Compte-rendu: Anaïs Albert, La vie à crédit : la consommation des classes populaires à Paris (années 1880-1920)

Anaïs Albert, La vie à crédit : la consommation des classes populaires à Paris (années 1880-1920), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021

 

compte-rendu réalisé par Paul Lecat

L’avènement de la société de consommation est couramment associé à la période des Trente Glorieuses. Ce système a pourtant progressivement émergé depuis le XVIIIe siècle et à sa « révolution de la consommation ». Dans ce processus, la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle correspondent à un moment d’accélération important de l’accès à un certain nombre de biens par les classes populaires1.

L’ouvrage d’Anaïs Albert, tiré de sa thèse soutenue en 2014, propose une enquête sur ce phénomène de massification de l’accès à la consommation à Paris au tournant du XXe siècle. Mais plutôt qu’une nouvelle histoire culturelle de ce moment2, l’autrice privilégie une approche sociale de la question, une histoire par le bas pour interroger ce que la « consommation de masse fait à la classe » (p. 30). L’observatoire que représente la consommation s’avère ainsi particulièrement fécond pour approcher les classes populaires, permettant de traiter conjointement les questions du sentiment d’appartenance à la classe, le déplacement de la frontière entre inclusion et marginalisation qui traversent les classes populaires et leurs pratiques concrètes et matérielles des objets. Dans la continuité des travaux de E.P. Thompson, il s’agit pour cette étude de mettre en avant la rationalité propre aux acteurs populaires dans leurs actes de consommation, débarrassée des jugements moraux qui ont longtemps contraint l’analyse. À travers cette analyse fine des modes de consommation, l’autrice parvient ainsi à témoigner de la diversité des situations sociales dans le Paris populaire, de la complexité des parcours de vie et à montrer les distinctions sociales qui fragmentent les classes populaires. Ajoutons que le prisme de la consommation permet de placer au cœur de l’étude, les femmes dont le rôle est primordial dans la consommation du ménage, large pan du travail féminin invisible.

À l’issue de cette enquête, Anaïs Albert relève la coexistence de deux modèles de consommation au sein des classes populaires. Elle démontre effectivement l’émergence d’un accès massifié à un certain nombre de biens de consommation, en particulier pour ceux qui obtiennent le statut de salarié. Ce développement doit beaucoup à l’apparition de nouvelles formes de médiations (le crédit et la publicité). Mais en parallèle, Anaïs Albert souligne aussi que ce nouveau système cohabite avec un maintien des formes traditionnelles du rapport aux objets qui s’appuie sur le prolongement de la durée de vie des objets, leur circulation par le marché d’occasion, le maintien du prêt sur gage.

L’analyse se déploie en trois grandes parties. Les trois premiers chapitres reviennent sur les nouvelles formes de consommation des classes populaires. Les chapitres 1 et 2 s’appuient d’abord sur un important dépouillement de scellés après décès. Ces actes de juridiction relevant de la justice de Paix offrent une description de l’ensemble des biens de la personne décédée, mais surtout situent précisément ces objets dans les intérieurs, donnant à voir, dans une forme d’effet Pompéi, la situation figée d’un quotidien ordinaire. Plus de 16 000 objets ont été relevés, témoignant d’une diffusion de nombre de pratiques et d’objets jusqu’alors réservés à la bourgeoisie (meubles, décoration d’intérieurs, vêtements). Outre cette circulation verticale des goûts et des objets, des processus de distinction internes se déploient au sein même des classes populaires. Certains objets de décoration, une machine à coudre ou bien une bicyclette deviennent alors des marqueurs d’une aisance toute relative. Le surgissement de la guerre, accompagné des pénuries puis de l’inflation, vient souligner toute la nouveauté et la fragilité de ces nouvelles formes de consommation (Chapitre 3). Les archives policières mobilisées dans ce chapitre témoignent de la peur des pouvoirs publics de cette rupture. Pour y faire face, une politique de rationnement et d’un moratoire sur les loyers sont mises en place, afin de préserver un tant soit peu les acquis des décennies précédentes, mais surtout de préserver l’illusion d’une équité dans les privations de guerre. Plusieurs mobilisations professionnelles, telles que la grève des midinettes, replacent pourtant au cœur des revendications la question de l’accès à la consommation.

