Histoire urbaine n°64. “Faire diaspora en ville (XIIe-XIXe siècles)

Le numéro 64 d’Histoire urbaine est arrivé !

(août 2022)

 

 

A retrouver dans ce numéro

  • un dossier sur “Faire diaspora en ville (XIIIe-XIXe sicles)” coordonné par Mathieu Grenet, Pauline Guéna, Catherine Rideau-Kikuchi
  • 5 études
  • événements
  • 3 notes critiques

Sommaire

Résumés

Table of contents

Abstracts

 


 

Au sommaire :

 

Dossier : “Faire dispora en ville, XIIIe-XIXe siècles”

 

Mathieu Grenet, Pauline Guéna, Catherine Rideau-Kikuchi, “Faire diaspora en ville (XIVe-XXesiècle)”

Philippe Trélat, “Les chrétiens orientaux dans les villes chypriotes (fin XIIe-XVIe siècle). Implantation urbaine et quête identitaire”

Sylvain Lloret, “Des nations dans la ville : les marchands français à Alicante, Valence et Malaga au XVIIIe siècle”

Thibault Bechini, “Construire l’espace urbain de la diaspora. Les Italiens dans l’Ouest de Buenos Aires (années 1850-1880)”

 

Etudes

Laurent Litzenburger, “L’adaptation des villes de la dorsale européenne aux changements climatiques. L’exemple des crises de subsistance (1430 – 1540)”

Maria-Carmen Gras, “Entre nuages et éclaircies. La gestion des événements climatiques extrêmes à Rouen au XVIIIe siècle”

Colin Arnaud, “La rue est à nous. Le rôle des voisins dans l’entretien des chaussées à Bologne (xiiie-xviiie siècles)”

Marie Derouin, “La matérialité du voyage de souveraineté de Louis-Napoléon Bonaparte. L’étape de Tours du 15 octobre 1852”

Cécile Armand, “Équiper sans encombrer : le mobilier publicitaire à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle”

 

Événements

Laurent Coudroy de Lille, Charlotte Vorms, “Entretien avec Muriel Cohen, maîtresse de conférences à l’université du Mans, Cédric David, chercheur associé au CHS et professeur d’histoire-géographie en collège à Saint-Denis, Sébastien Radouan, chargé de la coordination scientifique de l’AMuLoP et MCF associé à l’École d’architecture de Paris-La Villette, à propos de l’exposition « La vie HLM. Histoires d’habitant.e.s de logements populaires. Aubervilliers 1950-2000, 8 allée Grosperrin, Aubervilliers »”

 

Notes critiques

Olivier Fillieule, Fabien Jobard, Politiques du désordre, La Police des manifestations en France, Paris, Seuil, 2020

Laurent Jeanpierre, In Girum, Les leçons politiques des ronds-points, Paris, La Découverte, 2019

Danielle Tartakowsky, On est là ! La manif en crise, Bordeaux, éditions du Détour, 2020

 

S’ABONNER A LA REVUE

 


Table of Contents

 

Special Issue : “Building Diasporas in the City”

 

Mathieu Grenet, Pauline Guéna, Catherine Rideau-Kikuchi, “Building Diasporas in the City

Philippe Trélat, Eastern Christians in Cypriot Cities (Late 12th – 16th Centuries): Urban Settlement and the Quest for Identity

Sylvain Lloret, “‘Where Individual Interest Meets Community Strategy: French Merchants in Alicante, Valencia and Malaga in the 18th Century

Thibault Bechini, Building the Urban Space of the Diaspora: Italians in West Buenos Aires (1850s-1880s)

 

Open Forum

Laurent Litzenburger, Climate Change Adaptation in the Cities of the ‘European Dorsal’: The Example of the Subsistence Crises (1430 – 1540)

Maria-Carmen Gras, Between Clouds and Sunny Spells. Managing the Consequences of Extreme Weather Events in the 18th Century (Rouen)

Colin Arnaud, The Street is Ours. The Role of Neighbours in Roadway Maintenance in Bologna (13th – 18th Centuries)

