EVENEMENT: Saint-Germain-en-Laye : « 185 ans du rail à Saint-Germain-en-Laye. Du train au tram »

Exposition (10 septembre – 11 décembre 2022) 

et journée d’études (15 octobre 2022) 

au musée municipal Ducastel-Véra de Saint-Germain-en-Laye : 

« 185 ans du rail à Saint-Germain-en-Laye. Du train au tram »

Francis Beaucire, professeur émérite en aménagement (Paris 1). Entretien avec Alexandra Zvezera, directrice du musée Ducastel-Vera et responsable des collections patrimoniales de Saint-Germain-en-Laye et Marielle Rigault, responsable des archives municipales de Saint-Germain-en-Laye.

 

Francis Beaucire : Pour commencer, j’aimerais poser une question au musée lui-même : n’a-t-il pas été pas étonné d’accueillir une exposition entière consacrée à… des rails ?

Alexandra Zvereva :

Non, le musée Ducastel-Vera n’en a pas été étonné ! Notre musée entend se positionner comme le musée d’art et d’histoire de la ville. Dans la mesure où il traite de l’histoire de cette ville, tous les sujets sont ouverts, y compris sans rapport avec l’histoire de l’art. Certaines collections plus historiques ne peuvent pas être présentées en dehors d’une exposition temporaire. L’histoire urbaine est donc l’un de nos axes de recherche. C’est une programmation régulière et les expositions « beaux-arts » succèdent aux expositions « patrimoine » et inversement. Avant le rail, nous avons ainsi consacré une exposition à la collection de Louis-Alexandre Ducastel, fondateur du musée, puis une autre aux pastels. Actuellement, nous présentons les paysages issus de nos collections et qui vont du XVe siècle au début du XXe siècle. À la rentrée 2023, ce sera une exposition sur l’enfance, et en été 2024, Jeux Olympiques obligent, une grande exposition sur le sport à Saint-Germain-en-Laye.

 

FB : Alors nous vous devons cette exposition. Qui êtes-vous ?

Alexandra Zvereva : Docteur en histoire et en histoire de l’art, spécialiste plus particulièrement du XVIe siècle français, je dirige le musée municipal Ducastel-Vera depuis 2020. Je suis responsable des collections propres au musée, mais également des œuvres patrimoniales que possède la ville et de la statuaire publique. Notre service est également en charge de la rédaction du dossier de candidature au label « Ville d’art et d’histoire ». 

Marielle Rigault :

J’ai un Master en archivistique et je suis responsable des Archives municipales. Nous conservons essentiellement les archives produites et reçues par les services administratifs de la ville mais nous avons aussi des archives dites « entrées par voie extraordinaire » (dons et achats) qui enrichissent nos collections et complètent les archives administratives. Les archives de Saint-Germain sont riches car l’histoire de la ville l’est aussi, et nous conservons notamment des archives qui datent de l’époque où la Cour résidait à Saint-Germain-en-Laye. Il ne faut cependant pas réduire l’histoire de la ville à cet aspect. Les archives permettent d’étudier d’autres sujets, plus liés à la ville en elle-même, comme l’évolution urbaine, sujet passionnant qui est d’ailleurs en relation avec l’arrivée du train.

FB : On ne se demande plus à ce stade pourquoi le chemin de fer a pu être un sujet pour un musée qui se consacre à l’histoire de la ville. Mais comment est née l’idée qui a conduit à réaliser cette exposition à ce moment précis ?

Alexandra Zvereva :

Le déclencheur a été d’une part l’inauguration de la nouvelle ligne du Tram 13 en 2022 et, d’autre part, l’anniversaire des cinquante ans de l’arrivée du RER, deux événements qui coïncidaient.

Dans le Journal de Saint-Germain, dans les conversations, le tramway a été toujours été présenté comme quelque chose de nouveau, d’inconnu, de jamais encore fait ici. Connaissant l’histoire de Saint-Germain, cela nous semblait dommage que tout un pan de l’histoire avait été oublié. Non seulement le tracé existait déjà à quelques mètres près, mais surtout les tramways avaient déjà roulé à Saint-Germain ! Ce n’est donc pas une arrivée fracassante mais plutôt un retour. Pourtant, plus personne, mis à part quelques spécialistes d’histoire ferroviaire ou urbaine, ne paraissait s’en souvenir.