La seconde partie revient sur le développement des nouvelles médiations qui ont rendu possible la massification de la consommation. L’accès à ces biens passe d’abord par la solvabilisation par le crédit des classes populaires qui devient un élément essentiel de leur quotidien (Chapitre 5). Si ces dettes se cantonnaient auparavant à une relation de confiance entre le commerçant de proximité et le client, la Belle Époque voit l’émergence d’un nouvel ordre social du crédit avec la « démultiplication des scènes sur lesquelles se joue la dette » (p.195). Si le crédit permet l’assouvissement du désir de consommer, la demande est, elle, stimulée par un recours à la publicité largement mobilisé par les maisons de crédit (Chapitre 6). Inspirés par les pratiques des grands magasins, ces commerces adaptent leurs discours publicitaires à un public populaire, et vantent tout autant leurs produits que le principe même de crédit.

Enfin la troisième partie porte sur « la vie sociale de l’objet3 » qui ne s’arrête pas à cette première acquisition, mais entame ensuite un cycle de vie et de circulations fait d’usure, d’emprunts, de dons et de revente, pour finalement échoir au statut de déchet. Le chapitre 6 mobilise l’impressionnant fonds d’archives du Mont-de-Piété pour comprendre le rôle d’une institution en crise au tournant du siècle, où le prêt sur gage continue d’être le moteur d’une circulation active des objets des classes populaires. Enfin, le chapitre 7 revient, principalement à partir d’archives policières, sur des modalités de circulations alternatives comme le vol, le marché d’occasion, la saisie des biens et leurs ventes aux enchères.

L’ouvrage repose sur un impressionnant travail d’archives. Le fonds protéiforme de la justice de Paix – particulièrement complexe à manipuler – sert de socle, auquel s’ajoutent une multitude de fonds concernant l’histoire des commerces, de la publicité, du Mont de Piété, des archives policières ainsi qu’une foule d’enquêtes publiées. Ce dispositif permet à Anaïs Albert d’articuler une compréhension du phénomène de la consommation à l’échelle de Paris, tout en procédant à des carottages au niveau du quartier autorisant à suivre des cas, de mieux comprendre les pratiques, les usages mais aussi les solidarités/conflits de voisinage. Ce jeu d’échelles est l’un des points forts de ce remarquable ouvrage. Tout au plus pourra-t-on regretter l’absence de la banlieue, dans une période d’intense expansion urbaine, en particulier nourrie par la constitution d’innombrables lotissements populaires. Ces excentrés, souvent des familles des classes populaires, conservent-elles des modes de consommation parisiens, ou est-ce l’apanage de jeunes gens (souvent des femmes) installés dans le centre de Paris ?

À la croisée d’une histoire économique de la consommation et des objets, ainsi que d’une histoire sociale et urbaine des peuples de Paris, Anaïs Albert propose une plongée passionnante dans la vie quotidienne des Parisiens du tournant du XXe siècle, qui ouvrent de nombreuses nouvelles perspectives de recherche.

1 Marie-Emmanuelle Chessel, Histoire de la consommationLa Découverte, « Repères », 2012.

2 Rosalind Williams, Dream Worlds: Mass Consumption in Late Nineteenth-Century France, Berkeley, Los Angeles, London, University of California press, 1982.

3 Arjun Appadurai, The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 10 octobre). Compte-rendu: Anaïs Albert, La vie à crédit : la consommation des classes populaires à Paris (années 1880-1920). Histoire Urbaine. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4wn

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search