Marie Derouin, Materiality of Louis-Napoléon Bonaparte’s Sovereign Visit: The Stopover in Tours, 15 October 1852

Cécile Armand, Furnishing the Streets: Obstructive Advertisements in Early 20th Century Shanghai

 

Events

Laurent Coudroy de Lille, Charlotte Vorms, Entretien avec Muriel Cohen, maîtresse de conférences à l’université du Mans, Cédric David, chercheur associé au CHS et professeur d’histoire-géographie en collège à Saint-Denis, Sébastien Radouan, chargé de la coordination scientifique de l’AMuLoP et MCF associé à l’École d’architecture de Paris-La Villette, à propos de l’exposition « La vie HLM. Histoires d’habitant.e.s de logements populaires. Aubervilliers 1950-2000, 8 allée Grosperrin, Aubervilliers »

 

Critical notes

Olivier Fillieule, Fabien Jobard, Politiques du désordre, La Police des manifestations en France, Paris, Seuil, 2020

Laurent Jeanpierre, In Girum, Les leçons politiques des ronds-points, Paris, La Découverte, 2019

Danielle Tartakowsky, On est là ! La manif en crise, Bordeaux, éditions du Détour, 2020

 

 

SUSCRIBE

 

 


 

RÉSUMÉS / ABSTRACTS

 

Philippe Trélat, “Les chrétiens orientaux dans les villes chypriotes (fin XIIeXVIe siècle) : implantation urbaine et quête identitaire”

Sous la domination des Lusignan (1192-1474) puis des Vénitiens (1474-1571), les deux principales villes chypriotes, Nicosie et Famagouste, ont accueilli une dizaine de communautés de chrétiens orientaux (Arméniens, Jacobites, Nestoriens, Melkites, Éthiopiens, Coptes, Maronites) aux côtés des Grecs et des Latins. L’étude de leur implantation territoriale à travers la localisation de leurs édifices religieux démontre une relative dispersion des membres de ces diasporas dans l’espace urbain. Malgré l’éloignement, les chrétiens orientaux à Chypre maintiennent des liens étroits avec leurs communautés d’origine grâce au fonctionnement des réseaux marchands, intellectuels et religieux. De plus, protégés par le pouvoir politique des Lusignan, ils connaissent une mobilité sociale ascendante et intègrent les structures administratives et économiques des élites urbaines.

“Eastern Christians in Cypriot Cities (Late 12th – 16th Centuries): Urban Settlement and the Quest for Identity”

Under the domination of the Lusignans (1192-1474) and then of the Venetians (1474-1571), the two main Cypriot cities, Nicosia and Famagusta, welcomed nearly a dozen communities of Eastern Christians (including Armenians, Jacobites, Nestorians, Melkites, Ethiopians, Copts, Maronites) alongside Greeks and Latins. By studying where they settled based on the location of their religious buildings, we see a relative dispersion of the members of these diasporas in the urban space. Despite living far from their communities of origin, the Eastern Christians in Cyprus maintained close links with their home communities thanks to commercial, intellectual and religious networks. Moreover, protected by the Lusignan political power, they enjoyed upward social mobility and became part of the administrative and economic structures of the urban elites.

 

Sylvain Lloret, “Entre intérêt individuel et stratégie communautaire : les marchands français à Alicante, Valence et Malaga au XVIIIe siècle”

L’article interroge la réalité mais aussi les limites du processus de fabrication communautaire pour les marchands français établis à Valence, Alicante et Malaga au xviiie siècle, à travers l’ancrage de ces groupes dans ces villes où se déployaient leurs activités. Pour ce faire, la démarche comparatiste met en évidence l’institutionnalisation inégale des marchands français dans ces trois places. En outre, il s’agit de mettre en lumière l’action communautaire concrète de ces groupes. Cette action était visible à travers des rites sociaux et culturels urbains, à la fois moteurs et miroirs d’une conscience collective en construction. Enfin, l’étude interroge l’utilité réelle de ces structures communautaires eu égard à leurs objectifs initiaux. En effet, le fonctionnement diasporique n’allait pas de soi : il était parfois chaotique et les groupes marchands divisés.