Lors d’une exposition consacrée à Ducastel, nous avons consacré un accrochage à l’urbaniste André Vera (1881-1971), qui a beaucoup œuvré pour la protection du patrimoine à Saint-Germain. André Vera était un homme d’idées, et cela ne s’expose pas facilement ! Or, son action a été déterminante pour l’urbanisme de la ville. Pour lui, l’un des théoriciens de l’urbanisme, celui-ci dépassait les limites de l’architecture et mettait en relation de nombreux domaines, comme les espaces verts, les questions sociales, etc. Dans les années 1930, il a combattu plusieurs projets de restructuration de la ville qui prévoyaient de détruire des quartiers anciens et des parties vertes. À l’occasion de cette exposition, nous avons présenté le plan d’embellissement de 1938, que Marielle Rigault avait retrouvé, pour montrer ce à quoi la ville avait été confrontée. Ce document montrait les voies ferroviaires, dont certaines étaient déjà désaffectées.

Dans l’exposition sur le rail, nous avons présenté le plan de 1932 avec le réseau ferroviaire encore presque intact. De nombreux visiteurs ont été surpris de découvrir le tracé de l’ancien raccordement avec la Grande Ceinture. Cette très longue histoire ferroviaire méritait d’être racontée, d’être rappelée.

 

 

Fig 1. Raccordement ferroviaire entre la ligne Paris-Saint-Germain et la Grande Ceinture à travers la forêt. Maurice Mirvault, Plan de Saint-Germain-en-Laye, vers 1900, Saint-Germain-en-Laye, Archives municipales, DR. 

FB : Outre l’intelligence de la mise en situation des documents, leur diversité et leur richesse sont remarquables. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le travail de contacts et de recherches que vous avez mené ?

Marielle Rigault :

Nous sommes parties de ce que l’on pouvait avoir dans les Archives municipales et au Musée Ducastel-Vera. Côté archives, ce n’était pas aussi riche qu’on l’aurait souhaité, parce que le chemin de fer a généralement relevé d’initiatives qui n’étaient pas celles de la ville. Nous avons finalement peu de choses sur l’arrivée du chemin de fer à Saint-Germain. En revanche, on dispose d’acquisitions (achats, dons) parfois anciennes qui complètent heureusement les archives administratives : photographies, collection de lithographies, journaux, cartes postales anciennes… Des documents et objets ont aussi été achetés tout récemment en prévision de l’exposition. La première source a donc été locale. Ensuite, nous sommes allées chercher dans les services d’archives institutionnels les plus évidents : RATP, SNCF, Archives départementales des Yvelines. Et puis, Alexandra a creusé et déniché des choses complètement inattendues, notamment chez les collectionneurs et dans les associations. Une affaire de « réseautage », de proche en proche. C’est comme cela que des documents et objets peu communs ont pu être réunis.

FB : Vous avez lancé un appel dans le Journal de Saint-Germain.

Alexandra Zvereva :

Oui, cet appel nous a amené un certain nombre de choses, comme les photos du viaduc Saint-Léger sur la Grande Ceinture. En fait, l’idée de l’exposition, dès le début, était de traiter des 185 ans du rail dans la ville sans privilégier tel ou tel épisode. Ce qui est intéressant, c’est le cheminement, et non des focus sur une partie spécifique du sujet. De mon point de vue, la gare de triage d’Achères (sur le territoire de Saint-Germain) est tout aussi intéressante que l’arrivée du train en 1837 et ce, même si les documents abondent pour 1837 !

On a donc tout épluché, à la recherche non pas d’images pour illustrer tel ou tel aspect, mais d’archives originales et d’objets emblématiques et parlants : maquettes, modèles réduits, tickets…. C’était un long travail et Marielle a découvert de nombreux documents inédits dans les archives municipales. En outre, nous nous sommes aperçues que, curieusement, plus l’époque était récente et moins on avait de choses! L’idée prévalait peut-être que le plus ancien est plus intéressant et doit être conservé. Évidemment, nous n’avons pas voulu nous limiter aux seules collections de la ville. Les Archives départementales, celles de la RATP et de la SNCF ont été des partenaires précieux, mais également les particuliers et les collectionneurs qui possèdent souvent des documents et des objets que les grandes institutions n’ont pas réussi à préserver et des objets, comme des maquettes, nés d’une passion pour le train.

