AAC: “Bien consommer en ville”, colloque 16-17 nov 2023, Sorbonne Univ / Gustave Eiffel

Appel à communications

Colloque « Bien consommer. Les consommations légitimes dans les villes médiévales (XIIe-XVIe siècles) »

16 et 17 novembre 2023, Sorbonne Université et Université Gustave Eiffel

La consommation, soit l’usage de biens valorisables, n’obéit pas au hasard. Entre habitude, norme et légitimité implicite, elle présente des régularités. Socialement classée et classante, elle traduit des stratégies plus ou moins conscientes d’imitation ou de distinction. Les autorités laïques, ecclésiastiques, et jusqu’au cœur de la cellule domestique, s’emploient à la réguler, selon des principes et des valeurs éthiques qui construisent aussi un ordre socio-politique et ecclésial. La valeur d’échange des biens consommés est liée, suivant des dynamiques complexes, à ces valeurs morales et socio-politiques. La légitimité à consommer les biens à haute valeur économique, morale, éthique, sociale et politique, est ainsi distribuée inégalement. Inversement, dire la norme en valorisant et régulant les consommations est un effet et une forme du pouvoir.

Au cours des derniers siècles du Moyen Âge, s’approprier cette capacité à tracer la frontière entre indispensable et superflu devient un enjeu de pouvoir de plus en plus crucial, en particulier dans les mondes urbains. Les villes, en plein essor en Occident à partir des XIe-XIIe siècles, places de marché du monde féodal, sont les hauts lieux d’une consommation intense et diversifiée, de plus en plus dépendante des productions extérieures. Les villes concentrent aussi de plus en plus les pouvoirs qui s’emploient à réguler cette consommation : clergé, pouvoirs communaux et princiers, tous s’implantent en ville, la marquent, la produisent, générant des consommations spécifiques. À chaque type d’urbanité correspondent ainsi des formes et des normes de consommations distinctes, implicites et explicites. La définition de la consommation légitime est une lutte de classements. Ses enjeux, ses modalités et ses effets sont à interroger, de la réforme grégorienne, suivie de l’essor des ordres mendiants, à la Réformation, de l’essor des villes à la “révolution de la consommation”, du premier âge communal au temps des États territoriaux et princiers,

Pour ce faire, toutes les sources sont à envisager. On pense bien sûr aux sources normatives et théoriques explicites : règlements et lois somptuaires, protocoles, textes théologiques, serments et sermons, corpus littéraires… Toutefois, un enjeu majeur de ces journées d’études est d’étendre la réflexion à toutes les formes de normativité, de production de valeur et de légitimité implicites, qui ne sont pas nécessairement évidentes à la lecture. Les sources dites de la pratique, comptes, livres de raison, chartes, cartulaires, actes notariés, sources fiscales, judiciaires et annonaires… pourront ainsi être relues en ce sens : quelles “normes pratiques” expriment-elles ? Une attention particulière pourra être portée à la matérialité de ces sources, elles-mêmes biens de consommation et outils de sa gestion. Cela vaut plus encore pour les objets, précieux ou non, œuvres d’art et bâtiments, conservés dans des églises et musées ; mais aussi pour tous les vestiges archéologiques (contenants, vaisselle, restes organiques) susceptibles de documenter des consommations légitimes ou des écarts à ces normes.

 

 

Modalités de contribution

Ces journées d’études sont ouvertes à toutes les disciplines et champs d’études concernés par la période (histoire, archéologie, iconographie, histoire de l’art, etc.). Les communications se feront en français ou en anglais. Les intervenant·e·s seront invité·e·s à s’exprimer et à présenter des réflexions sur leur(s) cas d’étude pendant vingt minutes suivies d’un temps de discussion et d’échanges.

Un résumé de la communication d’une page au maximum ainsi qu’un CV sont à envoyer avant le lundi 10 avril 2023, à consommationslegitimes@gmail.com

 

Comité d’organisation

Marie Fontaine–Gastan (Université Gustave Eiffel)

Solène Minier (Sorbonne Université)

 

Comité scientifique

Isabelle Chabot (Università degli Studi di Padova)

Élisabeth Crouzet-Pavan (Sorbonne Université)

Giuliano Milani (Université Gustave Eiffel)

Frédérique Lachaud (Sorbonne Université)

Judicaël Petrowiste (Université Paris Cité)

Matthieu Scherman (Université Gustave Eiffel)

Ilaria Taddei (Université Grenoble Alpes)

 

Bibliographie indicative

Baatsen Inneke, Bruno Blondé, Julie De Groot et Isis Sturtewagen, « At Home in the City. The Dynamics of Material Culture », dans Bruno Blondé, Marc Boone et Anne-Laure Van Bruaene (éd.), City and Society in the Low Countries, 1100–1600, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, p. 192–219

Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979

Braunstein Philippe, Philippe Bernardi et Mathieu Arnoux, « Travailler, produire. Eléments pour une histoire de la consommation », dans Otto Gerhard Oexle et Jean-Claude Schmitt (éd.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019, p. 537-554

Cassagnes-Brouquet Sophie et Juan Vicente García Marsilla (éd.), Mercados del lujo, mercados del arte: El gusto de las elites mediterráneas en los siglos XIV y XV, Valence, Universitat de València, 2015

Chessel Marie-Emmanuelle, « Où va l’histoire de la consommation ? », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 59, no 3, 2012, p. 150-157

Douglas Mary et Baron Isherwood, The World of Goods. Towards an Anthropology of Consumption, Londres, Allen Lane, 1979

Feller Laurent, Ana Rodríguez (éd.), Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013

Franceschi Franco, « Lane permesse e lane proibite nella Toscana fiorentina dei secoli XIV-XV : logiche economiche e scelte ‘politiche », dans A. Mattone e P. F. Simbula (éd.), La pastorizia mediterranea. Storia e diritto (secoli XI–XX), Rome, Carocci, 2011, p. 878-889

Goldthwaite Richard A., Wealth and the demand for art in Italy, 1300-1600, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1995

Jardine Lisa, Worldly Goods. A New History of the Renaissance, Londres, Papermac, 1997

Lafuente Gómez Mario et Judicaël Petrowiste (éd.), Faire son marché au Moyen Âge. Méditerranée occidentale, XIIIe-XVIe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2018

Langlois Simon (éd.), « Sociologie de la consommation », L’Année sociologique, numéro monographique 2011/1, vol. 61

Muzzarelli Maria Giuseppina, Le regole del lusso. Apparenza e vita quotidiana dal Medioevo all’età moderna, Bologne, Il Mulino, 2020

Richardson Catherine (éd.), Clothing Culture, 1350-1650, Ashgate, Aldershot, 2004

Todeschini Giacomo, I mercanti e il Tempio. La società cristiana e il circolo virtuoso della ricchezza fra Medioevo ed Età Moderna, Bologne, Il Mulino, 2002

Una nuova cultura del consumo. Paradigma italiano ed esperienze europee nel tardo medioevo. XXVII Convegno Internazionale di Studi di Pistoia, 17-19 mai 2019, Centro italiano di studi di storia e d’arte, Rome, Viella, 2019

 

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 28 février). AAC: “Bien consommer en ville”, colloque 16-17 nov 2023, Sorbonne Univ / Gustave Eiffel. Histoire Urbaine. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4xr

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search