Compte-rendu: Hilary J. Bernstein, Historical Communities. Cities, Erudition, and National Identity in Early Modern France

Hilary J. Bernstein, Historical Communities. Cities, Erudition, and National Identity in Early Modern France, Leiden-Boston, Brill, 2021

Compte-rendu réalisé par Nicolas Schapira

Hilary Bernstein s’intéresse dans cet ouvrage à un vaste ensemble d’écrits longtemps délaissé par la recherche : les dizaines d’histoires de ville, imprimées ou restées manuscrites, rédigées dans le royaume de France entre le milieu du xvie siècle et la fin du xviie. Ce corpus n’a commencé à susciter l’intérêt que depuis relativement peu de temps, et n’est toujours pas pris en compte dans les réflexions sur l’évolution générale de la science historique durant les Temps Modernes. La véritable somme que représente Historical Communities devrait permettre d’asseoir définitivement l’importance de l’œuvre de ces auteurs, dont Hilary Bernstein montre qu’ils ont contribué de manière décisive à l’histoire telle qu’elle s’est écrite dans cette période. Leurs écrits, en effet, étaient doublement enracinés : d’une part, ils étaient très liés aux besoins des élites locales, d’autre part ils s’inscrivaient dans des échanges nourris entre savants, notamment avec les historiens travaillant dans la proximité du pouvoir monarchique. L’ouvrage apporte donc une contribution à la compréhension des dynamiques de la société urbaine française d’Ancien Régime, en même temps que des modalités et enjeux de l’écriture de l’histoire du royaume pour cette période.

Le livre est fondé sur un grand nombre d’études de cas. Chaque chapitre associe deux ou trois d’entre elles dans le cadre d’une réflexion thématique. Ce choix méthodologique permet de rendre compte des contextes locaux variés dans lesquels s’inscrivait chacune de ces Histoires, tout en conférant une dimension chorale à la démonstration. Hilary Bernstein a pris soin de varier les points de vue : deux chapitres sont ainsi consacrés à des entreprises d’histoire générale, celle de François de Belleforest et celle d’André Duchesne, dans leur rapport avec les Histoires de ville. Historical Communities fait se lever devant nous tout un peuple d’historiens, de Poitiers (dont la société locale dans ses rapports avec la Couronne au xvie siècle avait fait l’objet d’un premier livre remarquable de l’auteur), à Châlons-sur-Saône en passant par Bourges, Orléans et Reims, de Clermont-Ferrand à Bordeaux en passant par Angoulême et Autun, et encore quelques autres. On aurait presque envie de parler d’histoire de l’histoire « vue d’en bas », tant le livre fourmille de la présence d’auteurs variés, saisis dans la vivacité de leurs engagements, n’était que les rédacteurs de ces histoires de ville appartenaient au monde des notables : ce sont avant tout des robins et des membres bien assis du clergé, c’est-à-dire la composante des élites urbaines la plus tournée vers un usage savant de l’écrit.

L’une des thèses fortes du livre est que ce travail historien est l’expression d’un besoin collectif des notables urbains. Ces Histoires permettent de situer les élites provinciales dans l’histoire du royaume : elles formulent une intégration heureuse à une monarchie plus présente ; celle-ci étant aussi plus exigeante, l’illustration des villes, par la mise en évidence de leurs origines antiques notamment, sert en outre à défendre les privilèges urbains. Elles s’inscrivent également dans les rivalités et les conflits qui existent entre des villes – un chapitre est ainsi consacré à la rivalité entre Clermont-Ferrand et Riom – ou au sein des organismes urbains, divisés en corps parfois violemment rivaux, comme l’illustre entre autres le chapitre relatif à Reims où l’archevêché et la municipalité promeuvent des versions irréconciliables du passé de la ville. De plus, elles naissent d’un terreau de pratiques documentaires et scripturaires qui impliquent ce monde des notables. Loin d’être des entreprises solitaires, ces Histoires n’ont pu être écrites que grâce à des collaborations nombreuses. Les auteurs mettent eux-mêmes en scène leur quête d’informations et les concours dont ils ont bénéficié de la part de membres de leur communauté également engagés dans des recherches érudites. Au reste, d’autres pratiques d’écriture cohabitent avec les histoires de ville et les nourrissent : livres de raison, mémoires, recherches personnelles plus ou moins abouties, mais aussi livres de privilèges émanant parfois directement des autorités municipales, ou encore histoires d’abbayes ou de cathédrales. La circulation de ces matériaux en ville et leur transmission de génération en génération, même s’il y a eu aussi beaucoup de pertes, est un autre signe de l’intérêt prolongé des élites pour ces entreprises historiennes. La fabrication des livres repose ainsi sur des relations sociales qui s’en trouvent en retour stimulées.

