EVENEMENT : Bicentenaire du pont de pierre à Bordeaux : expositions, journées d’études, célébrations sur le pont et aux Archives de Bordeaux Métropole

Laurent Coudroy de Lille

Bicentenaire du pont de pierre à Bordeaux : expositions, journées d’études, célébrations sur le pont et aux Archives de Bordeaux Métropole

 

Entretien avec Frédéric Laux, directeur des Archives de Bordeaux Métropole, Jean-Cyril Lopez, responsable du service des publics aux Archives métropolitaines et Sylvain Schoonbaert, chef de projets à la Direction de l’urbanisme de Bordeaux Métropole (16 septembre 2022)

 

Laurent Coudroy de Lille : Pouvez-vous nous dire comment est arrivée l’idée de célébrer le pont de pierre ?

Sylvain Schoonbaert : ce fut une conjonction des planètes. Pour mon service qui s’occupe du patrimoine dans sa dimension urbaine, il est évident que ce pont, qui atteignait 200 ans en mai 2022 précis, est un monument, d’un demi-kilomètre de long. Or le service des ouvrages d’art y envisage des travaux, car comme tous les monuments, il faut l’entretenir. Ce programme de travaux est aussi celui de l’entretien d’une infrastructure technique, soumise à la force des marées et du courant fluvial, à une circulation intense. Tendanciellement, il s’enfonce. L’idée d’organiser une exposition sur site, ainsi que des journées d’études en conviant d’autres villes, a rencontré le projet de mes collègues des Archives métropolitaines d’une exposition sur les franchissements de la Garonne dans cette ville si fortement marquée par le rapport avec son fleuve et son estuaire.

Il se trouve aussi que le pont a changé récemment : piétonisation et passage du tramway, travaux récents de consolidation… en lien avec deux autres ponts créés : le pont levant Chaban-Delmas (Bacalan-Bastide, à côté de la Cité du Vin et des Bassins à flot), et aussi le pont Simone-Veil en cours de construction en prolongement des boulevards du sud, et au cœur du projet Euratlantique. La question du franchissement fait partie en permanence de l’actualité bordelaise et plus que toute autre ville, Bordeaux vit à son rythme et de difficultés certaines de circulation.

Ce qui n’était au départ qu’une expérimentation – couper le pont de pierre à la circulation automobile – a débouché sur sa piétonisation. Mais il y a toujours plus de 60.000 personnes par jour qui y passent : il est aujourd’hui une véritable autoroute à vélos, indispensable pour la ville. Il ne pourra être question pendant les travaux de couper la circulation du tramway et ce flux.

 

fig. 1. Le pont de pierre, vu de l’aval (mai 2022). Au centre, la voie de tramway; au fond l’église et la flèche Saint-Michel.

 

LCdL : Qu’avez-vous choisi de montrer dans l’exposition qui se tient aux Archives de Bordeaux-métropole?

Jean-Cyril Lopez : au sens large, nos expositions valorisent les fonds d’archives que nous conservons. Elles sont l’occasion parfois de présenter des pièces peu publiées ou inédites. La sélection a été assez sévère car nous conservons beaucoup de documents sur le sujet depuis le XVIIIe siècle, souvent de grande qualité. Intitulée « Le temps des ponts. Quatre siècles de défis bordelais », cette exposition présente, de juin 2022 à avril 2023, les nombreux projets de création, suppression, modification de ponts… Il fallait par exemple aborder le cas du pont à transbordeur, qui a entièrement disparu du paysage et de la mémoire bordelaise… avant même d’être terminé. Le projet d’un pont face à l’esplanade des Quinconces, finalement rejeté pour des raisons patrimoniales et économiques évidentes dès 1917, a pourtant des effets jusque dans les années 2000. Ce sont autant de projets à l’échelle métropolitaine qui méritent d’être illustrés, pour aboutir à la maquette du pont Simone Veil, en cours de construction.

On s’efforce aussi d’apporter une dimension artistique actuelle à nos expositions. Nous avons cette année fait le choix de valoriser les archives sonores et audiovisuelles : l’artiste Monolithe Noir a ainsi composé une création sonore en lien direct avec les films projetés et réalisé un dj-set lors de la soirée inaugurale, sur le parvis de l’hôtel des Archives. Les retours ont été très positifs : les visiteurs sont surpris de la rencontre entre des fonds patrimoniaux précieux et des réalités culturelles contemporaines. Des ateliers éducatifs sont par ailleurs proposés sur l’histoire du pont de pierre et les mobilités.