 

FB : Tout particulièrement, on peut voir la maquette exacte de la gare ferroviaire, au 1/87ème, la gare des réseaux de l’Ouest, puis de l’État en enfin de la SNCF, avec toutes ses voies, les trains qui y circulaient. Comment avez-vous fait pour la détecter, car elle n’était exposée nulle part ?

Alexandra Zvereva :

Cette maquette de la gare qui a précédé le RER a plus de cinquante ans. Nous savions qu’elle avait été exposée en 1972 lors de l’inauguration du RER, mais sa trace se perd ensuite. C’est grâce aux collègues du musée Rambolitrain de Rambouillet qui nous ont mis en contact avec l’association de modélisme de Conflans-Sainte-Honorine que nous avons pu la retrouver. L’auteur de la maquette et membre du club conflanais des amis des chemins de fer, un ancien cheminot qui travaillait à Achères, avait toujours cette maquette et nous l’a prêtée. À l’issue de l’exposition, il a bien voulu la donner au musée et nous lui en sommes très reconnaissants. Cet épisode montre qu’à côté de la recherche dans les archives, il faut « aller au contact » et rencontrer des passionnés.

 

FB : A grands traits, comment résumer l’écheveau des liens qui unissent la ville de Saint-Germain au chemin de fer et aux tramways ?

Alexandra Zvereva :

Le fil de l’exposition permet de prendre conscience de la continuité du rapport entre les transports ferrés et la ville de Saint-Germain : la ville n’a-t-elle pas accueilli, à partir de 1837 jusqu’au Pecq, puis 1847 à Saint-Germain, la première ligne de chemin de fer ouverte aux voyageurs en France ? Cela témoigne de l’attractivité du site de Saint-Germain et de sa proche banlieue à l’époque. Pour gravir le coteau de la vallée de la Seine, un « chemin de fer atmosphérique » fonctionnera durant treize ans à partir de 1847 avant de laisser la place à la vapeur. Puis, la ligne sera reliée à la Grande Ceinture qui aura sa propre gare à la fin des années 1880, la gare de triage d’Achères étant construite à la jonction entre la ligne du Havre et la Grande Ceinture.

L’électrification du Paris-Saint-Germain-en-Laye interviendra dans les années 1920, et enfin la SNCF, après les compagnies de l’Ouest et de l’État, cédera la place à la RATP et au RER en 1972.

Fig 2. Aménagement de la tête de ligne RER A, 3 août 1970, Saint-Germain-en-Laye, Archives municipales, DR L’arrivée du RER s’inscrit dans le site de l’ancienne ligne ferroviaire en contrebas du chateau.

Mais ce n’est pas tout : le tramway a également été très présent, avec deux lignes de Paris à Saint-Germain, et deux autres reliant la grande couronne rurale à Saint-Germain, desservant Poissy, Pontoise et Meulan pour les voyageurs et surtout pour le fret agricole destiné au marché parisien. Et le Tram 13 reprend à peu de choses près le tracé du raccordement de la Grande Ceinture.

Marielle Rigault :

La ville elle-même s’est transformée sous l’effet du chemin de fer. Il y a eu des effets immédiats : la création du jardin anglais pour reconstituer le parc après les travaux de l’arrivée du chemin de fer sur le plateau ; la Cité Médicis, héritée d’un ensemble de maisons destinées au personnel du chemin de fer inspiré du phalanstère saint-simonien. Et il y a eu des effets à plus long terme : le développement du tourisme, la création de la Réserve Pereire, lotissement de villas dans le genre du Vésinet, constitué à la suite du rachat d’un secteur de forêt par Émile Pereire et dont les odonymes rendent d’ailleurs hommage aux ingénieurs qui ont contribué à l’arrivée du chemin de fer à Saint-Germain-en-Laye : Flachat, Lamé, Clapeyron, Mony, Rhôné.