Ces Histoires, cependant, ne sont pas que des produits locaux. Leur réalisation est aiguillonnée tout au long de la période par les historiens gravitant dans l’entourage du pouvoir politique, à la recherche de gisements documentaires et de connaissances pour lesquels le truchement des savants locaux était indispensable. Hilary Bernstein montre ainsi comment la partie concernant la France de la Cosmographie universelle (1575) de François de Belleforest a été rédigée à partir de demandes de renseignements envoyées dans les villes par une lettre circulaire, et comment dans un certain nombre de cités le travail réalisé pour fournir des informations à Belleforest a ensuite débouché sur l’écriture de l’histoire de la ville. Cette collaboration est rendue aisée par un accord fondamental, d’ordre politique et intellectuel. Il repose sur l’idée qu’une bonne compréhension de ce qu’est le royaume de France dans sa grandeur implique de bien connaître les multiples localités, au sens fort, dont il est composé. L’accord repose aussi sur le partage des méthodes : à cet égard, en observant de près le travail d’historiens tout à fait capables de mener une critique serrée de leur documentation, Hilary Bernstein tend à relativiser le prétendu archaïsme de cette histoire produite avant la modernité traditionnellement reconnue aux travaux des Mauristes, et qui fait flèche de tout bois pour des démonstrations prises dans des enjeux politiques au sens large. L’autrice décrit notamment la contribution des historiens locaux à la vogue du passé gaulois au xvie siècle. Car les Gaulois, divisés en de multiples tribus dont les Anciens avaient décrit les coutumes spécifiques, étaient très utiles pour fonder des identités locales et ont été en conséquence très mobilisés par les historiens des villes, qui ne pouvaient pas toujours revendiquer un passé romain.

Si la thèse d’un intérêt collectif pour l’histoire au sein des microsociétés urbaines du royaume emporte l’adhésion, elle conduit Hilary Bernstein à relativement peu s’intéresser à la dimension individuelle de ces écritures historiennes, c’est-à-dire aux trajectoires de ses auteurs, à ce que leur parcours social et professionnel devait, le cas échéant, à cette activité érudite. Autrement dit, l’analyse fait peu de place aux possibilités d’action individuelles par la réalisation des travaux étudiés. C’est peut-être aussi la raison pour laquelle le cadre conceptuel dominant dans cet ouvrage pour saisir les rapports entre historiens demeure celui de la république des lettres, qui tend à offrir une vision dépolitisée de l’activité savante. Certes, les conflits sont bien présents dès qu’il est question d’analyser les histoires de ville dans leur rapport avec la société locale. Mais les voyages des textes, des informations et des historiens au-delà des murailles de leur cité, les rapports entre érudits locaux et savants parisiens, auraient aussi mérité peut-être des analyses d’ordre sociopolitique.

Ce regret n’enlève rien au grand intérêt d’un ouvrage qui propose une plongée tout à fait inédite dans la fabrique des récits d’histoire dans la France des années1550-1660, et renouvelle grandement notre vision de celle-ci.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search