Compte-rendu: Ezéchiel Jean-Courret, Sandrine Lavaud, Sylvain Schoonbaert (dir.), Mettre la ville atlas (2021)

Ezéchiel Jean-Courret, Sandrine Lavaud, Sylvain Schoonbaert (sous la direction), Mettre la ville atlas, des productions humanistes aux humanités digitales, Pessac, Un@ éditions, 2021, 190 p.

(L’ouvrage peut être consulté gratuitement en ligne https://una-editions.fr/mettre-la-ville-en-atlas/)

 

Compte-rendu Jean-Luc Pinol

 

L’ouvrage reprend certaines des communications faites lors du congrès de la SFHU à l’université de Bordeaux en janvier 2020 autour de ce thème. Il s’interroge, d’une part, sur la manière dont les atlas ont permis, depuis la Renaissance, de penser la ville dans des logiques politiques et militaires et, d’autre part, sur les pratiques de l’histoire des villes qui, aujourd’hui, débouchent sur la production d’atlas. Dans son avant-propos, Denis Menjot, président de la SFHU, rappelle que, dans l’université de Bordeaux, la géohistoire fut précoce sous l’impulsion de Charles Higounet et de ses travaux, et c’est là aussi que débuta l’Atlas historique des villes de France sous l’impulsion de la Commission Internationale pour l’Histoire des Villes. Aujourd’hui, le catalogue de la BnF répertorie plus de 60 notices pour les publications de cet Atlas historique…

Francesca Bocchi et de Rosa Smurra, reviennent sur l’histoire de cette Commission Internationale et sur les étapes de la mise en œuvre des atlas historiques des villes. Les deux historiennes de l’université de Bologne soulignent la place éminente du « manifeste de Ventotene », rédigé en 1941 dans cette genèse, qui aboutit en 1965 à la création de la « Commission Internationale pour l’histoire des Villes ». Cette Commission « a pour objet d’établir des contacts et de faciliter la coordination des recherches entre les spécialistes de toutes les branches de l’histoire des villes » (p. 124). Elle entreprend sa réflexion sur les atlas historiques des villes. Le choix d’un fascicule par ville est alors retenu avec des planches au 1/5 000 ou au 1/10 000. En France, les premiers fascicules sont publiés à partir de 1982 par le pôle bordelais, autour de Jean-Bernard Marquette. Les atlas sont désormais aussi accessibles en version numérique, ce qui facilite les comparaisons entre cités du fait de la mise à l’échelle des cartes.

Cette position n’est cependant pas partagée par toutes les communications. Ainsi dans celle consacrée aux Atlas topographiques des villes de Gaule méridionale, où chaque ville est représentée au 1/1 000 – la communication montre le plan de découpage de la ville de Nîmes ainsi que le détail d’une planche – Marc Heijmans souligne vigoureusement : « Un atlas n’est pas une base de données, un atlas n’est pas un SIG ou un simple document de gestion du sous-sol, mais il est avant tout un document de recherche et d’analyse de morphologie urbaine […] une édition ‘‘ papier’’ pour l’ensemble (introduction, notices et synthèses) est indispensable » (p. 145).

Mais telle n’est pas la position que soutiennent Anne Pariente et Philippe Lamy à propos des expériences lyonnaises regroupées dans un projet collectif qui regroupent services municipaux et laboratoires de recherche autour de recherches archéologiques et patrimoniales. La communication illustre bien les possibilités qu’offrent les SIG dans le cadre du Service Archéologique de la Ville de Lyon (SAVL). Modèle conceptuel de la base de données et schéma du système d’information explicitent parfaitement une démarche dont la richesse est illustrée par la superposition de 500 cartes anciennes géoréférencées. Les fiches constituées sur certains immeubles soulignent l’apport pour la recherche d’une telle démarche où l’on retrouve certains éléments mis en œuvre à Toulouse par le projet urban-hist.toulouse.fr. De nombreuses cartes de grande qualité permettent de suivre l’évolution du paysage urbain historique sur deux millénaires et des cartes thématiques à la fois sur la zone classée par l’UNESCO, mais également sur ses marges.

En se fondant sur des études de cas très concrètes – le lotissement médiéval des Halles à Paris et le lotissement lyonnais de la rive gauche du Rhône depuis la fin du xviiie siècle – Hélène Noizet montre comment les SIG permettent la production d’un nouveau type d’atlas. « Les cartes ainsi produites ne visent pas à situer topographiquement des objets préétablis à leur mise en carte, ni à illustrer une démonstration construite indépendamment d’elles, mais elles fondent véritablement le discours historien. » Et de souligner que « l’objet atlas acquiert, grâce au SIG, un sens nouveau que l’on peut qualifier d’heuristique dans la mesure où il conditionne l’émergence de nouvelles hypothèses » (p. 189).