“Where Individual Interest Meets Community Strategy: French Merchants in Alicante, Valencia and Malaga in the 18th Century”

This paper examines the process (and limitations) of community-building among French merchants living in Valencia, Alicante and Malaga in the 18th century, through the anchoring of these groups in the cities where they were living and working. To this end, a comparative approach highlights French merchants’ unequal participation in institutions of these three places. In addition, the paper endeavours to cast light on the tangible community activities of these groups. These activities were visible through social and cultural rites in the city, which were both drivers and mirrors of a collective consciousness taking shape. Finally, the paper investigates the actual usefulness of these community structures in relation to their initial objectives. Indeed, a functioning diaspora was not self-evident: it was sometimes chaotic and the merchant groups divided..

 

Thibault Bechini, “Construire l’espace urbain de la diaspora. Les Italiens dans l’Ouest de Buenos Aires (années 1850 – années 1880)”

Dans la seconde moitié du xixe siècle, Buenos Aires connaît une expansion urbaine sans précédent corrélée à l’arrivée sur le sol argentin de nombreux immigrants. Dans l’Ouest de la ville, la territorialisation de la présence italienne est observable à l’échelle de la parcelle. À l’exploitation des anciens terrains agricoles comme gisements d’argile au service de la fabrication de briques, succèdent les opérations de lotissement dont les Italiens sont les acteurs, comme propriétaires et comme professionnels du bâtiment. Ces différentes formes de valorisation foncière reposent sur l’activation de chaînes migratoires et la formation de niches professionnelles.

“Building the Urban Space of the Diaspora: Italians in West Buenos Aires (1850s-1880s)”

In the second half of the 19th century, Buenos Aires experienced unprecedented urban expansion as a result of the arrival of many immigrants. In the west end of the city, the settling of Italian immigrants can be observed by looking at the ownership of plots of land. Former farmland was exploited for clay deposits to manufacture bricks, and then became the site of housing development projects, with Italians involved both as owners and as building workers. These different forms of land development were based on the activation of migratory chains and the creation of professional specialisations..

 

Laurent Litzenburger, “L’adaptation des villes de la dorsale européenne aux changements climatiques. L’exemple des crises de subsistance (1430 – 1540)”

Après la Grande Famine de 1315-1317 et pendant plus d’un siècle, les sociétés d’Europe occidentale semblent relativement à l’abri de ce type de difficultés frumentaires. Ce n’est plus le cas à partir de la famine de 1437-1438. Dans le cadre général du Petit Âge Glaciaire (1300-1850), le Minimum de Spörer (1420-1550) se caractérise par une importante variabilité climatique, qui se traduit par des impacts répétés sur les productions agricoles et complique – parmi d’autres facteurs – l’approvisionnement des villes de la dorsale européenne et leurs échanges. Loin de rester passives, les autorités des villes des Pays-Bas bourguignons, des duchés de Luxembourg et de Lorraine, comme les cités d’Allemagne occidentale et de la Confédération suisse expérimentent, après la famine de 1437-1438, diverses stratégies d’adaptation pour prévenir de nouvelles crises de subsistances.

“Climate Change Adaptation in the Cities of the ‘European Dorsal’: The Example of the Subsistence Crises (1430 – 1540)”

After the Great Famine of 1315-1317 and for more than a century, Western European societies seemed to be relatively safe from this kind of grain shortage. This was no longer the case after the famine of 1437-1438. During the Little Ice Age (1300-1850), the Spörer Minimum (1420-1550) was a period of significant climatic variability, which repeatedly diminished agricultural production and which – alongside other factors – complicated the supply of the cities of the ‘European dorsal’ region and their trade. Far from remaining inactive, after the famine of 1437-1438, the authorities of the cities of the Burgundian Netherlands, the Duchies of Luxembourg and Lorraine, as well as the cities of western Germany and the Swiss Confederation experimented with various adaptation strategies to prevent new subsistence crises.

