Compte-tenu: Marc Boone, City and State in the Medieval Low Countries. Collected studies by Marc Boone

Marc Boone, City and State in the Medieval Low Countries. Collected studies by Marc Boone, Turnhout, Brepols, 2021, 264 p.

 

Compte-rendu réalisé  par Olivier Richard

 

Ce volume est un recueil de dix articles de Marc Boone, rassemblés en hommage au grand historien belge de la ville par ses élèves. La majorité ont été publiés à l’origine en néerlandais et français et sont ici traduits en anglais pour leur assurer une meilleure diffusion. La matière est organisée en trois parties, « Finance et fiscalité », « Modernité, espace et conflit », « Vie privée et sexualité ». En guise d’introduction, des collègues belges ou d’autres horizons rivalisent de compliments et bonnes anecdotes, puis la bibliographie complète de M. Boone est présentée.

La première partie s’ouvre sur « Triumphant Private Initiative versus Hesitant Government Action ? On Indirect Tax Farming in Late Medieval Cities ». Les villes des anciens Pays-Bas tiraient les trois quarts de leurs revenus des impôts indirects, par définition injustes socialement. Aussi comment se fait-il que lorsque les métiers entrèrent dans les échevinages, ils n’essayèrent pas de changer ce régime fiscal ? Les accises étaient souvent affermées, et on a longtemps dit que cela rapportait plus à la ville que lorsqu’elle les percevait elle-même. En fait, une étude prosopographique sur le cas gantois du premier xve siècle permet de voir que moins que l’efficacité fiscale ou même l’enrichissement personnel des fermiers, c’est l’intégration de l’élite des trois membres – bourgeoisie, petits métiers et drapiers – dans le système civique que ce mode de perception promouvait, empêchant mécontentement fiscal et volonté de changer le régime fiscal. L’analyse, à nouveau par la prosopographie, des pots-de-vin et dons de la ville de Gand, dans « Gifts and Bribes, Aspects of Urban Sociability in the Late Middle Ages. The Case of Ghent during the Burgundian Period », révèle que les officiers ducaux n’en recevaient pas autant que l’élite des trois membres ; ces dons servaient donc d’abord à maintenir la cohésion et la loyauté de tous les groupes sociaux dans la ville, avec succès, puisque les autorités gantoises n’eurent à affronter que deux émeutes pendant la période bourguignonne. Chaque avancée de l’État en Flandre se concrétisait par une augmentation des prélèvements sur les villes, explique « Fiscal and Financial strategies of the Urban Elites and the Nascent Burgundian State in the Ancient County of Flanders ». En poussant les villes à financer l’augmentation des impôts par la vente de rentes – comme l’énorme amende demandée à Gand après Gavere en 1453 –, les ducs de Bourgogne surent faire des élites urbaines qui les achetaient des « actionnaires de la construction étatique ». Puis « In Defence of a Medieval Banker. Tommaso Portinari and the Burgundian State » reprend à nouveaux frais l’histoire de ce grand banquier brugeois d’origine florentine, au service des Médicis, souvent tenu pour responsable de leur déconfiture finale à Bruges. En exploitant la comptabilité centrale des ducs de Bourgogne, toujours négligée jusque-là, Marc Boone conclut que Portinari, loin d’être un irresponsable mégalomane, s’engagea certes dans des opérations vastes et risquées, mais qu’il pâtit surtout du fait que Charles le Téméraire mourut brutalement.

