Compte-rendu: E. Hennaut et U. Wieser Benedetti (dir.), Bruxelles Deux siècles et demi de parcs et jardins publics, 1775-2020

Eric Hennaut et Ursula Wieser Benedetti (sous la direction), Bruxelles Deux siècles et demi de parcs et jardins publics, 1775-2020, C 1.II.III.IV. A, Publication du CIVA réalisée dans le cadre de l’exposition Designed Landscapes 1775-2020, présentée du 16.11 2018 au 31.3.2019, 2019, 248 p.

Compte-rendu réalisé par Jean-Luc Pinol

Accompagnant une exposition mais ayant sa propre autonomie, cet ouvrage collectif, richement illustré, invite à la déambulation dans les espaces verts de Bruxelles. Conçu par Ursula Wieser Benedetti – la paysagiste a soutenu la même année sa thèse sur les jardins d’agrément de Kyoto – et de Éric Hennaut, professeur à la faculté d’architecture de l’Université Libre de Bruxelles, l’ouvrage est constitué de 23 chapitres, relativement brefs, souvent rédigés par Éric Hennaut, lui-même. L’ouvrage débute par une brève mais vigoureuse préface de Michael Jakob qui enseigne la théorie et l’histoire du paysage à Genève et Milan. Évoquant le bombardement de Bruxelles en 1695 par les troupes de Louis xiv, Michael Jakob tranche : « Cette bataille sonna le glas de l’ère des fortifications, ouvrant le chemin de la déconstruction des systèmes de défense. Le Bollwerk devint ainsi le boulevard et la masse architecturale fit place désormais aux espaces verts ». Les spécialistes des fortifications pourraient nuancer le propos – rappelons que, même si c’est une exception, Paris édifie sa dernière enceinte dans les années 1840 – mais on acceptera son point de vue lorsqu’il affirme « lire l’histoire des jardins et des parcs de Bruxelles, revient à s’approprier l’histoire de l’Europe tout court » (p. 13)

Un premier chapitre est consacré à l’évolution des jardins et des espaces végétalisés du Moyen Âge à la fin du xviiie siècle, soulignant l’émergence, au-delà de la première enceinte, de potagers, jardins maraîchers, vergers, prairies, jardins aristocratiques ou monastiques. Avec le xviie, comme dans de nombreuses villes européennes, « la promenade, comme déambulation d’agrément, de distinction et de santé devient une activité prisée par la bonne société » (p.49). Au xviiie siècle, les jardins d’abbayes ou le parc ducal, partiellement ouvert au public, permettaient la promenade mais il faut attendre le dernier quart du siècle pour qu’un espace soit spécifiquement conçu pour la promenade et la contemplation paysagère… en 1775, lorsque débute la construction du parc de Bruxelles. Ce parc, dans la logique des Lumières, doit associer « les notions d’utilité publique, de douceur de gouvernement, d’hygiène, de nature et de sociabilité » (p. 52). Un grand bassin sert de point de départ au parc de treize hectares dont les aménagements s’étendent de 1775 à 1784 et qui est articulé sur le quartier environnant, inaugurant dans l’espace public, « un dialogue élaboré entre végétal, voirie et bâti » (p. 55). Seuls les piétons sont admis dans le parc comme le précise les ordonnances de 1780 et de 1790. Une très belle reproduction de cette dernière permet de lire les différents articles. À noter aussi la très belle reproduction pleine page (p. 58) du plan de Bruxelles en 1844 avec les premiers aménagement paysagers (parc de Bruxelles, boulevards de ceinture, jardin botanique). Ce plan montre les 8 km de boulevards arborés (ormes et tilleuls) édifiés en deux décennies : cette ceinture verte eut un « puissant impact visuel et symbolique ». La genèse de la « ville paysagère », témoigne de l’ampleur des transformations et souligne le rôle des institutions et des hommes en charge des réalisations. Les mettre en œuvre impose de prendre en compte les contraintes topographiques – le rôle et la carrière (1858-1904) de l’inspecteur voyer Victor Besme, soutenu par le roi Léopold II sont particulièrement bien documentés – et d’analyser les différents modèles inspirant les réalisations. Si les principes du service des Promenades et Plantations de Paris (Adolphe Alphand) ne sont pas retenus pour les aménagements du bois de la Cambre – « l’attrait pour les modèles parisiens n’a finalement pas fait le poids par rapport aux valeurs identitaires du site, dans lesquelles s’ancrait la mémoire collective de la ville » (p. 99) – ils le sont davantage pour le parc public de Laeken ou pour celui de Forest.