LCdL : Les documents graphiques, dessins, peintures… sont privilégiés sur les documents écrits. Quels documents vous paraissent les plus remarquables ?

Jean-Cyril Lopez : le document le plus marquant, et très peu connu jusqu’ici, est sans doute le projet de l’ingénieur des ponts et chaussées Jean Montais André Le Ragoix de Saint-André, daté de 1771, et particulièrement difficile à exposer en raison de sa longueur de 4,80 m. Nous avons beaucoup progressé dans la connaissance de ce projet, antérieur d’un demi-siècle au pont finalement construit.

 

fig. 2. Elévation d’un pont de pierre à Bordeaux par Jean-Montain André Le Ragoix de Saint-André, 1771, ABM, 5MR 10. La ville de Bordeaux (rive gauche de la Garonne) est à gauche. Vue amont.

 

Il y a aussi cette étonnante île flottante sur la Garonne, devant la porte de Bourgogne, tapissée de jardins à la française, dotée d’un système de plateformes glissant d’une rive à l’autre. Ce projet reste mystérieux, voire fantomatique, puisque nous ne pouvons présenter que des lambeaux sauvés de l’incendie de 1862 des archives bordelaises. Cela donne une présentation assez… conceptuelle !

On peut encore citer les projets des architectes Cyprien Alfred-Duprat, ou encore celui de Pierre Ferret qui coupait le pont de pierre en deux, à la manière du Tower Bridge de Londres. L’exposition donne de l’importance à ces projets et anticipations.

Si le pont de pierre a énormément facilité la communication urbaine et ouvert la rive droite à l’urbanisation, il devint très vite sous-dimensionné. À cela s’ajoute la barrière qu’il a créé dans la rade, réduisant considérablement le port, qui se déplace dès lors en aval. Cette gêne importante était redoutée et fut l’une des raisons majeures du report du projet au XVIIIe siècle. Pendant presque 150 ans, le pont de pierre reste ainsi le seul pont de Bordeaux, jusqu’à la construction du pont Saint-Jean, en amont, en 1965.

Finalement, la ville a un rapport ambigu avec cette infrastructure ; elle a dû s’y adapter. Le pont modernise la ville, mais perturbe l’identité de Bordeaux qui se vivait jusqu’ici comme un « port de mer ». Les deux autres ponts établis plus tard, en aval (Aquitaine et Chaban-Delmas), répondent aux mêmes contraintes : on ne peut pas couper l’accès à l’estuaire et à l’océan, à l’origine de la prospérité du Port de la Lune.

LCdL : On apprend aussi qu’il y eut une première exposition centenaire, en 1922.

Jean-Cyril Lopez : sur ce point aussi, ce fut l’occasion de poursuivre les recherches documentaires. Mais certaines informations mériteraient d’être encore vérifiées et approfondies. De nombreux rapports, comme ceux du port autonome, font état de tel ou tel projet ; ces mentions sont des indices à suivre, car il s’agit là bien souvent des seules indications.

Des précisions ont pu être établies, concernant par exemple les pavillons de péage du pont de pierre, qui disparaissent en 1953. On s’est aperçu que ces édicules avaient en fait été démontés dès 1869, après la suppression du péage, pour être finalement aussitôt rétablis, à la demande de la Ville de Bordeaux, désireuse de conserver la monumentalité de l’ouvrage. De même, le pont n’a pas été décidé, comme on le dit souvent, par décret impérial en 1807, mais bien par un simple arrêt du conseil d’administration de l’Empereur. On comprend désormais pourquoi ce décret restait introuvable. On contredit enfin le mythe bordelais du « pont Napoléon », ainsi que de nombreuses légendes urbaines tenaces, comme le nombre d’arches qui correspondrait au nombre de lettres du nom de Napoléon Bonaparte… S’il faut toute l’autorité de Napoléon Ier pour que commencent enfin les premiers travaux, c’est bien l’habileté de Louis XVIII qui permet son achèvement. Le pont de pierre est davantage un ouvrage de la Restauration et non de l’Empire.

LCdL : Dans quel programme culturel se situe cette exposition pour des archives « métropolitaines » installées désormais dans un nouveau site ?

