Compte-rendu: Boris Bove, Claude Gauvard (dir.), Notre-Dame. Une cathédrale dans la ville. Des origines à nos jours

Boris Bove, Claude Gauvard (sous la direction de), Notre-Dame. Une cathédrale dans la ville. Des origines à nos jours, Paris, Belin (Références), 2022, 486 p.

compte-rendu réalisé par Anne Massoni

Ce livre doit sa parution à l’incendie du 15 avril 2019 qui a considérablement ému l’opinion internationale. Mais le dernier événement marquant appartenant à l’histoire de Notre-Dame de Paris n’en est pas que le prétexte dans la mesure où quelques chapitres consacrés à la connaissance des différents bâtiments qui firent la cathédrale (Maxime L’Héritier, Étienne Hamon), prennent en compte les avancées de la recherche, paradoxalement permises par la destruction partielle de l’édifice. L’ouvrage bénéficie aussi du travail que mènent en commun sur Paris ses deux directeurs de publication, Boris Bove et Claude Gauvard, qui ont fait appel à treize autres historiens et historiens de l’art, spécialistes des époques médiévale, moderne et contemporaine, pour brosser le portrait d’une église résolument envisagée dans ses rapports avec la ville. Chacun des quatorze chapitres regroupés en trois parties chrono-thématiques (La genèse du bâtiment – Les fonctions de la cathédrale – Notre-Dame dans le siècle) emboîtent les échelles, de la cathédrale au cloître, de la Cité à la ville, mais aussi de Paris à la France tout entière.

L’approche transpériodique fait la valeur principale de la monographie, même si tous les chapitres n’enjambent pas la Renaissance, comme celui sur l’enseignement et la vie intellectuelle (Thierry Kouamé) qui, par ailleurs, livre ici des conclusions très neuves. Néanmoins, ceux qui articulent les connaissances sur le temps long, notamment sur le clergé de Notre-Dame (Catherine Vincent, Isabelle Brian) ou sur l’Hôtel-Dieu (Christine Jehanno), constituent des synthèses extrêmement utiles. Le dernier chapitre sur la place de Notre-Dame dans l’imaginaire contemporain révélée en partie par l’incendie de 2019 (Guillaume Cuchet) fait office de conclusion mais le livre n’aborde que très peu par ailleurs l’histoire de la cathédrale au XXe siècle et l’on regrette que, pour le XIXe siècle légitimement centré sur la restauration de la cathédrale confiée à Viollet-le-Duc (Ségolène Le Men), il n’y ait aucune synthèse sur le clergé de Notre-Dame après la reconstitution du chapitre par le Concordat de 1801, alors que les récents travaux de François Hou sur les chanoines entre Révolution et Monarchie de Juillet auraient pu être mobilisés.

Le choix de la maison d’édition Belin dicte probablement le ton pédagogique le plus souvent employé dans le livre, ce qui le rend accessible à un public d’étudiants, et le petit nombre des notes de bas de page qui renvoient aux sources essentielles dans un fonds à l’ampleur démesurée. Une bibliographie récapitulative par section donne une très bonne idée de l’état de l’art pour chaque thème et chaque période, et les cartes qui illustrent les propos renvoyant à une spatialisation, ceux sur les justices de Notre-Dame (Julie Claustre) ou les évolutions du quartier cathédral (Florence Bourillon), sont indispensables, de même que le riche dossier documentaire et iconographique qui témoigne à lui seul des connexions entre le microcosme du cloître et son environnement urbain, à toutes les époques, faisant de Notre-Dame l’église de l’évêque et du chapitre, mais aussi celle des Parisiens et des rois de France.

La construction des édifices doit autant à l’évêque (puis à l’archevêque), comme maître d’œuvre depuis au moins Maurice de Sully, qu’au chapitre et à sa fabrique qui en assument la très lourde charge financière grâce à l’ampleur de la seigneurie capitulaire. Mais ce sont aussi les habitants de Paris qui, à chaque époque, et bien que la cathédrale ne soit pas paroissiale et que l’Hôtel-Dieu l’emporte dans leurs suffrages post mortem, qui ont permis au bâtiment de durer, ne serait-ce que par l’implication des artisans et des travailleurs du quotidien.

Comme église de l’évêque, la cathédrale demeure un lieu d’enseignement, à destination du clergé du diocèse mais aussi, et c’est la part assumée par les chanoines depuis les origines et malgré la naissance de l’université de Paris, à destination des enfants de Paris et des jeunes gens venus de plus loin. L’occupation des lieux fait l’objet de la principale rivalité entre évêque et chapitre, au large profit du second qui investit aussi l’espace du cloître, petite cité grouillante d’activité, à la fois ouverte sur le monde et préservée de lui par le privilège de l’immunité. Car le clergé de Notre-Dame n’est pas que l’évêque et le chapitre, il compte à la fin du XVe siècle 150 chapelains qui desservent le chœur et les 35 chapelles et ont par ailleurs bien d’autres charges ecclésiastiques dans la ville et le diocèse. Grâce à eux, jamais Notre-Dame ne cesse avant 1790 d’être un haut lieu de célébration de la liturgie, dont les fastes et le savoir-faire servent très évidemment la monarchie à partir du XVIIe siècle, puis l’Empire et la République notamment par le chant du Te Deum et l’organisation de funérailles et de deuils nationaux. Si la cathédrale ne fut jamais un abri pour une religion civique à l’échelle de la capitale, encore en 2015, l’hommage aux victimes des attentats rappelle combien Notre-Dame reste le lieu de réconciliation de plusieurs France, malgré les déchirements entre l’Église et l’État qui ont marqué le XXe siècle. Rien d’étonnant quand on réalise, au fil des pages, que la cathédrale a toujours concentré les pouvoirs, et les plus éminents ; on l’a dit pour le partage des lieux entre évêque et chanoines, mais la Cité est divisée dès les XIIe et XIIIe siècles entre juridiction épiscopale et juridiction royale qui, dans la répression des délits du quotidien, coopèrent plutôt bien. Le roi s’y sent légitime, notamment à l’Époque moderne, pour décider des évolutions du bâtiment à travers ses architectes. Sans parler de l’impact majeur de l’État dans la restauration du second XIXe siècle, qui donne consciemment à la cathédrale les caractéristiques d’un gothique du XIIIe siècle, mais dans un environnement absolument bouleversé, à coups de destruction de maisons et d’aménagements d’artères, pour aboutir en 1909 au dégagement de l’édifice tel qu’on le connaît aujourd’hui, mais au risque d’en avoir fait un « lieu religieusement froid » (Guillaume Cuchet).

Pourtant – ou corrélativement – ne se dément pas l’engouement des touristes pour la cathédrale et ses deux tours de façade, particulièrement représentées et photographiées, où d’aucuns cherchent l’ombre du Quasimodo de Victor Hugo, régulièrement réinvesti par les industries de l’audio-visuel. Et, malgré les remaniements la cathédrale continue de structurer l’île de la Cité avec ses deux pôles de pouvoir déjà en place au XIe siècle : l’un, civil, progressivement réduit à l’exercice de la principale fonction régalienne, la justice, et l’autre, indéfectiblement lié – encore en 1870 avec la reconstruction du troisième Hôtel-Dieu contre l’avis de la plupart des médecins -, à l’exercice de la charité. Ce livre fait finalement prendre conscience que si la cathédrale revivra d’ici peu, elle restera un lieu de pouvoir, un temple pour la liturgie, une référence pour la culture, mais elle perdra une partie de son âme quand le projet de 2019 pour désaffecter l’Hôtel-Dieu arrivera à son terme.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search