Compte-rendu: Carlotta Darò, Esthétique et télécommunications. Paysage de lignes, Genève, MētisPresses, 2022, 172 pages (Renan Viguié)

Carlotta Darò, Esthétique et télécommunications. Paysage de lignes, Genève, MētisPresses, 2022, 172 pages

compte-rendu réalisé par Renan Viguié

L’ouvrage de Carlotta Darò débute par une préface qui décrit plusieurs images tirées d’une œuvre artistique, Telephones de Christian Marclay. Ainsi, dès les premières pages, le lecteur comprend que ce sont les représentations des lignes et réseaux plus que les paysages qui sont au cœur de la réflexion de l’autrice : dans les dix parties qui composent ce livre, Carlotta Darò s’intéresse à la manière dont ont été pensés, représentés et imaginés les réseaux. Il n’est cependant pas toujours évident de comprendre l’objet étudié : s’agit-il des réseaux télégraphiques, téléphoniques, électriques ou des trois ? Si leur inscription spatiale peut sembler relativement proche, ils relèvent cependant de contraintes techniques différentes et leur implantation ne répond pas forcément aux mêmes impératifs. Alors que ce sont les lignes téléphoniques qui sont au cœur du livre, le lecteur est surpris de voir des références au télégraphe, au pylône électrique, voire au théâtrophone et même à des lignes souterraines pourtant absentes du paysage. C’est notamment le cas dans le chapitre 5 spécifiquement consacré aux imaginaires. Robida, Méliès, Le Corbusier ou Edward Hopper sont convoqués pour étudier ensemble et sans distinction les lignes de téléphone, mais aussi les réseaux de gaz et d’électricité.

Les territoires considérés ne sont pas non plus clairement présentés. La différence entre les espaces ruraux et urbains n’est pas évoquée et les représentations des uns et des autres s’entremêlent sans réflexion sur le rôle des lignes et réseaux techniques dans la structuration et la spécificité des paysages des villes et des campagnes.

Certains chapitres se concentrent exclusivement ou presque sur l’espace nord-américain, d’autres sur le continent européen sans qu’une comparaison systématique et probablement intéressante ne soit proposée, ni que ces choix ne soient expliqués au lecteur. Ainsi, le chapitre 9 s’intéresse aux cabines téléphoniques dont l’apparition et le développement témoignent certainement d’une modification des paysages. Carlotta Darò décrit les formes des cabines et leurs évolutions en France, en Angleterre et aux États-Unis : installations intérieures, extérieures et même mobiles ; vitrées ou non. Le processus de création, les inspirations et le fonctionnement de ces appareils – que Carlotta Darò appelle « microarchitecture » – ne permettent cependant pas de comprendre leur diffusion : combien de cabines publiques furent installées depuis la fin du xixe siècle ? Selon quelle distribution spatiale et quels rythmes si l’on compare les pays européens entre eux, les États-Unis, mais aussi le développement du téléphone dans les habitations ? Cet espace clos présent dans les rues fut-il seulement utilisé pour téléphoner ou fut-il parfois détourné pour d’autres usages comme le furent d’autres objets urbains, en particulier les urinoirs ?

Le livre est richement illustré, laissant entrevoir quelques-uns des paysages produits par les fils, lignes, poteaux et pylônes grâce à de belles photographies tirées notamment des archives AT&T (American Telephone and Telegraph Company), mais aussi des peintures (surtout américaines) et des dessins d’architectes. Une autre partie de ces illustrations sont des plans et croquis ou des documents de communication des entreprises qui font la promotion des applications liées à ces réseaux techniques. Saisies à travers les images et les discours, les lignes restent parfois trop théoriques et le lecteur aurait aimé que cette approche soit dépassée pour mieux cerner la réalité des paysages créés par le développement des réseaux techniques et l’édification de ces lignes de communication. En effet, même lorsque des éléments matériels sont étudiés, c’est toujours de manière théorique sans confronter ces représentations avec les réalisations concrètes. Dès le premier chapitre, l’autrice décrit les principes techniques qui définissent la forme des pylônes (et par conséquent de ces réseaux) en s’appuyant sur le manuel d’un professeur de physique au Drexel Institute à Philadelphie, William J. Hopkins. Son Telephone Lines and Their Properties fut réédité plusieurs fois à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, ce qui semble montrer qu’il était – peut-être – une référence pour les techniciens, mais il reste un discours théorique qui n’est pas questionné. La réalité des pratiques de construction de ces lignes et donc l’écho de ce manuel sur les réseaux de lignes ne sont pas abordés. Quelles furent les contraintes techniques, géographiques, climatiques, voire économiques et financières qui pesaient sur l’élaboration, la forme et l’organisation des réseaux téléphoniques ? Cet exemple nord-américain où le territoire est particulièrement grand est-il significatif si on le compare aux réalisations européennes à la même période ? Malheureusement, les facteurs culturels et locaux sont négligés, comme si les arguments techniques dominaient systématiquement et expliquaient seuls l’organisation des réseaux et la construction des paysages. Les décalages entre ce manuel et les pratiques, les évolutions des normes de construction, les éventuelles marges de manœuvre en fonction des contextes spatiaux ou des ressources disponibles (le cèdre du Canada préconisé par l’ouvrage d’Hopkins était-il vraiment utilisé partout ?) semblent oubliés. Pourtant, c’est à la rencontre des discours théoriques et des pratiques techniques que ces réseaux ont pu prendre ces formes et s’inscrire de manière singulière dans les paysages. Cette méthode se répète dans l’ensemble du livre et laisse le lecteur sur sa faim. C’est notamment le cas dans le chapitre 7 qui s’appuie sur l’étude d’un livret (Planning for Home Telephone Conveniences) publié par AT&T à la fin des années 1920. L’autrice décrit l’usage de la vue axonométrique pour montrer de quelle manière étaient représentées les habitations dans les documents publicitaires et de communication des entreprises sans que le producteur de ces brochures et ses objectifs ne soient réellement étudiés ; en particulier l’enjeu pour les entreprises de convaincre les architectes de l’importance de ces technologies et de créer des habitations équipées ou prêtes à être équipées des techniques et des appareils qu’elles promeuvent. On aurait ainsi aimé savoir dans quelles mesures ces documents produits et diffusés par les entreprises de réseaux ont pu influencer l’architecture, la forme des constructions et par conséquent les paysages.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 7 mars). Compte-rendu: Carlotta Darò, Esthétique et télécommunications. Paysage de lignes, Genève, MētisPresses, 2022, 172 pages (Renan Viguié). Histoire Urbaine. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4y0

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search