Frédéric Laux : l’hôtel des Archives de Bordeaux Métropole a été conçu en 2006, dans un bâtiment nouveau imaginé à ce moment pour n’accueillir que les seules Archives municipales de Bordeaux. Un des objectifs du nouvel hôtel des Archives était d’offrir des conditions optimales de travail et de conservation… mais aussi de développer une offre culturelle qui n’existait plus dans le vieil hôtel de Ragueneau, près de la cathédrale. On ne pouvait pas rester rue de Loup, dans ce lieu plein de charme mais vétuste et sans possibilité d’extension en hypercentre. Nous avons maintenant une salle d’exposition et une salle de conférences.

Entre-temps, la mutualisation est passée par là : a été créée un service commun, les Archives de Bordeaux Métropole, rassemblant en 2016 les anciens services d’archives de la Métropole et des communes de Bordeaux, Bruges et Pessac. Depuis, cinq autres communes l’ont rejoint et d’autres suivront. Les fonds de la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux, 1968-2015) sont très importants, mais d’accès difficile : tris et classement se poursuivent depuis 2016. La mutualisation avec les autres communes se fait sur la base du volontariat. Chaque commune qui mutualise son service participe au fonctionnement par une attribution de compensation indexée sur les mètres linéaires effectivement versés. Ensuite, les communes peuvent ou non « cocher » la case de l’action culturelle (expositions). Mais seule Bordeaux l’a fait pour le moment. Cet équipement, qui a été construit par cette ville, a été transféré au bout de deux ans à la Métropole, en 2018. Ce processus de « métropolisation » des archives est complexe, mais passionnant et prometteur.

Si les expositions qui étaient au début purement bordelaises deviennent à partir de 2018 « métropolitaines », cela dépend aussi des fonds conservés. La CUB n’étant pas très ancienne, c’est Bordeaux qui fournit l’essentiel les archives historiques. Et ceci d’autant, que le ressort de la Jurade d’Ancien Régime était encore plus étendu que celui de l’actuelle métropole. Outre une cohérence archivistique et historique pour ouvrir cette mutualisation à toutes les archives municipales, il s’agit également d’un regroupement des ressources et de compétences, avec des services de conservation, numérisation, mise en ligne…

LCdL : Quelles autres expositions avez-vous organisées ?

Frédéric Laux : la première exposition s’intitulait « Les clefs du trésor », et portait justement sur l’histoire des archives de la ville de Bordeaux. A partir de là, la commande est que chaque année une grande expo soit organisée, accompagnée d’une publication, en coédition avec la revue Le Festin (« 800 ans d’histoire des Archives de la Ville » pour la première et celle sur les ponts paraîtra fin novembre 2022). Cela permet de faire comprendre ce qu’est le service commun. Puis il y eut en 2017 l’histoire ferroviaire (« La folie du chemin de fer ») de 1838 à 1938, année de l’électrification. Puis en 2018, les monuments aux morts. Celui de Bordeaux était alors en restauration, mais on prenait aussi en compte ceux de la métropole (Caudéran, commune devenue quartier de Bordeaux, Bruges, Pessac…). En 2019, il y eut le thème « Liberté ». D’autres expositions sont davantage orientées vers l’art actuel, mais toujours en lien avec les archives.

On emprunte ponctuellement des oeuvres à des musées municipaux comme le musée d’Aquitaine ou le musée des beaux-arts. Mais notre fonds iconographique est exceptionnel, et cette richesse soutient bien ce programme ambitieux. Enfin, nous concevons ces expos comme étant de vulgarisation plus que d’érudition : c’est un public très large que nous visons, d’où la primauté des documents graphiques sur les écrits.

LCdL : Comment fonctionne le spectaculaire bâtiment dans lequel vous êtes ?

Frédéric Laux : le nouvel hôtel des archives est composé de deux bâtiments. Le premier est un entrepôt ferroviaire de 1859 (« halle des magasins généraux ») qui appartenait à Réseau Ferré de France (connu de manière erronée comme « halle ou chais aux farines »). La ville de Bordeaux acheta donc en 2007 cet entrepôt, et un concours international est remporté par un architecte belge. On lui a finalement conservé sa fonction de stockage en y installant le dépôt (18 km linéaires de capacité) et en plaçant en rez-de-chaussée la salle de lecture. Les gens qui passent sur le parvis voient les lecteurs installés dans la salle : l’idée est aussi d’ouvrir le bâtiment sur la cité.