 

Maria-Carmen Gras, “Entre nuages et éclaircies. La gestion des événements climatiques extrêmes à Rouen au XVIIIème siècle”

La ville de Rouen, une des plus grandes du royaume, fut depuis sa fondation soumise aux aléas météorologiques tels que les excès de pluie, les froids intenses ou encore les tempêtes. Ces extrêmes climatiques avaient des conséquences directes (destructions d’édifices, rupture des communications) et indirectes (baisse des disponibilités alimentaires, apparition d’épidémies). Face à cette vulnérabilité les autorités mirent en place dès le Moyen âge des parades plus ou moins efficientes pour atténuer en amont et en aval les effets négatifs de ces aléas. Au XVIIIème le courant intellectuel et scientifique des Lumières se diffusa à la ville de Rouen. Par la promotion de théories sanitaires, urbanistiques, agricoles et commerciales modernes, les hommes des Lumières se proposaient d’améliorer la résilience urbaine sous toutes ces facettes. L’objet de cet article est de percevoir le degré de pénétration et d’application des Lumières dans la société rouennaise.

Between Clouds and Sunny Spells. Managing the Consequences of Extreme Weather Events in the 18th Century (Rouen)

The city of Rouen, one of the largest in the kingdom of France, had been subject to weather risks such as excessive rainfall, intense cold or storms since its foundation. These extreme climate episodes had direct consequences (destructions of buildings, breaking of communication networks) or indirect consequences (reduction in the food supply, disease outbreaks). Beginning in the Middle Ages, confronted with that vulnerability, the authorities used more or less efficient strategies to lessen the negative effects of those risks before and after they took place. In the 18th century, the intellectual and scientific movement of the Enlightenment reached Rouen. Through the promotion of modern hygiene, urban, agricultural and commercial measures, the men of the Enlightenment endeavoured to improve every aspect of urban resilience. The purpose of this article is to assess the degree to which Enlightenment ideas penetrated Rouen’s society and were applied there..

 

Colin Arnaud, “La rue est à nous. Le rôle des voisins dans l’entretien des chaussées à Bologne (xiiie-xviiie siècles)”

Souvent perçu comme une entrave au bon état des rues, le financement de la chaussée par les riverains dans les villes préindustrielles est ici examiné comme une gestion locale de biens communs, pour laquelle l’économiste Elinor Ostrom a énoncé les critères de bon fonctionnement. En effet, l’arrangement institutionnel de la gestion vicinale des chaussées à Bologne au xiiie siècle répond en grande partie à ces critères : les pouvoirs publics garantissent une reconnaissance juridique et un arbitrage en cas de conflits, mais aussi une autonomie décisionnelle au collectif concerné, qui élit ses propres représentants à plusieurs niveaux (collectif des propriétaires riverains concernés, institution de proximité au niveau de la paroisse). Si vers 1300 la Commune opère un contrôle plus poussé, ce contrôle devient plus lâche au cours du xive siècle – signe que la Commune a confiance en la gestion locale – mais se resserre au courant du xve siècle. Pendant l’Époque moderne, le cadre institutionnel de gestion locale est progressivement démonté par les pouvoirs publics, qui poussent pour une gestion centralisée.

“The Street is Ours. The Role of Neighbours in Roadway Maintenance in Bologna (13th – 18th Centuries)”

Often perceived as a hindrance to proper maintenance of the streets, the financing of street paving by neighbourhoods in pre-industrial cities is examined here as a form of local management of common goods, for which the economist Elinor Ostrom has set out the criteria for proper functioning. Indeed, the institutional arrangement of the management of the roads in Bologna in the 13th century largely meets these criteria: the public authorities guaranteed legal recognition and arbitration in case of conflicts, but also decision-making autonomy to the community concerned, which elected its own representatives at several levels (groups of neighbouring landowners, and local institutions at parish level). Although the Commune exercised greater control circa 1300, this control became looser during the 14th century – a sign that the Commune had confidence in local management – but was tightened during the 15th century. During the Early Modern era, the institutional framework of local management was gradually dismantled by the public authorities, who pushed for centralised management.