Saint-Germain-en-Laye qui était une « belle endormie » au début du XIXe siècle retrouve un souffle nouveau avec l’arrivée du chemin de fer.

FB : L’exposition s’accompagne de plusieurs manifestations de nature différente.

Alexandra Zvereva :

Le musée ne peut plus fonctionner comme dans le passé : on ouvrait et les gens venaient. Aujourd’hui, il faut aller chercher le public, les visiteurs. On les fait venir par des manifestations, des événements, surtout pour les musées comme le nôtre. Le Louvre n’a pas d’effort à faire pour avoir une forte fréquentation. Le public de notre musée est surtout local et la démarche pour l’y faire venir est bien différente.

Nous avons ainsi recréé une pièce de théâtre, « Le chemin de fer de Saint-Germain », écrite et jouée en 1837 à l’occasion de l’inauguration de la gare. Une conférence sur le chemin de fer atmosphérique donnée par Paul Smith, historien britannique spécialiste de cette technologie, et un colloque ont permis de présenter des résultats des fouilles archéologiques de la première gare du Pecq, l’histoire des tracés de la ligne… et de manière très concrète les étapes de toute cette hisoire complexe et oubliée. Autrement dit, une mise en perspective à l’échelle de la région de la toute nouvelle liaison, le tram T13, un « tram-train ». Ainsi, certaines personnes qui avaient été farouchement opposées au projet de ligne de tramway, il y a plusieurs années, qui y voyaient une intrusion de la ville dans la forêt, ont pu réviser leur jugement, comprenant finalement que le Tram 13 est la page d’une histoire qui en a comporté bien d’autres, et que cela a un sens dans une vision plus large que la ville. Une vision trop locale et sans appréhension historique empêche de voir ces enjeux.

 

FB : parmi ces activités, certaines sont destinées plus particulièrement à un public jeune. Elles sont notamment proposées par le Musée Rambolitrain, à Rambouillet, un musée ferroviaire qui présente une importante collection de modèles réduits.

Alexandra Zvereva :

Il faut aller chercher tous les publics, jeunes et moins jeunes. Nous avons accueilli 34 classes des écoles de la ville et du Pecq en leur proposant une découverte ludique du chemin de fer, avec construction en direct de la rampe de Saint-Germain-en-Laye avec toutes ses difficultés ! Quant à la journée d’étude d’octobre 2022, elle a suscité un dialogue entre les spécialistes des différents domaines du chemin de fer et les habitants.

 

FB : pour terminer, une curiosité : l’affiche annonçant l’exposition est intrigante, on y voit le château dans un état ancien, devant lequel le tramway de Paris stationne, au milieu d’une place « partagée », dirait-on aujourd’hui, entre citadins et véhicules [IMAGE 3]. D’où provient ce tableau on ne peut mieux approprié pour présenter l’exposition ?

 

Fig 3. Philippe Parrot-Lecomte (1859-1936), Vue de la place du château, vers 1902, Huile sur toile, Saint-Germain-en-Laye, musée Ducastel-Vera, inv. 2021.6.1, cl. M. Bury.

Alexandra Zvereva :

Son auteur est Philippe Parrot-Lecomte, peintre peu connu et pourtant le chef de file artistique de la ville, avant que Maurice Denis, son beau-frère, ne se fasse bien connaître à Saint-Germain. Dès le début de la préparation de l’exposition, je me suis dit que nous avions besoin d’une image de la Belle Époque, avec les dames à grands chapeaux dans un tramway ou dans un train… quelque chose pour illustrer cet âge d’or du chemin de fer. C’était un incroyable coup de chance que d’avoir trouvé ce tableau dans une vente aux enchères à Grasse et nous avons été très heureux d’avoir pu l’acquérir. La peinture a été restaurée et est devenue l’affiche de l’exposition !



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 17 février). EVENEMENT: Saint-Germain-en-Laye : « 185 ans du rail à Saint-Germain-en-Laye. Du train au tram ». Histoire Urbaine. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4xo

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search