La seconde aile, entièrement neuve, comprend les bureaux, salles de conférence, d’exposition…

L’enjeu était aussi pour la Ville de doter la rive droite d’un grand équipement culturel. Ce programme était antérieur à la ZAC Bastide et reste aujourd’hui encore une enclave pionnière dans ces vastes opérations de redéploiement bordelais. Certes, on a perdu un certain nombre de lecteurs habitués, car on est plus loin du centre, et sur la rive la moins fréquentée. Mais la mise en ligne de l’état civil a aussi changé le public. Si nous sommes pour le moment encore un peu enclavés, pas directement desservis par les transports en commun, il faut être patient. Les avantages sont nombreux : le bâtiment est chauffé par géothermie, avec un parvis conçu comme une place publique sur laquelle peuvent être organisés des événements.

 

Fig. 3. Le bâtiment des archives de Bordeaux métropole et son parvis (photo Victor Laurent). Au fond, le chantier de la ZAC Bastide-Niel.

 

LCdL : Revenons à la célébration du pont de pierre. Quels autres événements ont été organisés ?

Sylvain Schoonbaert : dans cet esprit d’ouverture à un public large, il y eut aussi 24 panneaux installés sur les deux rives; les débuts du pont étaient présentés en rive gauche et son devenir au XXème siècle en rive droite Cette exposition dans l’espace public, était très différente de celle des Archives métropolitaines : elle incitait un public qui ne serait jamais venu aux Archives à aller la voir aussi. D’autres événements ont été offerts : le pavoisement du pont, le feu d’artifice du 14 juillet, avec un grand pique-nique des deux côtés. L’artiste Olivier Grossetête a aussi reconstitué, avec un large public, les deux pavillons de péage du pont, en rive droite, le 8 octobre. Ces constructions d’un jour, en carton, furent tout à fait spectaculaires : les documents d’archives ont servi à les reconstituer à l’échelle 1.

On n’a pas encore évoqué la collecte de documents privés effectuée par mes collègues des Archives métropolitaines, ou encore le concours de nouvelles et de photos sur le pont. On avait procédé ainsi au moment du confinement ce qui a été passionnant. Mais il y a eu aussi, avec l’appui de la Société française d’histoire urbaine, deux journées d’études, l’une ici, à l’hôtel des Archives, l’autre à l’hôtel de Métropole à Mériadeck, et ceci quelques jours après l’anniversaire de la mise en service du pont le 1er mai 1822 : « Des ponts et des villes. Histoire d’un patrimoine urbain ». L’appel a amené le comité scientifique à choisir 17 contributions émanant d’historiens, historiens d’art, d’architectes, d’animateurs du patrimoine… sur quantités d’autres villes et ponts (Rochefort, Cahors, Montpellier, Amiens, Avignon, Porto…). Elles seront publiées. Nous avons visité avec les participants l’intérieur du pont, puisque celui-ci comporte un vide central.

LCdL : Alors, pont de pierre ou pont de brique ?

Sylvain Schoonbaert : nous en avons appris beaucoup sur les briques lors des derniers et nombreux diagnostics patrimoniaux. Les parements de brique, en façade, comme en sous-face de ce pont creux, ont été réalisés sur place par l’ingénieur Claude Deschamps, véritable père du pont, donc en « circuit court ». Mais ces matériaux sont gélifs, et pour les parements extérieurs, on a dû aller chercher plus loin pour achever la construction. Cela explique la variété des nuances de brique, que l’on n’avait pas perçues auparavant : les briques sont plus sombres sur les arches de rive. Cela pose des problèmes de choix de restauration, notamment si on considère qu’il s’agit d’un choix esthétique d’origine.

En outre, certains dessins montrent de toutes autres couleurs… ce pont est un véritable objet de représentation. Quel est son nom ? En principe « pont de pierre » ne prend pas de majuscule.

Frédéric Laux : l’appellation populaire de « pont de pierre » traduit très bien l’attachement des Bordelais à cet ouvrage. Personne ne sait que celui-ci continue pourtant à s’appeler pont Louis XVIII… et cela depuis le jour de son inauguration le 25 août 1821 !

 

 

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 20 janvier). EVENEMENT : Bicentenaire du pont de pierre à Bordeaux : expositions, journées d’études, célébrations sur le pont et aux Archives de Bordeaux Métropole. Histoire Urbaine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4xf

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search