 

Marie Derouin, “La matérialité du voyage de souveraineté de Louis-Napoléon Bonaparte. L’étape de Tours du 15 octobre 1852”

En 1852, Louis-Napoléon Bonaparte s’arrête dans la ville de Tours dans le cadre de son voyage dans le Centre et le Midi de la France. Ces voyages en province sont l’occasion de fêtes brillantes, demandant en amont une préparation minutieuse de la part de tous les acteurs et la mise en place de dispositifs spécifiques. Il s’agit alors pour les édiles de repenser l’espace urbain et de transformer son univers sensoriel, qu’il soit visuel ou auditif. Il leur faut aussi doter la ville d’un matériel conforme aux cérémonies et faire la place aux objets liés aux plaisirs et à l’amusement. Enfin, les édiles ont la responsabilité d’assurer la sécurité de tous les participants en anticipant les possibles accidents ou les attentats. L’étude de ces dispositifs permet ainsi d’observer le voyage de souveraineté différemment et d’étudier comment les conditions concrètes de la fête nourrissent le politique.

“Materiality of Louis-Napoléon Bonaparte’s Sovereign Visit: The Stopover in Tours, 15 October 1852”

In 1852, Louis-Napoleon Bonaparte stopped in the city of Tours during his travels to central and southern France. These trips to the provinces were the occasion for brilliant celebrations, requiring meticulous preparation by all those involved, as well as the implementation of specific measures. City councillors had to rethink the urban space and transform its sensory universe, whether visual or auditory. They also had to equip the city with the appropriate amenities for the ceremonies and make room for facilities for fun and enjoyment. Finally, the city councillors bore the responsibility of ensuring the safety of all participants by anticipating possible accidents or attacks. The study of these arrangements allows us to observe the sovereign’s tour in a different way and to study how the tangible conditions of the festival fed into politics.

 

Cécile Armand, “Équiper sans encombrer : le mobilier publicitaire à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle2”

Exploitant des sources variées et inédites (archives municipales, journaux, croquis, photographies), cet article étudie les projets de mobilier urbain portés par les publicitaires à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle. Dans ce « port ouvert » politiquement fragmenté, marqué par une croissance urbaine exponentielle, l’intensification du trafic, la dépression économique et la guerre sino-japonaise, ces plans sont inégalement reçus par les autorités municipales. Outil d’embellissement, le mobilier d’agrément (kiosques) peine à s’imposer face aux problèmes de circulation. Le mobilier de signalisation (arrêts de transports, plans de ville) est autorisé à titre expérimental mais s’avère finalement impraticable. Le mobilier de contrôle (horloges électriques) pénètre dans la ville chinoise mais ne trouve pas sa place dans les concessions étrangères pour des raisons techniques et de sécurité. Au final, ces projets dessinent une ville imaginaire mais négociée entre promoteurs privés et pouvoirs publics. Inspirés de modèles européens, ils révèlent que les idées circulent même si bien des obstacles s’opposent à leur mise en œuvre dans le contexte « transcolonial » de la République de Chine.

“Furnishing the Streets: Obstructive Advertisements in Early 20th Century Shanghai “

This article draws on multiple, often untapped sources (such as municipal archives, newspapers, sketches and photographs) to examine advertisers’ projects for street furniture in early 20th century Shanghai. Their plans, however, barely met with municipal approval in this politically fragmented treaty-port, which was confronted with the dramatic growth of its population and traffic, war and economic depression. While traffic congestion definitely prevented advertising kiosks from being installed in the International Settlement, municipal authorities were more willing to experiment with equipment that contributed to traffic safety. Although electric clocks were introduced in the Chinese districts and the French Concession, they failed to make their way in the Settlement due to technical and traffic safety issues. Ultimately, these plans show what may have been just a city of dreams, but it was a city that was negotiated between advertisers and the administration. As they drew their inspiration from European metropolises, advertising professionals participated in the global circulation of ideas, even though many obstacles barred their implementation in the ‘transcolonial’ context of the Republic of China.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 23 septembre). Histoire urbaine n°64. “Faire diaspora en ville (XIIe-XIXe siècles). Histoire Urbaine. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4wm

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search