Compte-rendu: Christophe Juhel, (coord.), Vivre en ville. Les problématiques urbaines à travers l’histoire dans le Midi de la France

Christophe Juhel, (coordonné par) Vivre en ville. Les problématiques urbaines à travers l’histoire dans le Midi de la France, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan (Journées d’Histoire et Histoire du Droit et des Institutions de l’Université de Perpignan Via Domitia, 12), 2021

compte-rendu réalisé par Claire Dolan

Six auteurs ont contribué à cet ouvrage dont le titre, très général, rend compte de la difficulté à faire un tout de cet ensemble de textes. L’avant-propos de Christophe Juhel présente sommairement chacun des articles, sans pour autant préciser l’objectif de cette réunion. Le livre ne contient ni introduction, ni conclusion, ce qui contraint à traiter ici chaque contribution pour elle-même.

Deux des textes portent un regard urbanistique sur la ville de Perpignan. Le premier traite des mas intra-muros à Perpignan du XIIIe au xve siècle. Forme d’urbanisation particulière constituée d’un ensemble de « maisons groupées autour d’une courette, avec une ruelle d’accès particulière » (p. 21), les mas urbains sont ici listés, localisés et décrits par Aymat Catafau qui en trace l’évolution jusqu’à la période moderne, moment où les derniers de ces mas sont détruits et transformés en hôtels particuliers. L’auteur a retrouvé dans les textes 35 mentions de ces mas. Ces mentions constituent les 31 pages de pièces justificatives qui terminent le texte. L’auteur ne propose pas vraiment de conclusion à son analyse et appelle plutôt à la poursuite de la recherche autour des initiatives privées qui ont contribué à la formation de la ville avant même les lotissements du XIIIe siècle.

Christophe Juhel propose ensuite un texte sur les réalisations d’urbanisme à Perpignan au xviiie siècle. Pendant une soixantaine de pages, il présente les différentes ordonnances qui ont conduit à ces réalisations ou les ont empêchées. Les longues et parfois inutiles citations ne sauraient compenser l’analyse qu’on aurait voulu plus approfondie. On cherchera vainement dans cette contribution le contexte plus général de l’administration de Perpignan qui aurait permis de resituer les problèmes de l’urbanisme dans la gestion de la cité : le mode de financement de la ville, les rapports avec les citoyens ou les rivalités de juridictions auraient pu permettre de mieux cerner ce que nous décrit l’auteur. On pourra néanmoins trouver dans cet article des informations essentielles à une étude de l’urbanisme à Perpignan au xviiie siècle.

Il est très difficile de relier le troisième texte de ce recueil aux autres contributions. Didier Baisset a en effet choisi de traiter des Te Deum dans les villes du Roussillon sous l’angle de l’usage politique qu’en a fait la monarchie. L’auteur utilise beaucoup la littérature secondaire pour mettre en place le sujet, notamment dans la première partie du texte qui porte sur le rituel monarchique et la sacralité du prince. Le type de sources qu’utilise Didier Baisset (sources officielles, promulgations, etc.) ne permet que de confirmer que Perpignan s’est conformé à ce rituel sans qu’on puisse mesurer si et comment il s’est démarqué par rapport à ce qu’on trouve alors absolument partout en France. On aurait aimé trouver des informations sur les réponses locales à la prescription du Te Deum, réponses qu’auraient pu révéler les discussions – qui se sont sans doute tenues au conseil municipal ou ailleurs – autour du financement ou des préséances, au moment de la mise en œuvre de ces cérémonies. La deuxième partie du texte qui traite des succès militaires et de l’image glorieuse de la monarchie esquisse davantage les spécificités roussillonnaises. Elles sont bienvenues. L’auteur s’interroge en conclusion sur le fait que le trop grand nombre de Te Deum risquait de limiter la portée du message, par un effet de banalisation. Encore là, d’autres sources (délibérations des communautés etc.) pourraient sans doute répondre à cette question qui mériterait en effet d’être creusée.

Les trois autres contributions ne portent pas sur le Roussillon, mais s’intègrent tout à fait au Vivre en ville que promettait le titre de l’ouvrage. Gilbert Larguier travaille sur la manière d’habiter à Narbonne à la fin du xviiie siècle, Jean-Luc Laffont reconstitue le sort du pavé des rues de Toulouse du xvie au xviiie siècle et Jahel Ruffier-Meray suit les transformations et les migrations des cimetières de l’aire toulonnaise au xixe siècle.

L’étude de Gilbert Larguier est originale. À la suite d’une transformation de la fiscalité d’Ancien Régime en fiscalité « révolutionnaire » qui instaurait une « contribution personnelle et mobilière » reposant sur la valeur des logements occupés ou loués (1791), des sources qui ont toutes les allures d’un recensement des chefs de famille fournissent pour cette époque des informations précises que Gilbert Larguier décortique et analyse. L’exercice est réussi. À Narbonne, ces sources permettent entre autres de révéler l’inégale densité des ilots, le déséquilibre entre les sexes mais également le rôle discriminant des puits quant aux hiérarchies sociales. À travers les manières d’habiter à Narbonne, l’auteur reconstitue la société urbaine narbonnaise. Tout en proposant une géographie de la répartition de l’espace entre les locataires et les propriétaires dans les différents quartiers, il peut relier le logement et les relations sociales qui s’établissent dans les maisons, dans les quartiers.

Le travail de Jean-Luc Laffont insiste sur les nombreux efforts faits par les capitouls pour réparer les pavés des rues de Toulouse qui semblent toujours avoir été dans un « état déplorable ». Le texte présente la chronologie de l’intérêt que suscitent les pavés pendant tout l’Ancien Régime. Les ordonnances locales sont nombreuses qui tentent de faire réparer les pavés ou mettre les rues à niveau, mais rien ne semble y faire. Que les paveurs fassent défaut ou soient incompétents, que les coûts entraînés par ces travaux entraînent une remise à plus tard : tout semble empêcher les capitouls de régler la question. Même si Jean-Luc Laffont ne développe pas la conclusion qu’il tire de son analyse, il insiste sur un fait important. On a souvent tendance à considérer le mauvais état d’une infrastructure urbaine comme le signe d’un manque d’intérêt des autorités pour cette infrastructure. Les nombreuses tentatives des capitouls marquent selon lui, au contraire, l’importance qu’ils accordaient aux rues, même s’ils ne réussirent jamais à régler le problème des pavés.

L’article de Jahel Ruffier-Muray quant à lui suggère que la géographie des cimetières de Toulon au XIXe siècle relève d’une politique d’aménagement de la ville. Les arguments tiennent compte des préoccupations de la ville qui tente de concilier mesures d’hygiène et croyances de la population. Paradoxalement, les cimetières servent de belle façon la thématique du Vivre en ville.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 12 septembre). Compte-rendu: Christophe Juhel, (coord.), Vivre en ville. Les problématiques urbaines à travers l’histoire dans le Midi de la France. Histoire Urbaine. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4wi

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search