique du pays. L’un des plus grands enjeux de l’urbanisme dans la capitale suédoise fut la décongestion du centre grâce au développement des moyens de transport, en particulier avec l’ouverture du métro en 1950. Le réaménagement urbain passa aussi par de grands travaux, comme la réalisation de la place Sergel dont la construction suscita de nombreuses oppositions mais qui finit par s’imposer comme l’un des lieux incontournables de Stockholm. Dans le pays de la social-démocratie et de l’État providence, une grande attention fut portée à l’amélioration des conditions de vie des habitants, à l’éducation et à la culture pour répondre aux aspirations des générations du baby-boom. En revanche, la tension resta forte sur le marché immobilier. Pour répondre aux aspirations des nouvelles générations, la ville devait encore s’étendre dans ses banlieues. Cette dynamique permit de consacrer de nouveaux espaces à des expériences sociales originales, mais également à la construction de zones pavillonnaires. Au cours des dernières années, Stockholm est devenu une capitale verte à la faveur de la tertiairisation de ses activités. Cette mutation écologique contribue à en faire l’une des capitales les plus attractives d’Europe.

« Le présent livre se veut un sésame pour visiter Stockholm… » écrit Corinne Péneau dans sa conclusion. Son pari est réussi car, à n’en pas douter, la lecture de cet ouvrage donnera au lecteur qui connaît la ville l’envie d’y retourner, et à celui qui ne la connaît pas le goût de la découvrir. Cette curiosité sera attisée par les nombreuses illustrations que comporte l’ouvrage, que ce soit des photos, des reproductions de cartes anciennes ou encore des documents iconographiques. Cependant, le livre aurait beaucoup gagné à comporter des plans didactiques permettant de localiser les principaux quartiers de la ville ce qui aurait permis de mieux saisir les dynamiques urbaines, surtout pour l’époque contemporaine. Cette réserve ne remet pas en cause la qualité globale de cet ouvrage. Il repose d’abord sur une documentation variée avec des sources archivistiques, des récits de voyage et, surtout, une impressionnante bibliographie. On ne manquera pas de souligner également l’aisance avec laquelle l’autrice évolue entre les différentes périodes historiques et sa capacité à varier les échelles de lecture locale, nationale et internationale. C’est donc une histoire totale de la montée en puissance de la capitale suédoise que nous propose Corinne Péneau. Une histoire dans laquelle dialoguent les considérations démographiques, économiques, sociales, politiques, culturelles et religieuses, pour former ce qui est plus que l’histoire d’une ville, une biographie urbaine.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search