Compte-rendu : Thibault Tellier, Humaniser le béton. Les origines de la politique de la ville en France (1969-1983)

Thibault Tellier, Humaniser le béton. Les origines de la politique de la ville en France (1969-1983), Paris, L’Harmattan, 2022, 449 p.

Compte-rendu réalisé par Gwenaëlle Le Goullon

Thibault Tellier, professeur d’histoire contemporaine à l’IEP de Rennes, publie une version remaniée du manuscrit inédit de son habilitation à diriger des recherches. Ce livre dense nous plonge dans les arcanes des prolégomènes de la politique de la ville en France, en nous livrant une analyse fine des acteurs et des logiques politiques à l’œuvre dans ces dispositifs d’action publique.

L’histoire de la politique de la ville a fait l’objet de nombreuses études, notamment de la part de l’auteur, qui a y consacré beaucoup de travaux. Pour les spécialistes de cette histoire, la politique de la ville commence soit en 1981 avec la mise en place de la procédure dite de « Développement Social des Quartiers » (DSQ), soit quelques années auparavant avec les opérations « Habitat et Vie Sociale » (HVS), qui avaient déjà pour objectifs d’améliorer le bâti et la vie sociale dans le logement social, surtout dans les grands ensembles. L’originalité du livre est d’élargir la recherche des origines de la politique de la ville au-delà de la procédure HVS, qui est déjà bien connue. Thibault Tellier propose de la replacer dans une séquence chronologique allant de la fin des années 1960 au début des années 1980, « la dernière phase réellement réformatrice connue en France » (p. 12), comprise entre la « Nouvelle société » formulée dans la foulée de mai 68 et le tournant de la rigueur en 1983. L’apport principal de ce livre vient dans cet accroissement de la profondeur historique de la politique de la ville, en la replaçant dans une histoire plus large, celle de la modification de l’action publique entre les années 1960 et les années 1980. Par ailleurs, le livre contribue à l’étude d’une période peu étudiée en histoire urbaine, période de « transition entre deux modèles de croissance urbaine », entre le « productivisme des années béton » et la gestion urbaine « propre à ville post-industrielle » (p. 15). Enfin, le livre apporte des éclairages nouveaux sur l’émergence de la politique de la ville par le croisement inédit d’archives multiples (archives ministérielles, présidentielles, locales, et syndicales, littérature grise) et surtout grâce à des sources nouvelles très éclairantes (archives privées de Robert Lion, directeur de la Construction au Ministère de l’Équipement puis directeur de l’Union des HLM, et 27 entretiens menés avec d’anciens acteurs historiques du logement social).

Thibault Tellier montre tout au long de son livre que la politique du logement social, dont la politique de la ville pourrait être appréhendée comme un des épisodes, oscille sans cesse entre contrainte de court-terme et volonté de créer une nouvelle société urbaine. C’était déjà le cas au moment de la construction des grands ensembles, et cette tension perdure au cours de la période qui précède la politique de la ville. Le livre s’inscrit dans cette perspective diachronique. La première partie est consacrée aux réflexions des divers acteurs concernés par « l’avenir du logement social (1969-1972) » (p. 34), partagés entre l’impératif de continuer à lutter contre une crise du logement qui persiste et qui évolue et la volonté d’œuvrer à une « réforme de la société du logement de type HLM » (p. 23), qui permettrait de faire du logement social un outil de promotion sociale et urbaine. La seconde partie du livre est centrée sur l’objet principal de la recherche de l’auteur, le dispositif HVS entre 1973 et 1977, étudié comme une politique publique « inédite » (p. 187) mais également comme un « moment » particulier (p. 14), favorable au développement des initiatives locales et de cadres d’action moins cloisonnés et même interministériels (p. 224). Le chapitre cinq détaille en particulier les premières opérations HVS conduites à titre expérimental : le quartier de Belfort à Lille, ZUP Kervénanec à Lorient-Ploemeur, le quartier du Grammont à Rouen et la cité du Frais-Vallon à Marseille. La dernière partie montre enfin le basculement « vers la politique de la ville » (p. 326) au tournant des décennies 1970 et 1980. L’objectif d’intégration politique par le logement social disparaît ; il s’agit désormais avant tout de « mettre un terme aux dérives » de certains quartiers.

Humaniser le béton est donc une tentative pour faire sortir l’histoire de la politique de la ville du seul champ de l’histoire administrative pour l’inclure dans l’histoire urbaine et dans l’histoire politique, comme le résume l’auteur à la page 233 : « L’objectif de l’étude n’est pas d’écrire une histoire administrative de la politique de la ville mais, au contraire, de la remettre en perspective vis-à-vis de l’évolution des politiques urbaines à la fin des Trente Glorieuses et de leurs applications locales » et, pourrait-on ajouter, vis-à-vis de l’évolution des politiques sociales. L’auteur replace en effet la politique de la ville dans l’histoire longue de la prise en charge de la question sociale. C’est pourquoi il retrace non seulement les évolutions des divers organismes en charge du logement social, comme le ministère de l’Équipement créé en 1969 ou l’Union des HLM, mais aussi les mutations de l’action publique et des quartiers d’habitat social. Une des questions persistantes au cours de la période (et bien au-delà) est celle de la vie sociale dans les nouveaux quartiers et, par ricochet, de la place des habitants dans la gestion matérielle et humaine de leur lieu de vie. L’animation sociale urbaine se voit d’emblée fixer des objectifs divergents en fonction des diverses catégories d’acteurs. Pour certains elle doit déboucher sur une participation limitée des habitants à la gestion du quartier, alors que pour d’autres elle doit quasiment les préparer à une forme d’autogestion (p. 107). De la même façon, si la ségrégation croissante dont souffrent les quartiers HLM, est bien considérée comme un problème majeur à régler pour y développer une vie sociale satisfaisante, personne ne s’accorde sur ses origines et sur les moyens d’y remédier (p. 138).

Ces divergences de vue ont fragilisé les expériences menées dans le cadre des opérations HVS. Néanmoins ces dernières ont surtout pâti de choix politiques et de difficultés conjoncturelles qui ont considérablement aggravé la situation des quartiers d’habitat social. La volonté d’orienter prioritairement les HLM vers les populations les plus modestes (p. 153) et la crise économique et sociale qui s’installe durablement dans le pays à partir du milieu des années 1970 ont engendré une paupérisation et une marginalisation sans précédent de ces quartiers. Face à ces défis qui les dépassent largement, « les hommes qui ont eu à piloter la procédure [HVS] après 1974 ont dû se résigner à prioriser la lutte contre les inégalités sociales sans toutefois disposer pour cela des leviers nécessaires » (p. 417). La politique de la ville, qui a succédé aux opérations HVS, ne s’inscrivait pas totalement dans leur continuité mais elle a souffert et souffre encore d’un mal identique : elle n’a pas les moyens de mettre un terme à l’exclusion sociale et politique dont souffrent ses habitants… car cette exclusion est pour une bonne part, générée par des mécanismes globaux sur lesquels les habitants et les acteurs de la politique de la ville n’ont qu’une influence très marginale. Le livre de Thibault Tellier participe à remettre en lumière cet enjeu primordial, « qui reste encore aujourd’hui un angle mort de la politique de la ville » et « qui peut expliquer en partie son incapacité structurelle à viser juste, à savoir que toute réforme urbaine ne peut avoir lieu que si on engage parallèlement une réforme des structures mêmes de la société à laquelle on s’adresse » (p. 136-37).



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 21 novembre). Compte-rendu : Thibault Tellier, Humaniser le béton. Les origines de la politique de la ville en France (1969-1983). Histoire Urbaine. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4x0

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search