Compte-rendu: Mélanie Dubois Morestin, Être entrepreneur au Moyen Âge. Jean Teisseire, artisan cordier d’Avignon

Mélanie Dubois Morestin, Être entrepreneur au Moyen Âge. Jean Teisseire, artisan cordier d’Avignon, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2022, 402 p.

 

Compte-rendu réalisé par Matthieu Scherman

 

L’ouvrage de Mélanie Dubois Morestin est un exemple flagrant du foisonnement d’informations que contiennent les sources comptables de la fin du Moyen Âge. En analysant d’une façon complète en neuf chapitres une partie des activités de Jean Teisseire « artisan cordier d’Avignon », l’autrice offre une histoire générale d’un cas particulier. Bien que l’entrepreneur ait déjà été étudié, jamais il n’avait fait l’objet d’une recherche exhaustive. Le livre s’inscrit à la fois dans les renouvellements historiographiques des dernières années de l’histoire du travail, de ceux des pratiques scripturaires et de l’archéologie documentaire mais il se place aussi dans la lignée des avancées liées à l’histoire de la culture matérielle.

Comme la plupart des documents comptables conservés pour les acteurs du monde de la production et des échanges, la conservation tient de la chance. Jean Teisseire naît en 1320, débute sa carrière individuelle vers les années 1345 et meurt en 1384. Il est issu d’une famille de chanvriers puisque son père l’est tout comme son frère. Sa réussite professionnelle se note dans les positions qu’il occupe successivement dans la ville : il devient membre du conseil, puis syndic de 1367 à 1376 et dans le même temps administrateur du principal hôpital de la ville, celui de Saint-Bénezet, entre 1372 et 1374. Le fait que ses enfants soient morts avant lui a sûrement permis que la documentation subsiste. En effet, l’héritage revient en partie à sa femme et à certains de ses employés, mais la plus grande partie est léguée à la ville. Cela a permis la conservation d’une masse documentaire, notamment son livre de raison de 200 folios qui couvrent ses années d’administrateur de l’hôpital entre 1370 et 1376. À cela s’ajoutent des fonds diplomatiques et notariés qui permettent une vue d’une rare précision sur un acteur d’envergure, mais non exceptionnel.

Formant l’ossature documentaire principal, le livre de raison est soumis à une enquête complète. L’autrice s’interroge alors sur ce qu’est un livre de raison et la façon dont ce type d’archive a intéressé les érudits du xixe siècle et comment leur « remise en ordre » par ces mêmes érudits a compliqué les choses pour les chercheurs, elle mène ainsi un véritable travail d’archéologie documentaire. Il est intéressant de noter que le codex a été acheté à un marchand italien et le cordier « a utilisé le manuscrit en le retournant » (p. 135) et il constitue ce que l’autrice appelle un « journal de bord d’un homme qui utilise l’écrit quotidiennement, pour se rendre compte à lui-même de toutes les facettes de son activité. » (p. 138).

Les comptes qui y figurent permettent à la fois de s’interroger sur le fonctionnement d’une entreprise au Moyen Âge mais aussi d’analyser la culture de l’écrit d’une société. Concernant cette culture, l’autrice reprend les thèmes chers à Jack Goody et parle d’anthropologie de l’écriture. Il s’agit alors d’interroger les rapports à l’écrit et aux écrits, la façon dont ils sont utilisés, réutilisés, consultés et, comme il est une « pratique quotidienne, qui n’exclut pas une gestion rétrospective, […] organisée » (p. 191). Mélanie Dubois Morestin analyse véritablement l’acte d’écriture et tente de trouver le nombre de fois où il écrit dans une journée : elle pense qu’il rédige un acte par jour « en année ordinaire moyenne ».

Comme dans toutes les régions du pourtour méditerranéen, l’autrice note la présence indispensable du notaire dans l’ensemble des activités de Jean Teisseire et définit les notaires comme des figures sociales et économiques indispensables. Elle questionne les choix qui sont faits de passer ou non par un notaire pour certains actes. L’écriture notariée est indispensable pour les transactions foncières ou immobilières, tandis que les crédits sont souvent rédigés sous seing privé. Les pratiques d’écriture de Jean Teisseire sont décrites comme étant une imitation des pratiques notariales ; on pourrait aussi dire que les similitudes s’expliquent par la diffusion de la pratique notariale chez les marchands/artisans.

Grâce à l’inventaire après-décès de 1384, Mélanie Dubois Morestin tente de mettre au jour l’ensemble des papiers et autres registres conservés et, parmi ces documents, plusieurs cartulaires sont disséminés dans différentes pièces de son habitation. Elle arrive même à imaginer les gestes de la conservation d’après les annotations inscrites dans le livre. Ainsi, la façon dont les rabats du manuscrit sont utilisés est expliquée, de la même manière elle démontre comment les quittances étaient placées dans les pages du livre comptable jusqu’au paiement ou au règlement de l’opération.

Les documents conservés ne forment qu’une infime partie de ce qui a été écrit. Jean Teisseire savait écrire avant de prendre les rênes de son entreprise. Certains de ses employés maîtrisent aussi la technique, c’est le cas de son facteur Olivier Amoros, qui intervient à plusieurs reprises dans le cartulaire, et qui finit par se mettre à son compte par la suite. Un parcours en tout point similaire à celui de son patron. Se perçoit ici la répétition pour les acteurs de la production et du commerce des mêmes parcours, des mêmes pratiques, qui permettent à cette société de persévérer et d’avancer sur le plan social et économique.

Les écritures rendent compte de toute une économie de la corderie et des parcours personnels et collectifs de travail. Dans la lignée des travaux de Philippe Bernardi, Mélanie Dubois Morestin enquête sur les « multiples facettes » de la carrière du personnage, c’est-à-dire la gestion d’un parcours professionnel qui est pensé comme tel. Les comptes permettent aussi de suivre avec précision les parcours de ses différents employés ou salariés. Par exemple, Peire occupe différentes fonctions entre 1374 et 1376 : il passe de iuvenome en charge d’aider un autre cordier embauché par Jean Teisseire, à cordier en 1376. De même, l’activité concrète des facteurs est présentée et apporte des connaissances importantes sur leurs fonctions (p. 311-314).

En outre, une plongée dans le monde du chanvre et de ses différents dérivés est permise par le livre de raison. Sont ainsi approchés les qualités et la diversité de la matière première, le travail technique ou encore les circuits d’approvisionnement et leurs acteurs. Signe des compétences techniques du cordier, il utilise de la lettre de change entre Avignon et la foire de Barcelone, notamment pour y acheter de la corde, mais aussi dans le Piémont.

Les techniques de production sont expliquées avec pédagogie. Il est notamment question du peignage du chanvre et comment Jean Teisseire loue les peignes aux différents artisans qui s’occupent de la tâche, notamment des femmes qui travaillent à leur domicile. Comme pour la laine, le filage est effectué exclusivement par des femmes à l’extérieur de l’atelier.

Il s’agit d’un ouvrage riche qui pourra intéresser de nombreux chercheurs. Il contribue, avec d’autres ces dernières années, à mettre fortement en discussion « l’exception » italienne et notamment florentine. On savait aussi écrire et on écrivait aussi beaucoup ailleurs, le livre le prouve et la pléthorique bibliographie citée dans l’ouvrage aussi. Ces productions écrites concernent bien sûr la Provence, mais aussi le Limousin ou encore Narbonne et, bien évidemment, Paris. L’examen exhaustif d’un document d’archive apporte des éléments à la compréhension du monde économique et social de tout un pan de la société de la fin du Moyen Âge.

 

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search