L’aventure des cités jardins de 1919 à 1940 est traité de manière plus rapide mais pertinente. Avant l’organisation, à Bruxelles en 1930, du 3e congrès international d’architecture moderne (CIAM) qui institue l’immeuble collectif en hauteur comme seule solution à la nécessité des logements sociaux, l’architecte paysagiste Louis Van der Swaelmen réalise plusieurs cités dont les aménagements très raffinés respectent une stricte hiérarchie des circulations bannissant au maximum les voies de transit et favorisant les cheminements internes entre les jardins et les usages exclusivement locaux. Ces principes sont à l’oeuvre dans les cités Le Logis et Floréal à Watermael-Boitsfort ou dans celle du Kaplleveld à Woluwe-Saint-Lambert.

Comme dans de nombreux ouvrages sur les espaces verts, les cimetières sont pris en compte. D’abord rejetés en dehors de l’enceinte en application d’un décret de l’empereur Joseph II en 1784, les cimetières vont ensuite devenir de vastes parcs inspirés par le Père Lachaise à Paris ; tel est le cas du cimetière, d’une trentaine d’hectares, bâti, en 1877, à Evere, à l’est de la région Bruxelles-Capitale. Comme pour d’autres chapitres assez brefs, la richesse de l’ouvrage tient aussi à la qualité des illustrations : ainsi celle du cimetière du Dieweg à Uccle, bâti en 1867, désaffecté en 1958 et classé en 1997, principal cimetière juif ashkénaze de Belgique, a un statut ambigu entre lieu de promenades à dimension patrimoniale ou naturaliste – tant l’invasion par la végétation a favorisé la biodiversité – et lieu de recueillement pour les familles qui y possèdent une sépulture (p. 185).

L’ouvrage se termine par une approche cartographique d’une dizaine de pages fournissant la carte de la région de Bruxelles-Capitale (1/50 000) et un déroulé chronologique, au 1/10 000, de 1775 à 2018-2020, de 33 parcs et jardins, du Parc de Bruxelles (1775) de la cité-jardin du Kapelleveld (1923) ou du parc Gaucheret à Schaerbeek (1998). On regrettera que seule la moitié des espaces figurant sur la carte soit reprise dans le déroulé chronologique mais tel que, l’ensemble permet de distinguer phases d’expansion et de moindre dynamisme.

Les historiens de la société pourraient regretter que la logique de l’ouvrage privilégie l’étude des architectes et des aménageurs ainsi que la présentation de leurs intentions et projets mais n’accorde qu’une faible place à la manière dont les populations ont perçu et utilisé les espaces verts. On se souvient qu’à Londres, le parc Victoria construit dans l’East End a vu ses lacs destinés au canotage servir pour les ablutions des ouvriers et de leur famille, gâchant ainsi les effets visuels prévus par le concepteur… Mais un tel procès serait injuste car tel n’était pas le projet de l’exposition et du livre.

La bibliographie est très centrée sur Bruxelles et l’on peut regretter, puisque comme le soulignait Michael Jakob il s’agit bien de l’histoire de l’Europe, que des ouvrages importants soient omis. Ainsi le très riche ouvrage de Monique Mosser et Georges Teyssot Histoire des jardins de la Renaissance à nos jours, certes paru dans les années 1990, n’est pas mentionné mais il en va de même pour des ouvrages beaucoup plus récents, publiés sous la direction de Peter Clark (et Marjaana Niemi pour le second), The European City and Green Space, London, Stockholm, Helsinki and St Petersburg, 1850-2000, et Green Landscapes in the European City, 1750 -2010. Cela aurait certainement permis des mises en perspectives éclairantes…

Quoi qu’il en soit, ce Bruxelles Deux siècles et demi de parcs et jardins publics, 1775-2020 est un ouvrage dont les qualités sont évidentes. Dans le cadre qui est le sien, les descriptions et analyses sont pertinentes et il faut souligner la grande qualité des documents reproduits, partie intégrante des interprétations de l’ouvrage.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 21 novembre). Compte-rendu: E. Hennaut et U. Wieser Benedetti (dir.), Bruxelles Deux siècles et demi de parcs et jardins publics, 1775-2020. Histoire Urbaine. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4x1

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search