Si la seconde partie de l’ouvrage part, donc, du politique pour cheminer vers les nouvelles opportunités offertes par les mutations liées à l’introduction des SIG dans la démarche historienne, la première partie se focalise sur les manières de penser la ville dans le cadre des logiques politiques et militaires. Eric Grosjean et Romain Landréa analysent les chroniques de Nuremberg de Hartmann Schedel. Dans cette chronique de la fin du xve siècle, production cosmographique commandité par les marchands de Nuremberg, texte et gravures sont associés. L’analyse porte précisément sur les modes d’associations entre texte et images. Les « vues » des différentes villes de la chronique peuvent être réalistes ou imaginaires lorsque la cité est illustrée de manière générique – ainsi Marseille et Metz sont représentées par une même gravure de type oriental… L’espace germanique et le nord de l’Italie rassemblent à la plupart des villes de la Chronique. Elles sont le plus souvent représentées par des gravures uniques et réalistes alors que le pourtour de l’espace pris en compte – dont Nuremberg occupe la position centrale – sont le plus souvent illustrées par des gravures génériques. Telle quelle, cette Chronique de Nuremberg eut une influence importante sur les cosmographies du xvie siècle.

À partir de 17 atlas militaires manuscrits réalisés dans le dernier tiers du xviiie siècle et conservés au Service historique de la Défense à Vincennes, Isabelle Warmoes et Émilie d’Orgeix analysent l’invention d’un outil de gestion des bâtiments militaires puisqu’ils sont des « outils de quantification » qui précisent la capacité de stockage des magasins, le nombre de lits dont disposent les casernes ou les hôpitaux. Cette série de recueils monographiques marque aussi une rupture dans la représentation de la ville forte par les ingénieurs militaires : en effet, les réformes dans l’administration des fortifications et la création de l’école du Génie de Mézières (1748) donnent aux ingénieurs « des outils partagés de représentation et de modélisation indispensables à leur travail collectif. La « forme-atlas » rend compte de ces mutations » (p.76).

C’est encore de villes fortifiées qu’il s’agit avec l’atlas des Forces de l’Europe dont Nicolas de Fer entame la publication en 1690 et dont les diverses livraisons se poursuivront après son décès en 1720. Geoffrey Phelippot analyse les productions de cet « entrepreneur de la carte » et de ses successeurs. Il souligne combien l’œuvre est collective – le rôle des graveurs est trop souvent négligé – et comment, sur le marché concurrentiel de la carte, Nicolas de Fer s’applique à forger sa légitimité – géographe du Dauphin en 1689, géographe du roi d’Espagne en 1702 – et à obtenir des mentions dans la presse.

Nice possède 90 représentations de la ville du début du xvie au xixe siècle. En les étudiant, Philippe Jansen, souligne que la ville, à la différence de beaucoup d’autres, n’a pas bénéficié de représentations de type cadastral permettant de produire un atlas des biens, car à Nice, la fiscalité n’est pas liée aux possessions foncières mais à des taxes sur la consommation. Seuls deux procédés figuratifs ont donc été utilisés : des vues à vol d’oiseau et des plans-reliefs en perspective. Les plus anciennes représentations renvoient à l’un des faits d’armes les plus connus de l’histoire de la ville : le siège de 1543, par la flotte turque. L’auteur souligne les logiques des vues perspectives et des plans géométraux, plus précis mais aussi plus abstraits, le plus souvent dressés par des ingénieurs militaires. Il note qu’un autre type de représentation, celui du profil ou de la silhouette, perçue à hauteur d’homme, est plus susceptible d’exalter la grandeur de la cité, comme dans le cas des villes marchandes du nord de l’Europe. Une nouvelle fois est ainsi soulignée la relation entre le choix de la représentation cartographique et les intentions du pouvoir politique – ou militaire – à l’origine du projet.

Ces actes de ces journées d’études de la SFHU consacrées à la mise en Atlas de la Ville montrent bien les tensions qui traversent le monde des historiennes et des historiens sur la place de l’espace dans leur réflexion. La géohistoire, et son application à l’histoire des villes, a beaucoup évolué et continuera à le faire dans les années qui viennent tant les outils techniques se transforment. De plus, aujourd’hui, le partage des données et leur réutilisation, par le biais d’entrepôts où sont précisées les métadonnées, permet de rompre avec des temps où une nouvelle approche cartographique se faisait, le plus souvent à nouveau frais, sans s’appuyer sur les travaux antérieurs. Il devient possible pour l’histoire urbaine d’entrer dans un processus de connaissances cumulatives et réutilisables comme le démontre la mise en place de la Fabrique numérique du Passé (https://www.fabriquenumeriquedupasse.fr/)

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2022, 2 décembre). Compte-rendu: Ezéchiel Jean-Courret, Sandrine Lavaud, Sylvain Schoonbaert (dir.), Mettre la ville atlas (2021). Histoire Urbaine. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4x6

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search