La deuxième partie du recueil s’intéresse particulièrement aux révoltes dans les anciens Pays-Bas bourguignons ; « Rulers, Patricians and Burghers », écrit avec M. Praak, distingue deux « traditions » des révoltes en montrant sur le temps long (xiiie-xviiie s.) que la lutte des élites urbaines contre les visées centralisatrices des princes (la « grande tradition » des révoltes) se nourrissait de l’implication de larges pans de la population dans ces soulèvements. En retour, ces derniers, notamment les métiers, réclamaient une plus grande participation politique et étaient prêts à se révolter contre les patriciens au pouvoir (« petite tradition », c’est-à-dire révoltes intra-urbaines). Reprenant la thèse de Richard Vaughan selon qui le plus grand ennemi de Charles le Téméraire n’était pas Louis xi, mais les villes, « Destroying and Reconstructing the City. The Inculcation and Arrogation of Princely Power in the Burgundian-Habsburg Netherlands (Fourteenth-Sixteenth Centuries) » analyse les progrès du pouvoir des ducs de Bourgogne puis des Habsbourg sous le prisme du traitement réservé aux cités rebelles : la révolte est un crime de lèse-majesté pour les Bourguignons reprenant l’ambition de plenitudo potestatis du roi de France. Les rituels de domination spatiale sont nombreux (fermeture de la porte de la Bouverie à Bruges en 1438, transfert du Perron de Liège en 1468), de même que les reconstructions symboliques, où le prince se présente comme bon père. Cette idée que l’espace urbain était un « champ de bataille entre particularisme urbain et absolutisme princier » (p. 216) se retrouve dans « Urban Space and Political Conflict in Late Medieval Flanders », qui expose comment les relations entre les différents groupes sociaux ou politiques, ainsi que la culture politique des régimes civiques, construisaient l’espace urbain, de l’érection d’hôtels de ville ou de halles aux marchandises ou de la modification du cours de rivières par les autorités à Gand, Lille ou Ypres, à la destruction des maisons de criminels ou aux processions. Cet article est précédé d’une formidable fresque historiographique, « Cities in Late Medieval Europe. The Promise and Curse of Modernity », qui part de Pirenne, marqué par sa formation à la fois en France et en Allemagne, présente l’abandon des paradigmes allemands mais aussi l’atmosphère anti-urbaine, car hostile à la modernité, après la Première Guerre mondiale, puis l’essor de l’historiographie allemande sur la ville médiévale après la Seconde Guerre mondiale, concomitante du « tournant urbain » de la deuxième génération des Annales et de l’école de sociologie urbaine de Chicago, et conclut sur l’historiographie du xxie s. et son intérêt particulier pour les tensions entre individualisme et sens de la communauté.

La dernière partie met l’accent sur d’autres facettes des recherches de Marc Boone. « The Discreet Charms of the Bourgeoisie in Ghent around the Mid-Fifteenth Century. Simon Borluut’s Financial Account Book (1450-63) » présente le livre de dépenses de ce rejeton d’une vieille famille patricienne gantoise, notamment les frais qui lui servent à tenir son rang ; en revanche, Borluut n’évoque presque pas l’énorme conflit de sa ville avec Philippe le Bon (1447-1453). Enfin « State Power and Illicit Sexuality. The persecution of Sodomy in Late Medieval Bruges » traite de la persécution des comportements sexuels considérés alors comme déviants – c’était très nouveau lorsqu’il fut publié en 1996. Le nombre assez considérable d’exécutions est lié aux efforts de construction étatique, le prince (ou ses grands officiers) voulant afficher son autorité et son rôle de garant de l’ordre divin.

Contrairement à ce que disent malicieusement les éditeurs dans leur avant-propos, ce livre n’est pas le pendant en anglais d’À la recherche d’une modernité civique (2010) : ouvrant par nature plus directement sur la recherche, il est également plus centré sur les rapports entre villes et construction étatique. À partir d’une cité, Gand, et d’une méthode, la prosopographie, Marc Boone éclaire de nombreux aspects qui révèlent comment un État princier se substitue aux autorités intermédiaires que sont la noblesse et, surtout, les élites urbaines, et fait apparaître des césures fortes : l’irruption des métiers dans la société politique avec leur participation aux échevinages au début du xive siècle, l’arrivée des ducs de Bourgogne accélérant la fin de la « guerre de Gand » en 1384-85, les années 1430, étape décisive de la consolidation du pouvoir bourguignon, avant les décennies consécutives à la mort du Téméraire. Enfin, l’articulation entre aspects économiques et projet proprement politique dans l’analyse de la construction de l’État bourguignon en Flandre constitue un des points les plus intéressants du volume.

 

 

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 2 décembre). Compte-tenu: Marc Boone, City and State in the Medieval Low Countries. Collected studies by Marc Boone. Histoire Urbaine. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4x5

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search